• Admin.du Site

  • Archives

Unité d’action ? Quelle méthode ?

Posté par jacques LAUPIES le 5 mars 2015

Ce qui pose problème dans la nécessaire recherche de l’unité pour atteindre un objectif politique c’est le recours à la représentation politique pour en décider. Bien qu’elle soit indispensable car on ne peut miser que sur la spontanéité des citoyens pour cela, elle présente l’inconvénient, à gauche notamment, d’être éparpillée parfois diffuse. Et finalement elle a bien ces défauts qui  découlent d’une coordination insatisfaisante pour rendre lisible et efficace les objectifs autant que les stratégies pour les atteindre.

Et le résultat est que cela  aboutit à une fausse démocratie ou prolifèrent des clubs, des associations, des structures informelles, des partis qui se fondent sur des divergences, des dissidences où le détail prend le dessus sur le global. Le résultat est que lorsque tout ce monde se met autour d’une table recommence un débat au niveau de ce qui devrait-être un exécutif pour aller vers la mise en œuvre de l’essentiel. Ce choix organisationnels se répercutant à la base c’est la porte ouverte à la remise en cause de ce qui peut unir au niveau où il faut agir.

On pourra rétorquer que la mobilisation implique précisément l’expression de la diversité et que se contenter d’une centralisation de la démocratie n’est pas obligatoirement garant du respect de la volonté populaire et que de toutes façon obligation est faite de tenir compte de la réalité de la pluralité des courants.

Mais ce n’est pas une raison d’en encourager et d’en accepter la naissance au sein même d’un ensemble partageant les mêmes valeurs. On a peut-être tort de penser que c’est aussi un plus car les chauvinismes individuels et le développement malsain des égos se nourrissent souvent de ces « nouveautés structurelles »!

Loin de moi l’idée de vouloir généraliser l’exemple que donnent les méthodes utilisées par les partis de droite (et surtout d’extrême droite) mais qui peut nier qu’ils se dotent d’organisations qui hors le débat interne, souvent tenu secret et limité aux instances supérieures, se donnent des pouvoirs de décisions très centralisés avec des slogans, des mots d’ordres qui frappent plus les consciences. D’autant que leur combat idéologique basé sur l’exploitation des apparences plutôt que sur l’analyse bénéficie de la bienveillance médiatique et est ainsi simplifié.

Il est tout a fait démagogique de considérer qu’il soit en permanence nécessaire de questionner une population alors que l’on sait depuis longtemps quelles sont les causes de ses difficultés et que nous avons élaboré des réponses adéquates (n’est ce pas la fonction première des partis ?)

Par contre ceux qui sont mandatés pour porter un message de Parti ou de regroupement de Partis devraient avoir la sagesse de porter avec fidélité les objectifs communs et s’interdire des interprétations personnelles qui ne sont pas appropriées à leur mission, savoir synthétiser.

De nombreux exemples prouvent que les citoyens sont facilement troublés par les dérives de tel ou tel leader et que de surcroit les adversaires de celui-ci ne manquent pas de les exploiter.

Le débat n’est évidemment pas limité mais il a son temps et son lieu dans le combat politique.

 

P1000936-1

 

 

Olivier Besancenot propose un « meeting unitaire » contre la loi Macron

Gérarld rossi
Mercredi, 4 Mars, 2015
L’Humanité

 

Photo : Miguel Medina/AFP

Photo : Miguel Medina/AFP
Pour « faire tomber la loi Macron », Olivier Besancenot, ancien porte-parole du NPA, a lancé hier une invitation aux chefs de file du Parti de gauche, du Parti communiste, d’Europe Écologie-les Verts et aux « frondeurs » socialistes pour participer ensemble à un meeting.

Pour « faire tomber la loi Macron », Olivier Besancenot, ancien porte-parole du NPA, a lancé hier une invitation aux chefs de file du Parti de gauche, du Parti communiste, d’Europe Écologie-les Verts et aux « frondeurs » socialistes pour participer ensemble à un meeting. « Il y aura une journée de grève interprofessionnelle appelée par plusieurs organisations, il y a un collectif unitaire triple A (Alternative à l’austérité) dans lequel on est. Il y a une proposition de meeting unitaire, le 7 avril », a-t-il expliqué. Pour lui, il y a « besoin d’un 11 janvier social (en allusion au jour des marches Je suis Charlie – NDLR), de remettre la question sociale et démocratique en place », sans « refaire la gauche plurielle qu’on a connue, qui ne marchait pas. Il faut faire autre chose, faire un programme qui propose de répartir les richesses (…), poser le problème d’une autre représentation politique (car) il y a une césure entre la représentation politique et la réalité ».

