• Admin.du Site

  • Archives

Sont ils des Bonobos ?

Posté par jacques LAUPIES le 15 mai 2017

En dépit des convictions, de la volonté affichée de vaincre l’adversaire de classe, se manifeste une fois de plus  le repli sur soi, l’idée que l’on peut vaincre seul. Un phénomène politico-social qui paralyse le développement de nos sociétés.

Les candidats à l’élection présidentielle nous ont offert ce spectacle où chacun, même persuadé qu’il ne pourra y parvenir, laisse entendre que si on lui accorde une préférence qui le placera en position de force il sera le meilleur pour imposer son autorité, sa loi. Du coup disparaît toute idée de compromis. Le compromis c’est pour plus tard, à l’issue d’un combat de coqs. Pour l’heure il faut être devant, le premier si possible. Pour cela on utilise la stupidité des non dominants dont on  instrumentalise la faible influence.

Pas un seul des candidats en présence n’a échappé à cette tentation : Le Pen avec Dupont d’Aignan, Macron avec Bayrou et dans une certaine mesure Mélenchon avec  tout ce qui était exploitable : verts, extrême gauche, voire PCF ! Quant à ceux qui  pouvaient bénéficier d’appuis sensibles (genre Fillon côté réac et Hamon côté Social Démocrate) il n’ont pas su ou pu le faire. Je suis le panache blanc, suivez moi, je deviendrai votre roi.

Au fond ces personnages qui revendiquent le pouvoir pour faire le bonheur d’une classe, d’une catégorie se comportent comme ces primates qui, dans la jungle eux, ont au moins le mérité de rechercher la domination pour leur propre compte et n’y mêlent aucune complicité.

Et cela bien entendu, n’est hélas pas que l’apanage de qui a la prétention de nous régenter au plus haut niveau de l’état. On retrouve à tous les niveaux de nos institutions ce comportement auquel ne peuvent parfois pas échapper les prétendants les plus inspirés par la noblesse du dévouement au service de la collectivité.

On aura vu tout cela depuis ces derniers mois : toute une bande de vieux Bonobos qui se disputent la suprématie sans omettre les jeunes qui sont à l’affut des femelles et de la faute du dominant.

Ne croyez pas que j’en oublie les enjeux de classe qui sont une tout autre affaire et dont la solution n’a quant au fond, rien à voir avec ces comportements venus du plus lointain de nos société primitives !

Non j’ai voulu simplement évoquer un phénomène qui précisément pourrait bien ramener les dominés que nous sommes à ne plus être dupes de ces singeries d’un autre âge !

DSC_1066DSC_0544 (1)DSC_0669

DSC_0337DSC_0709-1

On pourrait multiplier les exemples à foison

Je regrette très profondément les décisions prises samedi par la France insoumise (Pierre Laurent)Je regrette très profondément les décisions prises samedi par la France insoumise (Pierre Laurent)

 

 

Présent dimanche á la fête de l’Humanité organisée par les communistes du Tarn au pays de Jaurès à Carmaux, Pierre Laurent a réagi aux décisions prises la veille par France insoumise:

 

« En lançant jeudi au gymnase Japy à Paris la campagne nationale des communistes pour les  élections législatives, j’ai renouvelé mon appel à une dynamique unitaire large sur tout le territoire national rassemblant tous ceux qui ont soutenu la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Le jour même à Marseille, les communistes des Bouches-du-Rhône ont rendu public un geste fort de rassemblement en retirant leurs candidats dans la circonscription où Jean-Luc Mélenchon sera candidat et dans trois circonscriptions face à la menace du FN. Dans tous les départements, les communistes ont présenté des offres de rassemblement qui permettraient de présenter des candidatures communes dans des dizaines de circonscriptions, multipliant nos chances d’élire des députés. Or, samedi, c’était au tour de La France insoumise de lancer sa campagne et d’investir ses candidats.

 

Je regrette très profondément que les décisions prises par la France insoumise aient ignoré nos appels au rassemblement, à l’exception de quelques unités. Cette décision est totalement contradictoire avec l’objectif affiché d’élire une nouvelle majorité capable de refuser les injonctions d’alignement du nouveau président Emmanuel Macron, et assez forte pour faire barrage aux prétentions de la droite et de l’extrême-droite.

 

La concrétisation de l’espoir né le 23 avril dans le vote Mélenchon et l’avenir d’une gauche nouvelle ne se trouvent pas dans une formation unique qui prétendrait faire le vide autour d’elles, mais dans un rassemblement fidèle à nos objectifs d’une VIème République, où diversité, respect mutuel et intervention citoyenne s’additionnent pour forger une union durable et un projet solides. 

 

Les candidats soutenus par le PCF- Front de gauche continueront de faire campagne la main tendue  et restent disponibles jusqu’au terme du dépôt des candidatures le 19 mai pour toute entente ou retrait réciproque qui permettent d’avancer vers les victoires souhaitées. Ici, à Carmaux, n’oublions pas ces mots de Jaurès: la véritable richesse, c’est celle qui ne diminue pas si on la partage  ».

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...