• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour février 2020

Sébastien Jumel, Député PCF de Seine-Maritime et membre de la commission spéciale retraite,

Posté par jacques LAUPIES le 6 février 2020

 

 

Sébastien Jumel,  Député PCF de Seine-Maritime et membre de la commission spéciale retraite, dans POLITIQUE

Sébastien Jumel,

Député PCF de Seine-Maritime et membre de la commission spéciale retraite,

Il était l’invité de la Midinale de Regards,

Ce mercredi 5 février 2020

https://youtu.be/Dg9wijkt8iY

vjo80 dans POLITIQUE

« La seule dignité qu’il reste au peuple réside dans sa capacité à résister »

 

Sur le congé pour deuil d’un enfant

« Ils ont fait une connerie sans nom. »

« Être député, c’est avoir du cœur. C’est être capable de réagir avec ses tripes. »

« Ils ont une calculette à la place du cœur. »

« Ils vont prendre cher avec cette histoire. »

« On savait que les marcheurs était des Playmobils, maintenant on sait que ces Playmobils n’ont pas de coeur. »

« Ils n’ont aucun ancrage et aucun sens des réalités. »

« Dans les ministères, ce sont les administrations qui décident. Il n’y pas d’arbitrage politique. »

 

Sur le rôle des oppositions dans la réforme des retraites

« Notre rôle est de faire entrer la colère dans l’hémicycle, de faire entrer la vraie vie. »

« L’espérance de vie en bonne santé n’est pas la même lorsqu’on est ouvrier dans une verrerie, décortiqueuse de Saint-Jacques, trieuse de verres, que lorsqu’on nage dans le luxe, le calme et la volupté des hautes études et des boulots fortement rémunérés. »

« Ce projet va pénaliser la France qui travaille, va aggraver les inégalités hommes/femmes et rendre illisible le calcul de sa propre retraite. »

 

Sur la dénonciation de l’obstruction de l’opposition

« L’obstruction vient du gouvernement : recours à 29 ordonnances, procédures accélérées. »

« J’ai bien peur qu’ils n’aient recours à l’autoritarisme ultime du 49.3. »

« On utilise les armes qui sont à notre disposition. »

« On veut les contraindre à discuter du fond. On veut les obliger à répondre aux questions auxquelles ils ne répondent pas. »

« Dans aucune profession de foi des députés La République En Marche, il n’était indiqué qu’on travaillerait plus longtemps et qu’on partirait plus tard à la retraite. »

« Notre rôle est dans prendre les députés La République En Marche en flagrant délit de mensonge, en flagrant délit de turpitude et on le fait par tous les moyens. »

 

Sur l’usage potentiel du 49.3

« Ça serait un tournant majeur du quinquennat. »

« Emmanuel Macron passerait en force contre 61% des Français et la quasi totalité des organisations syndicales. »

« Il y a de l’espoir, notamment qu’on soit demain en responsabilité pour retirer ce projet avant qu’il ne se mette en œuvre. »

« Il faut envoyer un message à Emmanuel Macron aux municipales. »

 

Sur la proposition de réforme des retraites du PCF

« Il nous appartient de développer des arguments solides. D’abord pour dire que notre système n’est pas un déficit et qu’il y a des solutions pour le financer : réduire les exonérations patronales, travailler sur l’égalité hommes/femmes, expliquer que, quand on supprime des emplois publics, on aggrave le déficit. »

« Le sens de la vie, c’est de s’épanouir au travail mais la retraite doit être un second temps de vie : pour s’engager dans la vie associative, pour être utile à la vie associative, prendre soin de sa famille, pour voyager. C’est projet de société contre projet de société. »

« Le sens de la libération de l’homme, c’est de travailler moins, de travailler mieux et de vivre plus longtemps en bonne santé. »

 

Sur la 9ème journée interprofessionnelle

« Je sais que les jours de grève pèsent lourd sur les feuilles de salaire. »

« La mobilisation unitaire, la fraternité retrouvée, la dignité d’une certaine manière de manifester me dit que nous avons déjà gagné parce que le peuple prend conscience que face aux puissants, face à ceux qui veulent les écraser, la seule dignité réside dans la capacité à résister. »

