• Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Méta

  • août 2020
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • le rouge et le jaune

    SSC_0193-3

  • pourquoi mourir ?

    DSC_0455-1

  • sexo

    sexo

Notre ville comme bien d’autres de cette taille connait les inconvénients de l’extension des zones commerciales qui contribuent à la mise à mort des centres villes. Ces derniers sont livrés à l’abandon aux besoins d’une population qui les occupe et n’a pas les moyens de procéder aux rénovations nécessaires que nécessiteraient les maisons souvent frappées de vétusté et d’insalubrité. Peut-être faudrait il se pencher sérieusement sur cette question qui n’est pas sans effet sur le risque de ghettoïsation dont les prémices sont évidents. Penser à un habitat plus confortable pour les plus modestes, pour la mixité des différentes catégories sociales et en particulier pour le maintien à domicile des personnes âgées, est ce trop demander à des pouvoirs publics dont le conservatisme doit – être bousculé ?

Posté par jacques LAUPIES le 22 juillet 2020

Le 10 janvier 2020, à Paris, la Convention des citoyens pour le climat s'est tenue au CESE en présence d'Emmanuel Macron. Yoan Valat - POOL - AFP

Le 10 janvier 2020, à Paris, la Convention des citoyens pour le climat s’est tenue au CESE en présence d’Emmanuel Macron. Yoan Valat – POOL – AFP
Mercredi, 22 Juillet, 2020

LA « CONVENTION CITOYENNE » A ÉTÉ PLUS LUCIDE QUE LE CHEF DE L’ÉTAT

Au Sénat, le groupe parlementaire Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste (CRCE), présidé par Éliane Assassi, a étudié, une par une, les 149 propositions de la « Convention citoyenne ». Entre autres objectifs, cette dernière propose de « réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France de 40 % d’ici 2030 ». Pour mémoire, cette convention fut mise en place après les rencontres qui se déroulèrent entre le président Macron et des citoyens français, dont beaucoup d’élus locaux, suite aux actions menées par les « Gilets jaunes » à partir de l’automne 2018. À bien des égards, les membres de cette Convention se sont montrés beaucoup plus sérieux et responsables que ne le fut l’actuel président de la République depuis une douzaine d’années.

 

Les 150 membres de la « Convention citoyenne » furent tirés au sort. Mais, pour mener leurs travaux, ils ont bénéficié de l’apport de nombreux experts, qu’il s’agisse des dossiers environnementaux, agricoles ou autres. Néanmoins, le vote des mesures proposées au final fut de leur seule responsabilité. Le regard porté par le groupe CRCE sur leurs travaux est plutôt positif. Examiner, ligne par ligne, les commentaires que fait le groupe sur les 149 propositions de la Convention serait trop long, d’autant que certaines font l’objet de plusieurs phrases. Pour plus des deux tiers d’entre elles, le groupe CRCE fait part de son accord, sans réserve dans la plupart des cas, avec quelques remarques dans d’autres. Le présent article se contentera de mettre en exergue tout ce qui contribue à préserver les surfaces agricoles en France, un pays qui bétonne quelque 60.000 hectares de terres fertiles chaque année. Parallèlement, les friches industrielles se sont multipliées un peu partout en France depuis une quarantaine d’années, suite aux délocalisations de productions.

Macron a déjà rejeté toute idée de la taxation des dividendes

Voici donc quelques-unes des propositions de la Convention citoyenne qui ont le plein accord du groupe CRCE : « Définir une enveloppe du nombre d’hectares maximum pouvant être artificialisés divisant par 2 l’artificialisation des sols ; interdire toute artificialisation des terres tant que des réhabilitations ou friches commerciales, artisanales ou industrielles sont possibles dans l’enveloppe urbaine existante ; prendre immédiatement des mesures coercitives pour stopper les aménagements des zones commerciales périurbaines très consommatrices d’espaces ; faciliter les changements d’usage des terrains artificialisés non occupés ; faciliter les réquisitions de logements et bureaux vacants ».

La question se pose maintenant de savoir quel sort sera réservé à ces propositions par le président de la République et son gouvernement. On sait que le chef de l’État a déjà fait part de son opposition à toute taxation des dividendes versés aux actionnaires alors que la Convention proposait un modeste prélèvement de 4 %.

