• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2021

La lettre des communistes pour les militants et tous ceux que cela intéresse

Posté par jacques LAUPIES le 27 janvier 2021

 

La lettre des communistes pour les militants et tous ceux que cela intéresse dans POLITIQUE
La lettre d’information des militant.e.s communistes

 

 

N° 844

Licenciements, suppressions d’emplois, luttes, propositions. 

Sanofi, Michelin, Thalès, Air France KLM, Les Fonderies du Poitou, Derichebourg Aeronautics, Mecafi, Jacob Delafon, Auchan, Comatelec, Sodexo… La litanie pourrait continuer encore, et elle fait froid dans le dos. Ces derniers mois, les annonces de si mal nommés « plans de sauvegarde de l’emploi » se sont succédé, trop souvent assorties d’une tentative de nous faire croire que ces suppressions d’emplois massives sont une conséquence de la pandémie de la Covid-19. 

 dans POLITIQUE

La vidéo de la semaine

 

Le Président de la République vit dans un bunker, traite les français comme autant de procureurs

Consulter les articles ci-après ou  

Télécharger le numéro PDF en cours

et accéder aux anciens numéros

 

 

 

A l’initiative

Licenciements, suppressions d’emplois, luttes, propositions

Sanofi, Michelin, Thalès, Air France KLM, Les Fonderies du Poitou, Derichebourg Aeronautics, Mecafi, Jacob Delafon, Auchan, Comatelec, Sodexo… La litanie pourrait continuer encore, et elle fait froid dans le dos. Ces derniers mois, les annonces de si mal nommés « plans de sauvegarde de l’emploi » se sont succédé, trop souvent assorties d’une tentative de nous faire croire que ces suppressions d’emplois massives sont une conséquence de la pandémie de la Covid-19.

Accéder à l’article

 

 

A l’initiative

Pour sortir de la crise, une autre utilisation de l’argent !

« Quoi qu’il en coûte » : sous prétexte de conjurer l’effondrement économique qui menaçait avant la pandémie, et que celle-ci a précipité, des masses énormes d’argent sont mobilisées. En France, la récession et les dépenses supplémentaires entraînées par le chômage partiel et par le soutien aux entreprises ont creusé le déficit public de près de 200 milliards en 2020.

Accéder à l’article

 

 

Ça Cocogite

De la « startup nation » à la « failed nation »

Lors de son avènement à la Présidence de la République, Emmanuel Macron avait exprimé sa volonté de faire de la France une « startup nation ». On allait voir ce qu’on allait voir, la France, grâce aux startupeurs premiers de cordée, allait devenir un leader mondial des nouvelles technologies en général des « bio tech2 », des « fin tech3 », des « légal tech4 », des « civic tech5 », de l’intelligence artificielle et du numérique en particulier.

Accéder à l’article

 

 

Centenaire du PCF

Le Parti du cinéma

En décembre 2020, le Parti communiste français a célébré son centenaire. L’histoire de ce parti, qui a structuré la société française et qui a joué un rôle de premier plan dans la vie politique française du XXe siècle comporte un important volet cinématographique. Malgré sa grande richesse, celui-ci reste méconnu du grand public, voire même des communistes.

Accéder à l’article

 

 

 

 

MJCF

Les étudiantes et étudiants relèvent la tête Annonce Macron, une première victoire !

Jeudi dernier, à l’Université Paris Saclay, en présence d’étudiants et d’étudiantes trié·e·s sur le volet, le Président de la République et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ont annoncé des mesures concernant la précarité étudiante et la reprise des cours en présentiel.

Accéder à l’article

 

Planète

États-Unis Vers une nouvelle politique migratoire

Dans les décrets considérés comme urgents par la nouvelle administration américaine, il y a la politique migratoire. Des annonces intéressantes qui prennent le contrepied de l’idéologie xénophobe et raciste de Donald Trump.

Accéder à l’article

Retrouver l’actualité du secteur International du PCF

Pour recevoir la newsletter du secteur International, pensez à vous inscrire :

http://www.pcf.fr/inscription_newsletter_internationale?

