• Admin.du Site

  • Archives

Duflot/Mélenchon : on se tire un peu les cheveux ?

Posté par jacques LAUPIES le 29 mai 2015

Puisque les médias nous rapportent les divergences entre Cécile Duflot et Jean Luc Mélenchon je ne vois pas d’autre solution pour se faire une opinion sur leur polémique de « circonstance » que de publier les deux textes les concernant. Etant donné les ambitions légitimes des deux personnages je ne vois pas tellement ailleurs que là, leur raison de se tirer les cheveux !

Sur le fond je l’ai dit et répété dans mon blog, je vois une certaine utilité à l’Union Européenne, ne serait ce que pour que nous puissions y mener un combat de classe c’est à dire inciter les peuples européens comme nous même le faisons en France à mener des batailles pour une meilleure répartition des richesses et la construction d’une Europe  sociale. D’aucuns diront que c’est illusoire  et que nous ne renverserons pas l’orientation de l’Europe dominée à 75 % par la droite et donc les forces politiques du capital.

Certains diront même qu’il est plus raisonnable de sortir de l’Europe et de mener le combat à l’échelle mondiale. Comme si, malgré l’existence de l’ONU, nous pouvions nous satisfaire de cela et ignorer les ententes possibles, qui ont le mérite de permettre d’atténuer les conflits dans des zones où menacent les nationalismes.

Trouver des  à l’échelle européenne n’empêche pas pour la France de rechercher des coopérations au niveau de la méditerranée (comme le préconise entre autre Mélenchon) et partout dans le monde. Il va de soi que ces coopérations, ces ententes, seraient des facteurs de paix et seraient un facteur de possibilité de transformation de la politique européenne.

Je ne vois pas en quoi Mélenchon ou Duflot pourrait rejeter une telle orientation sauf à vouloir se distinguer par u n opportunisme mortifère qui hélas menace toutes les coalitions, fussent-elles réalisées avec les mêmes objectifs. La preuve !

D’autant que c’est une stupidité que de prétendre que les uns ou les autres pourraient condamner les nations globalement et faire  abstraction des oppositions entre classes notamment entre classes exploiteuses et classes exploitées. Sinon à quel piètres alliés aurions nous à faire !

Que parfois l’on en viennent à critiquer des catégories (en l’occurrence des bénéficiaires de pensions par capitalisation allemands qui se comportent aveuglément dans leur « cocon » et deviennent malléables sous domination d’une bourgeoisie) n’est pas en soi condamnable mais nos retraites par répartition, plus justes et plus équitables, ont cependant des effets similaires,

 

 

 

L’Allemagne n’est pas notre ennemie

Cécile DUFLOT Députée Europe Ecologie-les Verts (EE-LV), ancienne ministre du Logement                           19 mai 2015 à 17:06