• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Mélenchon creuserait-il son sillon ou sa tombe politique ?

Mélenchon creuserait-il son sillon ou sa tombe politique ?

Posté par jacques LAUPIES le 16 février 2016

¨Passons sur le PS qui est dans la merde, aux LR qui sont dans la mélasse et la gauche radicale qui est dans le pétrin. Quant au FN il peine à éviter le terrain glissant qu’annoncent des conflits internes qui se manifestent.

La vie politique française est plus qu’enrhumée et ses éternuements. cachent une mauvaise grippe. Ils traduisent cependant ce qu’est la crise du capital à une époque donnée ; la nôtre !

Enfoncés dans la bouse du régime présidentiel tout le monde patauge et les médias sont envahis de concierges s’abreuvant plus de nouvelles de comptoir que de réflexions éclairées sur les causes de ce qui ressemble de plus en plus à une profonde crise politique et si, j’ose dire, morale.

Personne n’est épargné par le discrédit. Même pas Mélenchon qui commence à tenter une division des communistes expliquant que son initiative de présenter sa candidature en intéresse un certain nombre. Autrement dit il ne s’embarrasse pas de savoir à quoi il expose ceux qui lui ont fait un nom. J’étais à la Bastille en 2012 et aussi à Marseille. Les trains spéciaux et les autocars pour la capitale ainsi que les autocars pour la cité phocéenne étaient la plupart du temps affrétés par le PCF et remplis souvent par ses adhérents et sympathisants auxquels s’étaient joint nombre de sceptiques qu’un espoir soudain avait éveillé à la mobilisation.

Creuserait-il son sillon comme l’indique l’article ci dessous ou, politiquement parlant, sa tombe ?

Par delà ses orientations politiques, certes contraires à celle de Hollande et de ses semblables, auxquelles je peux partiellement souscrire, je ne comprends pas qu’au au fond il adopte l’attitude semblable à celle du Président de la République décrété candidat naturel.  Le droit naturel semble hanter les couloirs fréquentés par les ex socio démocrates.

Je ne parlerai pas de ceux qui, à droite sont aussi dans la bouse ! On annonce  7 candidats au LR ? Serait ce pour squatter les médias qu’ils sont si nombreux ? Pujadas doit être ravi ses paroles et ses actes sont assurés.

Si le Parti Communiste se décide à présenter un candidat, à défaut de se lancer dans les aléas d’une primaire refusée (à mon grand soulagement) par tous ces candidats naturellement auto proclamés, j’estime qu’il devra disposer d’un temps d’antenne multiplié par le nombre de candidats dont vont disposer les LR, ce qui lui permettra de développer sa politique économique et sociale, de santé, de protection sociale, d’éducation nationale, sa politique étrangère, ses propositions de modification des institutions, etc. (pas besoin d’un livre en un recto-verso on peut répondre aux attentes des français)

Un moyen de contrer la pétaudière de Jack Lang qui sait de quoi il parle !

 

 

 

 

 

Présidentielle. Jean-Luc Mélenchon creuse son sillon

Julia Hamlaoui
Lundi, 15 Février, 2016
L’Humanité

 

Mélenchon creuserait-il son sillon ou sa tombe politique  ?   dans POLITIQUE

Photo : Pierre Andrieu/AFP

Jean-Luc Mélenchon, qui a « proposé » sa candidature pour 2017 mercredi sur TF1, fustigeait hier sur France 3 l’idée d’une primaire à gauche.

Jean-Luc Mélenchon, qui a « proposé » sa candidature pour 2017 mercredi sur TF1, fustigeait hier sur France 3 l’idée d’une primaire à gauche. « Je préfère mes 35 000 insoumis d’aujourd’hui à 40 pingouins qui, certes, sont très respectables, mais qui ne représentent qu’eux-mêmes », a déclaré le cofondateur du Parti de gauche. Les premiers cités sont les soutiens recueillis sur la plateforme Internet lancée pour sa campagne – il a fixé un premier objectif à 50 000. Les seconds sont les signataires de l’appel à une primaire « des gauches et des écologistes ». Pas tendre avec Europe ­Écologie-les Verts, « discrédités », selon lui, par la nomination d’Emmanuelle Cosse au gouvernement, Jean-Luc Mélenchon s’adresse directement à ses militants. Il estime être « un écologiste plus conséquent, plus assuré et plus insoumis ». Interrogé sur un timing similaire à celui de 2011, à la différence près que, cette fois, il n’a pas le soutien du PCF, le député européen a rappelé qu’alors, les communistes n’avaient décidé de leur position qu’en juin, et fait valoir que « déjà des centaines (d’entre eux – NDLR) appuient (sa) candidature », martelant en outre que c’est « au peuple », à « la France insoumise », qu’il veut parler et non pas à la gauche, « lieu de confusion ».

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...