 

 

 

 

L’air du temps | Gérard Streiff

Il faut savoir…

Il faut savoir, c’est ouvert ou fermé ? Une enquête du Parisien, ce samedi, indique que si vous voulez aller au restaurant, à Paris, pas de problème : il suffit d’être discret, de connaître les codes et d’avoir le bon profil social. L’enquêteur donne des exemples précis (mais pas les adresses) de brasseries huppées du 16e ou dans le 6e près « d’un tribunal ». Les devantures sont fermées mais l’entrée sur cour ouverte. Dans un établissement, « les clients sont des politiciens et des hommes d’affaires qui passent par une conciergerie de luxe ». Un autre « accueille sa clientèle traditionnelle : des policiers et magistrats ! Ici juste un rideau tiré permet d’être invisible. » Dans une troisième adresse, voici « un financier venu avec cinq de ses collègues ». Pas de masques, pas de distances, et on fume, pour le fun. En conclusion, le reportage note « que les policiers n’ont pas fait la traque des restaurants clandestins une priorité : « On n’a aucune consigne », avance un commissaire. » On l’avait compris, leur priorité, ce serait plutôt de profiter des bonnes tables.

Accéder à l’article

 

L’illustration | Chantal Montellier

 

 

 

Pour permettre au PCF d’agir faites un don.

   Faire un don   
What do you want to do ?

New mail

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Jeunes encore et toujours oubliés…

Posté par jacques LAUPIES le 27 janvier 2021

 

Image de prévisualisation YouTube
Jeunes encore et toujours oubliés... dans POLITIQUE
 dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Régionales et départementales. Une drôle de campagne en perspective

Posté par jacques LAUPIES le 27 janvier 2021

 

Difficile a priori d’assurer le porte-à-porte, comme ces militants lillois du PCF, lors des municipales. Stéphane Dubromel/Hans Lucas

Difficile a priori d’assurer le porte-à-porte, comme ces militants lillois du PCF, lors des municipales. Stéphane Dubromel/Hans Lucas
 

Régionales et départementales. Une drôle de campagne en perspective

Mercredi 27 Janvier 2021

Les militants des partis de gauche se préparent pour les élections de juin, alors que les incertitudes n’ont jamais été aussi fortes et qu’il va leur falloir s’adapter aux circonstances sanitaires.

 

Un an après les élections municipales, frappées par un taux d’abstention historique, c’est la campagne des élections régionales et départementales qui démarre dans un contexte à nouveau incertain. Prévues pour le mois de mars, elles doivent être reportées en juin. Le projet de loi en ce sens a été examiné au Sénat, ce mardi 26 janvier. Si différer les scrutins avait déjà été acté la semaine dernière en commission des Lois, il reste à trouver une date, les sénateurs LR ayant proposé les 13 et 20 juin par amendement.

En attendant, les partis politiques et leurs militants sont dans un drôle d’entre-deux, en sachant que la crise sanitaire est loin d’être terminée et qu’un troisième confinement pourrait intervenir entre-temps. « On est un peu dans l’expectative », admet le secrétaire de la section de Dieppe du PCF, Jean-Henri Dufils. « Pour l’instant, les mesures sanitaires nous musellent un peu. On a du mal à comprendre ce qu’il se passe », ajoute-t-il dans une allusion aux hésitations du gouvernement quant aux éventuelles nouvelles restrictions qui pourraient être décidées. « On milite quand même, explique le responsable communiste, on a pris des initiatives. Même si c’est par téléphone, on fait tout pour garder du lien, notamment entre militants. Et on organise des bureaux de section toutes les semaines. »

Organisation au jour le jour

Nora Mebarek, secrétaire fédérale du Parti socialiste dans les Bouches-du-Rhône, semble partager ce sentiment. Évoquant le climat actuel dans le département, dont les maires sont obligés de déprogrammer des rendez-vous de vaccination, elle décrit « une situation de lassitude » qui se ressent également dans la campagne qui va devoir démarrer. Le processus de désignation des candidats socialistes aux départementales, qui doivent être élus par les autres militants, a été interrompu depuis l’instauration du couvre-feu à 18 heures « Il va falloir reprendre, à un moment où on demande aux gens de ne pas sortir », déplore la dirigeante socialiste. « Nous restons suspendus aux annonces de la semaine prochaine. »

Chez les écologistes, Julien Gelly, le directeur de campagne de leur chef de file Nicolas Thierry, en Nouvelle-Aquitaine, confirme également une « mobilisation au jour le jour »« Nous menons une campagne digitale qui met en avant nos propositions sur le climat et les contributions de la société civile », ajoute le militant d’EELV. Car, dans ce contexte, le numérique va probablement jouer le premier rôle. Et certains se disent plus à l’aise que d’autres sur ce plan. C’est le cas, notamment, des insoumis, dont le chef de file en Auvergne-Rhône-Alpes, Gabriel Amard, dit sa formation familiarisée avec ces outils. « On les a déjà mis en œuvre, rappelle-t-il, et nous organisons nos assemblées régionales et nos réunions de groupe d’action sur Internet. C’est assez fluide et ça permet des rencontres plus régulières et plus facilement organisables. Même si nous préférons les relations directes », concède-t-il. En attendant, « nous saisirons chaque fenêtre de tir qui permettra de mener des enquêtes en porte-à-porte ou dans la rue auprès de la population ».

