• Admin.du Site

  • Archives

De la peur à la folie en oubliant la raison…

Posté par jacques LAUPIES le 12 septembre 2016

 

 

 

Après avoir surfé sur les 4 chaînes d’info télévisées dont la dernière « Franceinfo » issue du service public, laquelle malgré des efforts de forme, de présentation, prenant en compte sans doute les nouvelles exigences d’un public jeune, je ne vois quant au fond rien qui va la différencier des autres.

Soumission à l’évènement, généralement le fait divers, supplanté aujourd’hui par le terrorisme qui voit ainsi son objectif atteint lequel consiste à foutre la trouille aux français et à les diviser. Ainsi la diversion est assurée et l’on peut traiter les questions qui préoccupent les français d’un revers de main, en se contentant de réduire l’évènement politique à la personnalisation. L’exemple Macron est édifiant mais il en va de même pour nombre d’autres personnages (de droite et de gauche) qui deviennent les icones de tel ou tel parti ou tendance de parti.

C’est de la pure manipulation dont se rendent compte les français cependant tout de même manipulés de gré ou de force pour nombre d’entre eux. Tout autant mais avec des méthodes et surtout des moyens évidemment différents que le sont ceux  des pires ennemis fascisants de la république, de la démocratie, de la laïcité !

On nous explique constamment la manière dont sont endoctrinés les jeunes qui s’engagent dans les rangs de Daesh : partant de leur position sociale d’exclus de la société, on justifie leur état de ressentiment et de révolte et puis on leur inculque une interprétation dogmatique de la religion pour leur promettre une paix intérieure (cqfd) allant jusqu’à l’abnégation et le sacrifice de leur vie puisque l’accès  l’accès au paradis leur est promis !

Très bien ! Félicitons nos journalistes, spécialistes en psychologie, sociologie, de cet éclairage. Bien que citoyen lambda nous avons cependant compris cela depuis longtemps, d’autant que depuis belle lurette, sans doute parce que rompu à la lutte des idées, nous avons pu apprécier les méthodes de toute l’armada du système capitaliste pour nous endoctriner.

 Oseraient ils nous dire qu’ils n’utilisent par les même procédés pour détourner la jeunesse  dans son ensemble pour la rendre méfiante à l’égard des partis politiques et plus particulièrement du PCF  ? Le lavage de cerveau règne partout ! La question est de savoir ce que l’on y met dedans après la lessive.

Combien de fois n’entendons nous pas, concernant les jeunes, qu’au principe de respecter « leur construction » il faut leur épargner toute influence  suspectée de dogmatisme. A tel point que cela revient à leur dire : restez fidèles à ce que vous enseigne l’école, papa et maman et votre environnement de proximité et, plus fort encore, aux saloperies diffusées par la télé (1) ou que l’on trouve dans le net ou dans la presse !

Autrement dit soumettez vous à cet encrassement permanent afin que rien ne vienne le contrarier et s’y substituer. Surtout pas l’idée révolutionnaire qui combat les laveurs de cerveau autant ceux qui opèrent avant en les saturant de peur, que ceux qui opèrent après en les remplissant de folie !

De la peur à la folie en oubliant la raison !

 

(1) l’accès à la culture et à quelques bonnes émission relève du libre arbitre de chacun mais voilà le libre arbitre ne peut s’exercer lorsque la conscience est prédéterminée par le milieu familial, le collège ou le lycée, la pression et l’attrait exercé par la médiocrité de certains programmes télévisés, d’une certaine presse à scandale. Il s’auto censure.

 

 

Pierre Laurent : « tout doit commencer par la jeunesse »

 

Jean-Jacques Régibier
Samedi, 10 Septembre, 2016
Humanite.fr

De la peur à la folie en oubliant la raison... dans POLITIQUE

Photo DORIAN GUITEL/CE3P

A l’Agora de la Fête de l’Humanité, le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent, a tenu un discours offensif, exhortant à réaliser l’union à gauche car selon lui, « la majorité sociale existe dans le pays »

A l’Agora de la Fête de l’Humanité, le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent, a tenu un discours offensif, exhortant à réaliser l’union à gauche car selon lui, « la majorité sociale existe dans le pays »