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Réflexion après des hommages divers rendus à Thérèse Aillaud

Posté par jacques LAUPIES le 4 mars 2015

Je ne commenterai pas ces hommages qui comme c’est souvent le cas s’agissant d’une personnalité du monde politique, fut-il petit monde et local, voit se mêler ceux d’ami(e)s et de parents proches avec ceux d’amis de circonstances et parfois d’adversaires. Hommages qui impliqueraient de revenir bien en arrière pour juger de leur sincérité ou de leur empreinte hypocrite.

S’il s’agit la d’une considération générale sur ce genre de cérémonie, on peut en constater, chacun à sa manière les effets particulier en l’occurrence.

Mais chacun devrait garder cela pour lui, la mort de quelqu’un et son enterrement appelant à la réserve et au respect car finalement elle est une étape trop importante de la vie pour lui adosser nos hautes vues autant que nos mesquins jugements. On ne fait pas le poids devant la mort et seuls ceux qui ont, plus que d’autres, laissé des traces de leur humanité et parfois de leur inhumanité, restent longtemps dans les mémoires collectives. Preuve de plus que nous sommes le résultat inégal de cette humanité à qui nous devons tous notre esprit.

L’humanité n’est pas immuable, elle est le résultat d’un processus bien douloureux dont l’issue est parfois incertaine. Mais l’humanité reste bien le seul espoir de surmonter l’idée de cette mort inéluctable puisque chacun de nous, porteur d’un héritage d’instincts de vie physique et d’une pensée collective, interfère individuellement sur cet héritage à transmettre, et peut l’enrichir.

Il n’empêche que nous devons pour cela surmonter des obstacles, et notamment nous interroger sur les relations conflictuelles, et leurs causes, qu’entretiennent entre eux les individus et les groupes. Nous efforcer de les rendre, les uns et les autres, plus solidaires.

Ce jour là seulement pourra-t-on dire vraiment « La mort de tout homme m’amoindrit parce que je fais partie de l’humanité » (John Donne, 1573-1631) même si en l’état du monde la mort de tout homme est un gâchis dramatique.

 

DSC_0656-1

DSC_0666-1

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Le décès de Thérèse Aillaud (obsèques religieuses à Ste Marthe ce matin à 10 h 30)

Posté par jacques LAUPIES le 4 mars 2015

 

 

Personne évidemment ne peut rester insensible au départ de Thérèse Aillaud, Maire de Tarascon, élue en 1983 jusqu’en 2002. Nous gardons de cette personnalité, malgré nos divergences politiques, un souvenir marqué par son dynamisme et un charisme que peu peuvent lui contester.

Comme on le dit souvent : la vie politique ne fait pas de cadeau et elle eut probablement à en souffrir. Les coups qui lui furent portés le furent très probablement  plus par ceux qui politiquement l’ont accompagnée que par des adversaires qui ne partageaient pas la politique défendue dans son camp.

Souvent, lorsque nous avions eu des coopérations entre les organismes que je représentais (Associations ou Mutuelles) et la municipalité de Tarascon, elle me déclarait : « cela ne va pas faire plaisir à tout le monde ». Il n’empêche  que nous n’avions qu’un seul souci : c’était d’être utile à une population, la plus défavorisée, en prenant en charge des actions pour contribuer à insérer des jeunes, souvent en difficultés scolaires.

Peuvent en témoigner une dizaine d’années après  ces jeunes qui, fréquentant le Centre de Loisirs, bénéficièrent  de ces quelques voyages dont certains me rappellent encore l’enrichissement qu’ils constituèrent  pour eux.

Je pense qu’elle ne m’en voudrait pas par ce biais de lui rendre l’hommage qu’elle mérite.

Quand quelqu’un sert les autres comme elle le fit on retient ces choses là et l’on se dit parfois que certaines rencontres de raison ne se font pas sans un partage de cœur. Dans un respect réciproque…Et au grand jour !