 

Sur le rassemblement de la gauche

« J’adore François [Ruffin], j’aime la manière dont Clémentine [Autain] agit comme parlementaire et je pense que le peuple de gauche attend de nous qu’on mette l’accent sur ce qui nous rassemble et qu’on soit fort de notre diversité. »

« Le peuple de gauche attend de nous qu’on soit en situation de crédibiliser l’idée que nous sommes une alternative. »

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

La Chine inquiète les dirigeants américains mais ce sont ces derniers qui devraient nous inquiéter bien plus !

Posté par jacques LAUPIES le 5 février 2020

Même si la société chinoise  et l’action déterminante du parti communiste de ce pays m’interroge sur bien des points, je n’hésiterai pas à dire que le bilan est globalement positif (ne riez pas!) Il suffit de comparer l’évolution de ce pays en un un temps historiquement court (qu’est ce au fond que trois quart de siècle à l’échelle de la construction de l’humanité ?) pour mesurer le bond en avant effectué par les chinois et les comparaisons effectuées avec des nations d’importance similaire (Inde notamment) ne font que conforter mon appréciation. Quant à la mise en parallèle avec les société occidentales évoluées économiquement comme les Etats Unis je ne ferai pas un dessin.

Alors il y a bien sur la question des libertés individuelles et collectives ? De ce point de vue les dégâts causés causés par l’impérialisme américain malgré un recours constant et verbal aux droits de l’homme, à la démocratie suffisent à me faire douter, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de cette nation, qu’elle puisse prétendre donner de leçon. Née de la conquête coloniale  et d’une action génocidaire et esclavagiste, et totalement submergée par le libéralisme économique et un capitalisme  ravageur, l’Amérique de Trump ne survivra pas à l’effondrement et devra tot ou tard céder la place à une société de partage, plus égalitaire. De ce point de vue la Chine qui connait  certes elle aussi peut connaitre des formes particulières de lutte de classe (ou de catégories) dispose d’un système qui malgré ses imperfections la maintient dans le camp du progrès social et de la paix !

Son « agressivité » est économique. Elle inquiète certes, mais qu’a-t-elle à voir avec l’impérialisme américain, surarmé et qui constamment fait dans la menace et même l’action militaire ? A ce que l’on dit Marx estimait que le socialisme ne peut se construire que dans une société ou le capitalisme atteint un haut degré de développement et se trouve confronté à des contradictions qui appellent à la socialisation des grands moyens de production ? La Chine est sur cette voie et l’on comprend que cela dérange les dirigeants américains inféodés aux grandes fortunes et bien plus puisqu’elles sont directement au pouvoir.

Tel qu’il est je ne peux croire à une menace chinoise sauf contre les intérêts des classes dominantes occidentales. Ce qui ne vaut aucunement dire qu’il ne faille pas se garder des conséquences d’une emprise de certaines formes de développement du « capitalisme » chinois ! Mais le Parti Communiste Chinois n’est il pas précisément la garantie d’un communisme de demain ?

 

Résultat de recherche d'images pour "cartes provinces chinoises""

 

Le Parti communiste chinois déclaré « menace centrale de notre temps » par Mike Pompeo

Vendredi 31 janvier 2020

 

La principale menace mondiale contre la Paix, les États-Unis, veulent déclencher une seconde vague de maccarthysme ciblant cette fois le Parti Communiste Chinois. Quoi que l’on pense de ce parti, cette déclaration de Mike Pompeo (dépêche AFP) doit interroger les communistes et noter que la seule vision possible du monde se résume aux principes « démocratiques occidentaux » (impérialisme, capitalisme, guerres, ingérences …) :

Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a qualifié jeudi le Parti communiste au pouvoir en Chine de « menace centrale de notre temps » qui remet en question les principes occidentaux.

« Le Parti communiste chinois représente la menace centrale de notre époque », a déclaré le diplomate de haut rang de Washington lors d’une rencontre avec le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab.

