• Admin.du Site

  • Archives

Immigration. La gauche avance ses alternatives au projet de loi Collomb

Posté par jacques LAUPIES le 22 avril 2018

Maud Vergnol et Aurélien Soucheyre
Vendredi, 20 Avril, 2018
L’Humanité
L’Assemblée nationale a voté jeudi matin l’extension de la «	réunification familiale	» pour les mineurs réfugiés, qui leur permettra de faire venir leurs frères et sSurs, et non plus seulement leurs parents. Ch. Archambault/AFP<br />

L’Assemblée nationale a voté jeudi matin l’extension de la « réunification familiale » pour les mineurs réfugiés, qui leur permettra de faire venir leurs frères et sSurs, et non plus seulement leurs parents. Ch. Archambault/AFP
 

Pollués par les obsessions de l’extrême droite, les débats sur la loi asile et immigration s’enlisent à l’Assemblée nationale. Dans ce contexte, députés communistes et insoumis avancent des contre-propositions. Le PCF publie un manifeste.

« Pour une France hospitalière et fraternelle, une Europe solidaire ». Le titre du manifeste présenté par le PCF tranche avec la tonalité du débat en cours à l’Assemblée nationale, où le projet de loi asile et immigration de Gérard Collomb a ouvert les vannes aux surenchères de la droite extrême. « S’il faut renforcer les efforts pour s’attaquer aux causes profondes de ces migrations forcées et des tragédies qu’elles entraînent, comment peut-on s’imaginer que la seule réponse serait de construire des murs que l’on voudrait infranchissables… illusion meurtrière ! » s’indigne Pierre Laurent en préambule du manifeste de cinquante pages, qui avance une série de propositions concrètes, travaillées avec les associations, qu’il s’agisse de l’aide au développement ou d’un nouveau dispositif d’accueil des demandeurs d’asile. Le PCF propose par exemple de délivrer des titres de séjour et des « visas humanitaires » avec autorisation de travail au bout de six mois, pour éviter l’exploitation, mais aussi d’assurer l’hébergement d’urgence sans condition de statut et refuser toute ingérence des services de contrôle dans la situation des personnes hébergées, rappelant également les principes de réunification familiale sans condition de ressources et de logement.

Le PCF favorable à une réduction des délais de rétention

Dans l’Hémicycle, le député communiste de Seine-Saint-Denis Stéphane Peu a eu l’occasion de rappeler que « la France doit tenir ses engagements internationaux au sujet des réfugiés et appliquer strictement la convention de Genève ». « Il faut absolument donner les moyens à l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) et à la CNDA (Cour nationale du droit d’asile) de remplir leurs missions et écouter leurs propositions. Nous portons un appel à la régularisation de dizaines de milliers d’étrangers qui construisent leur vie en France depuis des années, qui travaillent ici et qui ne sont pas expulsables, précise Stéphane Peu. Cela a déjà été fait en 1999, en 2004 ».

À l’inverse du projet de loi de la majorité, les députés communistes défendent en effet une réduction des délais de rétention et proposent que les recours dans le cadre d’une demande d’asile soient suspensifs. Mardi, les trois groupes de gauche (GDR, Nouvelle Gauche et FI) avaient tenté, sans succès, d’élargir les droits notamment pour les conjoints de réfugiés avec protection internationale. Sur la rétention des mineurs, Stéphane Peu ne décolère pas : « Face à des députés LREM qui s’interrogent à juste titre sur la décence de cette mesure – on parle quand même de privation de liberté pour des enfants –, le gouvernement propose de créer une commission sur le sujet. Oui, une commission sur la rétention des mineurs ! C’est sidérant ! » Sur ce point, le PCF propose l’interdiction des « tests osseux » et l’accueil de tout mineur sans condition dans un lieu d’hébergement dès son arrivée, accompagné par un travailleur social de l’Aide sociale à l’enfance (ASE).