 

 

 

img009 

Lors d’une réception organisée par notre Mutuelle pour sceller une coopération en faveur d’actions destinée à favoriser l’accès aux loisirs des jeunes.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Rétrospective de nos alliances sur le canton de Tarascon et initiatives prises

Posté par jacques LAUPIES le 4 mars 2015

DSC_0143-1
Convaincre du vote utile PCF/FRONT DE GAUCHE
DSC_0138-1
Yvette LOUIS, candidate PCF/FDG sur le marché avec un jeune militant Abdel Saidi
Depuis les élections   cantonales de 2002 (suite à la démission de la Conseillère Générale sortante Thérèse Aillaud) nous avons présenté ou soutenu des candidats  lors des   élections cantonales, cependant depuis, chacune de ces élections s’est traduite par une séparation des forces de gauche, dès le premier tour, qui a été préjudiciable à cette dernière qui totalisait à l’époque 35 % de voix, la droite réalisant 51.3 % et le FN 13.7 %. Etait élu Lucien Limousin, depuis Conseiller Général et élu Maire en 2014.    
En 2004 un premier   recul était enregistré et portait à 32.45 % le total des voix de gauche.   Lucien Limousin avec 45.98 % était réélu. Aux élections municipales qui  suivirent en 2008 la gauche avoisinait les 25 % (première chute   significative) Par contre aux élections régionales de 2010 FDG et PS   réalisaient un score nettement supérieur dans un contexte très différend.    
En 2011 la gauche  obtenait un résultat catastrophique de 16.94 % du essentiellement au   soutien apporté par le PS à un transfuge du PCF (Soler) passé ensuite dans une mouvance gauchiste et au Parti de Gauche. Le Parti Socialiste le présentant, sous   l’impulsion de ses dirigeants départementaux soutenant également de fait le candidat  sortant de droite. Il faut cependant noter que malgré cela la candidate du   FRONT DE GAUCHE à qui nous avions apporté notre appui total obtenait 7.37 % , soit environ le total des pourcentages du PCF et de l’extrême gauche.    
Bien qu’il ne faille pas interpréter   mécaniquement ces résultats, d’autant que parallèlement la progression du   FN confirmée aux municipales ait probablement affectée la gauche, il est   évident qu’un constat s’imposait : Il y a eu un effondrement du PS que peut   expliquer le déplacement de voix sur la candidature de droite UMP/UDI de Lucien Limousin et bien entendu le glissement de certaines voix de droite vers le FN. Sans pour autant nier que des voix populaires, sociologiquement   acquises à la gauche, ont pu également aller vers le FN.    
Une telle analyse ne   fait que prendre en compte des éléments locaux, mais ils préfigurent ce qu’il   peut résulter d’un Parti Socialiste (s’effondrant aux municipales de 2014)   divisé qui se partage entre un soutien à la droite et des candidatures   simplement là pour tenter d’éviter la progression du FDG et de son principal  animateur local le PCF.    
C’est pour cela que   doit se construire patiemment une force à gauche. On parle d’une gauche   alternative. Comme il m’arrive souvent de le souligner on peut la baptiser de  radicale, de vraie, ou d’un autre terme qu’au fil du temps l’adversaire dénoncera car la   sémantique (étude des langages, des mots, des expressions) nous apprend   que ces mots peuvent être soumis à des processus de changement de sens.   Maître des médias, la classe dominante sait faire !    
Mais on pourrait   également dire la gauche anti austérité Cela parlerait mieux à une population qui vit   mal la politique libérale d’un courant minoritaire au sein du PS incarnée par  Valls, Macron et consorts et voulue par Hollande !    
C’est sur ce plan   que doivent se situer les électeurs de gauche à cette élection départementale   et, compte tenu des résultats réalisés par les communistes et le FDG sur   l’ensemble du Canton, cette élection peut permettre de nous placer en position de force pour rassembler au delà cette Gauche d’Avenir.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Combattre bec et ongles la droite et le Front National son extrême

Posté par jacques LAUPIES le 3 mars 2015

 

DSC_0568-1

 Sur le canton de Chateaurenard (avec Tarascon) : un seul vrai rempart contre l’austérité les candidats Front de Gauche (présentés par le PCF) Jacques ROUSSET, Yvette LOUIS, Jean Pierre DAUDET, Sabine GASULL

REUNION PUBLIQUE A

CHATEAURENARD

CE VENDREDI 6 MARS 2015

A 18 H 30

AU CINEMA RIALTO 

 

« Départementales et FN » Pierre Laurent – secrétaire national du PCF

Nous tenons cette conférence de presse pour dénoncer avec la plus grande vigueur le scandale anti-démocratique que constitue à ce jour la préparation des élections départementales des 22 et 29 mars prochains.