Il a ajouté que les alliés occidentaux doivent « veiller à ce que ce siècle soit régi par ces principes démocratiques occidentaux ».

Pompeo est arrivé mercredi à Londres pour chercher des assurances sur la Chine qui pourrait permettre aux deux anciens alliés de continuer à partager leurs informations et de conclure un accord commercial post-Brexit.

Le 31 janvier 2020

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

D’un sujet à l’autre…

Posté par jacques LAUPIES le 4 février 2020

Illustration.           D'un sujet à l'autre... dans POLITIQUE 18407478           Résultat de recherche d'images pour "georges mandel film"   Résultat de recherche d'images pour "georges mandel film"

George Mandel                                                           Jacques Villeret              et             Catherine Frot

 

Après avoir vu l’excellent film « le dernier été » retraçant un épisode de la vie de George Mandel  qu’interprète le non moins excellent Jacques Villeret accompagné de Catherine Frot, actrice que j’adore, je voulais tenter une petite dissertation sur la nécessité de ne pas se livrer à des amalgames concernant la collaboration de représentants de la grande bourgeoisie avec les nazis.

George Mandel issu directement de la famille Rothschild (son vrai nom), conservateur de droite fut une sorte de résistant anti syndicaliste serait un bon prétexte pour ma démonstration  qui bien entendu s’adresserait à certaines personnes  qui  cultivent  des rapports ambiguës avec l’extrême droite, laquelle n’a pas les mains très propres, ni avec les syndicalistes, ni avec les juifs, et se permettent de nos jours de jouer les patriotes.

Cela n’atténue pas pour autant ma conviction, que si l’histoire ne se répète pas, il faut se garder de ne pas la prendre en compte pour le présent et savoir distinguer les bêtes immondes des bêtes dociles à leur maîtres !

Par paresse je n’en dirai pour l’instant pas plus ! Simple et complexe à la fois le sujet sera déplacé en vous proposant un article de l’Huma paru ce jour,, et qui concerne les droits à retraite des artistes et auteurs ! 

Il est parfois difficile par ailleurs de dédouaner certains adversaires de classe dont l’intelligence sert sans discernement  cette classe et méprise celle qui se bat pour son émancipation. Très actuel…

 

 

 

Les avocats plaident toujours pour le retrait de la réforme des retraites. Christophe Archambault/AFP

Les avocats plaident toujours pour le retrait de la réforme des retraites. Christophe Archambault/AFP

LES COTISATIONS RETRAITE DES ARTISTES-AUTEURS OUBLIÉES PENDANT QUARANTE ANS !

Mardi, 4 Février, 2020

Ils sont 190 000 qui pensaient avoir cotisé pour leur retraite et ont été oubliés par l’organisme qui assure la gestion de leur Sécurité sociale. Un scandale qui perdure depuis 1975, pointé par le rapport Racine.

 

C’est une bombe à retardement qui provoque la colère et la panique des artistes-auteurs, écrivains, illustrateurs ou photographes, déjà très fragilisés. Paru le 22 janvier dernier, le rapport Racine sur l’auteur et l’acte de création explique que plus de 190 000 artistes-auteurs n’ont « jamais été prélevés de cotisations à l’assurance-vieillesse », alors qu’ils pensaient cotiser pour leur retraite. L’Agessa, en charge du recouvrement des cotisations sociales des auteurs, n’aurait pas effectué le prélèvement vieillesse auprès des diffuseurs (maisons d’édition, presse…) depuis plus de quarante ans. Lors des états généraux du Livre, le 4 juin 2019, l’écrivaine Sophie Chauveau avait ainsi témoigné de sa situation catastrophique : 320 euros de retraite alors que ses livres se vendaient bien et qu’elle avait même, à une époque, été mensualisée par sa maison d’édition : « J’ai cru que j’étais une salariée comme les autres (…), j’ai entendu mes éditeurs me dire que comme ils payaient déjà les Agessa, je n’avais pas à le faire moi aussi (…). J’ai compris qu’on m’avait menti. »

