• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Je vais finir par donner raison au « comploteurs » tant toute cette affaire de virus semble parfois relever de la farce ! Une sinistre farce que chacun alimente en fonction de ses intérêts qu’il s’agisse des grandes entreprises, des politiques qui gouvernent, de certains journalistes, etc. Le troupeau suit,ou ne suit pas, dans un désordre absolu. La majorité semble croire aux incantations des uns et des autres. Le reste s’en fout. Une poignée se rebiffe et si elle a raison on est mal barré…

Je vais finir par donner raison au « comploteurs » tant toute cette affaire de virus semble parfois relever de la farce ! Une sinistre farce que chacun alimente en fonction de ses intérêts qu’il s’agisse des grandes entreprises, des politiques qui gouvernent, de certains journalistes, etc. Le troupeau suit,ou ne suit pas, dans un désordre absolu. La majorité semble croire aux incantations des uns et des autres. Le reste s’en fout. Une poignée se rebiffe et si elle a raison on est mal barré…

Posté par jacques LAUPIES le 9 septembre 2020

 

À Nice, le 24 août, des dizaines de personnes patientent devant un laboratoire d'analyses. © É. Gaillard/Reuters

À Nice, le 24 août, des dizaines de personnes patientent devant un laboratoire d’analyses. © É. Gaillard/Reuters
 

Covid-19 : le grand cafouillage de la stratégie de dépistage

Mardi 8 Septembre 2020

Alors que plus d’un million de tests PCR sont réalisés par semaine, les labos n’arrivent pas à gérer le flux de personnes. Conséquences : les délais s’allongent, ralentissant l’identification des cas contacts. La situation semble incontrôlée.

 

En rentrant du boulot ce jeudi soir, il est pris d’une très grande fatigue, accompagnée d’un mal de tête et d’une douleur à la gorge. Le lendemain, Grégoire passe sa journée à dormir. Mais, en soirée, un malaise vagal l’assomme littéralement. Inquiet, le jeune homme de 35 ans appelle SOS Médecins. Le toubib lui prescrit un test du Covid-19. Il s’exécute le lendemain. « Je ne suis pas allé dans les labos, complètement saturés, dit-il. Je me suis rendu dans le barnum installé dans le 18 e arrondissement de Paris. »

 

Après plus de deux heures d’attente, il réalise un test PCR (par le nez). « On m’a dit que j’aurai les résultats d’ici 36 heures. Je ne sais plus si on m’a conseillé de rester chez moi, mais ça me semblait évident. » Il espère avoir les résultats au plus vite. Car, depuis plusieurs semaines, la saturation des laboratoires d’analyse entraîne l’allongement des délais pour obtenir les résultats des tests. En province, la situation n’est guère plus reluisante. Des labos ne prennent pas de rendez-vous jusqu’à la semaine suivante. Des médecins de ville n’arrivent plus à les joindre. Selon Santé publique France, le délai moyen entre la date de début des symptômes et celle de prélèvement était, le 23 août dernier, de 3,3 jours contre trois jours début août.

Le résultat de « la désorganisation des autorités »

Le 2 septembre, le ministre de la Santé annonçait que plus d’un million de tests PCR par semaine sont dorénavant réalisés. On pourrait se réjouir d’une telle nouvelle, sauf que la machine déraille sérieusement. En cause : la possibilité de se faire tester sans ordonnance, sans symptôme et d’être remboursé, depuis le 25 juillet. « C’est l’auberge espagnole ! » tempête l’épidémiologiste Catherine Hill. Elle déplore une absence de stratégie des dépistages, résultat de « la désorganisation des autorités qui ont lancé les choses mais ne gèrent pas ».

 

L’un des problèmes provient, selon elle, des asymptomatiques. « La moyenne des contaminations vient de ces personnes », rappelle-t-elle. Les données de Santé publique France montrent que, sur cinq cas positifs, un seul est en contact avec un cas positif connu. Logiquement, Catherine Hill calcule qu’en multipliant le nombre de cas trouvés par cinq, on ne trouve aujourd’hui qu’un cinquième des cas positifs. Elle interroge : « Comment trouver les quatre cinquièmes qui échappent à la surveillance – dont la plupart ne savent pas qu’ils sont positifs – et qui contaminent autour d’eux ? » Surtout, l’accroissement des délais rend les résultats des tests caducs. « On isole les malades lorsqu’ils ne sont plus contagieux ! »

Un « gaspillage monumental de l’argent public »

L’épidémiologiste regrette le « gaspillage monumental de l’argent public » orchestré par le gouvernement : 250 millions d’euros par mois pour réaliser des tests dont les résultats arrivent après 48 heures, et donc « trop tard ». Elle prône la mise en place de tests groupés : disposer dans un seul tube le prélèvement de vingt personnes et observer si le virus circule ou non. Et aussi des tests salivaires, plus faciles à prélever, dont les résultats sont connus au bout de quelques minutes. « Toutes ces techniques devraient être réalisées afin de trouver les personnes contagieuses dès le début, sans attendre que les premiers symptômes arrivent, en général au bout de cinq jours. »

À titre comparatif, tous les pays ayant testé très largement dès le début, comme la Corée du Sud, la Chine, l’Australie, Taïwan, Hong Kong ou encore l’Allemagne dans une moindre mesure, ont réussi à mieux contrôler l’épidémie. Avec 24 millions d’habitants, Taïwan n’a eu à déplorer que 7 morts. La France, au 20 avril, trouvait un cas positif pour trois personnes testées. « Les tests étaient donc utilisés sur des personnes qui avaient de très fortes probabilités de porter la maladie », constate Catherine Hill. Au même moment, Taïwan et Hong Kong enregistraient un test positif pour cent. L’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud comptaient, quant à elles, deux pour cent de positifs. « En juin dernier, Pékin observait une résurgence de l’épidémie. Une partie de la ville a été confinée et 2,5 millions de tests ont été réalisés en dix jours. Ils ont trouvé l’aiguille dans la botte de foin : 227 cas positifs. Soit un cas pour 10 000 personnes testées. Aujourd’hui, ils contrôlent l’épidémie. Ce que la France n’a jamais su faire. »

Nadège Dubessay

Je vais finir par donner raison au
What do you want to do ?

New mail

 dans POLITIQUE
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...