• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Eric Zemmour s’offre les services d’un entrepreneur ultra radical pour sa campagne présidentielle

Eric Zemmour s’offre les services d’un entrepreneur ultra radical pour sa campagne présidentielle

Posté par jacques LAUPIES le 16 novembre 2021

 

 

Info Libé

Article réservé aux abonnés
Election Présidentielle 2022dossier

Spécialiste des levées de fonds pour des candidats d’extrême droite, Tristan Mordrelle aide le polémiste à financer ses ambitions pour 2022. L’homme est connu dans les cercles révisionnistes.

Eric Zemmour s’offre les services d’un entrepreneur ultra radical pour sa campagne présidentielle dans POLITIQUE TZIYCO4DPFA3XD2G2KIXBUSHEE
Eric Zemmour à Bordeaux, le 12 novembre. (Thibaud Moritz /Abaca)

par Tristan Berteloot

publié le 16 novembre 2021 à 8h52
Pour l’aider à financer sa campagne, le candidat d’extrême droite (pas encore déclaré) à la présidentielle 2022 Eric Zemmour fait appel aux services d’un sympathisant de la Nouvelle droite, fils de collabo et proche de sphères néonazies. L’homme s’appelle Tristan Mordrelle, un spécialiste de la levée de fonds.Il est un camarade de Philippe Milliau, ancien du Bloc identitaire et président de la chaîne de désinformation TV Libertés, qui lui-même a été chargé par les équipes de Zemmour de «structurer» sa campagne en Bretagne et dans les Pays-de-la-Loire, mais aussi de mettre son réseau à disposition pour des opérations de mailing et de fundraising au bénéfice de l’ancien chroniqueur à CNews. Milliau a toujours travaillé avec Mordrelle pour ce genre de choses. Ce dernier a d’ailleurs participé à la création de TV Libertés, en 2014.

L’homme, qui refuse de confirmer ou d’infirmer l’information auprès de Libération, est considéré comme l’un des meilleurs prestataires du genre dans les milieux radicaux. Il dispose d’une énorme base de données de sympathisants dits de la «droite hors les murs» (ou supposés comme tels) ou ayant un jour donné leur argent à une campagne très à droite, à qui envoyer les requêtes en financement. Son réseau s’est constitué notamment dans le milieu de l’édition et des librairies d’extrême droite, où circule une bonne partie de la communication nationaliste et où l’on s’échange en sous-main les adresses postales et mails de ses clients.

Incognito et sous diverses identités

Né en Argentine en 1958, Tristan Mordrelle est le fils d’Olivier Mordrelle, plus connu sous le nom d’Olier Mordrel, ancien autonomiste breton, qui a collaboré avec les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et fut condamné à mort par contumace à la Libération.

Mordrelle est dans le secteur depuis longtemps : il a géré la librairie révisionniste Ogmios dans les années 80, située alors dans les locaux de l’ancien siège du Parti populaire français, le mouvement fasciste de Jacques Doriot, au 10, rue des Pyramides dans le Ier arrondissement de Paris – à 100 mètres de la statue de Jeanne d’Arc. Il a joué un rôle actif auprès de son ami Jean-Dominique Larrieu au moment de la création des éditions Avalon, qui fut à l’origine, entre autres, de la première traduction du Mythe du vingtième siècle d’Alfred Rosenberg, idéologue du Troisième Reich, rappelle l’historienne Valérie Igounet dans l’ouvrage collectif Négationnisme. Le génocide continué.

Mordrelle navigue dans ces cercles et au-delà, parfois incognito et sous diverses identités. Il affirme avoir récemment travaillé pour une liste d’extrême gauche aux municipales 2020, et pour un candidat «de gauche» aux régionales. Dans les années 90, il a été l’éditeur de nombreux magazines grand public, via le prestataire Garamond, notamment pour les éditions Atlas, où Mordrelle a été chef de projet. Il a aussi été secrétaire de rédaction pour la revue d’extrême droite Eléments.

Ancien du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (il y a adhéré à l’âge de 18 ans), comme Milliau et Jean-Yves Le Gallou, autre pilier de TV Libertés, Mordrelle a organisé des cérémonies néopaïennes dans son manoir situé près de Rennes, quand il en était encore propriétaire. Ses croyances ne l’ont pas empêché de planifier des levées de fonds pour SOS Chrétiens d’Orient, au moment des manifs contre le mariage pour tous, via sa société Ad Litteram, domiciliée à Redon (Ille-et-Vilaine).

Soutien par don ponctuel

Il y a peu, Tristan Mordrelle a distribué par courrier des documents de propagande pour les Amis d’Eric Zemmour. Dans ces «lettres», dont Libération s’est procuré un exemplaire, on retrouve un texte daté du 28 octobre signé «à Paris» par Diane Ouvry, la porte-parole de l’association de financement d’Eric Zemmour. Ouvry est une proche de Sarah Knafo, la conseillère politique du «polémiste» pro-Pétain, multicondamné pour incitation à la haine, et sa directrice de campagne. Dans le courrier, cette ancienne de la maison d’édition controversée Ring propose de soutenir Eric Zemmour par un don ponctuel de 50, 120 ou 300 euros (ou plus), car «une campagne présidentielle coûte plus de 15 000 000 d’euros !» et que Zemmour serait le seul à «pouvoir empêcher la réélection d’Emmanuel Macron».

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...