• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > « Je me suis éloignée de Jean-Luc Mélenchon qui est peu soucieux du rassemblement dans la diversité en croyant tout seul en lui. »

« Je me suis éloignée de Jean-Luc Mélenchon qui est peu soucieux du rassemblement dans la diversité en croyant tout seul en lui. »

Posté par jacques LAUPIES le 31 mars 2022

« Je me suis éloignée de Jean-Luc Mélenchon qui est peu soucieux du rassemblement dans la diversité en croyant tout seul en lui. » dans POLITIQUE gm8in

Sur la gauche et la présidentielle

« On ne doit pas se démolir mutuellement au sein de la gauche. »

« Je me suis éloignée de Jean-Luc Mélenchon qui est peu soucieux du rassemblement dans la diversité en croyant tout seul en lui. »

« La candidature de Fabien Roussel a cette vocation de réaffirmer une gauche qui soit populaire, républicaine, universaliste et sociale. »

« Ce qui se joue dans cette élection, c’est la capacité pour la gauche de récréer un rapport de force social qui ne peut se réaliser que dans l’esprit d’un rassemblement respectueux de la diversité. »

« Vous ne me ferez jamais dire que ça serait une catastrophe que quelqu’un de gauche arrive au second tour de l’élection présidentielle. »

« Je crains que le vote utile fonctionne à l’extrême droite. »

« Je trouve très peu probable que Mélenchon arrive au second tour. »

« A force de voter par défaut ou de voter pour un coup sans avoir le sentiment de défendre ses convictions, on assèche la gauche. »

« Le rapport de force politique est social. Et c’est aussi ça qui se joue dans cette élection. »

« On ne peut pas, quand on est de gauche, compter uniquement sur l’émergence de la colère. La colère ne construit pas de débouché. »

Sur Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel

« Le principal échec de Mélenchon est celui de ne pas avoir réussi à rassembler la gauche dès 2017. »

« Il y a un glissement idéologique chez Mélenchon. »

« Mélenchon ressemble plus à la gauche américaine qu’à la tradition républicaine de la gauche historique. »

« Je ne suis pas pour une République castratrice où l’Etat ferait tout. »

« Les chances de battre Emmanuel Macron ne sont pas nulles mais il ne faut pas prendre ses désirs pour des réalités. Et même si Mélenchon arrivait au deuxième tour, quel deuxième tout ferait-il ? »

« Je ne crois pas que la candidature de Fabien Roussel soit de nature à nuire aux chances de la gauche, au contraire. »

« Les désaccords à gauche ne sont pas si importants, mais importants, oui. »

« Je ne croirai jamais aux gauches irréconciliables mais je me méfie des fausses synthèses à gauche. »

« Je fais de la question du travail, une question centrale comme le fait Roussel et qui est de plus en plus estompée chez Mélenchon. »

Sur la laïcité comme fracture structurante à gauche

« La ligne de fracture à gauche sur la République et la laïcité est importante mais il ne faut pas la surestimer. »

« Toutes les enquêtes d’opinions montrent que les thèses intersectionnelles sont hyper minoritaires dans le pays – et même dans la réalité des quartiers. »

« L’ambition des jeunes de quartier comme des plus anciens c’est d’être reconnus comme citoyens à part entière et avec des droits à part entière. »

« Les propositions de Fabien Roussel de systématiquement combattre avec la dernière vigueur, toutes les formes de discriminations, sont essentielles. »

Sur la hiérarchie des combats à gauche

« Il faut savoir remettre les priorités à gauche. »

« La gauche n’est pas là pour faire la morale aux citoyens – notamment sur la question écologique. On doit s’attaquer structurellement aux problèmes et ne pas être dans le y’a qu’à, faut qu’on. »

« On a beaucoup abandonné la réflexion sur les structures à modifier qui vont permettre d’atteindre les objectifs – notamment écologiques. »

« Le combat de la gauche, c’est un combat de changement de structure. »

Sur les législatives et les accords à gauche

« L’hypothèse d’une disparition de la gauche à l’assemblée nationale est plausible si on ne se rassemble pas. »

« Il ne faut pas jouer à la roulette russe : il est urgentissime de travailler à un accord global aux législatives. »

« Il n’y a pas d’oukase. Tout le monde a sa place à gauche. Il y a des gens au PS qui sont sincèrement réformistes. »

« Il faut un minimum d’accords programmatiques qui donnent du sens. »

« L’union est un long chemin de dialogue pour lever les fausses différences et trouver les bons compromis là où il y a des divergences. »

Sur l’agenda de la gauche post élections

« Il faut réinventer une fédération. »

« La première étape sera de créer un comité de liaison de l’ensemble des forces de gauche pour établir une feuille de route de mobilisation avec les syndicats et les associations. »

« La France est dans un état d’ébullition larvée derrière une apparente apathie. Il faudra être prêt à donner des débouchés politiques aux combats qui vont s’imposer. »

« Tout le monde à gauche aura besoin de se dépasser. »

« Je ne crois pas à l’effacement des partis politiques. »

« L’indignation est là. Il nous faut des solutions. »

« Je ne comprends pas comment le besoin de gauche est tel, et en même temps que le recours à la gauche est si faible. Je n’y vois qu’une explication sociologique. En fragmentant les combats, on n’arrive pas à redonner du souffle. »

« On ne peut pas isoler les combats par cause. Nous avons besoin de combats fédérateurs. »

Sur Anne Hidalgo et la social-démocratie

« Le problème n’est pas tant Anne Hidalgo que la réalité politique qu’elle met en évidence. »

« Le quinquennat de François Hollande a lourdement discrédité le Parti socialiste. »

« Le PS a largement contribué à l’arrivée de Macron. »

« Le PS a sa place dans une recomposition générale. »

Sur Fabien Roussel

« En faisant le choix de Roussel, je fais le choix de ressouder le monde du travail et de retrouver une gauche qu’il incarne. »

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...