Quand Macron promettait toujours plus de grandes surfaces

Au-delà de leur justesse, les propositions de la Convention citoyenne citées plus haut pour limiter l’artificialisation des terres agricoles méritent d’être comparées aux propositions que faisait Emmanuel Macron en 2008, quand il a rédigé le rapport de la Commission Attali. Elle fut mise en place par le président Sarkozy pour répondre aux souhaits exprimés par Michel-Édouard Leclerc en faveur d’une croissance illimitée des grandes surfaces en France. Il y a quelque chose de sidérant dans les propositions que fit voilà douze ans l’énarque de 30 ans, encore inconnu des Français, qu’était alors Emmanuel Macron. Cette Commission était composée de grands patrons et de quelques économistes libéraux. Macron proposait d’accélérer la mise en place des grandes surfaces en critiquant la législation de l’époque en ces termes :

« Les lois Galland et Royer-Raffarin ont eu pour effet d’empêcher où de rendre plus coûteuse l’implantation de nouvelles entreprises de distribution et ont considérablement réduit la concurrence entre les enseignes existantes (…) 379 grandes surfaces ouvraient en moyenne chaque année entre 1986 et 1994, alors que leur nombre est tombé à 162 entre 1995 et 2003. Cette réglementation a particulièrement entravé le développement des grandes surfaces de type maxi-discount au moment même où ce format commençait à séduire les consommateurs. Aujourd’hui, le maxi-discount représente 13 % des parts de marché de la distribution alimentaire, contre 30 % en Allemagne », écrivait en 2008 l’homme qui sera embauché ensuite par la banque Rothschild, où il ramassera un « pognon de dingue » en facilitant des fusions-acquisitions entre firmes.

Macron n’a pas anticipé l’arrivée du drive et de la livraison à domicile

Dans son rapport pour la Commission Attali, Macron ne voyait pas arriver le drive et les livraisons à domicile, qui ont depuis réduit la fréquentation des grandes surfaces par les ménages, tout en bétonnant de nouvelles terres agricoles pour construire les entrepôts où sont préparés les colis. Déjà en 2008, la préservation des terres agricoles – à laquelle la Convention citoyenne accorde beaucoup d’importance – était le dernier des soucis du rapporteur de la Commission Attali. Il écrivait en page 132 de son rapport : « Le foncier ne manque pas en France où la densité de la population est la plus faible d’Europe. Mais il faut inciter les communes à l’utiliser et à le rendre constructible, en permettant à l’État de reprendre la main, en cas de nécessité. Il est aussi nécessaire de mettre en place des mécanismes privés incitatifs ».

Macron et Castex oseront-ils contrer les projets d’Amazon ?

Aujourd’hui ce sont des grandes et moyennes surfaces qui ferment, ce qui débouche sur de nouvelles friches industrielles. Mais, comme le montre l’article de Pia De Quatrebarbes en page 11 de l’Humanité de ce mercredi, Amazon veut bétonner 1,4 million d’hectares de terres fertiles dans plusieurs régions du pays pour préparer les colis à la vente en ligne, avant livraison à domicile. Ce qui se traduira aussi par des ballets de camions pour livrer ces plates-formes, puis encore plus de véhicules de plus petite taille sur les routes et dans les rues pour livrer les clients un par un. Ce n’est pas ainsi que l’on réduira nos émissions de CO2 de 40 % d’ici 2030.

Il se dit que Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique et solidaire, serait favorable à un gel de six mois des projets d’entrepôts, le temps d’évaluer leur impact part une mission parlementaire. Il faudra voir ce qu’il en adviendra. Mais revenons au président Macron. Devenu président de la République, il avait promis d’améliorer la situation des agriculteurs lors d’un discours prononcé au Marché d’intérêt national (MIN) de Rungis le 11 octobre 2017. La loi EGALIM a été votée un an plus tard. Elle devait permettre de tenir cette promesse. Ce ne fut pas le cas comme le déplore, en creux, la Convention citoyenne. Nous y reviendrons demain dans un autre article.

Gérard Le Puill
Notre ville comme bien d'autres de cette taille connait les inconvénients de l'extension des zones commerciales qui contribuent à la mise à mort des centres villes. Ces derniers sont livrés à l'abandon aux besoins d'une population qui les occupe et n'a pas les moyens de procéder aux rénovations nécessaires que nécessiteraient les maisons souvent frappées de vétusté et d'insalubrité. Peut-être faudrait il se pencher sérieusement sur cette question qui n'est pas sans effet sur le risque de ghettoïsation dont les prémices sont évidents. Penser à un habitat plus confortable pour les plus modestes, pour la mixité des différentes catégories sociales et en particulier pour le maintien à domicile des personnes âgées, est ce trop demander à des pouvoirs publics dont le conservatisme doit - être bousculé ? dans POLITIQUE
What do you want to do ?

