• Admin.du Site

  • Archives

Le changement de cap ? Toujours pas vu à la TV

Posté par jacques LAUPIES le 16 avril 2016

Que vous dire  sur ce débat pour tenter l’impossible : faire croire aux français que tout va mieux ou ne va pas plus mal ?

Les français veulent que l’on en finisse avec le chômage et la précarité ! A part ceux qui sombrent chaque jour qui passe dans les diversions médiatiques (hélas très nombreux) la plupart veulent vivre mieux, avoir du travail,  en finir avec des conflits inutiles et dangereux.

De grâce les médias en folie arrêtez de nous saouler avec tout ce le reste !

 

Grégory Marin
Vendredi, 15 Avril, 2016
L’Humanité

 

331108 Image 0

Le changement de cap ? Toujours pas vu à la TV dans POLITIQUE

À peine 37 % des sympathisants socialistes jugent positif le bilan de François Hollande.
Photo : Philippe Wojazer/Reuters

Le chef de l’État tente de reprendre la main sur une opinion de plus en plus critique. Forçant sur la « pédagogie », l’exécutif passe à côté des « exigences essentielles » qui s’expriment dans le pays.

Ceux qui nous lisent régulièrement le savaient, mais l’AFP semble l’avoir découvert jeudi : « Les Français “n’attendent plus rien” de François Hollande. » Il n’est plus d’actualité de dire que le président de la République, sa politique et le gouvernement qui la sert déçoivent. « Les sondages sont catastrophiques ; les Français ne veulent pas nous battre, ils veulent nous chasser », s’alarmait un « proche du président » cité par l’agence de presse. Lucidité ? C’est le constat dressé par un sondage Odoxa pour le Parisien paru jeudi, accablant pour le pouvoir. Les Français étaient interrogés par avance sur l’intervention du chef de l’État sur France 2. Pitoyable tentative de plaider sa cause contre le « procès en trahison », écrit le quotidien de Bernard Arnault : 71 % n’étaient par avance « pas intéressés » par ce qu’il allait dire, proportion ramenée chez les sympathisants de gauche à… 48 % ! Un sondage de l’institut Elabe pour BFMTV donne même l’étendue du doute qui traverse les sympathisants socialistes « bienveillants » : 37 % à peine jugent le bilan de François Hollande positif… Sur ces bases-là, les Dialogues citoyens (le nom de l’émission concoctée sur mesure entre la télévision publique et l’Élysée) risquent de tourner court.

Les raisons de la fracture sont connues, mais le mouvement s’est accéléré « ces quatre derniers mois », explique Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. « Le récit de la fin du quinquennat passait par la révision de la Constitution et la loi El Khomri. » Râpé : le premier projet a été abandonné sous pression d’une partie de la majorité, le deuxième a jeté un million d’opposants dans la rue. « Ça a réveillé les consciences de gauche », se félicite le porte-parole du PCF. Reste à transformer la contestation en mouvement de fond. La période s’y prête, quand la grande question du moment est la réflexion collective qui s’exprime dans le mouvement social, dans la démocratie 2.0 (comme l’atteste le succès de la pétition en ligne contre la loi El Khomri qui a permis une large mobilisation), dans la Nuit debout.

Il a « perdu la confiance des Français et d’une partie de la gauche »

« Personne n’est mieux placé que moi pour expliquer ce que nous avons fait », estime François Hollande. Épaulé par le Parti socialiste, dont le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis plaide pour « commencer maintenant la pédagogie du quinquennat », le chef de l’État travaille à « reconquérir » l’opinion publique dans la perspective de sa réélection. Las ! Il a « perdu la confiance des Français et d’une partie de la gauche aussi désormais », analyse le sénateur socialiste Gaëtan Gorce. C’est que les efforts de pédagogie ne suffisent pas lorsque les résultats politiques ne sont pas lisibles. « La seule façon de convaincre l’opinion publique, c’est d’avoir des résultats dans la lutte contre le chômage, l’augmentation du pouvoir d’achat et la sécurité de nos concitoyens », plaide-t-on à l’Élysée. C’est peu de dire que la lecture de ces indicateurs, tous au rouge, ne rassurera pas les Français…

L’électorat de gauche et les abstentionnistes transformeront-ils pour autant leur mécontentement en vote concret ? C’est tout l’enjeu des discussions qui occupent la gauche : il lui faut dans un premier temps « affirmer des exigences essentielles », avance Olivier Dartigolles, « puis une candidature commune qui ne soit pas celle du président sortant, disqualifié ». Un candidat qui prend des engagements, un président qui ne les honore pas : François Hollande incarne à merveille non seulement le présidentialisme et cette manière de faire de la politique que les Français rejettent. Mais au profit de quoi ? « Attention aux aventures en solo », met en garde le PCF, qui plus que jamais veut « redonner ses lettres de noblesse au collectif ». Attention aussi à « l’effacement du clivage gauche-droite », qui vise à « créer un terreau favorable au développement d’une grande coalition libérale ». L’opération Macron, dont on ne peut que supposer qu’elle est un ballon d’essai, en est un exemple.

S’il est un peu tard pour « la pédagogie du quinquennat », le bilan, lui, commence à se dessiner, pour Olivier Dartigolles : « Sur la question de la déchéance de nationalité comme sur la loi travail, le gouvernement a démontré sa capacité à puiser dans le répertoire de la droite et de l’extrême droite. » Inutile donc de rêver à un « redressement » du cap : la messe était dite avant l’émission de jeudi.

Apostrophe : « Dialogues de citoyens »et délit de grande gueule ?

De l’Élysée ou de France Télévisions, qui a eu le dernier mot pour la sélection de Français qui se sont adressés à François Hollande, jeudi, sur France 2 ? À l’heure où des milliers de manifestants attendent fébrilement la journée du 28 avril pour manifester leur opposition à la loi El Khomri – et au reste ! –, aucun syndicaliste n’était « autorisé » sur le plateau. Même les agriculteurs, pourtant fondés à critiquer la politique gouvernementale à leur égard, ont été blacklistés. Parmi les quatre invités restants, une entrepreneuse et un électeur FN. Préfiguration de la vision hollandiste de la France en 2017 ? G. M.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...