• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Mozart et Haendel empécheurs de commentaire sur la position de la CFDT concernant les projets de modidication du code du travail

Mozart et Haendel empécheurs de commentaire sur la position de la CFDT concernant les projets de modidication du code du travail

Posté par jacques LAUPIES le 6 avril 2015

Après avoir revu pour la troisième fois « Amadeus » chacun comprendra que la transition soit difficile pour commenter la prise de position de la CFDT sur la réforme du contrat de travail. Ce que je m’apprêtais à faire quand à débuté le film sur Arte.

Ce dimanche soir rien de bien folichon donc pas de regret de m’être replongé dans le drame de Milos Forman qui date déjà de 1984. Comment résister à revoir ce chef d’œuvre du cinéma qui doit évidemment énormément au plus grand compositeur de tous les temps.

Je chante faux et probablement je n’ai pas, comme on dit, d’oreille. Je suis incapable de lire une partition, je n’ai même pas une approche primaire de l’histoire de la musique, bref  je ne connais rien à l’univers musical.

Comment comprendre que la musique et en particulier celle de Mozart puisse à ce point m’émouvoir alors que je l’ai découvert à plus de trente ans ?

Carré sur le divan le film me rappelle que je suis en manque de cette musique « classique » mais demain je pourrais ressentir la même chose avec Beethoven et Schubert découverts à l’école primaire probablement en 1949, Dvorak fut porté à ma connaissance par un ami d’enfance vers mes 16 ans (1952), Beethoven encore grâce à une petite copine qui m’offrit un disque pour mes 20 ans (1956), Bizet par un abbé de la paroisse St Paul que visiblement ma silhouette de post adolescent intriguaient bien plus que mon athéisme, quant à Brahms, Mahler, Verdi et quelques autres ce fut un peu au hasard. Pour un apprenti ajusteur puis électricien de furent là des aubaines.

Ce n’est que peu à peu au fil des ans que je me suis « habitué » à écouter classiques et romantiques et autres baroques.  Sans trop approfondir simplement séduit par l’émotion inexplicable que l’on ressent sinon à l’écoute complète de l’œuvre mais du moins avec les thèmes généralement apprécié du plus grand nombre. Pour le début !

Il n’est pas rare, comme c’est le cas pour des musiques considérées plus populaires, qu’elles soient associées à des évènements marquants de notre vie.

Ben que la musique soit devenu présente à tous les instants, elle succombe hélas à la facilité d’accès que permettent les énormes moyens de sa diffusion mis à sa disposition où la encore, la médiocrité et l’illusion font des ravages et sans vouloir abusivement différencier la « bonne » de la « mauvaise » il est regrettable que la musique tout autant que son histoire soit négligée, oubliée dans l’enseignement destiné aux jeunes et particulièrement aux plus petits.

Comme je le disais à une amie qui voit en Mickael Jackson le génie musical du siècle et bien que personnellement j’ai été particulièrement sensible à ce chanteur, danseur hors pair, dans son domaine, il y a tout de même à connaître l’essentiel de ce que j’ai évoqué. Elle n’est certes pas la seule à avoir un goût musical aussi restreint parmi les jeunes, cependant plus nombreux que ceux de ma génération à avoir des connaissances plus variées en genres musicaux.

On peut, et je n’ai pas honte de l’avouer, ne pas être un mélomane du moins dans son aspect « connaisseur », mais il est des minima auxquels on ne devrait pouvoir se soustraire. Cela vaut en littérature autant que pour tous les arts. Et même en sciences sociales en général.

Cela, associé à l’ensemble des activités humaines, s’appelle la culture ! On voit, et j’en suis un exemple, comment nos vies sont privées de connaissances qui peuvent donner quelques regrets. Pour nous mêmes mais hélas pour un nombre considérables de citoyens livrés ainsi aux prédateurs, cultivés ou non !

Ce soir nous sommes gâtés voici « Le Messie » de Haendel. Pâques ou pas je vais déguster çà. Un moment de communion avec cette télé qui m’exaspère si souvent…

Tant pis pour la CFDT à qui je voulais accorder mon commentaire  quotidien mais lisez ce qui suit…

Mozart et Haendel empécheurs de commentaire sur la position de la CFDT concernant les projets de modidication du code du travail dans POLITIQUE georg-friedrich-haendel_c_1_jpg_681x349_crop_upscale_q95

Haendel

Georg Friedrich Haendel ou Händel (George Frideric Handel en anglais, comme il l’écrivait lui-même1) est uncompositeur allemand, devenu sujet britannique, né le23 février 1685 à Halle et mort le 14 avril 1759 à Londres.