Ce qui se passe, c’est du jamais vu dans une élection nationale dans notre pays. Le 1er tour se tient dans 20 jours. Tous les Français sont appelés aux urnes. Or la plupart d’entre eux n’ont pour le moment accès à aucune information sérieuse sur le sens de ces élections.

 

A quoi assistons-nous ?

 

1) A une occultation totale des enjeux de ces élections départementales

 

Ces élections concernent pour la première fois tous les départements en même temps ; le mode de scrutin a changé, entraînant un important renouvellement des candidats et la présentation de milliers de femmes ; les cantons ont été redécoupés sans information des électeurs ; la réforme territoriale met en jeu le rôle et l’avenir, pourtant essentiels, des départements.

 

Cela mérite une grande campagne. Le Premier ministre, qui voulait supprimer les départements, semble redécouvrir leur importance. Très bien. Mais quelles conclusions en tire-t-on ? Malgré ces enjeux, les Français sont privés de toute information et débat sérieux pour forger leur opinion.

Nous demandons que soit corrigé ce déni démocratique dans les 3 semaines qui restent. Des débats d’ampleur nationale, avec la présence de toutes les sensibilités politiques, doivent être organisés en prime time sur toutes les antennes d’information

 

2) Le scandale est d’autant plus grand qu’en lieu et place du débat attendu se développe une incroyable promotion et banalisation du Front national au mépris du danger que cela fait courir à la démocratie et à l’unité nationale.

 

Matin et soir le poison de la haine du racisme, de la division et de la séparation des Français est distillé sans réaction. Au déni démocratique s’ajoute donc l’irresponsabilité politique.

 

Je dis stop à cette opération de banalisation permanente et continue. Et j’alerte sur les dangers qu’elle fait courir à la France.

J’appelle les électeurs, tous les citoyens engagés à divers titre dans la vie publique, les responsables politiques attachés à la démocratie, les médias, singulièrement les responsables des JT, des matinales, des émissions politiques, le CSA, à se ressaisir et réagir. Je demande que dans les trois semaines qui viennent soit mis un terme à l’insupportable inégalité de traitement qui voit le FN chaque jour promotionné tandis que beaucoup d’autres, au premier rang nos candidats pourtant je rappelle que nous présentons près de 6 100 candidats dans 1517 cantons, aussi nombreux que ceux du FN systématiquement ignorés ou interdits d’antenne. Je demande pour les responsables du PCF et du Front de gauche un accès égal aux grandes émissions politiques. (les chiffres des candidats)

 

Je demande que cesse la banalisation organisé du FN au prétexte du visage prétendument fréquentable dont il s’est affublé. Car, à travers lui c’est la banalisation d’une parole raciste libérée qui prospère.

Les déclarations ouvertement racistes relevées sur les blogs, Facebook ou autres moyens de communication de candidats FN sont trop nombreuses pour qu’on avalise leur caractère anecdotique. C’est le fond raciste du parti de Marine Le Pen qui remonte. Le climat qu’il entretient participe clairement à la multiplication des actes antisémites et islamophobes de ces dernières semaines. La banalisation en cours ne concerne pas que la parole raciste. La campagne de Robert Ménard sur le « nouvel ami » que constitue une arme est un irresponsable appel à la violence.

J’en appelle à la responsabilité de tous pour éclairer les Français et cesser de relayer la parole du FN qui minimise systématiquement tous ces faits gravissimes pour en fait les justifier.

