• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > L’Union s »impose à gauche mais pas n’importe comment ? Il faut un projet commun avec un contenu de réformes incontournables sur le plan économique et social notamment et pas que…Dans ces conditions le PCF doit déclarer une candidature pour s’exprimer sur ce contenu ! Le reste viendra après que les français aient le temps de se faire une opinion. Quant à la « candidature unique » elle viendra ou pas après.

L’Union s »impose à gauche mais pas n’importe comment ? Il faut un projet commun avec un contenu de réformes incontournables sur le plan économique et social notamment et pas que…Dans ces conditions le PCF doit déclarer une candidature pour s’exprimer sur ce contenu ! Le reste viendra après que les français aient le temps de se faire une opinion. Quant à la « candidature unique » elle viendra ou pas après.

Posté par jacques LAUPIES le 21 août 2020

 

Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’EELV, Adrien Quatennens, coordinateur de la France insoumise, Clémentine Autain, députée de la FI, Olivier Faure, premier secrétaire du parti socialiste et Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, à la Fête de l’Humanité 2019. Photo Lahcène Abib

Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’EELV, Adrien Quatennens, coordinateur de la France insoumise, Clémentine Autain, députée de la FI, Olivier Faure, premier secrétaire du parti socialiste et Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, à la Fête de l’Humanité 2019. Photo Lahcène Abib
Vendredi, 21 Août, 2020

RENTRÉE POLITIQUE. LE COVID, UN TEST POSITIF POUR LA GAUCHE ?

Les partis de gauche tiennent ces jours-ci leurs universités d’été. L’objectif : préparer la riposte face au gouvernement alors même que la pandémie a révélé toutes les dérives et dangers du libéralisme. Or, la bataille idéologique fait rage, et est encore loin d’avoir un vainqueur.
 
Les vacances se terminent, et le Covid-19 est toujours là. Le plus dur de la crise économique et sociale est même toujours à venir d’après le gouvernement. C’est dans ce climat que se déroulent dès aujourd’hui et jusqu’à la fin de la semaine prochaine les universités et journées d’été des partis politiques de gauche. Que ce soit pour EELV et la FI ce week-end, ou pour le PCF et le PS le suivant, l’objectif est de fournir un travail intellectuel et programmatique capable de faire face à la crise et de bâtir le fameux monde d’après. Personne ne part pour autant d’une page blanche : de nombreuses pistes et conclusions sont déjà sur la table, tant les combats portés par la gauche depuis des années ont montré toute leur pertinence pendant le confinement. « La pandémie du Covid-19 prouve à quel point le libéralisme nous rend fragiles et nous met en danger. Il met à mal notre système de santé, s’attaque aux services publics, marchandise la recherche et précarise les métiers en première ligne. Il délocalise aussi la production de biens indispensables et détruit peu à peu toute souveraineté sanitaire et industrielle », mesure Fabien Roussel, secrétaire national du PCF. Mais alors même que la crise du Covid lui donne en grande partie raison, la gauche parviendra-t-elle à convaincre les Français dans les mois qui viennent ? « Cela ne se fait pas naturellement, hélas. Le chômage et la pauvreté peuvent nourrir la peur, l’égoïsme et le repli sur soi. C’est tout le travail de la gauche de faire naître l’espoir et surtout de faire prendre conscience aux gens du pouvoir qu’ils ont de changer les choses », ajoute le député du Nord. La bataille idéologique s’annonce ainsi des plus âpres dans les jours à venir, d’autant plus à deux ans de la présidentielle. « Il y a un danger, pointe Olivier Faure, premier secrétaire du PS. À gauche, nous nous sommes convaincus que le Covid nous a donné raison sur tout, et que le jour d’après sera forcément pour nous. Mais l’extrême droite pense elle aussi que le Covid lui a donné raison – sur le repli sur soi, sur les frontières, sur l’idée d’une ‘‘France aux français’’. Le jour d’après sera donc surtout ce que nous en ferons. »

