• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Retour sur le dernier encyclique Fratelli tutti (tous frères)

Retour sur le dernier encyclique Fratelli tutti (tous frères)

Posté par jacques LAUPIES le 15 octobre 2020

 

J’invite les catholiques de ma ville à prendre connaissance de certains éléments de ce texte qui devrait conforter les convergences de luttes, l’union et pourquoi pas l’adhésion  au PCF pour en finir avec les dérives libérales et construire une société plus juste.

Nous allons organiser des séances pour informer et débattre sur le thème « Pourquoi l’éducation et l’action politique  des communistes deviennent indispensable à tous et particulièrement à la jeunesse »

Ces séances seront ouvertes aux jeunes communistes et à tous ceux qui  souhaitent s’informer sur les fondements, le fonctionnement de ce parti et de la vie politique en général.

 

https://www.pcf.fr/encyclique_fratelli_tutti_des_bases_de_rassemblements_possibles?utm_campaign=communistes_831&utm_medium=email&utm_source=pcf

le 14/10/2020 par PCF

Encyclique Fratelli tutti : des bases de rassemblements possibles

Fratelli tutti (Tous frères) est la seconde encyclique signée du pape François après Laudato Si qui évoquait la crise écologique.

Impossible évidemment de résumer les 90 pages qui constituent ce document. On y retrouve la conception du pape (confronté à de fortes oppositions internes) concernant la fraternité et l’amitié sociale déclinée autour de thèmes tels que l’immigration, le populisme, le libéralisme, les guerres, le rôle des religions, etc…

Retour sur le dernier encyclique Fratelli tutti (tous frères)  dans POLITIQUE

Pour les militant·e·s communistes, il est intéressant d’y pointer les convergences du vues sur le constat des évolutions du monde.

Cet article effectue un zoom sur quelques aspects. Il attire l’attention sur les bases possibles de rassemblements.

Il n’épuise pas les sujets de dialogue, voire de controverses sur d’autres aspects.

Voyons comment le pape lui même explicite sa démarche.

« Les questions liées à la fraternité et à l’amitié sociale ont toujours été parmi mes préoccupations.

« Quand je rédigeais cette lettre, a soudainement éclaté la pandémie de la Covid-19 qui a mis à nu nos fausses certitudes. Au-delà des diverses réponses qu’ont apportées les différents pays, l’incapacité d’agir ensemble a été dévoilée. Bien que les pays soient très connectés, on a observé une fragmentation ayant rendu plus difficile la résolution des problèmes qui nous touchent tous. Si quelqu’un croit qu’il ne s’agirait que d’assurer un meilleur fonctionnement de ce que nous faisions auparavant, ou que le seul message que nous devrions améliorer les systèmes et les règles actuelles, celui-là est dans le déni. »

L’obsession de la réduction des coûts du travail

Revenons à quelques constats développés par François à travers quelques extraits.

« L’avancée de cette tendance de globalisation favorise en principe l’identité des plus forts qui se protègent, mais tend à dissoudre les identités des régions plus fragiles et plus pauvres, en les rendant plus vulnérables et dépendantes. La politique est ainsi davantage fragilisée vis-à-vis des puissances économiques transnationales qui appliquent le ‘‘diviser pour régner’’. »

« Protéger le monde qui nous entoure et nous contient, c’est prendre soin de nous-mêmes. Mais il nous faut constituer un ‘‘nous’’ qui habite la Maison commune. Cette protection n’intéresse pas les pouvoirs économiques qui ont besoin d’un revenu rapide. »

« Ce rejet se manifeste de multiples façons, comme par exemple dans l’obsession de réduire les coûts du travail sans prendre en compte les graves conséquences que cela entraîne, car le chômage qui en est la résultante directe élargit les frontières de la pauvreté. »

« De nombreuses formes d’injustice persistent aujourd’hui dans le monde, alimentées par des visions anthropologiques réductrices et par un modèle économique fondé sur le profit, qui n’hésite pas à exploiter, à exclure et même à tuer l’homme. »

Le droit à la propriété privée n’est pas intouchable

« Certains naissent dans des familles aisées (…) Ceux-là n’auront sûrement pas besoin d’un État actif et ne revendiqueront que la liberté. Mais évidemment, la même règle ne vaut pas pour une personne porteuse de handicap, pour quelqu’un qui est né dans une famille très pauvre, pour celui qui a bénéficié d’une éducation de qualité inférieure et de ressources limitées en vue de soigner convenablement ses maladies. Si la société est régie principalement par les critères de liberté du marché et d’efficacité, il n’y a pas de place pour eux et la fraternité est une expression romantique de plus. »

« La tradition chrétienne n’a jamais reconnu comme absolu ou intouchable le droit à la propriété privée, et elle a souligné la fonction sociale de toute forme de propriété privée. Le principe de l’usage commun des biens créés pour tous est le « premier principe de tout l’ordre éthico-social » ; c’est un droit naturel, originaire et prioritaire. Tous les autres droits concernant les biens nécessaires à l’épanouissement intégral des personnes, y compris celui de la propriété privée et tout autre droit « n’en doivent donc pas entraver, mais bien au contraire faciliter la réalisation », comme l’affirmait saint Paul VI. Le droit à la propriété privée ne peut être considéré que comme un droit naturel secondaire et dérivé du principe de la destination universelle des biens créés. »

Sur la notion de « ruissellement »

« Le marché à lui seul ne résout pas tout, même si, une fois encore, l’on veut nous faire croire à ce dogme de foi néolibéral. Il s’agit là d’une pensée pauvre, répétitive, qui propose toujours les mêmes recettes face à tous les défis qui se présentent. Le néolibéralisme ne fait que se reproduire lui-même, en recourant aux notions magiques de “ruissellement” ou de “retombées” – sans les nommer – comme les seuls moyens de résoudre les problèmes sociaux. Il ne se rend pas compte que le prétendu ruissellement ne résorbe pas l’inégalité, qu’il est la source de nouvelles formes de violence qui menacent le tissu social. »

« Je me permets de répéter que « la crise financière de 2007-2008 était une occasion pour le développement d’une nouvelle économie plus attentive aux principes éthiques, et pour une nouvelle régulation de l’activité financière spéculative et de la richesse fictive. Mais il n’y a pas eu de réaction qui aurait conduit à repenser les critères obsolètes qui continuent à régir le monde ». [147] Pire, les réelles stratégies, développées ultérieurement dans le monde, semblent avoir visé plus d’individualisme, plus de désintégration, plus de liberté pour les vrais puissants qui trouvent toujours la manière de s’en sortir indemnes. »

« Celui qui subit une injustice doit défendre avec force ses droits et ceux de sa famille, précisément parce qu’il doit préserver la dignité qui lui a été donnée, une dignité que Dieu aime. »

Patrick Coulon

 dans POLITIQUE
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...