• Admin.du Site

  • Archives

De Abû-Nawâs à Verlaine

Posté par jacques LAUPIES le 18 avril 2015

 

Des gros cons il y en plus que l’on ne pense et Ian Brossat a bien raison de porter plainte mais on ne combat l’homophobie qu’avec des actions juridiques sauf quand, comme c’est le cas ici, elles sont médiatisées.

Des « pédés » comme ils disent, il y en a dans tous les partis et dans tous les milieux sociaux. Il est bien regrettable que des abrutis, qui pour la plupart se perdent dans les méandres d’une sexualité non assumée où qui lorsqu’elle l’est, n’est pas nécessairement respectueuse de l’autre, de sa liberté, se portent tout de même en champions d’une hétérosexualité dont beaucoup doutent qu’elle puisse être absolue.

Mais qu’importe, nous n’allons pas disserter sur un sujet qui occupe bien trop de monde, les « pour » qui n’ont de cesse de discourir et de provoquer parfois, les « contre » qui, subtiles ou pas, font souvent dans la grossièreté. Car comment en arriver à être de l’un ou l’autre de ces deux camps quand on se réclame d’une espèce « évoluée » dont précisément la faculté est de penser (plus que les plus évoluées parmi les autres) son sexe et donc son plaisir.

Quelle qu’en soit la forme ! Même s’ils doivent s’entourer de la précaution de limiter la satisfaction de leurs fantasmes au respect de l’autre, ce que leur impose la loi, dans une société comme la nôtre qui a le mérite de penser aussi la liberté de chacun s’arrêtant ou commence celle de l’autre. Ce qui génère des frontières souvent discutables. Mais bon il en faut bien parfois !

Même si de ce point de vue les débordements et les restrictions sont nombreux !

Alors pas de panique ! Quant aux gros cons, à défaut de leur conseiller le divan du psychanalyste, nous nous mettrons à leur niveau, une fois n’est pas coutume, en citant Verlaine s’adressant à ceux de son époque et en évoquant l’échange passionnel qu’il eut avec Rimbaud :

« Dans ce café bondé d’imbéciles, nous deux,
Seuls, nous représentions le soi disant hideux
Vice d’être « pour homme » et sans qu’ils s’en doutassent
Nous encagnions ces cons avec leur air bonasse
Leurs normales amours et leur morale en toc. »
(œuvres héroïques – 1891)
 
Bien avant lui, un certain Abü-Nuwâs disait : « L’homme est un continent. La femme c’est la mer. Moi, j’aime mieux la terre ferme ». A chacun ses goûts !
 
Pour ne citer que ces deux là. Il y en eu d’autres avant et beaucoup après. Ce n’est la qu’un constat pas un argument.
 
Description de cette image, également commentée ci-aprèsAl-Hasan Ibn Hâni al –Hakamî, alias Abû-Nawâs, poète, né entre 747 et 762 en Perse, décès vers 815 à Bagdad, califat abbasside de BagdadDe Abû-Nawâs à Verlaine

Paul Verlaine, poète français, né le 30 mars 1844 et mort le 8 janvier 1896

 

Le «petit pédé» et les gros cons…

 

Pierre Duquesne
Jeudi, 16 Avril, 2015
L’Humanité

ianbrossat.jpg

Photo : Joël Saget/AFP

Photo : Joël Saget/AFP
«Enculé», «sale clebs», «traînée»… Chaque jour, 
Ian Brossat reçoit des bordées d’injures homophobes. 
L’élu parisien 
a décidé de porter plainte.

Il reçoit des insultes homophobes depuis des jours, des semaines, et même des mois. Une déferlante d’insultes, adressées sur Twitter ou directement par courrier. Ian Brossat n’avait, jusqu’ici, jamais répliqué. « Il faut répondre par le mépris et l’ignorance suffisait », se disait l’adjoint PCF à la maire de Paris. Mais le 5 avril dernier, en ouvrant son courrier, l’élu communiste s’est dit « trop c’est trop ».

Un petit message manuscrit, accompagné d’une photographie de la présidente du FN. « Vite Marine ! La seule à vous enculer, toi le petit pédé. » Idem sur Twitter. Même en 140 signes, l’ignominie semble sans limites. « Tu te fais enfiler comme un clebs, tu te crois normal, sale misogyne ? » « Pas de respect pour ces choses indiformes (sic), non humaines, 2 cerveaux dans le calbard.. jlaisse pas le pouvoir aux chiens. » « Le jour où je te plie ta sale gueule de petite traînée, c’est avec mes mains. » Ian Brossat portera plainte d’ici la fin de la semaine. « Je ne le fais pas pour moi, tient à préciser l’élu, mais pour tous ceux qui hésitent à le faire, ou ceux, surtout, qui n’ont pas les moyens de se défendre. »

Une démarche saluée par Yohann Roszéwitch, de SOS Homophobie : « Les plaintes pour des agressions sur Internet sont encore trop rares. » Les manifs d’opposants au mariage pour tous ont décuplé le déferlement de haine, en particulier sur les réseaux sociaux. L’association a enregistré l’année dernière une explosion des agressions homophobes (+ 78 %). Elles ont également triplé sur la Toile. « Beaucoup ignorent encore qu’une injure homophobe, y compris sur Internet, est condamnable », ajoute Yohann Roszéwitch. Tout auteur d’un tel acte encourt 45 000 euros d’amende et un an de prison. « Mais c’est surtout par l’éducation, à l’école, dès le plus jeune âge, insiste Ian Brossat, que l’on pourra prévenir et lutter contre l’homophobie qui relève des mêmes logiques que le racisme, qui s’exprime aujourd’hui dans notre société. »

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...