 

Je m’adresse aux Français pour les alerter sur la tromperie qui s’organise contre leurs intérêts. Je dis aux ouvriers, aux employés, aux salariés de conditions modestes, aux familles populaires qui souffrent durement de la crise et ne supportent plus d’être pris pour des imbéciles par ceux qui ont le pouvoir et l’argent : le FN n’est pas votre nouvel ami, c’est votre meilleur ennemi. Ne vous laissez pas abuser, regardez les faits, regardez ce que vote le FN là où il a des élus, ce qu’il décide là où il gère une ville, ce qu’il déclare dans son programme. Ne vous abstenez pas pour laisser perpétrer ces dangereuses propositions.

 

Le FN a trois cibles prioritaires : les familles populaires, les services publics, les dépenses sociales des collectivités locales. Tarifs sociaux dans les cantines, aides sociales et solidarité, logements sociaux, culture et éducation, voilà où il frappe d’abord.

 

Son discours anti-immigrés est un cheval de Troie contre les droits de tous les salariés. Quant à la sécurité, son discours ce n’est pas l’ordre et la tranquillité publique, c’est la division, la haine, la guerre, c’est la fin du vivre-ensemble. Pas un hasard si ses amis internationaux s’appellent Poutine et Bashar el Assad, et si, après une pitoyable entreprise de brouillage il tape aujourd’hui à bras raccourcis sur Syriza. Pas un hasard s’il passe son temps à attiser les peurs et les tensions dans nos quartiers, ici en France.

 

J’en appelle à la mobilisation pour combattre ce danger. Rien aucune critique de la politique gouvernementale aussi légitime soit-elle, ne justifiera jamais à nos yeux la banalisation du FN. Le FN n’est pas une voie vers le changement, c’est le principal obstacle au changement car c’est lui qui distille de la manière la plus virulente le poison de la division parmi les forces populaires et nationales.

Le Parti communiste appellera clairement et toujours à faire barrage à toute élection d’un candidat Front national.

 

Je sais que beaucoup de Français disent : « alors que faire ? ». La solution n’est évidemment pas la droite qui cherche en espérant récupérer les voix du FN au second tour à conquérir le maximum de départements pour détruire les politiques publiques qu’il s’agit au contraire de défendre et de promouvoir dans l’intérêt du plus grand nombre.

 

Quant au gouvernement Valls il s’acharne à trahir les intérêts populaires, à imposer la loi Macron et l’austérité à tous les étages.

 

Ceux qui comme Nicolas Sarkozy ce matin continuent d’instrumentaliser dans un sens ou dans l’autre la montée du FN pour qui les débats de fond sont irresponsables.

 

Malgré ces obstacles, je le dis haut et fort aux Français, la voie n’est pas bouchée, le vote n’est pas bouclé. Il y a quelque chose d’utile à faire pour votre vie, pour l’avenir de nos départements et du pays dans ces élections.

 

Une gauche nouvelle est en train d’émerger dans le pays, une gauche qui dit non à l’austérité, à la précarité et à l’insécurité de nos vies, qui dit oui à la solidarité, au vivre-ensemble, aux politiques publiques de justice sociale que peuvent mettre en œuvre les départements.

 

Cette gauche nouvelle, celle qui voit désormais converger les communistes et le Front de gauche, des écologistes d’EE-LV, des forces comme Nouvelle donne, des socialistes qui refusent maintenant clairement les politiques Valls-Macron. Elle présente des candidats dans presque tous les cantons de France.

 

C’est à cette force nouvelle qu’il faut donner de la force et des élus dans les départements. En la faisant grandir dans les urnes le 22 mars, vous aiderez le pays à sortir de l’impasse. Vous vous donnerez de la force pour résister aux politiques d’austérité, pour conforter les politiques publiques de solidarité dont vous et vos enfants avez besoin, pour refuser tous les chemins de haine, pour construire la France du vivre-ensemble qui reste plus que jamais nécessaire.

Dans près de 200 cantons, elle peut être présente au second tour.

 

J’invite les Français très nombreux qui n’ont pas fait leur choix, qui s’apprêtent à s’abstenir, à se poser cette question le 22 mars : à qui donner de la force ce jour là ?, des candidats soutenus par le PCF, le Front de gauche et toutes les forces qui travaillent désormais avec nous à construire une voie nouvelle à gauche, sera, pour tous et le pays, la meilleure nouvelle qui puisse advenir.

Ce progrès est possible. J’appelle à déployer tous les efforts nécessaires pour le concrétiser dans les urnes le 22 mars.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1...45678
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...