Mercredi, lors d’une conférence de presse au Palais Bourbon, des députés FI avaient également présenté une série de propositions comme la création d’un « statut de détresse climatique et humanitaire », qui pourrait être accordé à la plupart des 40 000 déboutés du droit d’asile chaque année en France. Au sujet du « désordre des campements organisés par l’État », le député FI du Nord Ugo Bernalicis a défendu la création de « centres humanitaires provisoires dans les zones saturées », ainsi que 10 000 places supplémentaires en structure d’accueil. Communistes et insoumis demandent par ailleurs une renégociation des accords du Touquet, signés en 2003 par Nicolas Sarkozy, le PCF préconisant une « organisation de voies de passage légales, en application de la convention de Genève de 1951, pour les migrants qui ont droit à l’asile ou au rapprochement familial en Grande-Bretagne ». Jeudi matin, avec l’appui des groupes de gauche, l’Assemblée avait voté l’extension de la « réunification familiale » pour les mineurs réfugiés, qui leur permettra de faire venir leurs frères et sœurs, et non plus seulement leurs parents, sous les huées de la droite LR et du FN. Les débats ont été prolongés au moins jusqu’à samedi pour examiner les 1 046 amendements déposés. La loi devrait être votée à la fin du week-end.

Immigration. La gauche avance ses alternatives au projet de loi Collomb dans POLITIQUE
Chef de la rubrique Politique

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Cuba : « L’élection de Miguel Diaz-Canel Bermùdez est un message fort envoyé au peuple Cubain » (Pierre Laurent)

Posté par jacques LAUPIES le 21 avril 2018

 

20/04/2018 – PCF
Cuba :

Vous trouverez ci-dessous le courrier que Pierre Laurent a envoyé au Parti communiste cubain suite à l’élection de Miguel Diaz-Canel Bermùdez qui acte la succession de Raùl Castro Ruz à la tête de Cuba.

 

 

« Chers camarades,

Au nom du Parti communiste français, je tiens à saluer l’élection de Miguel Diaz-Canel Bermùdez, qui acte la succession à Raùl Castro Ruz.

Au moment où coïncident le 199è anniversaire de la naissance du Père de la Patrie Carlos Manuel de Céspedes, et celui de la victoire sur l’invasion des mercenaires à Playa Giron, la nomination de Miguel Diaz-Canel Bermudez, non issu de la génération historique, est un message fort envoyé au peuple Cubain, à sa révolution tracée par Fidel Castro et poursuivie par son frère Raùl.

C’est également un acte de confiance aux nouvelles générations cubaines, confirmé par l’élection du nouveau Parlement en mars dernier, où l’on compte 55,8% de nouveaux élus dont 13,2 % de moins de 35 ans et une moyenne d’âge de 49 ans. Une confiance également affirmée avec une représentation de 53,2% de femmes, faisant de Cuba le second Parlement à majorité féminine dans monde.

Ces changements à la tête de l’Etat cubain alimente déjà de nombreux débats, de nombreuses spéculations dans le camp impérialiste afin de discréditer le pouvoir populaire cubain. Mais, à l’heure où l’Amérique latine et Caraïbes connaissent une importante contre-offensive des forces néolibérales, ne lésinant sur aucun moyen pour déstabiliser les forces de gauche et progressistes du continent, nous sommes persuadés que, loin de plonger Cuba dans la nostalgie et l’inquiétude, ce qui prédomine, c’est la volonté affichée d’une révolution restant dans la continuité de son essence, de ses valeurs, de ses principes et de ses projets d’émancipation humaine, de justice, de coopération et de paix.

Nous sommes convaincus que le handicap qui pourrait exister pour une partie de la nouvelle génération de ne pas tirer directement sa légitimité de la révolution, sera vite dépassé, avec certainement un style différent, mais avec cette boussole de garantir les acquis sociaux auxquels la population est attachée, de poursuivre les réformes annoncées de développement social, économique et culturel du pays en préservant l’unité nationale.

Un enjeu sera majeur dans la période qui s’ouvre, celui d’en finir avec un blocus qui étrangle économiquement sur des besoins fondamentaux le pays et les Cubains, qui est une véritable arme pour tenter de porter atteinte à la démocratie et à la souveraineté populaire.