New mail

 dans POLITIQUE
What do you want to do ?

New mail

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Soutenons l’humanité…

Posté par jacques LAUPIES le 20 juillet 2020

 

Notre demande de tenir un rassemblement de 20	000 personnes se heurte à l’actuelle norme des 5	000 participants dans un même espace. Caroline Doutre

Notre demande de tenir un rassemblement de 20 000 personnes se heurte à l’actuelle norme des 5 000 participants dans un même espace. Caroline Doutre
Lundi, 20 Juillet, 2020

LA FÊTE DE L’HUMANITÉ AURA LIEU AUTREMENT

Les risques sanitaires, financiers et judiciaires nous obligent à renoncer à tenir une Fête, même réduite, au parc de La Courneuve. Nous allons travailler à un événement d’une autre nature pour ce même week-end des 11, 12 et 13 septembre. 
Par Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité.

 

Depuis des semaines, nous travaillons en lien étroit avec les services de l’État et les autorités sanitaires pour chercher les conditions d’une tenue de la Fête de l’Humanité 2020.

La poursuite de l’épidémie et le moment avancé de l’été nous contraignent, la mort dans l’âme, de constater l’impossibilité d’organiser la Fête au parc Georges-Valbon de La Courneuve.

Depuis la moitié du mois de juin, nous avons répondu aux demandes des autorités étatiques et sanitaires pour l’organisation d’une Fête réduite en surface et en nombre de participants, avec un protocole sanitaire très strict. Mais l’interdiction de tenir des concerts, le port du masque obligatoire, les signes de reprise de l’épidémie créent beaucoup d’incertitudes sur la valeur, en septembre, d’une autorisation donnée aujourd’hui, d’autant que la Fête se situe au cœur d’une zone urbaine dense.

Des initiatives culturelles, de grands débats, des actes de solidarité internationale

Même notre demande de tenir un rassemblement de 20 000 personnes se heurte à l’actuelle norme des 5 000 participants dans un même espace. Avec les risques sanitaires bien réels, nous devons aussi prendre en compte notre situation financière. Pour tenir une Fête dans ce format réduit, deux millions d’euros seraient nécessaires, augmentés de 100 000 euros de dépenses liées à la mise en œuvre du protocole sanitaire. De premières évaluations nous font craindre un important déficit pour une telle initiative. Ce serait insoutenable alors que l’Humanité est toujours sous la contrainte d’un plan de « redressement-continuation » et que nous avons déjà engagé près de 500 000 euros de dépenses de préparation de la Fête. Les risques sanitaires, les risques financiers et judiciaires nous obligent à renoncer à tenir une Fête, même réduite, sur le terrain du parc de La Courneuve.

Dans ces conditions, nous proposons de tenir la Fête de l’Humanité dans un format nouveau les 11-12-13 septembre avec des initiatives culturelles, de grands débats, des actes de solidarité internationale, des prises de parole d’acteurs des mouvements sociaux, citoyens et culturels, en divers lieux de la région parisienne et au-delà, relayés sur une plateforme numérique dédiée. Nous souhaitons combiner notre nouveau projet de Fête avec une initiative de solidarité marquante pour les enfants en partenariat avec le Secours populaire français.

Afin de couvrir les frais déjà engagés et en soutien à l’Humanité, nous lançons un bon de soutien au prix de 25 euros, dont 5 euros seront reversés au Secours populaire (vous pouvez le télécharger ici). Nous éditerons également un hors-série qui valorisera les valeurs et combats portés par la Fête de l’Humanité au fil de son histoire.

Préparons ensemble cette « Fête autrement »

Soutenons l'humanité... dans POLITIQUE

Nous mesurons et partageons la déception de milliers de militants, de travailleurs, de jeunes, de citoyens, de femmes et hommes qui aiment à s’y retrouver dans une ambiance fraternelle et combative. Nous allons travailler à mettre à leur disposition un événement d’une autre nature qui puisse les rassembler, marquer l’actualité et être utile pour faire face à une situation sanitaire, sociale, culturelle, économique et politique qui s’annonce particulièrement difficile pour la jeunesse, le monde du travail et de la création. En ce sens nous recherchons le maximum de partenariats avec des acteurs sociaux, citoyens, culturels. Nous donnerons dans les jours à venir les éléments d’une architecture et un programme de la Fête de l’Humanité.