Crainte d’une abstention record

Le souvenir des municipales est également dans toutes les têtes. « Après la fin du premier confinement, les porte-à-porte ont repris, souligne ainsi Nora Mebarek.  La situation sanitaire était de fait moins compliquée qu’aujourd’hui. » À présent, elle redoute qu’après le record historique des dernières municipales les électeurs ne boudent à nouveau les urnes : « Quand je vois l’abstention pour l’élection présidentielle au Portugal, ça m’inquiète. » Pour autant, pas question de parler d’un « report du report ». Avec un renvoi après la présidentielle, « il y aurait toujours le soupçon contre le gouvernement de vouloir confisquer la démocratie, estime l’écologiste Julien Gelly.  On peut comprendre ce débat. Mais ça fait un petit moment que les régionales sont dans le viseur de l’exécutif ». Pour Nora Mebarek, « au moment où l’on doit mener des politiques pour contrer les effets de la crise avec les collectivités territoriales, ces élections doivent avoir lieu. C’est au gouvernement de prendre ses responsabilités ». Bien entendu, « nous tiendrons compte de la situation sanitaire et des avis scientifiques. Si nous devions être confinés au moment du scrutin, ce serait étrange », concède toutefois Gabriel Amard. Le suspense risque de se poursuivre…

Régionales et départementales. Une drôle de campagne en perspective dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Pour rapprochement familial nous vendons un appartement sur Nîmes

Posté par jacques LAUPIES le 25 janvier 2021

 

Dans petite copropriété – Accès sécurisé dans une cour commune avec parking)

4 copropriétaires (350 € de charges annuelles – taxe foncière . enviton 1200 €)

Quartier calme proche centre ville avec toutes commodités

(école poste commerces pharmacie soignants etc) Pour rapprochement familial nous vendons un appartement sur Nîmes  dans POLITIQUE post-new

 
Superficie : 80 m2 – 1er étage avec accès extérieur depuis la cour et terrasse
 
3 pièces : séjour avec cuisine équipée ouverte, 2 chambres dont une avec salle de bain et WC et l’autre avec douche -  1 wc indépendant – buanderie
DSC_0445- Séjour 1  DSC_0456-Chambre 2
salle de bains   DSC_0455   cuisine 1
  DSC_0469- porche entrée et cour     DSC_0460- terrasse entrée   DSC_0448
Prix : 210 000 €
 dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Covid-19. Pourquoi les personnes obèses doivent être vaccinées en priorité

Posté par jacques LAUPIES le 25 janvier 2021

 

Agnès Maurin, directrice cofondatrice de la Ligue contre l’obésité.@ YVON LOUE<br />

Agnès Maurin, directrice cofondatrice de la Ligue contre l’obésité.@ YVON LOUE
 

Covid-19. Pourquoi les personnes obèses doivent être vaccinées en priorité

Lundi 25 Janvier 2021

ENTRETIEN. Agnès Maurin, directrice et cofondatrice de la Ligue contre l’obésité dénonce un calendrier vaccinal qui place les personnes souffrant d’obésité en troisième étape du déroulé, soit au mieux, au mois de juin. Or, 40 % des personnes décédées à l’hôpital sont en situation d’obésité.

 

Quelles sont les conséquences du covid pour les personnes souffrant d’obésité ?