Il y a dans la situation actuelle que traverse le pays un paradoxe qui devrait inciter, à gauche, à trouver une solution à ce qui semble pour l’instant être l’impossible équation de l’élection présidentielle. C’est la conviction de Pierre Laurent, appelé, comme tous les leaders politiques de gauche, à développer sa manière de voir à l’Agora de la Fête de l’Humanité. D’un côté, il y a dans le pays, des millions de citoyens engagés dans de grands combats sociaux – la loi travail, le soutien aux réfugiés, etc.), mais d’autre part, ce que constate le secrétaire national du Parti communiste, c’est que cette «  majorité sociale » qui existe dans le pays, a du mal à trouver sa traduction au niveau politique. « Et pourtant, constate-t-il, tous ceux qui participent à ces mouvements et, plus largement, tous ceux qui les soutiennent, veulent la victoire de la gauche en 2017, pas celle de la droite. » Ce qui est au cœur de cette société « bouillonnante » selon Pierre Laurent, c’est la « République sociale », et c’est bien cette idée qu’il faut installer au cœur du projet politique. Si l’on veut parler de « l’identité de la France » – un débat par ailleurs largement pipé par la droite et l’extrême droite – c’est là qu’elle se tient, dans cette République sociale, toute l’histoire de France le confirme. Prenant l’exemple de l’accueil des réfugiés, Pierre Laurent lance qu’il faut « prendre le taureau par les cornes pour accueillir dignement les migrants, » avant d’ajouter, très applaudi : «  c’est ça l’identité de la France ! », fustigeant « ceux qui proposent de construire des murs à Calais avec l’argent des Anglais. »
 
Que voulons-nous être comme pays ? La question est d’autant plus brûlante que de nombreuses forces de progrès dans beaucoup de pays du monde regardent aujourd’hui la France avec inquiétude en constatant toutes les dérives dans lesquelles s’embourbe le gouvernement, sans parler de la dangereuse montée des discours d’extrême-droite et de leurs ambitions politiques. C’est pourquoi, pour Pierre Laurent, il faut « répondre par un projet de civilisation ambitieux. » Il rappelle que le Parti communiste a engagé une large consultation auprès des citoyens, d’où émane une foule d’idées dont il va falloir sortir les lignes de force pour définir les contours d’un véritable projet à gauche. C’est  cette consultation que Pierre Laurent entend utiliser comme un levier pour lever les obstacles à une véritable unité à gauche. « Si rien ne bouge », prévient-il, « c’est la droite et l’extrême-droite qui se partageront le pouvoir dans sept mois. »
 
Pierre Laurent a passé en revue les différents scénarios et positions possibles dans cette élection présidentielle qui – qu’on le veuille ou non –  ressemble, à gauche, à une quadrature du cercle si on la maintient enfermée dans un carcan statique. Pas question d’abord pour le secrétaire du Parti communiste d’envisager une hypothèse qui remettrait en scène le tandem Hollande-Valls. Ce sont eux qui sont responsables de la déroute actuelle. Reste donc, deux autres alternatives : «  ou bien on y va en ordre dispersé », ce qui a tout l’air de se passer actuellement, et c’est une situation dangereuse. Surtout, on le sait, dit Pierre Laurent, on abandonne l’espoir de gagner et de changer. Ou alors, on table sur une dynamique politique plus forte. » Il faut alors travailler à un scénario de convergence issu de toutes les familles de la gauche. Il y a des différences entre nous, reconnait Pierre Laurent, mais si on y accorde trop d’importance, on va au-devant d’un échec, » ajoutant qu’il sait ce qu’il a de commun avec Jean-Luc Mélenchon, mais aussi avec tous les parlementaires qui se sont opposés à la loi travail ou à la déchéance de nationalité. « Parlons plus de ce qui nous rassemble que de ce qui nous divise », c’est fondamentalement là, la mission aujourd’hui des communistes, a scandé Pierre Laurent, très applaudi, rappelant qu’il n’est jamais trop tard pour s’unir.
 
Sortir de la logique obsédante de l’élection présidentielle est aussi, selon lui, et malgré les difficultés qu’il va y avoir pour s’en arracher compte tenu de l’énorme pression médiatique dominante, une nécessité. Car derrière l’élection présidentielle, il y a les législatives, qui « ont la même importance ». Car la légitimité des députés vient des électeurs, c’est à eux qu’ils ont des comptes à rendre, et non pas au président de la République. C’est dans ce piège que beaucoup d’élus socialistes sont tombés au cours du quinquennat, avec les conséquences qu’on sait. Cette question se pose en même temps que celle de l’élection présidentielle, il ne faut pas la négliger. Pierre Laurent appelle donc à « ouvrir le débat des législatives dès maintenant », ajoutant que ce sera la préoccupation du Parti communiste dans l’année à venir. «  De quels députés de gauche avez-vous besoin dans votre circonscription ? » ce sera là la question, lance Pierre Laurent au public.
L’autre question centrale pour le secrétaire national du P.C.,  c’est celle de la jeunesse, qu’il place en tête de toutes les préoccupations. «  Pour la première fois, une génération vivra moins bien que les précédentes, » a-t-il rappelé, voyant là « un recul de civilisation ». Il faudra donc décréter qu’aucun jeune ne pourra se retrouver au chômage, ce qui nécessitera de « reprendre le pouvoir sur l’argent. » Pierre Laurent demande dans la foulée la nationalisation de deux grandes banques françaises, La Société Générale, et la  BNP Paribas
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...