Le train des réformes doit reprendre dès la mi-septembre

D’où l’intérêt de bien se préparer dès cette rentrée politique. « Ce qui domine nos Amfis, c’est clairement les suites à donner à la crise du Covid, avec comme fil rouge le monde d’après », indique d’emblée Ugo Bernalicis, responsable de l’événement organisé par la FI. « Notre programme de 2017, l’Avenir en commun, entre clairement en résonance avec cette crise », précise le député du Nord, qui considère que la FI est « au début d’un processus de régénération de ce programme. Il constitue un très bon point de départ, mais il va falloir mettre les bouchées doubles pour l’améliorer et le défendre. » D’autant plus que l’exécutif va présenter mardi son plan de relance, et n’envisage de rien lâcher sur son projet politique. Le train des réformes doit reprendre dès la mi-septembre. Emmanuel Macron et Jean Castex ont plusieurs objectifs : agiter une loi sur les « séparatismes » pour occuper le débat public et détourner l’attention de la crise économique et sociale, en plus de redessiner la carte électorale avant 2022.

« Le Covid a exacerbé une envie de sens »

Mais ils proposeront surtout dès l’automne deux budgets : celui de l’État et celui de la Sécurité sociale. C’est à n’en pas douter à ce moment que seront définitivement connus la réalité des prix et à qui l’exécutif entend faire payer la crise. « Bien que la pandémie donne raison à notre analyse, le travail des forces macronistes pour camoufler la réalité peut faire son œuvre : la dette va être utilisée pour tétaniser tout le monde », alerte Guillaume Roubaud-Quashie. Mais celui qui organise les universités d’été du PCF contre-argumente déjà : « Nous avons vécu des décennies sous un discours assénant que rien n’est possible et qu’il n’y a plus d’argent. Sauf que nous avons bien vu cette année que le gouvernement pouvait trouver cet argent. » Il y en a d’ailleurs encore plus à trouver, à travers par exemple une fiscalité plus juste, une meilleure répartition des richesses créées et une lutte acharnée contre la fraude fiscale. « La crise du capitalisme et la crise écologique n’ont pas non plus été déclenchées par le Covid-19. Nous allons donc élaborer la riposte aux réponses que le pouvoir entend donner à cette crise », ajoute le communiste. Au-delà de l’opposition à l’action de Macron viennent aussi les échéances départementales, régionales, et la présidentielle à gagner. « Le Covid a exacerbé une envie de sens. Cela crée des espaces de discussion à gauche. Mais la tectonique des plaques a été lancée bien avant », analyse Éric Piolle. Le maire EELV de Grenoble estime que trois blocs se font face : « Une droite de repli sur soi, un ultralibéralisme qui s’affirme de façon de plus en plus violente et un arc humaniste à cristalliser. » Lequel des trois passera le test du Covid-19 ? « Il y a un risque que la ‘‘gauche d’après’’ n’existe jamais. La crise du Covid montre pourtant plus que jamais l’urgence d’une gauche sociale, démocratique, écologique et féministe, et celle d’éviter un second tour entre les libéraux et les fachos », insiste Olivier Faure. « Ce qui compte, c’est le contenu du changement de société à réaliser. Il ne faut pas s’enfermer dans un débat sur les personnes », prévient d’emblée Fabien Roussel. Aurélien Soucheyre   https://www.limmobilierdesparticuliers.com/recherche/appartement-a-vendre-30/vends-appartement-a-nimes-30900-473985.html?fbclid=IwAR2hwEVN2Tadup–s-A1Ld3LgsM5yBRLgkIMZIjRxLUy7bW7OAjaAlI3Eik

L'Union s''impose à gauche mais pas n'importe comment ? Il faut un projet commun avec un contenu de réformes incontournables sur le plan économique et social notamment et pas que...Dans ces conditions le PCF doit déclarer une candidature pour s'exprimer sur ce contenu ! Le reste viendra après que les français aient le temps de se faire une opinion. Quant à la
What do you want to do ?

New mail

 dans POLITIQUE
What do you want to do ?

New mail

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...