• Admin.du Site

  • Archives

Charité ou droit ?

Posté par jacques LAUPIES le 17 avril 2015

 

 

On a coutume de dire que, de nos jours, les valeurs humanitaires, je devrais dire humanistes, se perdent. Qu’il existait dans notre pays un courant  incarné par les chrétiens, un autre par les communistes, qui œuvraient pour défendre les plus pauvres, les plus vulnérables, contre le racisme, contre la xénophobie.

Ce n’est sans doute que partiellement vrai car en y regardant de plus près on constate que l’homogénéité de chacun d’eux dans ce combat n’était pas aussi évidente, et même égale, qu’on le dit.

Le colonialisme et le combat de classe séparait souvent ces deux camps et ce sont pas les tendances idéologiques issues de la résistance qui, politiquement, oscillaient entre gaullistes et communistes avec à l’intermédiaire les chrétiens démocrates et les sociaux démocrates qui pourraient démentir l’inexistence de cette homogénéité !

Les communistes, bien que très marqués par un soutien quasi inconditionnel à l’Union Soviétique qui pour eux constituait le meilleur exemple de la lutte contre la pauvreté et l’injustice sociale, avaient sur le territoire national une attitude plus axée sur le droit. Mais cela n’était pas que des mots et partout où ils exerçaient un certain pouvoir, qu’il soit étatique ou local,  le principe de l’égalité institutionnalisée était défendu alors, il faut bien le dire que parmi la plupart des autres courants politiques prévalaient les notions d’assistanat, voire de charité. Et les courants d’inspiration chrétienne autant que social démocrate en étaient les porteurs.

Le principe d’universalité que je résumerai, arbitrairement certes, à la formule de « à chacun selon ses besoins en fonction des moyens dont il dispose » , ce principe prévalait. Il conduisait à faire payer une contribution hiérarchisée sur les revenus (individuels ou le l’entreprise) pour satisfaire, sans distinction de revenus, les besoins de tous.

Ce principe « imposé » par le Ministre communiste Ambroise Croizat, non sans compromis, ne convenait pas aux autres sensibilités politiques qui, preuve en a été donnée, n’ont cessé de le remettre en cause, tentant en permanence de transférer notamment les financement de la protection sociale sur des systèmes de contributions, fiscaux ou paritaires, injustes et non indexés sur les revenus.

Si je rappelle cela c’est parce que nous avons, en l’absence d’un Parti Communiste fort, une forte remise en cause d’une solidarité amputée de ces grandes valeurs qui ont permis d’aboutir à un système de santé et de sécurité sociale des plus enviés au monde. Mais que l’on détruit malgré quelques sursauts qu’évidemment nous reconnaissons malgré leur insuffisance. Dont l’instauration du tiers payant généralisé…A ce propos il est scandaleux que des médecins, au plus près de la misère de ce monde, sa fasse récupérer pour une cause particulièrement égoïste et indigne : le paiement cash de leurs honoraires !

L’exemple de nos chers médecins ?

Ils feraient bien de réfléchir, car en plus  ce sont des gens sensés être de culture plus élevée que la moyenne, sur l’impact désastreux pour leur propre économie ce que représentent les insuffisances de prises en charge de certains soins, de certains médicaments, de certaines prothèses. Et en conclure que les pseudos soucis administratifs qui semble devoir être réglés d’ici 2017, les conduisent à se comporter en mauvais épiciers !

Car c’est bien la que le bat blesse ? Comment avec une retraite (et pas la moins importante, certains retraités ont à peine un peu plus de la moitié) de 1500 € par mois peut on assumer la prise en charge de 3000 € de prothèse dentaire, d’autant pour des prothèses auditives, sans compter les problèmes de vision auquel la plupart d’entre eux sont soumis. Et à cela il convient d’ajouter « l’institution » des dépassements d’honoraires à laquelle sont soumis des malades en situation de fragilité devant des professions de santé qui n’ont ce cesse de régler leurs problèmes d’investissement mais aussi de gains personnels sur le dos de leurs patients.

Autrement dit nous sommes entrés dans des pratiques médicales à deux vitesses qui rendent le système de soins injuste et inapproprié aux évolutions scientifiques et techniques.

