• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Pas question de faire campagne autrement que sur les propositions de notre Parti…Il faut enfin faire la différence d’avec les autres.

Pas question de faire campagne autrement que sur les propositions de notre Parti…Il faut enfin faire la différence d’avec les autres.

Posté par jacques LAUPIES le 9 novembre 2020

 

 

Jean-Luc Mélenchon a effectué sur le plateau de TF1 l'annonce de sa candidature à la présidentielle de 2022.

Jean-Luc Mélenchon a effectué sur le plateau de TF1 l’annonce de sa candidature à la présidentielle de 2022.
 

Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon officialise sa candidature

Dimanche 8 Novembre 2020

Le fondateur de la France Insoumise se lance pour la troisième fois dans la course à l’Élysée. Il conditionne tout de même une candidature « définitive » à l’obtention de 150 000 parrainages citoyens, et se présente en « pôle de stabilité » pour la gauche.

 

Jean-Luc Mélenchon a officiellement « proposé » sa candidature à l’élection présidentielle de 2022, ce dimanche 8 novembre sur TF1. Le leader de la France Insoumise, déjà candidat en 2012 et en 2017, a cependant assorti sa candidature définitive d’une condition : obtenir 150 000 parrainages de citoyens, une «  investiture populaire », depuis une plateforme internet qui vient d’être mise en ligne nousommespour.fr. Sur le plateau du 20 heures de TF1, le député de Marseille a d’abord critiqué le gouvernement pour sa gestion de la pandémie de Covid. Ils n’ont «  tiré aucune leçon du confinement précédent », a-t-il dénoncé, fustigeant «  la pagaille » et regrettant que cela engendre «  beaucoup de souffrances » pour les Français. «  Il faut qu’on commence à réfléchir à des alternatives au confinement. Il faut toujours prévoir, planifier, arrêter croire que les choses vont se faire toutes seules ».

Icon Quote Il faut qu’on commence à réfléchir à des alternatives au confinement. Il faut toujours prévoir, planifier, arrêter croire que les choses vont se faire toutes seules.

 

Interrogé sur sa candidature à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon l’a justifiée ainsi : «  Quand tout va mal, et que ça semble être nuit noire pour beaucoup de gens qui ne trouvent leur compte dans la brutalité de cette société, il faut allumer une lumière pour qu’on se dise « il y a un bout au tunnel, on peut faire autrement » ». Concédant qu’il n’était pas «  sympathique » pour tout le monde, il a néanmoins affirmé l’être «  pour des millions de braves gens. Donc oui, je propose ma candidature ». Le président du groupe des députés insoumis souhaite également mettre en avant «  l’harmonie des êtres humains et de la nature », que représente selon lui le programme l ’Avenir en commun qu’il avait déjà porté lors de l’élection présidentielle de 2017, «  au lieu de passer notre temps à discuter de religion ».

Icon QuoteJe commence à populariser et entretenir cette idée que les citoyens puissent investir un candidat.

Il a également justifié sa volonté d’obtenir 150 000 parrainages. «  Je mets la barre là où j’ai l’intention de la mettre dans une loi. Je commence à populariser et entretenir cette idée que les citoyens puissent investir un candidat ». La France Insoumise compte en effet déposer un projet de loi instaurant ce parrainage citoyen en plus des 500 parrainages d’élus déjà en vigueur pour valider toute candidature à l’élection présidentielle.

«Des mois de pagaille»

Interrogé sur les velléités de candidature parmi les insoumis, il a assuré que la FI ne comptait pas d’autre volontaire mais a jugé que son mouvement comptait «  beaucoup de talents. S’ils en avaient fini avec moi, il y en aura d’autres ». «  Bienvenue à tous ceux qui veulent participer à cet engagement », a-t-il ajouté.

Jean-Luc Mélenchon a également souligné que «  la société est dans une impasse. 2022 c’est une occasion d’innover, de faire différemment, d’abolir la monarchie présidentielle ».

Quant à ses relations avec la gauche, le député de Marseille a estimé que «  toutes les organisations ont décidé d’avoir un candidat », précisant que selon lui, «  les mois qui vont venir seront des mois de pagaille ». Hors de question d’attendre donc le concernant : «  il y en a marre d’aller aux élections pour élire le moins pire. Il est temps d’avancer. Je suis un pôle de stabilité. Pire que tout serait la confusion ».

Pas question de faire campagne autrement que sur les propositions de notre Parti...Il faut enfin faire la différence d'avec les autres. dans POLITIQUE
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...