L’Agessa (Association pour la gestion de la sécurité sociale des auteurs), créée en 1975, reconnaît sa responsabilité, tout en s’abritant derrière une insuffisance du système informatique et en affirmant avoir alerté les tutelles, les ministères de la Culture et des Affaires sociales, depuis plusieurs années. « Le problème est mis sur le tapis tous les ans depuis 2012 mais les ministères de tutelle n’aiment pas reconnaître qu’ils ont été défaillants. Dès la préfiguration, le système fonctionnait du côté de la Maison des artistes mais pas de l’Agessa. Il n’y a jamais eu moyen de faire appliquer la loi. Ils se sont construits ainsi, pour n’avoir à gérer qu’une petite partie des artistes-auteurs. Plusieur s générations ont été sacrifiées », explique Katherine Louineau, membre du Comité pluridisciplinaire des artistes-auteurs et des artistes-autrices (Caap).

La majorité des personnes concernées sont les anciens assujettis à l’Agessa, une population qui recouvre une grande diversité de situations : « Il existait une différence entre assujettis et affiliés, matérialisée par un seuil de revenus en droits d’auteurs annuels d’environ 9 000 euros (900 fois le Smic horaire). En deçà, les éditeurs prélevaient des cotisations (CSG, RDS, formation professionnelle) pour les reverser à l’Agessa qui n’ouvraient aucun droit à l’assurance-vieillesse. Au-delà de ce seuil, l’auteur devait déclarer spontaném ent ses revenus, pour cotiser à la retraite de base », explique Patrice Locmant, directeur général de la Société des gens de lettres. Depuis le 1er janvier 2020, la différence entre assujettis et affiliés a disparu et c’est l’Urssaf Limousin qui prélève désormais les cotisations des artistes-auteurs. Beaucoup témoignent de l’opacité du système, du déficit d’information, voire du mépris auquel ils ont été confrontés : « J’ai perdu neuf années de cotisation », constate Henri Fellner, illustrateur. Né en 1962, il a commencé dans la presse jeunesse, a été payé à la pige puis en droits d’auteur, pensant que son employeur, Bayard Presse, reversait les cotisations. « J’ai débuté très jeune, en 1981. Je ne pensais pas vraiment à la retraite. En 1990, je suis allé à l’Agessa et on m’a dit que je n’existais pas. J’ai été pris de vertige. On m’a fait culpabiliser en me disant que c’était de ma faute. En fait, c’était illégal de ne pas prélever ces cotisations, et c’était quand même de leur responsabilité de le faire. » Conscient du problème, l’État a proposé en 2016 aux artistes-auteurs qu’ils rachètent leurs trimestres manquants : « Qui peut payer d’un coup vingt-cinq ans de cotisations ? Très peu d’auteurs ont répondu à l’appel », répond Patrice Locmant. « Ils se penchent sur l’avenir mais ne gèrent pas le passé et les préjudices subis », déplore Katherine Louineau.

« On a un statut bricolé. On n’essaie pas de sauver l’existant car la situation est catastrophique »

L’avenir, c’est le projet de réforme des retraites, qui génère beaucoup d’inquiétudes : que signifie une carrière complète pour des personnes dont les revenus sont forcément irréguliers ? Comment s’assurer que les artistes-auteurs, qui relèvent du régime général et dont les cotisations sont désormais précomptées par les diffuseurs dès le premier euro perçu, ne soient pas obligés de cotiser davantage pour un niveau de pension moindre ? « Les auteurs seront défavorisés par rapport aux autres salariés. L’État s’est engagé à prendre en charge la cotisation patronale jusqu’à un plafond de 40 000 euros de revenus, mais au-delà, un euro cotisé par un auteur vaudra moins que pour un salarié. Désavantagés par les régimes de base, les auteurs ne pourront plus compter sur les régimes complémentaires, qui vont disparaître après une période de transition. La spécificité des auteurs doit être sanctuarisée », précise Guillaume Prieur, de la SACD. « On a un statut bricolé. On n’essaie pas de sauver l’existant car la situation est catastrophique. On veut que ça change », plaide Samantha Bailly, écrivaine, vice-présidente de la Ligue des auteurs professionnels. La balle est dans le camp du gouvernement.