Nous vous proposons donc de préparer ensemble dans ces conditions si particulières « Une Fête autrement » utile à toutes celles et tous ceux qui souhaitent que se réalise l’Humanité. Comme le proclame en forme de profession de foi le visuel que nous offre l’agence Jésus et Gabriel, notre Humanité est plus forte que tout.

 dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Si cet incendie est criminel on doit poser la question : à qui cela profite – t – il ?

Posté par jacques LAUPIES le 19 juillet 2020

 

 

Un incendie a éclaté ce samedi 18 juillet dans la cathédrale de Nantes. Photo DR.

Un incendie a éclaté ce samedi 18 juillet dans la cathédrale de Nantes. Photo DR.
Samedi, 18 Juillet, 2020

A PROPOS DE L’INCENDIE DANS LA CATHÉDRALE DE NANTES

L’important sinistre qui s’est déclaré ce samedi matin à l’intérieur de la cathédrale de Saint-Pierre et Saint-Paul à Nantes est désormais circonscrit, ont indiqué les pompiers vers 10 heures, précisant que les dégâts étaient « concentrés sur le grand orgue ».

>Les pompiers avaient été alertés à 7h44 et une centaine d’entre eux ont été dépêchés sur les lieux pour lutter contre les flammes.

>La piste criminelle est pour le moment privilégiée, il y aurait eu en effet trois départs de feu. Une enquête judiciaire est ouverte.

>Jean Castex, Gérald Darmanin et Roselyne Bachelot se rendent sur place.

 

 

L’important sinistre qui s’est déclaré ce samedi matin à l’intérieur de la cathédrale de Saint-Pierre et Saint-Paul à Nantes est désormais circonscrit, assurent les pompiers. « Les dégâts sont concentrés sur le grand orgue qui semble être entièrement détruit. La plateforme sur laquelle il se situe est très instable et menace de s’effondrer », a déclaré le directeur départemental des pompiers, le général Laurent Ferlay lors d’un point presse devant la cathédrale.

 

« La console de l’orgue de chœur a disparu en fumée et les stalles en bois attenantes. Derrière le grand orgue, il y a des vitraux d’origine qui ont tous volé en éclats. C’est une verrière complète du XVIe » qui a été détruite, a expliqué le père François Renaud à l’AFP, précisant qu’il y avait beaucoup de suie à l’intérieur de l’édifice.

104 pompiers pour combattre les flammes

« C’est un feu important », avait indiqué un peu plus tôt dans la matinée à l’AFP le Codis, l’organe de coordination de l’activité opérationnelle des services d’incendie et de secours. Celui-ci avait alors précisé que les pompiers avaient été alertés à 7h44. 104 d’entre eux et 45 engins ont été dépêchés sur les lieux pour lutter contre les flammes.

« On lutte notamment avec l’aide de deux lances sur le feu », avait-il ajouté. Tout le quartier est bouclé. La police a élargi le périmètre de sécurité, pour éviter l’afflux de curieux. Et les pompiers seront certainement mobilisés « au moins toute la journée ».

L’hypothèse criminelle

Selon le procureur de la République de Nantes, l’hypothèse criminelle est privilégiée. En effet, d’après le chef des services pompiers de Loire-Atlantique, il y aurait eu trois départs de feu, « un au niveau du grand orgue et deux départs de feu à gauche et à droite de la nef ». Le procureur de la République de Nantes a confirmé à France Bleu Loire Océan : « Trois départs de feu, ça nous amène à privilégier l’hypothèse criminelle, ce n’est pas le fruit du hasard ». Il a indiqué qu’une enquête judiciaire est ouverte, le service régional de la police judiciaire a été saisi. Le procureur de la République, les pompiers et la police judiciaire doivent entrer dans la cathédrale aujourd’hui pour « faire quelques constatations pour regarder par nous-mêmes les dégâts et nous rendre compte des circonstances de commission des faits ». Un expert incendie du laboratoire de police technique et scientifique de Paris est attendu à Nantes pour examiner les départs de feu et l’installation électrique de la cathédrale.

Trois ministres sur place

Le premier ministre Jean Castex, Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, et Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, se rendent sur place dans la journée. « C’est un événement hors du commun. Je veux à tout prix en savoir plus et manifester ma solidarité aux Nantaises et Nantais, je veux savoir ce qu’il s’est passé, savoir où on en est et comment on entrevoit la suite et la reconstruction même s’il est sans doute un peu tôt pour le dire », a indiqué le premier ministre.

