• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > « Avec 7 milliards on mettrait 14 000 cheminots sur rail »

« Avec 7 milliards on mettrait 14 000 cheminots sur rail »

Posté par jacques LAUPIES le 12 juillet 2021

 

« Avec 7 milliards on mettrait  14 000 cheminots sur rail » dans POLITIQUE 3631869

La CGT cheminots défend un service public ferroviaire et s’oppose à l’ouverture à la concurrence de la SNCF. PHOTO DR

« Avec 7 milliards on mettrait

14 000 cheminots sur rail »

ENTRETIEN

François Tejedor, secrétaire général de la CGT cheminots de Paca.

Depuis que la SNCF a réduit ses effectifs à quai et ses contrôleurs à bord des trains, les syndicats de cheminots n’ont eu de cesse de dénoncer une erreur stratégique par de nombreux mouvements sociaux. Le responsable CGT en Paca évalue l’effet de la mesure annoncée par Jean-Baptiste Djebarri sur la situation du service ferroviaire.

 

La Marseillaise : Comment accueillez-vous l’annonce du ministre des Transports ?

François Tejedor : Investir 7 milliards dans la redynamisation d’un millier de gares et lignes de proximité me laisse interrogatif. Surtout quand on sait qu’il nous a fallu mener une dure bataille pour obtenir 16, 7 millions pour la remise en fonctionnement du triage ! Et que parallèlement, on apprend que 60 emplois cheminots vont encore être supprimés dans les guichets et à l’accueil en gare en Paca… La discrimination que note la Défenseure des droits quant à la dématérialisation des billets, nous la dénonçons depuis des années mais nous n’avons jamais été entendus ni par la SNCF, ni par le gouvernement, ni par la Région sur cette question. Il y a donc deux discours : un pare-feu pour calmer les esprits face à la déclaration de la Défenseure des droits d’un côté et celui de la stratégie de la suppression des agents de l’autre dans le cadre d’appels d’offres pour être plus compétitif et mieux vendre l’entreprise au privé.

 

Installer des bureaux de Poste et des accueils CAF dans les gares, ou y « multiplier les espaces de coworking », comme l’envisage la directrice générale de Gares et connexions, vous paraît-il pertinent ?

F.T. : De quoi parle-t-on exactement? De quel service public ? À Tarascon par exemple, le commerce installé dans la gare est un bar à chicha. Est-ce qu’un postier, qui voit par ailleurs son bureau de proximité fermer, ou un agent de la CAF, dont l’accueil dans les quartiers a été supprimé, ou encore un travailleur indépendant en coworking ou un boulanger pourra renseigner un usager sur son billet, sa destination ? Est-ce que la politique de vente et de verbalisation de la SNCF qui a pris le pas sur celle du contrôle et de l’information va ramener les usagers vers le rail ? Le service fait des déçus puisque les sites sont parfois inaccessibles, les bornes cassées et les guichets fermés. Or, une fois dans le train, il n’y a plus de possibilité d’acheter un billet au contrôleur et le PV tombe. Il n’y a pas eu de personnels en plus en fonction de l’affluence estivale. Et en une semaine cette situation a donné lieu à deux agressions d’agents. Cette redynamisation ne ressemble donc pas une réhumanisation, mais bien plutôt à un nouveau déploiement commercial.

Que préconisez-vous ?

F.T. : Si ces 7 milliards étaient bien utilisés dans de vrais services aux usagers et non dans des artifices commerciaux, comme c’est le cas avec le choix récent de la SNCF d’installer des casiers Amazon en gare, ce serait une bonne nouvelle. Mais le ministre parle de « gens » pas de cheminots. Il n’y a aucun contenu dans cette annonce, on reste donc dubitatif sur comment va s’opérer cette redynamisation des lignes et des gares de proximité. Si on ne met pas d’agents SNCF dans ce plan, il restera inefficace. Un agent coûte environ 50 000 euros par an. Avec 7 milliards d’euros, on pourrait remettre 14 000 cheminots sur rail dans les trains et les gares sans problème. La SNCF se fait épingler par la Défenseure des droits et en moins d’une semaine, le gouvernement met en place un plan chiffré mais sans en donner les contours. C’est bien la preuve que si on le voulait, on aurait les moyens d’être dans notre rôle de service public ferroviaire.

Propos recueillis par M.G.

« Il y a deux discours : le pare-feu à la déclaration de la Défenseure des droits d’un côté et celui de la suppression d’agents de l’autre »

François Tejedor

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...