Sophie Joubert

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Le Directeur de l’Humanité s’exprime.

Posté par jacques LAUPIES le 3 février 2020

 

http://patrick-le-hyaric.fr/
 
 
La Lettre du 1 février 2020
 
 
 
Facebook
Twitter
Instagram
Youtube
 
 
Bonjour à chacune et chacun,
Le Conseil d’État n’a pas seulement rendu un avis sévère sur le projet gouvernemental de destruction du système de retraite solidaire, il a mis en cause sa constitutionnalité. C’est un appel aux parlementaires à abandonner ce texte.
 
Lundi dernier dans l’Humanité sous le titre « le coup de pistolet du conseil d’Etat » (à lire ici), j’ai développé quelques idées sur la situation nouvelle créée par la haute juridiction administrative qui a vertement mis en cause la méthode mais aussi les contenus de l’étude d’impact et des deux lois. J’y suis revenu dans mon éditorial de l’Humanité Dimanche, « Une seule issue : le retrait ! » que vous pouvez (re)lire ici.
 
Retrouvez également l’entretien donné par Anicet Le Pors dans l’Humanité du 29 janvier, disponible ici. Ces textes peuvent être frappés d’anticonstitutionnalité pour deux raisons fondamentales. L’article 40 de la Constitution ne tolère pas la présentation de projet ou de proposition de loi sans en avoir prévue les modalités de financement. C’est le cas ici. D’autre part comme le révèle l’Humanité de jeudi dernier, il ne peut y avoir de loi qui fasse injonction de dépenses comme le fait le projet gouvernemental à propos des enseignants (à lire ici).
 
Le Directeur de l'Humanité s'exprime. dans POLITIQUE
 
 
L’éditorial de l’Humanité Dimanche
 
 
Le relais du mouvement social au Parlement doit sur ces bases être puissant. Les groupes parlementaires disposent de plusieurs outils : motion d’irrecevabilité, question préalable, motion de censure, mais à mon sens c’est le projet de « motion référendaire » avancé par les députés communistes qui serait politiquement le plus efficace. Une motion référendaire votée ouvre la voie à la consultation du peuple sur l’opportunité de ces lois destructrices. À la différence d’une motion de censure dont on comprend que les parlementaires « En Marche » constituant la majorité gouvernementale et présidentielle ne peuvent voter, la motion référendaire leur ouvre la possibilité de procéder à un acte démocratique tout en défendant leur texte dans un grand débat public. Autrement dit, refuser une consultation populaire ne viserait qu’à verrouiller le système et à passer en force contre l’avis d’une majorité de nos concitoyens selon les enquêtes d’opinion. Si la majorité présidentielle et gouvernementale est certaine de son fait elle ne devrait pas refuser de voter une motion référendaire. Si elle gagne le référendum la loi amendée s’appliquera. Si elle le perd tout doit être remis sur la table. Puisque le Président de la République y est allé de sa sortie sur « démocratie » et « dictature », une telle idée devrait lui plaire. Répétons-le, il s’est engagé dans son programme à ne pas abaisser le niveau des pensions, ni à reculer l’âge de départ en retraite. Or l’étude d’impact que le pouvoir a lui-même commandé montre le contraire. Il y a là un beau débat politique à mener. L’Humanité prendra des initiatives pour le pousser.
Ceci ne rend que plus nécessaire encore, de faire connaître les contenus de l’Humanité et de l’Humanité Dimanche, de pousser leurs articles sur les réseaux sociaux. Pour le mouvement, pour le progressisme, il est devenu d’intérêt public de faire ce travail simple afin d’élargir le nombre de celles et ceux qui sont en contact avec la créativité des équipes rédactionnelles de l’Humanité et de l’Humanité Dimanche.
 