Loin de moi cependant l’idée que ces comportements sont dominants dans les professions de santé, mais force est de constater qu’ils sont peu contestés et finissent par nous laisser penser que :  »qui ne dit mot consent »

Mais ce qui est le plus regrettable est que se conforte la division entre soignants et soignés dont évidemment les partisans de l’austérité tirent parti dans leur discours sur le manque de moyens pour assurer le financement de la Sécurité Sociale.

Une réalité que fait naitre la mise en avant d’une dette quasiment fabriquée pour les profits des banques, des compagnies d’assurances et des actionnaires de sociétés en général.

Charité ou droit ? dans POLITIQUE ml48_09_croizat2

Ministre communiste du Gouvernement provisoire à la libération

  1. Ambroise Croizat
  2. Ambroise Croizat est un homme politique français, né le 28 janvier 1901 à Notre-Dame-de-Briançon et mort le 11 février 1951 à l’hôpital Foch de Suresnes. Il fut l’un des fondateurs de la Sécurité sociale et du système des retraites en France.Wikipédia
  3. Date de naissance : 28 janvier 1901 (114 ans)
    pierre-laroque dans POLITIQUE
    1. Pierre Laroque
       
    2. Pierre Laroque, né le 2 novembre 1907 à Paris et mort le 21 janvier 1997 également à Paris, est un haut fonctionnaire français chargé de mettre en œuvre le projet de Sécurité Sociale
    3. Né le 2 novembre 1907,
    4. Décès le 21 janvier 1997

 

400 migrants portés disparus en Méditerranée

Mercredi, 15 Avril, 2015
Humanite.fr

 

migrants-italie.jpg

Mario Laporta/Afp
Les drames humains en Méditerranée se multiplient. Des survivants d’un naufrage survenu dimanche en pleine mer rapportent qu’environ 400 migrants sont encore disparus.

Le bateau transportant 550 migrants a chaviré 24 heures après être parti de Libye. Les garde-côtes italiens ont annoncé avoir sauvé 144 personnes et récupéré neuf corps après le naufrage. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’ONG « Save the children », qui interrogent les survivants débarqués au port de Reggio de Calabre, à la pointe sud de l’Italie en face de la Sicile, estiment ainsi qu’il reste jusque 400 portés disparus en mer. « Parmi les victimes se trouveraient de nombreux jeunes garçons, probablement mineurs », a ajouté l’ONG Save the Children. « Nous sommes encore en train d’enquêter pour comprendre la dynamique du naufrage « , a expliqué Flavio Di Giacomo, porte-parole de l’OIM, selon lequel les premiers éléments laissent penser que le bateau a chaviré sous l’effet du mouvement des passagers quand ils ont aperçu les secours.

Alors qu’un temps calme et printanier s’est installé sur la zone depuis quelques jours, les garde-côtes italiens ont annoncé mardi avoir secouru près de 8000 migrants en Méditerranée depuis vendredi. Parmi les plus de 5000 débarqués entre samedi et lundi, « Save the children » a recensé environ 450 mineurs, dont 317 non accompagnés. L’organisation rapporte aussi le récit de plusieurs d’entre eux racontant être restés séquestrés et battus pendant des mois dans des conditions épouvantables à Tripoli, le temps que les passeurs soutirent autant d’argent que possible à leurs proches.

Un jeune Erythréen de 17 ans. « Nous avons vécu pendant quatre mois dans une usine de sardine. Nous étions plus de 1000, à ne manger qu’une fois par jours. Nous n’avions le droit de rien faire. Si quelqu’un parlait à un ami ou un proche, ils étaient battus. Tout cela dans le but de nous extorquer de l’argent. Ils nous forçaient à appeler la maison, pour demander de l’argent à la famille en leur disant que nous étions en train de mourir et pendant ce temps, ils nous battaient pour que nos parents entendent les cris. »

Le naufrage de dimanche porte à plus de 900 le nombre de morts enregistrés par l’OIM en Méditerranée depuis le début de l’année, contre 47 pendant la même période en 2014. Originaires essentiellement d’Afrique subsaharienne (Erythrée, Mali…) et du Moyen-Orient, en particulier de Syrie et d’Irak, ces migrants s’efforcent de gagner l’Europe à la faveur du chaos régnant en Libye. Entre-temps, la vaste opération italienne de secours « Mare Nostrum » a cédé la place à « Triton », un programme européen de contrôle des frontières nettement moins ambitieux. A tel point d’ailleurs que les passeurs n’hésitent plus à ouvrir le feu sur les navires des garde côtes ou patrouilleurs…

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...