Dans la fidélité des relations d’amitié, de solidarité, d’échange et de volonté de batailles communes qu’entretiennent nos deux partis, nous souhaitons tous nos vœux de réussite et de soutien à la nouvelle équipe en place, dans sa responsabilité de mener à bien la destinée de Cuba, avec les Cubains eux-mêmes.

Restant avec nos élu-e-s à votre disposition pour continuer à ouvrir de nouvelles passerelles pour des accords de réelles coopérations entre nos nations, comme cela a pu être le cas en 2017, avec la France et l’Europe, nous souhaitons bon vent à Cuba et à Miguel Diaz-Canel Bermudez,

Recevez, Chers camarades, nos plus fraternelles salutations. »

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Mise au point dont nous devons tenir compte…

Posté par jacques LAUPIES le 21 avril 2018

Outre les vidéos produites sur internet qui mettent en cause la véracité d’une attaque chimique par le régime de Bachar El Assad, les explications donnée par Jean Luc Mélenchon qui condamne à juste titre les frappes des occidentaux. donne un éclairage sur les causes réelles.

Personnellement je partage le contenu de son exposé et je vous invite à l’entendre !

Sur ce sujet : les conflits au Moyen Orient comme sur un certain nombre d’autres sujets nombreux sont les accords avec JL Mélenchon il n’est pas inutile de le dire, cela n’empêche en rien de faire état de sérieuses divergences et inquiétudes que l’on peut avoir sur sa stratégie de rassemblement et d’union.

Comme on se doit de le faire à l’intérieur de son parti car la stratégie d’Union est un élément essentiel pour aller au pouvoir.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Réforme de la SNCF : une injonction de l’Europe ?

Posté par jacques LAUPIES le 20 avril 2018

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Cheminote. Une lutte qui redonne de la fierté

Posté par jacques LAUPIES le 20 avril 2018

 

Clotilde Mathieu
Jeudi, 19 Avril, 2018
L’Humanité
Quand elle enfile son «	costume de lumière	», Fabienne prend le nom de «	Pénélope	» la contrôleuse, clin d’Sil à Pénélope Solète incarnée par Chantal Lauby. Sébastien Ortola/REA<br /><br />

Quand elle enfile son « costume de lumière », Fabienne prend le nom de « Pénélope » la contrôleuse, clin d’Sil à Pénélope Solète incarnée par Chantal Lauby. Sébastien Ortola/REA
 

Contrôleuse depuis près de vingt ans, Fabienne est l’un des visages de la bataille des cheminots. Elle témoigne d’un quotidien difficile malgré l’amour du métier.

Fabienne est de celles qui luttent. Syndiquée à la CGT, elle ne compte plus les jours de grève, depuis son embauche en 1999 à la SNCF. « Quand t’es cheminot, tu ne travailles pas pour une entreprise mais pour le plus beau moyen de transport collectif qu’est le train. » Quand elle enfile son « costume de lumière », comme elle l’appelle, Fabienne prend le nom de « Pénélope » la contrôleuse, clin d’œil à Pénélope Solète, la présentatrice des Nuls l’édition, incarnée par l’actrice Chantal Lauby. Une « protection car nous sommes très exposés », explique-t-elle. « Et mon seul moyen de défense, c’est l’humour. » En vingt ans, Pénélope a vu son métier dérailler, après le virage de 2006. « Mon job, c’est d’être garante du bon déroulement du voyage mais il y a toujours quelque chose qui ne va pas, qui provoque une situation d’inconfort, le bar pas chargé, les sièges cassés, l’eau, le savon absents des toilettes, sans compter les retards divers et variés. »

