• Admin.du Site

  • Archives

C’est le moment de se bouger le cul…

Posté par jacques LAUPIES le 27 août 2021

…pour que la candidature de Fabien Roussel trouve sa vraie place à gauche. Le parti communiste est-il armé pour cela face aux déferlantes médiatiques au service du capitalisme et de ses composantes politiques de droite ? Sans compter l’appui (souvent mortifère) apporté aux partisans d’une union sans contenu suffisamment transformateur pour affaiblir les tenants du capital et renforcer le ceux qu’il permet d’exploiter !

 

C'est le moment de se bouger le cul... dans POLITIQUE
 

Rentrée politique. La gauche a huit mois pour déjouer les pronostics

Vendredi 27 Août 2021

Données perdantes par les sondages, les formations progressistes entrent, avec leurs universités d’été, dans la dernière ligne droite vers une présidentielle à haut risque.

 

Le 10 avril 2022, c’est le rendez-vous fixé le 13 juillet par le Conseil des ministres : date du premier tour de l’élection présidentielle. Il y a déjà pléthore de prétendants. Les quatre principales formations politiques de gauche – PCF, EELV, PS, et FI (lire ci-contre) – auront toutes un candidat d’ici à la fin de septembre, sans compter l’aventure solo d’Arnaud Montebourg. Et, pour le moment, la météo électorale ne leur prédit rien de mirobolant. Selon le dernier sondage en date, celui d’Harris Interactive pour Challenges, l’insoumis Jean-Luc Mélenchon reste le mieux placé (11 %), devant la socialiste Anne Hidalgo (7 %), l’écologiste Yannick Jadot (6 %) et le communiste Fabien Roussel (2 %). En l’état, aucun progressiste n’est en mesure d’atteindre seul le second tour. Rien de nouveau, mais le temps presse, alors que certains croient toujours dans l’éventualité d’un rassemblement.

Après des régionales qui n’ont pas permis de clarifier les rapports de forces à gauche, le compte à rebours pour 2022 est donc officiellement lancé. Première étape : les traditionnelles universités d’été. Si les Verts se sont réunis la semaine dernière à Poitiers avant leur primaire, le PCF, la FI et le PS tiennent leur rendez-vous annuel ce week-end, respectivement à Aix-en-Provence, Valence et Blois. L’occasion de se mettre en ordre de bataille avant le scrutin d’avril tout en travaillant les questions programmatiques.

Il reste maintenant huit mois à la gauche pour créer une dynamique lui permettant de contrecarrer le duel annoncé Macron-Le Pen. Pour cela, il faudra affronter un calendrier de rentrée à haut risque : rentrée scolaire périlleuse en raison du Covid, rentrée sanitaire avec les manifestations anti-passe et la quatrième vague, et rentrée sociale avec l’entrée en vigueur de la réforme de l’assurance-chômage. Sans parler du débat politique monopolisé depuis des mois par la droite et l’extrême droite sur les thématiques d’immigration, de sécurité et de laïcité. Un défi de taille – mais pas impossible – pour une famille politique dont les candidats s’apprêtent à s’élancer chacun dans son couloir. 3… 2… 1…

Arnaud montebourg entrera en course le 4 septembre

Jamais deux sans trois. Après avoir échoué aux primaires socialistes de 2011 et 2017, Arnaud Montebourg va se lancer à la conquête de l’Élysée, avec le soutien du Mouvement républicain et citoyen (MRC) du souverainiste Jean-Pierre Chevènement. L’ancien ministre du Redressement productif devrait officiellement se déclarer le 4 septembre. Mais le chantre de la réindustrialisation a déjà laissé quelques indices sur la tonalité d’une campagne qu’il conçoit pour « réinventer la proposition de la gauche ». Sa recette ? « Une politique mixte » car « le pays est à droite sur le régalien et à gauche sur l’économique et social ». Tout un programme.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...