 
 dans POLITIQUE
 
 
Le refus de dialogue réel du pouvoir s’accompagne d’une campagne idéologique dont le Président de la République a pris la tête autour d’un faux débat autour de « dictature » ou « démocratie». Celui-ci ne sert évidemment qu’à justifier les reculs démocratiques, et un autoritarisme de plus en plus grand et indispensable pour remodeler la France aux canons de l’ultralibéralisme. C’est le droit même de contester qui est ainsi « contesté ». Une porte-parole du gouvernement peut dire strictement n’importe quoi pour justifier le recul de l’âge de départ en retraite comme celle selon lequel accéder à la retraite est mauvais car il provoque des arrêts cardiaques. Et il y a l’autre versant : celui d’une garde des seaux pour qui « l’insulte à une religion est une atteinte à la liberté de conscience » reprenant ainsi les mots de la ligue islamiste mondiale. Or, le droit Français dont elle doit être la garante est l’inverse. Le fondement de la liberté de conscience n’est pas d’interdire la critique ou même l’injure. Il vise à protéger la liberté d’expression. Cette équipe gouvernementale, Président en tête, triture tous les fondements de la république et détourne la laïcité. L’affaire est plus grave qu’il n’y apparait dans le débat public en ce moment.
Ajoutons une sorte de « relativisme » quand le Président, pour des raisons électoralistes, laisse entendre qu’il y aurait un trait d’égalité entre la colonisation en Algérie et la Shoah. Il banalise la Shoah et ses responsables. Il affaiblit la nécessité d’un débat et des actes sur la (ou les colonisations) françaises et leur conséquences pour aujourd’hui. Dans la foulée il aurait déclaré, dans le même avion le ramenant d’Israël, selon un journaliste du Figaro : « Il faut accepter qu’il y a dans notre république aujourd’hui ce que j’appellerai un séparatisme ». Si ce propos est exact c’est grave et inquiétant. S’il n’est pas exact le Président doit démentir.
A côté de cela on apprend que Marion Maréchal Le Pen va tenir un colloque à Rome aux côté de Salvini, Orban et un ultranationaliste israélien sous l’égide d’une fondation Nord-Américaine « Edmund Burke » dédié au développement, je cite, « d’un conservatisme revitalisé à l’ère du nationalisme ».

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

« Qu’allons nous devenir en notre qualité de citoyen de Tarascon » ou « prendre appui sur les élections municipales pour dire non au rattachement la grande métropole Aix – Marseille

Posté par jacques LAUPIES le 2 février 2020

 La volonté des pouvoirs successifs de centraliser la gestion des communes dans un ensemble de dimension départementale avec une grande métropole  Aix- Marseille, comme cela se produit autour des grandes métropoles du pays, est une intention qui a pour objet de répondre aux exigences du libéralisme économique tout autant que les choix de ce denier au niveau européen.

Après être dépossédée de nombre de ses prérogatives par la mise en place de la Communauté d’Agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette, la ville de Tarascon risque de se voir,  comme nombre d’autres de ce nord des Bouches du Rhône, noyée dans une entité monstrueuse, au sein de laquelle elle aura de moins en moins la possibilité de s’affirmer. Cela conduira inévitablement à éloigner sa population des centres de décision et réduira considérablement ses possibilités de contrôle du travail des élus.

Sans entrer dans le détail des projets soutenus par les principaux responsables des collectivités locales et des collectivités de la région et du département, il apparaît clairement qu’à l’exception de certains élus de la communauté ACCM, la droite dans son ensemble se rallie à cette idée d’intégration.

On notera que le Maire de sensibilité de gauche de Saint-Rémy-de-Provence Hervé Chérubini tout comme le communiste Conseiller Départemental Adjoint au maire d’Arles Nicolas Koukas, tous deux candidats « tête de liste » aux élections municipale, ont milité contre le rattachement à Aix – Marseille.

Gageons que les électeurs attachés au renforcement de leur prérogatives de citoyen s’en souviendront le 22 mars et de ce fait sanctionneront une droite et les soutiens de LREM, du style de Monica Michel la députée de la circonscription, complice d’une réforme de retraites que rejette la majorité de français et qui – je m’en souviens -  lors d’une rencontre concernant l’action de gilets jaunes à Tarascon tentait lamentablement de justifier la politique anti-sociale du gouvernement !

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

123456
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...