• Admin.du Site

  • Archives

Allocation ou salaire pour les étudiants ?

Posté par jacques LAUPIES le 12 août 2015

 

Depuis très longtemps la question de la rémunération des étudiants se pose avec acuité. Une absence qui nuit à leur autonomie tant par rapport à la famille qu’à la société en général. Et qui, de surcroit ne fait que maintenir une ségrégation sociale considérable qui s’accentue de plus en plus et prive de la possibilité de suivre des études dans bonnes conditions pour les jeunes issus de milieux défavorisés.

Car la dépendance économique a des effets dans de nombreux domaines notamment dans la vie affective, dans les rapports familiaux et les adaptations sociétales.

Cela évidemment pose le besoin de trouver les ressources nécessaires. Mais pour tous ! Individus, famille et collectivité doivent nécessairement être impliqués et, comme pour la sécurité sociale la contribution en fonction des moyens de chacun s’impose avec en contre partie l’universalisation de la prestation qui revient à l’étudiant quelle que soit ses origines sociales et familiale, issu de milieu aisé ou modeste ou privilégié (un principe stupidement mis en cause par nos sociaux libéraux au pouvoir avec les atteintes au droit aux allocations familiales!)

Notre économie peut elle supporter cela ? Oui et bien d’autres choses il suffit d’avoir la volonté politique pour mieux distribuer la richesse. Car la richesse existe et de surcroit elle ne pourra perdurer que si elle est mieux distribuée, partagée et investie !

Existe actuellement un dangereux discours qui au prétexte de trouver de nouvelles ressources, voudrait marchandiser tout ce qui est essentiel à l’épanouissement humain : en premier lieu la santé et l’éducation, les protections sociales en général mais aussi l’énergie, l’eau, le logement, etc. Ces besoins essentiels ne peuvent être soumis, pour être satisfaits à une quelconque commercialisation des prestations qu’ils nécessitent. Certes ce n’est parfois que par des détours que cette néfaste démarche est entreprise mais peu à peu le cancer de la privatisation et du passage au secteur lucratif fait que les soins, l’instruction par exemple sont dispensés à plusieurs niveaux : pour les  plus en difficulté d’une part pour les plus aisés ou les riches d’autre part (développement des formations payantes, des soins avec dépassement d’honoraires, etc. de l’étouffement du logement social, de la tentative d’éclatement des politiques énergétiques, souvent en prenant prétexte sur la démarche écologique.

Il est grand temps  que le peuple devienne conscient d’un retour à politique plus sociale mais cela ne se fera pas sans une relance forte du combat idéologique et donc par un rôle renforcé du parti communiste. Cela n’exclut en rien un certain pragmatisme et la prise en compte des réalités économiques mais la société ne peut se satisfaire d’une adaptation au système actuel sous influence libérale. Il faut ouvrir d’autres perspectives…

 

 

 

Allocation ou salaire pour les étudiants ? dans POLITIQUE manif2-189x150

 

Pour nourrir la recherche et le progrès scientifique, le salaire étudiant s’impose! Nicolas Malaquin*

Contractualisation, précarité, appel à projets… Le quotidien des étudiants et des chercheurs est particulièrement sombre et incertain. Face à ce chaos, une sécurité d’emploi et de formation est à construire. 

*Nicolas Malaquin est trésorier de l’UEC (Union des Étudiants Communistes).

La situation des étudiants en filières scientifiques n’a rien à envier à celle des filières dites « humaines et sociales ». Les mêmes réalités structurantes marquent la vie et les études des biologistes, des chimistes et des ingénieurs de demain, et ce au-delà des conditions d’enseignement à proprement parler : un étudiant sur deux est contraint de se salarier pour financer ses études, un étudiant sur deux abandonne avant l’obtention du diplôme qu’il a choisi de préparer. Le parallèle peut paraître simple, mais il recouvre des quotidiens difficiles : Comment réviser ses cours quand chaque soir on est à la caisse d’un fast-food ? Comment préparer ses TD quand on doit impérativement se focaliser sur les centaines d’euros pour payer son loyer ? Comment réussir ses examens quand la veille on a du faire du baby-sitting ?

Ainsi, un potentiel chercheur sur deux mettra avant l’heure un terme à ses études… Au lieu de travailler sur des traitements nouveaux pour des pathologies rares, d’optimiser la construction aéronautique ou d’améliorer les techniques de productions agricoles, il préparera des hamburgers pendant des années afin de suffisamment alimenter son curriculum vitae dans l’espoir d’un jour décrocher un CDI dans un domaine d’activité qui a peu à voir avec sa formation.

Cette question de la précarité de vie ne s’arrête malheureusement pas au premier cycle. Les doctorants contraints de laisser tomber leur thèse faute d’un financement sont également une réalité sensible.

La logique mortifère des financements sur projets, déjà dénoncée à plusieurs reprises pour leur inefficacité¹, en plus de corseter la recherche dans des domaines trop restreints pour être efficiente porte en elle la précarité organisée, la soumission organisée des doctorants qui ont, au contraire, besoin des moyens matériels et sociaux de pleinement se consacrer à leurs travaux.

Le salaire étudiant permettrait enfin de considérer « l’étudiant comme un travailleur, qu’il est en réalité, et de lui allouer un salaire en rapport avec les services qu’il rend et qu’il est appelé à rendre à la collectivit黲.

Il s’agit de reconnaître la formation initiale pour ce qu’elle est : la période de la vie où l’on apprend l’ensemble des savoirs, savoir-faire et gestes techniques nécessaires pour assurer pleinement une activité professionnelle. Et, dans le cas qui nous intéresse, qu’elle soit directement appliquée pour les ingénieurs et techniciens ou qu’elle serve le progrès scientifique, technologique, humain pour les futurs chercheurs. 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...