• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > A propos de « pouvoirs absolus » et de « complaisance » populaire !

A propos de « pouvoirs absolus » et de « complaisance » populaire !

Posté par jacques LAUPIES le 26 novembre 2017

De la république à la monarchie en passant par l’oligarchie, subsistent toujours dans nos sociétés l’exploitation du travail qui résulte de la particularité de cette marchandise qu’est la force de travail et réside dans le fait qu’elle produit plus que ce qui est nécessaire à son renouvellement !

C’est ce que semblent « oublier », ou font semblant, la plupart des politiciens « modernes » genre macronien. Rien d’innovant de leur part. L’histoire  est remplie de ces opportunistes qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Si la république et la démocratie qui doit l’accompagner donnent aux exploités des droits d’expression  qui aboutissent à atténuer la portée, de manière très relative, du non partage de la richesse, elles ne changent rien à la croissance du rapport d’inégalité comme le révèlent celui qui existe entre les gros possédants et les plus pauvres de la planète.

Dès lors  évidemment on voit  les opportunistes se transformer en absolutiste   (Régime politique les différents pouvoirs sont concentrés aux mains d’un seul.) Cela ne résulte pas des caprices de ce dernier mais des besoins d’une classe dominante. Mais ce transfert ne s’opère que si le peuple est berné. Bonaparte est ainsi devenu Napoléon 1er, Le Prince Président l’empereur N°III du même nom. D’autres moins glorieux comme Pétain ont émergé d’une boucherie monumentale comme son pareil Adolph. L’un en vainqueur, l’autre en vaincu ! Mais tous ont bénéficié d’une réelle imbécillité populaire.

Ah je vois, vous allez me parler de Staline, histoire de faire taire mon caquet. Sauf que celui ci fut porté au pouvoir par une révolution progressiste, immensément progressiste comme le fut la révolution française, car furent substitués aux pouvoirs absolus de la classe dominante dans chacune de ces révolutions,  l’aspiration à des démocraties. Même si celles furent suivies de terreur et d’absolutisme leur impact aura marqué l’histoire par un pas irréversible vers de nouveaux rapports sociaux.

Mais voilà la vigilance populaire n’a pas été suffisante et a laissé les pouvoirs absolus s’installer avec certes des remises en cause qui n’ont pu permettre aux idéaux de liberté, d’égalité de s’installer définitivement.

Nous ne sommes ni en 1789, ni en 1917, les révolutions ne se dessineront pas de la même manière dans des contextes différents. Néanmoins elles doivent avoir lieu car la menace des oligarchies de la finance et des grandes firmes est bien réelle et l’on doit toujours craindre qu’elles recourent à l’absolutisme sous des formes appropriées à notre temps.

Il est des signes qui ne trompent pas !

DSC_0769-1

Même « La Provence » nous conditionne…

La foire aux santons et l’inauguration de la crèche à Tarascon : tradition n’est pas réaction ?

 DSC_0757  DSC_0756-1

Une attente costumée devant la Chapelle de la Persévérance pour découvrir la crêche

DSC_0765-1  DSC_0760-1

DSC_0758-1  DSC_0763-1

 

Un amour de ma vie

DSC_0747-1

 

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...