Haendel personnifie souvent de nos jours l’apogée de lamusique baroque aux côtés de Jean Sébastien Bach2,3. Né et formé en Saxe4, installé quelques mois à Hambourg avant un séjour initiatique et itinérant de trois ans en Italie, revenu brièvement à Hanovre avant de s’établir définitivement en Angleterre, il réalisa dans son œuvre une synthèse magistrale des traditions musicales de l’Allemagne, de l’Italie, de la France et de l’Angleterre5,

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Mozart

Joannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus Mozart1, ou Wolfgang Amadeus Mozart2 (en allemand : [ˈvɔlfɡaŋ amaˈdeus ˈmoːtsaʁt]) né à Salzbourgprincipauté du Saint-Empire romain germanique, le 27 janvier 17563, mort à Vienne le5 décembre 17913, est un compositeur. Mort à trente-cinq ans, il laisse une œuvre importante (six cent vingt-six œuvres sont répertoriées dans le catalogue Köchel), qui embrasse tous les genres musicaux de son époque. Selon le témoignage de ses contemporains, il était, au piano comme au violon, un virtuose.

On reconnaît généralement qu’il a porté à un point de perfection le concerto, la symphonie, et la sonate, qui devinrent après lui les principales formes de la musique classique, et qu’il fut un des plus grands maîtres de l’opéra. Son succès ne s’est jamais démenti. Son nom est passé dans le langage courant comme synonyme de génie, de virtuosité et de maîtrise parfaite4.

 

La CFDT ferme la porte d’une réforme du contrat de travail

Fabrice Savel avec Reuters
Vendredi, 3 Avril, 2015
Humanite.fr

 

Laurent Berger (CFDT)
La CFDT a fermé, ce vendredi, la porte à une réforme du contrat de travail, demandée par le patronat et évoquée ces derniers temps par le Premier ministre, Manuel Valls, et par son ministre de l’Economie, Emmanuel Macron.
« Le débat sur le contrat de travail est un débat qu’il faut arrêter tout de suite », a déclaré  Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, à son arrivée à une conférence sociale au ministère du Travail.  »Il n’y aucune justification, en termes de création d’emplois, à assouplir le contrat de travail. La CFDT est contre », a-t-il ajouté.
Le Medef souhaite notamment la mise en place d’un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) « sécurisé », qui limiterait notamment les risques de contentieux en cas de licenciement en prévoyant des motifs « incontestables » de rupture. Dans un entretien au magazine Challenges, Manuel Valls a notamment dit vouloir « ouvrir le chantier de l’emploi dans les PME » via une réforme du contrat de travail.
Le ministre de l’Economie a pour sa part souhaité jeudi que le « droit à l’erreur » en matière d’embauche soit reconnu aux employeurs et s’est dit favorable à des « simplifications » en ce sens, notamment pour les petites entreprises. Mais l’idée d’une réforme du contrat de travail se heurte à l’hostilité des syndicats. Le fait que la CFDT, syndicat traditionnellement le plus ouvert à la réforme, ait fermé la porte rend les choses plus compliquées pour le gouvernement.
Plus généralement, Laurent Berger a estimé que les accords nationaux interprofessionnels (ANI) signés par les partenaires sociaux depuis 2008, comme celui de 2013 sur la sécurisation de l’emploi, avaient déjà fait évoluer le code du travail.  »Donc le sujet (d’une nouvelle évolution) est hors sol », a-t-il poursuivi. « Il faut parler des sujets formation, maintien de l’emploi, montée en qualification des salariés. Il faut parler des gens, il faut arrêter de parler des textes. »
Il a adressé la même fin de non recevoir au patronat et au gouvernement sur la question d’éventuels accords de maintien de l’emploi « offensifs » — une extension des accords de maintien de l’emploi prévus par l’ANI de 2013, qui permettent une modulation temporaire de la durée du travail ou des rémunérations dans les entreprises en difficulté pour éviter des licenciements.
« Pour la CFDT, ça n’existe pas, les accords de maintien de l’emploi offensifs », a déclaré le N°1 de la CFDT. « Quand une entreprise va bien, il est normal qu’elle maintienne l’emploi, en développe et répartisse les richesses créées. » Selon son homologue de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, Emmanuel Macron a déclaré vendredi matin au Conseil national de l’industrie que le sujet des accords « offensifs » de maintien de l’emploi n’était pas d’actualité.
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...