• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Télévision. L’Armée rouge, splendeur et misères d’un mythe

Télévision. L’Armée rouge, splendeur et misères d’un mythe

Posté par jacques LAUPIES le 14 septembre 2021

Lioudmila Pavlitchenko fut l’une des 2000 tireuses d’élite soviétiques qui combattirent durant la Seconde Guerre mondiale. © Vladislav Mikocha/MAMM
 

Télévision. L’Armée rouge, splendeur et misères d’un mythe

Mardi 14 Septembre 2021

Diffusé mardi soir sur Arte, le documentaire de Michaël Prazan fait la part belle à la construction du roman national soviétique autour de sa force armée, en n’occultant ni ses réussites militaires, ni le rude traitement de ses hommes.

 
L’ARMÉE ROUGE
Arte 
Mardi 14 septembre, 20 h 50

L’Armée rouge est bien un monument, une force élevée au rang de mythe par la propagande soviétique. À raison souvent, avec exagération parfois, comme le montre ce documentaire de Michaël Prazan. Sa création remonte à la fin de la révolution. Léon Trotski, récemment nommé par Lénine au commissariat à la Guerre, ne connaît rien à la matière militaire, mais la charge lui revient d’organiser une force armée permanente. Il recrute une armée de volontaires, encadrée par des officiers élus. Mais elle se révèle insuffisante, aussi la mobilisation générale est-elle décrétée, et cette première Armée rouge sera encadrée par d’anciens tsaristes versés dans l’art de la guerre. Pour les encadrer eux, on créera des milliers de postes de commissaires politiques.

Un tournant à la fin des années 1930

La méthode est efficace, et l’armée qui en résulte puissante. La fin des années 1930 marquera un premier tournant. Staline fera emprisonner, dégrader, voire exécuter des milliers d’officiers.

Néanmoins – le film passe vite sur ce point –, la puissance militaire n’en sera pas durablement affectée : « Grâce à ces répressions et à ces défaites du début de la guerre le niveau d’instruction des officiers a augmenté, écrivait le philosophe Alexandre Zinoviev (qui dirigera par la suite l’Institut de logique de l’université d’État – NDLR). Des quantités d’hommes ayant fait des études secondaires et supérieures ont pris le commandement de pelotons, de compagnies, de bataillons, de régiments. »

Le maréchal Joukov, un héros national

La bataille de Stalingrad donnera à l’Armée rouge son statut définitif, et consacrera le maréchal Joukov comme un héros national… mais il sera plus tard écarté car « personne, pas même son armée ne doit faire de l’ombre » à Staline. La première partie du documentaire, « La grande guerre patriotique », raconte cette gloire, sur laquelle la propagande s’est appuyée.

La seconde, consacrée à la guerre froide et jusqu’à aujourd’hui, montre le courage d’hommes et de femmes au service d’un idéal et de leur patrie plus que de ses dirigeants. Il faut dire que, des plaines de Sibérie aux montagnes afghanes, privations et humiliations ont jalonné l’histoire de ce qui a été, des décennies durant, la plus grande force armée du mond

Une Réponse à “Télévision. L’Armée rouge, splendeur et misères d’un mythe”

  1. .
    Comme la plupart des documentaires diffusés sur les chaines de télé et concernant l’URSS il n’est question que des defaillances du système, des crimes de Staline. Certes il y en a eu et d’impardonnables mais l’histoire de la révolution soviétique ne se résume pas à cela et l’echec ne fut pas qu’erreurs voire fautes de la politique intérieure…

    Bref beaucoup trop de raccourcis comme d’ailleurs lorsqu’il s’agit de traiter de la révolution chinoise et de sa suite !

    Dernière publication sur Témoin parmi tant d'autres : Jeunes l'histoire vous parle. N'attendez pas qu'elle se répète sous de nouvelles formes engagez vous pour le progres social et la paix ! Adhérez au Parti Communiste et faites voter Fabien Roussel.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...