AGNÈS MAURIN Développer une forme grave du virus et décéder. Cela fait un an que l’on explique que les personnes obèses sont davantage vulnérables. D’ailleurs, lorsque nous sommes sortis du premier confinement, les personnes en situation d’obésité faisaient partie des vulnérables et avaient donc accès à l’isolement et au certificat médical. Arrive la rentrée de septembre et l’État décide de remettre tout le monde au travail. Et là, les personnes obèses disparaissent… La ligue contre l’obésité est donc passée devant le Conseil d’État qui avec l’avis des scientifiques et des chercheurs, nous donne raison et réintègre les personnes souffrant d’obésité dans les personnes à protéger et à rester isolées. Le conseil d’État s’est donc prononcé. Et les chiffres sont là : près de la moitié, 47 % des patients en réanimation et 40 % des personnes décédées du covid à l’hôpital sont en situation d’obésité. Le collectif des chercheurs autour de l’obésité (Afero) est clair : l’obésité augmente la mortalité d’un facteur de 2 à 4 en fonction des études. Or, on nous explique aujourd’hui que les personnes obèses pourront être vaccinées en même temps que les personnes de 50 ans et plus, dans la phase 3 prévue en juin. Il faut très rapidement pour des questions d’efficacité et d’éthique vacciner les personnes souffrant d’obésité.

L’Irlande est confrontée d’une façon majeure au variant anglais du covid. Et depuis une semaine, un collectif de médecines irlandais a constaté une augmentation de la gravité de la contagion des personnes souffrant d’obésité et dès le plus jeune âge… On peut craindre la même situation en France, non ?

AGNÈS MAURIN Oui. On a constaté outre-Manche que la variant anglais augmentait la gravité de la maladie dès le plus jeune âge chez les personnes obèses. Et la France ne sera pas épargnée par ce variant.

Comment analysez-vous la stratégie vaccinale du gouvernement ?

AGNÈS MAURIN Aujourd’hui se pose une vraie question pour nous à la fois d’efficacité, tant que l’on n’aura pas vacciné les personnes qui sont obèses, nous n’aurons pas l’efficacité d’empêcher les confinements. Nous ne pourrons pas sortir la population française de l’état dans lequel elle est puisque le critère, ce sont les hôpitaux. Tant qu’ils seront engorgés, nous aurons une économie à l’arrêt. Non seulement ce n’est pas efficace, mais en plus c’est une question d’éthique. Suite à la dernière intervention du premier ministre qui a déclaré que les personnes vulnérables sont les premières concernées et qu’il fallait qu’elles soient très vite vaccinées, le conseil d’orientation de la stratégie vaccinale a pris une partie des vulnérables en les appelant les « ultras vulnérables » avec notamment les insuffisants rénaux et les personnes atteintes d’un cancer. On se demande vraiment aujourd’hui si les pathologies représentaient les associations concernées au sein de ce conseil. Si c’est le cas, est-ce que ça veut dire qu’il faut désormais appartenir à des cénacles parisiens pour obtenir une considération au plus haut niveau de l’État pour être vacciné ? Ça serait gravissime. Si nous sommes à l’heure des choix, ce qui a pu être évité aux services de réanimation ne le sera pas pour la vaccination. C’est impensable d’être obligé de choisir entre vulnérable et vulnérable !

Comment expliquez-vous ce retournement de situation ?

AGNÈS MAURIN On nous explique qu’il va y avoir pénurie de vaccins. Mais comment se fait-il qu’un gouvernement fédéral américain aujourd’hui incite dès maintenant dans sa phase 1A, donc dès aujourd’hui, à vacciner toutes les personnes souffrant d’obésité ? Je rappelle qu’aux États-Unis, ces personnes représentent 42 % de la population, contre 15 % en France. Il faudra que l’on m’explique comment les États-Unis peuvent vacciner 42 % de leur population et que nous, on ne peut pas vacciner 15 % des Français. On vit avec les vaccins ce qu’on a vécu avec les masques. Quand il n’y avait pas de masques, on nous a expliqué que ce n’était pas nécessaire d’en porter. Aujourd’hui on n’a pas de vaccins et plutôt que de l’avouer, on nous dit que la phase 3, c’est suffisant pour les personnes obèses. Les personnes prioritaires en phase 1 (cancers sous traitement, insuffisances rénales) représentent 800 000 personnes. Et les personnes obèses sont 7 millions. Les calculs sont vite faits : s’il y a pénurie de vaccin, on assure à cette grande partie de la population qu’elle ne fait plus partie des personnes avec un risque élevé. On a l’impression que ce gouvernement envoie dos à dos les Français. Ce sont des pratiques inadmissibles.

Quels sont vos moyens d’action ?

AGNÈS MAURIN Nous parlons dans la presse, nous rédigeons des tribunes. Nous avons monté des collectifs, écrit au Premier ministre, à celui de la Santé… Nous avons eu une réponse très laconique : les personnes obèses sont en phase 3. Sans explication

Covid-19. Pourquoi les personnes obèses doivent être vaccinées en priorité dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...8
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...