Mère de deux enfants de 14 et 17 ans, elle a dû s’organiser

Pour elle, les « couacs », les pannes géantes, les accidents ne sont pas le fait du hasard. À bord de son TGV, la cheminote gère à la fois sa colère et celle des usagers. Par moments, elle y va la boule au ventre. Surtout les jours où elle est seule à bord, responsable de 500 voyageurs. Les insultes et les agressions, Fabienne a appris à vivre avec. Entre « les militaires qui ne savent pas se tenir, les usagers excédés… Un jour, un homme m’a coincée sur une plateforme, j’en ai même pas parlé à mon collègue, pour moi, ce n’était pas si grave, c’était bien avant #MeToo ou #BalanceTonPorc », raconte Fabienne. Des « anecdotes » de ce style, « on en a toutes », ajoute-t-elle. À cela s’ajoute les 2 découchés dans la semaine et les 22 week-ends (samedi et dimanche compris) par an. « Nos privilèges », ironise-t-elle. Avec un salaire de 2 000 euros net par mois – 1 400 euros de base et 600 de primes pour les « découchés » –, Pénélope a toujours eu le sentiment « d’être payée aux sacrifices de la maison ». Mère de deux enfants de 14 et 17 ans, elle a dû apprendre à s’organiser. Et j’ai la chance d’avoir « ma mère, mes tantes et mes copines », surtout durant les « cinq ans de célibat ». Pour bénéficier d’un repos fixe hebdomadaire, qui plus est le mercredi, elle a dû trouver une solution individuelle, en passant à 90 % de temps de travail. Son programme de roulement court sur six mois. Il est établi en juillet et en décembre. Elle doit trois mois de disponibilité en réserve, où son planning peut changer la veille pour le lendemain. « Et je ne prends que quinze jours de vacances, c’est plus simple avec les enfants. » Mais tout ça n’est rien à côté des obligations de roulement des conducteurs. « Leur vie, je n’en voudrais pas, c’est encore plus de sacrifices. » Outre les incidences sur la vie privée, le métier nécessite « d’être en forme ». « Nous sommes tout le temps debout. Sans oublier qu’il demande un niveau de concentration très élevé, car on vient tout le temps te solliciter quand on fait les procédures. Nous avons des tests médicaux dignes de ceux de pilotes de ligne. Quand je me suis arrêtée, j’en ai bavé pour reprendre la route. »

Le statut, Fabienne y tient autant que Pénélope. Pas pour une question d’argent. Dans une entreprise privée concurrente, « on gagnerait 20 % de plus », affirme-t-elle. « Le statut nous assure de finir à 19 heures les veilles de repos. Sans le statut, nous pourrions finir à 23 heures. Ce qui rallongerait nos rythmes de travail. » Il y a quelques années, la contrôleuse a été contrainte de s’arrêter pour un arrêt maladie pendant un an et demi. « Et mon petit dernier a vraiment apprécié de m’avoir tous les soirs à la maison. »

Lors des journées de grève les 13 et 14 avril, ses collègues au contrôle à Nantes étaient 74 % à cesser le travail, contre 32 % le 3 avril. Un record, se félicite la syndicaliste. « C’est monté progressivement, et là, c’est vraiment énorme, se réjouit-elle. La direction a tellement organisé le sabotage industriel qu’elle n’est plus crédible. » Et de pointer la baisse du niveau de sécurité des voyageurs qu’engendrerait l’ouverture à la concurrence.

Les citoyens viennent lui demander de continuer. « C’est revigorant. »

La grève de deux jours tous les trois jours, l’« arrange bien ». « Sinon, je n’aurai pas tenu trois semaines », estime-t-elle. Même si, avoue-t-elle, elle était dans une « colère rouge » lorsqu’elle a vu une date de fin. « Et après on fera quoi ? » s’interroge la cheminote. « Depuis quelques années, je me trouvais résignée, mais aujourd’hui ce mouvement c’est le contraire. ». Lors de la dernière AG dans le hall de la gare, une avocate qui prenait le train pour Paris est venue prendre plusieurs exemplaires de la Vraie Info pour la diffuser durant le trajet. Lors des distributions de ce numéro spécial édité par la CGT cheminots, Fabienne ne compte plus les citoyens qui viennent ainsi la voir, pour lui demander de continuer. « C’est revigorant. » Parfois, pour se lever à 5 heures tenir le piquet de grève, Fabienne pense à Arthur, un petit garçon auquel elle avait offert une étiquette à doudou alors que le train accusait un énorme retard et qui le soir même lui a envoyé une photo de son nounours.

Journaliste à la rubrique social-économie

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...8
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...