• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 20 août 2020

La fête de l’Humanité n’est pas annulée, elle se tiendra autrement !

Posté par jacques LAUPIES le 20 août 2020

 

Publié le 19/08/2020 par PCF

La fête de l’Humanité n’est pas annulée, elle se tiendra autrement !

Avec l’épidémie de Covid-19, la fête de l’Humanité ne pourra se tenir comme les années précédentes, elle prendra exceptionnellement une forme nouvelle alliant initiatives décentralisées et format numérique au travers d’une chaîne télé qui durant les 3 jours de fête (11, 12, 13 septembre) donnera accès aux différents espaces de la fête (Forum social, Agora, Espace culture, Village du monde…).

La fête de l'Humanité n'est pas annulée, elle se tiendra autrement ! dans POLITIQUE

Chacun de ces espaces donnera accès à des débats, des concerts, des interviews, des événements en direct comme des rediffusions de moments forts de fêtes de l’Humanité passées.

La chaîne TV commencera à émettre dès le 10 septembre au soir pour se terminer le dimanche 13 septembre à 20h. L’objectif est de continuer à faire vivre une fête de l’Humanité porteuse de luttes, de convergences, d’alternatives politiques à l’heure où les questionnements politiques s’accentuent chez nombreux de nos concitoyens et où le gouvernement met tout en œuvre pour poursuivre son tour de vis libéral.

Pour faire retentir la fête de l’humanité partout en France, l’idée est de démultiplier les initiatives de rencontres, de débats, de moments conviviaux autour des événements retransmis par la chaîne TV de la fête.

Ainsi, chaque fédération ou section pourrait construire une initiative publique de la fête de l’Humanité sur son territoire. L’ensemble de ces initiatives seront recensées sur le site de la fête de l’Humanité. Ces moments de rencontre et de convivialité locaux pourraient être des moments importants de débat et de réflexion sur la situation politique mais aussi des temps de mobilisation dans la perspective d’une rentrée sociale qui ne doit pas être étouffée par la situation sanitaire.

Pour nous permettre la réalisation de cette fête de l’Huma, nous avons à disposition un bon de soutien vendu 25 euros dont 5 seront reversés au Secours populaire. Le bon de soutien est donc à la fois l’outil de construction de cette fête inédite mais aussi de la nécessaire solidarité dans la période très difficile que nous traversons. L’achat du bon de soutien sera cette année déductible des impôts et donnera droit à la réception d’un hors série de l’Humanité spécial fête de l’Humanité.

Les fédérations vont recevoir ces jours-ci les bons de soutien, comme les années précédentes il y a un enjeu à transmettre très rapidement le fruit des ventes à l’Humanité pour construire cette fête inédite qui pourra être visionnée collectivement ou individuellement par des centaines de milliers de personnes mais aussi de transmettre au secteur « vie des fédérations » au CN l’ensemble des initiatives que nous allons prendre partout en France.

Nathalie Simonet, membre de l’exécutif national, responsable de la diffusion du bon de soutien

 

https://www.limmobilierdesparticuliers.com/recherche/appartement-a-vendre-30/vends-appartement-a-nimes-30900-473985.html

 

 dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Il appartient au peuple malien de décider seul de son avenir

Posté par jacques LAUPIES le 20 août 2020

 

Publié le 19/08/2020 par PCF

Il appartient au peuple malien de décider seul de son avenir

Le coup de force conduit par des officiers supérieurs de l’armée malienne marque une nouvelle étape dans le délitement total de la situation du pays. Le président de la République, Ibrahim Boubakar Keïta, qui a été arrêté, a annoncé sa démission, celle du gouvernement et la dissolution du Parlement. Quant aux militaires, qui ont procédé également à la neutralisation de la presque totalité de l’état-major et à l’incarcération de personnalités civiles, ils annoncent une transition civile censée conduire à des élections. Ils ont reçu le soutien d’une partie de l’opposition organisée autour du mouvement M5-MFP, coalition d’hommes politiques, de représentants de la société civile et de religieux.

Cette intervention d’une partie des militaires est le résultat d’une dynamique de mécontentement profond face à la crise sécuritaire, sociale et politique dont la lutte contre le djihadisme n’est qu’un aspect.

Depuis des décennies, le peuple malien subit des politiques libérales et d’ajustements structurels entravant toutes politiques publiques de développement, aggravant les inégalités et la misère. La corruption généralisée, la gabegie, nourrissent le ressentiment et la colère sociale face à l’enrichissement éhonté de la classe dirigeante. Les droits humains y sont constamment bafoués par des régimes autoritaires soutenus à bout de bras par des puissances étrangères et notamment la France. Rien n’est fait pour traiter les causes de ce désastre alors que la situation sociale ne cesse de s’aggraver.

Par ailleurs, le pouvoir en place, totalement discrédité, était largement contesté depuis les récentes législatives. L’opposition avait dénoncé les fraudes massives donnant lieu à des manifestations pacifiques d’ampleur. Celles-ci ont été durement réprimées dans le sang, faisant plus d’une vingtaine de morts parmi les protestataires sans que cela n’émeuve les protecteurs du régime.

Ces impasses s’exacerbent avec la déstabilisation conduite par des entreprises de violence liées au banditisme et aux groupes armés djihadistes. Ces organisations continuent à gagner en influence, montent en puissance, en effectifs et étendent leur implantation. De toute évidence, l’hyper-militarisation avec notamment la présence croissante des forces armées françaises ne produisent pas l’effet escompté et marque ses limites en raison de l’absence de perspectives politiques.

Les attaques se multiplient, éprouvant massivement l’armée malienne. En son sein, la grogne monte face aux revers, à la pression des combats, aux problèmes de solde alors que les fonds alloués aux forces armées ont accéléré une corruption devenue insupportable. L’indifférence à leur sort de la part des autorités politiques mais aussi la dénonciation d’exactions contre les civils notamment dans le village d’Ogossagou, ont contribué à ce coup de force alors que les militaires étaient jusqu’à présent restés en dehors de la contestation.

Ainsi, les solutions promues par la communauté internationale et plus particulièrement Paris, avec ses ingérences multiples, ses politiques d’austérité et la militarisation exclusive conduisent à l’échec et au chaos politique.

Comme le réclament les Maliens, il n’y a pas d’autres alternatives que le dialogue entre les forces sociales et politiques pour trouver une issue à la crise. Il appartient aux Maliens de décider seuls de leur avenir pour rester maîtres de leur destin. L’absence de développement génère le désespoir et nourrit les forces réactionnaires et régressives qui se positionnent à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Il y a urgence d’une transition ouvrant une perspective de paix durable. Le Parti communiste français est aux côtés du peuple malien afin de bâtir une coopération solidaire fondée sur le progrès social et le respect des droits humains et démocratiques.

Il appartient au peuple malien de décider seul de son avenir dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...