• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Pourriture de guerres : les effets pour oublier les causes et noyer les réalités

Pourriture de guerres : les effets pour oublier les causes et noyer les réalités

Posté par jacques LAUPIES le 10 décembre 2023

DSC_0802-photo 19 février à 2h20

 

Les gouvernants, les peuples, les corps constitués (assemblée nationale, Sénat, Conseil d’Etat, Cours des comptes et tout le bazar) les religions, etc. ont leur part de responsabilité dans l’acceptation des guerres. Que ce soit ouvertement, par omission ou par ignorance laisser faire la guerre fait d’eux des complices. Les partis politiques sont les premiers à perdre leur âme. Chacun de ceux qui s’engagent dans un camp ou dans l’autre se trouve nécessairement infecté par l’évolution de ce mal qui mine encore l’Humanité. Je ne parle évidemment pas de ceux qui sont à l’origine des guerres lesquels sournoisement ou ouvertement les fomentent pour, disent-ils, défendre des pseudos valeurs, un territoire, des dominations. Ils devraient systématiquement avoir à rendre des comptes devant un tribunal planétaire qui n’existe pas encore. 

Aider ou simplement défendre un des belligérants fait de celui qui cède à cette tentation, qu’il le veuille ou non, un complice des tueries guerrières.

Par contre celui seul qui s’oppose à la guerre ou simplement ne veut pas y participer est dans la vraie défense des droits de l’homme et mérite notre estime. Tout les autres ne sont que des faux culs !

Dans le processus qui aboutit à la guerre n’allez pas croire que seule la nation agressée est innocente.  Quand en son sein une classe lui impose son dictat, quand de ce fait son peuple est appelé à résister à un agresseur, il se révèle souvent lui-même un agresseur potentiel. Car la guerre n’est que la suite d’oppositions d’intérêt entre les dominants de chaque camp. 

En 1914 les classes dominantes allemandes à défaut d’obtenir un partage équitable de la colonisation entreprise sur tous les continents, entamée par les puissances féodales européennes depuis le XVème siècle notamment par l’Espagne, l’Angleterre et la France, ont eu recours au conflit armé pour parvenir à ce partage. En face d’eux la France rejointe pa r les puissances occidentales et leurs alliés avaient suffisamment fait preuve d’oppressions de toutes sortes à l’égard de la plupart de peuples colonisés pour se targuer de valeurs démocratiques ou pacifiques !

Certes la plupart des livres d’’histoire présentent par exemple sans référence au colonialisme le conflit qui, de 1914 à 1918, opposa l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, rejointes par la Turquie (1914) et la Bulgarie (1915), à la Serbie, à la France, à la Russie, à la Belgique et à la Grande-Bretagne, alliée du Japon (1914), à l’Italie (1915), à la Roumanie et au Portugal (1916), enfin aux États-Unis, à la Grèce, etc. 

Ainsi on élude les bases fondamentales de l’affrontement par le simple recours à l’énumération des nations concernées en omettant les contradictions entre les classes dominantes de chaque camp avec notamment leur méfait, provoqués par chacune d’elles, à l’interne en direction des classes populaires et à l’externe en direction des peuples libérés du colonialisme mais souvent en dépendance économique. 

Nous assistons, de nos jours notamment depuis la chute de l’URSS, à des analyses tronquées ou sont ignorés les comportements impérialistes des protagonistes des différents conflits : 

  • En Ukraine celui des Etats-Unis à la recherche d’un maintien de leur hégémonie mondiale avec l’accord de la plupart de leurs alliés européens sont en opposition avec celui d’une Fédération de Russie à la recherche d’une puissance économique et géopolitique perdue qu’elle veut retrouver. Quelles que soient les résistances internes dans les deux camps, sont en gestation des conflits de classe qui pèsent dans le niveau de leur agressivité (pression des opinions publiques, oppositions politiques, parfois influences religieuses, etc.) 
  • En Israël le comportement impérialiste étasunien réapparait plus fortement encore avec l’appui apporté aux “colonisateurs” face, non seulement à un peuple palestinien qui en est victime de longue date mais également face à des nations arabes soumises elles aussi à la pression des anciennes puissances coloniales et soumises également à des conflits de classe à l’interne. 

En Asie, en Afrique et en Amérique latine notamment existent des conflits soumis aux mêmes causes et aux mêmes effets. On retrouve les mêmes motifs de recherche de domination économique et donc géopolitique : pression d’impérialismes capitalistes recherchant par divers moyens à imposer des systèmes économiques, idéologiques adaptés à leurs besoins. 

On voit ainsi naitre des comportements qui conduisent aux exactions, aux crimes, ce qui est le cas actuellement le cas avec la guerre entre Ukraine et Russie.  Mais pas que…On voit des pans entiers des sociétés concernées par les conflits entrer non plus dans une réflexion sur leur origine mais dans de nauséabondes réflexions sur leur déroulement. Cela notamment avec le concours des médias contrôlées par les dominants idéologiques. Comme si rien ne s’était passé avant ! 

Plus grave l’implication et souvent l’approbation de la fourniture d’armes à laquelle contribuent les soutiens des belligérants, fait de des peuples des collaborateurs du camp que l’on a choisi pour eux ! Car la guerre est par excellence un moyen de manipulation qui n’épargne pas les professions intellectuelles et tous ceux qui assument des responsabilités. L’histoire nous le prouve mais également le présent !

Il suffit de visionner notamment LCI pour se rendre compte à quel point les journalistes et ceux qui mènent les débats pleurnichent ou se réjouissent du spectacle offert par le camp dit occidental ! J’ai honte de les voir jacasser…

Hélas avant que ne survienne une prise de conscience de cette saloperie généralisée qui envahit bon nombre d’esprits et que se créent ainsi les conditions du retour à la paix nous risquons le pire : l’extension du conflit à la planète tout entière. 

Une planète qui souffre déjà de la folie de tous ceux qui orientent et ont orienté vers une exploitation abusive de la nature ! 

Les plateaux de télévision se transforment en poulaillers où caquètent poules et coqs à n’en plus finir. Ils excellent dans des analyses d’un présent fait de conséquences souvent falsifiées et partisanes qui font fi des causes dont les caractères économiques et historiques sont la plupart du temps omis. 

Ces communicants étant bien entendu sous l’emprise d’intérêts de leur propre bourgeoisie nationale qui les exhorte à combattre pour la patrie pour des libertés au rang desquelles se trouve celle d’entreprendre et donc d’exploiter.

Ainsi sont organisés des massacres où sont instrumentalisées les principales religions. Tuons et Dieu reconnaitra les siens ! Des religions qui fourmillent de tendances, de courants et de sectes qui sous couvert de l’amour du prochain, quand ce n’est pas de l’amour tout court, acceptent le carnage et parfois y contribuent. Et si survient la parole d’un pape pour appeler à la raison, à sa manière certes, des voix s’élèvent pour s’en offusquer.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...