• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Sébastien Jumel : « Il faut donner du souffle à gauche, rallumer l’espoir »

Sébastien Jumel : « Il faut donner du souffle à gauche, rallumer l’espoir »

Posté par jacques LAUPIES le 19 juin 2021

Sébastien Jumel : « Il faut donner du souffle à gauche, rallumer l’espoir » dans POLITIQUE
 

Sébastien Jumel : « Il faut donner du souffle à gauche, rallumer l’espoir »

Vendredi 18 Juin 2021

À la tête d’une liste PCF-FI-PRG et d’un projet tourné vers les services publics et le renouveau industriel, Sébastien Jumel promet d’être la surprise de ces élections en Normandie. Entretien.

 

Sébastien Jumel rêve de créer la surprise en Normandie et de devenir le premier communiste à diriger la région. L’affaire ne sera pas aisée : avant d’espérer battre le président sortant Hervé Morin (les Centristes, soutenu par LR), grand favori, et le RN de Nicolas Bay, le député dieppois va devoir mobiliser davantage que la liste PS-EELV de Mélanie Boulanger avant d’envisager une fusion. Crédité de 10 % dans les derniers sondages, contre 16 % pour la socialiste, l’élu PCF pense néanmoins que son projet, axé notamment sur le renforcement des services publics de proximité, va convaincre le peuple de gauche.

Malgré les restrictions sanitaires, vous avez été très présent sur le terrain ces dernières semaines pour mobiliser autour de votre candidature. Quel bilan tirez-vous de cette campagne particulière ?

Sébastien Jumel Cette campagne a été pour moi un tour de Normandie à la Jules Verne à la rencontre des entreprises, des salariés, des agriculteurs, des pêcheurs, des maires ruraux, de la Normandie dans sa diversité. C’est une campagne que je qualifierais de « déconfinée », avec l’idée de déconfiner la démocratie, en faisant des réunions publiques presque tous les soirs. Nous sommes dans une belle dynamique, ça se voit aussi dans les sondages, qui évoluent dans le bon sens et montrent que nous avons pour le second tour une capacité de rassemblement supérieure à celle du PS, avec 31 % au lieu de 26. Les retours sur notre programme sont aussi très bons, avec des thématiques de campagne qui correspondent aux préoccupations des Normands.

Lesquelles ?

Sébastien Jumel Nous avons notamment placé la santé au cœur des priorités, alors qu’un plan de rattrapage pour nos hôpitaux publics est nécessaire, pour corriger le déficit de moyens humains en particulier. Nous voulons aussi recruter 200 médecins salariés pour combler les déserts médicaux, augmenter de 50 % les places en formation pour les aides-soignants et infirmiers, quand Hervé Morin a supprimé six instituts ou écoles. L’objectif sur la formation, c’est aussi de développer l’offre d’enseignement supérieur à partir du réseau des villes moyennes, qui est un moyen de lutter contre le renoncement à la poursuite d’études.

Sur la formation, comme sur l’emploi ou le ferroviaire, c’est une vision propre de l’aménagement du territoire, moins tournée vers les grandes villes qu’actuellement, qui a dicté votre programme ?

Sébastien Jumel Oui, ce que je souhaite mettre en place, c’est une région qui prend soin, dans laquelle chaque vie compte, chaque territoire compte. Le conseil régional doit être au service d’un réaménagement qui considère la ruralité vivante, avec un meilleur maillage concernant l’accès aux soins, aux formations. La crise sanitaire a révélé le besoin de proximité, le besoin d’avoir des services publics humanisés, notamment dans les milieux ruraux. Hervé Morin a fermé seize guichets de gare, 300 postes de cheminots et renoncé à développer ce que j’appelle les lignes de vie, ces lignes du quotidien nécessaires pour aller bosser, se soigner, se former, respirer la mer… Une région qui prend soin, c’est aussi une région qui parie sur la jeunesse. On propose la gratuité des transports pour les moins de 26 ans, la mise en place d’une allocation d’autonomie jeunesse, d’agir sur les problématiques de logement, d’accès aux stages, aux formations.

Un des points de désaccord ayant empêché un rassemblement avec le PS et EELV concerne l’industrie, quel est votre projet dans ce domaine ?

Sébastien Jumel Ce qu’a aussi révélé la crise, et la Normandie n’y a pas échappé, c’est notre incapacité à produire des masques, des tests, des respirateurs ou même un vaccin. Alors que depuis une dizaine d’années 13 500 emplois industriels ont été supprimés en Normandie, il faut placer le renouveau industriel au cœur du projet régional. Si on prend le temps d’écouter l’intelligence ouvrière, les projets alternatifs portés par les salariés, alors on pourra recouvrer les éléments de souveraineté industrielle made in Normandie. En conditionnant aussi les aides régionales au respect de règles sociales, environnementales, territoriales, tout en veillant à ce que les fonds capitalistiques étrangers ne siphonnent pas nos savoir-faire.

Un de vos premiers objectifs sera de réunir plus de suffrages que la socialiste Mélanie Boulanger. « Nous sommes la seule liste de gauche », avez-vous répété pendant la campagne, pourquoi ?

Sébastien Jumel Vu la situation, on n’a pas besoin d’un Hollande en vert, et la liste PS-EELV a fait le choix d’une campagne au centre. Moi j’ai fait le choix de m’adresser au peuple de gauche, c’est pour cela que je dis que nous sommes la seule liste de gauche. Si on veut que les jours d’après ne ressemblent pas aux jours d’avant, il faut tirer les enseignements de ce qui a conduit à abîmer la capacité d’un État et d’une région qui prennent soin, qui protègent. C’est nécessaire aujourd’hui de crédibiliser l’idée qu’il existe une alternative à l’extrême droite de Marine Le Pen et à l’extrême argent d’Emmanuel Macron. Et nous ferons la démonstration au second tour qu’autour d’un projet ambitieux, rassemblés nous sommes plus forts. Il faut donner du souffle à gauche, rallumer des étoiles d’espoir.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...