• Admin.du Site

  • Archives

A propos de théorie et d’action … et de succession

Posté par jacques LAUPIES le 30 janvier 2024

 

Dans ma biblothèque il ya les oeuvres de Lénine et de Marx et de bien d’autres penseurs marxistes ainsi que des oeuvres littéraires (notamment des plus grands écrivains de notre pays) mais l’âge me gagne et je n’ai dans mon entourage un de ces jeunes militants à qui je pourrai léguer cela. 

Donc cela va disparaitre sans doute avec ma modeste personne agée de 88 ans.

Si par hasard quelque jeune, communiste ou pas, intéressé par la philosophie, la psychanalyse, l’histoire et la littérature en général le souhaite, je lui ouvre ma porte et la possibilité de maintenir sur un petit territoire un combat qui ne peut être abandonné : celui de la lutte pour l’égalité, la liberté et surtou la paix.

Ci dessous un texte que je viens de relever sur le site : lepcf.fr

 

 

A propos de théorie et d'action ... et de succession dans POLITIQUEPenser une gauche rationaliste avec Lénine

Jeudi 25 janvier 2024, popularité : 100%

 

 

  • mail
  • diaspora
  • facebook
  • google
  • linkedin
  • netvibes
  • printer
  • twitter
  • viadeo

voici un article publié par un jeune communiste dans le journal de la JC, l’avant-garde qui nous réjouit. Contrairement aux souhaits macabres de l’impayable Roubaud-Quashie qui dit dans son éditorial du numéro spécial de l’Humanité sur Lénine, « les fins connaisseurs de V. I. Oulianov se raréfient promptement au sein du PCF, au rythme des hospitalisations et des décès. », ce sont des jeunes qui prennent le relais ! Lénine est l’avenir du PCF !

Penser une gauche rationaliste avec Lénine

Cent ans après sa mort, on revient sur l’apparent « détour » philosophique de Lénine qui, en 1909, entre deux révolutions, prend le temps de développer une théorie de la connaissance. Ce moment aboutira à la sortie de Matérialisme et empiriocriticisme. Lénine ne fut pas seulement chef de parti, homme d’État et théoricien politique, il était un théoricien marxiste au sens très large.

Je crois qu’on peut retenir de son exigence théorique l’idée que la connaissance de la réalité est de première utilité pour transformer le monde.

Le rapport de la pratique humaine au savoir, et donc le rapport de la pratique politique au savoir, est pour Lénine un enjeu politique. Une pratique guidée par la connaissance permet un progrès historique, autant dans le domaine de la science que dans celui de la politique.

En bref, selon Lénine, si on connaît scientifiquement le monde, alors on peut le transformer.

Le politique n’est donc pas indifférent au débat entre philosophes et scientifiques sur l’existence d’une réalité objective indépendante de la conscience que nous en avons et, surtout, sur la possibilité de la connaître scientifiquement. Bien sûr, pour Lénine, la réalité objective, la « matière », existe et on peut la connaître, il prend clairement parti pour le « matérialisme ».

Il y a deux dimensions à cette position matérialiste et dialectique : la connaissance scientifique du monde permet la transformation sociale ; la pratique scientifique et industrielle prouve quotidiennement cette possibilité, et permet d’approfondir les connaissances. Ni la réalité objective ni les connaissances ne sont immuables.

Autrement dit, le progrès scientifique conditionne la production expérimentale et industrielle et il passe à la fois par elles. La transformation de la nature par le travail est un fait, la science est un fait, c’est tout à fait évident pour Lénine, car c’est de l’ordre de l’expérience et de la pratique quotidiennes : on réalise des composés chimiques qui produisent les effets attendus, on brise des atomes pour se fournir en énergie, on produit des alliages de métaux, etc. On fait l’expérience que des réalités imperceptibles, jusqu’alors inconnues, peuvent être appréhendées par la conscience grâce au développement des connaissances, et le fait qu’on agisse avec succès sur ces réalités imperceptibles est une preuve de la connaissance.

Lénine ne prétend pas se substituer aux scientifiques en affirmant comment la « matière » est structurée ou quelles en sont les propriétés : pour lui, la catégorie de « matière » permet d’affirmer l’existence d’une réalité indépendante de la conscience. S’il se soucie de ce débat, c’est bien parce que des idéologues font primer la foi sur la raison, parce qu’ils relativisent la valeur de la raison par rapport à la foi. Ces idéologues sont des adversaires politiques pour le révolutionnaire. Défendre, comme Lénine, la conception matérialiste et dialectique du monde, défendre les sciences, c’est inséparable d’affirmer que le changement de société est possible.

On doit à Lénine plus qu’à d’autres l’émergence d’une culture politique rationaliste, qui entretient des rapports avec les sciences, et donne au progrès des connaissances un rôle moteur dans son projet politique. Lénine, c’est l’héritage d’une gauche du réel et de la raison.

Amado Lebaube

 

INFOCOMMUNISTE

 

 dans POLITIQUE
­
­
­
­

280 rue de Lyon – 13015 Marseille
0495051010
contact@pcf13.fr | www.pcf13.fr

Cet e-mail a été envoyé à jacques.laupies2@orange.fr

Tu as reçu cet email, car tu es membre de l’exécutif de ta section.

Si vous souhaitez vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...