• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Ce soir arte fait dans l’Anti-Chine voire dans l’anti communisme et la deuxième chaîne nous sert une retrospective de la Révolution Française ! Déroutant pour ce qui est de la Chine car analyser l’histoire avec si peu de références à la lutte des classes, passée et présente est peu éclairant…De la propagande conciente ou non ! La présentatrice de théma et son invité avaient sans doute été missionnés pour les commentaires anti chinois !

Ce soir arte fait dans l’Anti-Chine voire dans l’anti communisme et la deuxième chaîne nous sert une retrospective de la Révolution Française ! Déroutant pour ce qui est de la Chine car analyser l’histoire avec si peu de références à la lutte des classes, passée et présente est peu éclairant…De la propagande conciente ou non ! La présentatrice de théma et son invité avaient sans doute été missionnés pour les commentaires anti chinois !

Posté par jacques LAUPIES le 14 juillet 2021

 

De remarquables scènes de reconstitution émaillent le film, restituant le climat insurrectionnel qui a fait surgir la figure du citoyen. © Julie Géant/Nilaya Productions

De remarquables scènes de reconstitution émaillent le film, restituant le climat insurrectionnel qui a fait surgir la figure du citoyen. © Julie Géant/Nilaya Productions
 

Télévision. Avec les « sans-culottes » du Paris révolutionnaire

Mardi 13 Juillet 2021

En cette veille de fête nationale, le documentaire Révolution !, sur France 2, insiste sur la dimension populaire et sociale qui a préludé à la Révolution française.

 
RÉVOLUTION ! (1 ET 2/2)
France 2, à partir de 21 h 5

De la formation de la première Assemblée nationale, par une alliance de la bourgeoisie et du clergé, à la Terreur et au désarmement des sections révolutionnaires parisiennes, en passant, évidemment, par l’abolition de la monarchie en 1792, Révolution ! constitue un retour vivifiant aux origines de l’esprit républicain.

 

Croisant, à travers de remarquables scènes de reconstitution, les points de vue de personnages issus du peuple des faubourgs et ceux de personnalités politiques de premier plan (Robespierre, Danton, Desmoulins et Marat), le réalisateur Hugues Nancy restitue, dans toute sa splendeur, le surgissement de la figure du citoyen.

Une analogie frappante avec les gilets jaunes

Ce qui saisit d’emblée, dans ce récit où les acteurs nous interpellent volontiers face caméra, c’est la proximité entre les revendications sociales et démocratiques d’hier, portées par les sans-culottes, et certains mots d’ordre du mouvement des gilets jaunes, dans une France, aujourd’hui encore, déchirée par les inégalités. « Pendant le tournage et les vingt semaines de montage, nous nous trouvions en plein dans la séquence des gilets jaunes. D’un seul coup, l’analogie devenait frappante », explique Hugues Nancy. Qui poursuit : « En cette fin de XVIII e  siècle se sont posées des questions fondamentales pour le vivre-ensemble, pour l’organisation de la cité. Elles ont toujours été d’actualité, en fait. Elles sont simplement plus ou moins exacerbées selon les périodes. » Avec Révolution !, le téléspectateur se retrouve comme immergé au cœur de l’action, dans les débats passionnés des clubs politiques et d’une presse en plein essor. Il voit se mettre en place tout un système de démocratie directe dans la capitale.

 

Pour ne pas oublier ce qui a mis le feu aux poudres

Ce n’est pas le moindre intérêt de ce documentaire fictionné que de rappeler, par ailleurs, le rôle central des émeutes dans le déroulé d’une Révolution trop souvent réduite à ses aspects institutionnels. N’oublions pas que ce qui a mis le feu aux poudres, dans la France de 1789 tenaillée par la misère, n’est autre qu’une « provocation patronale » : la volonté d’un certain ­Réveillon, à la tête d’une manufacture de papiers peints, dans le faubourg Saint-­Antoine, à Paris, de baisser les salaires de ses employés. « Nous voulions montrer que le peuple est toujours au centre des événements ­politiques. Entre 1789 et 1795, on observe un tiraillement entre les ouvriers et artisans, d’un côté, et les plus riches, de l’autre », souligne Hugues Nancy.

Après la dramatique fuite en avant dans la Terreur, par laquelle la Révolution en vient à « broyer tous ses héros », selon la formule du commentaire, c’est la bourgeoisie qui parvient à imposer son ordre : le suffrage que les sans-culottes voulaient universel ne sera que censitaire, c’est-à-dire réservé aux fortunés. L’aspiration à l’égalité continuera cependant de travailler les citoyens, resurgissant de façon magistrale, dès le siècle suivant, avec les soulèvements de 1848, puis la Commune de Paris de 1871.

Nourri de nombreuses archives, ce film redonne chair populaire et sociale à l’histoire de la République. Une démarche plus que salutaire dans nos temps troublés.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...