Un précédent sinistre en 1972

Ce n’est pas la première fois que cette cathédrale au cœur de Nantes est touchée par un incendie. Le 28 janvier 1972, le toit de la cathédrale gothique Saint-Pierre-et-Saint-Paul avait été ravagé par les flammes. Le sinistre s’était déclaré suite à des travaux effectués par un couvreur. Malgré l’arrivée rapide des pompiers, le feu avait gagné toute la charpente de ce bâtiment du XVe siècle classé bâtiment historique depuis 1862.

A voir en vidéo : le sujet d’archives de l’INA sur l’incendie de 1972.

La cathédrale de Nantes était restée fermée au public pendant trois ans, rouvrant en 1975.

En 2015, toujours à Nantes, un autre édifice catholique avait été touché par un incendie spectaculaire qui avait détruit les trois quarts du toit de la basilique Saint-Donatien-et-Saint-Rogatien, un édifice religieux du XIXe siècle.

Si cet incendie est criminel on doit poser la question : à qui cela profite - t - il ? dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

AVENIR DU TRIAGE DE MIRAMAS :

Posté par jacques LAUPIES le 18 juillet 2020

 

JP FARANDOU PDG DE LA SNCF, REPOND A P DHARREVILLE DEPUTE & A F VIGOUROUX MAIRE DE MIRAMAS

 Fin mai le député P Dharreville, F Vigouroux Maire de Miramas ainsi que les responsables des cheminots communistes de Miramas et Marseille interpellaient J P Farandou PDG de la SNCF concernant l’avenir du triage SNCF de Miramas.

 Celui-ci vient de nous répondre (voir courrier en pièce jointe), celui-ci se dit :

  • Intéressé par une rencontre sur la question du triage SNCF de Miramas, mais compte tenu de la situation du fret ferroviaire et de l’attente de mesures, elle « devrait avoir lieu dans un second temps » et nous propose de faire un point à la rentrée.
  • Être attentif à l’organisation d’une table ronde par le Préfet réunissant tous les acteurs concernés.

 Le Fret ferroviaire en France est sinistré, abandonné depuis des années, Avec seulement 9% de part de marché pour le fret ferré, la France est loin derrière des pays comme l’Allemagne, les Pays Bas ou encore l’Autriche, dont 30 % du fret passe par le train !

 Avec la crise économique actuelle, Fret SNCF transformé en SAS (Société Anonyme Simplifiée) est au bord du dépôt de bilan et risque de disparaitre à la fin de l’année!

 500 milliards d’euros d’argent public sont déversés, sans contrepartie, pour soutenir des plans de restructuration de multinationales et de filières entières, par milliers des emplois sont rayés d’un trait de plume, alors même que l’argent public, notre argent, coule à flot pour soit disant les aider.

 Une centaine de milliards d’euros sont destinées à financer des filières entières dont des grosses PME ou des multinationales françaises et étrangères : Automobile, énergie, BTP, aéronautique… et la SNCF, le Fret ferroviaire, pourtant mode de transport vertueux pour lutter contre le réchauffement climatique, serait écarté, sacrifié pour laisser encore plus de place au « tout camion » !

 La SNCF a grands défis à relever : organiser et développer les transports des voyageurs en pleine pandémie et augmenter l’activité fret de notre pays

 L’Etat a aujourd’hui une responsabilité plus grande encore pour financer le réseau, sa modernisation, et le développement de l’activité fret, notamment dans l’activité container et wagon isolé.

 La crise sanitaire confirme la nécessité de développer les modes de transports les moins polluants et, à ce titre, d’investir massivement dans le rail en France. Autant d’activités qui nécessitent des moyens humains et financiers. Des investissements publics massifs, à hauteur de 7 milliards d’euros, utiles pour l’emploi comme pour l’environnement.

Compte tenu de la gravité de la situation économique, le Préfet doit sans attendre organiser une table ronde sur l’avenir du Triage SNCF de Miramas en lien avec l’activité du Port de Marseille et de l’industrie, en réunissant tous les acteurs concernés.

 Marcel ALMERO et Henry BASCUNANA

Responsables des Cheminots Communistes de Miramas et Marseille

.
« La SNCF a besoin d’investissements massifs pour moderniser son réseau et développer l’activité fret » (Fabien Roussel)

 

.

 AVENIR DU TRIAGE DE MIRAMAS : dans POLITIQUE
What do you want to do ?

New mail

 dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Les classes pour les nuls

Posté par jacques LAUPIES le 15 juillet 2020

Image de prévisualisation YouTube
Les classes pour les nuls dans POLITIQUE
 dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12345...801
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...