• Admin.du Site

  • Archives

Ventre creux n’a point d’oreilles…

Posté par jacques LAUPIES le 22 mars 2015

Image de prévisualisation YouTube

 

 

A force de rencontrer des personnes qui me disent qu’elles n’iront pas voter ou qu’elles voteront pour les autres partis que le mien, j’en viens à me demander quel est le secret de ceux qui, finalement les manipulent, encore qu’il faut faire une différence entre les deux attitudes mais dans un texte de Noam Chomsky qui traine sur mon bureau je trouve des éléments de réponse. Au cas où vous ne les connaitriez pas je vous invite à en prendre connaissance.

Mais je me garderai de souscrire pleinement à une attitude qui consisterait à attendre des populations qu’elles se mettent en révolte ou en révolution uniquement en leur tenant des discours de vérité, en les affranchissant de  toutes les astuces qu’évoque Chomsky.

Elles ont surtout besoin, par les temps qui courent, que la pensée soit suivi d’actions positives pour leur conditions matérielles de vie.

Il est un dicton qui dit « ventre creux n’a point d’oreilles »

 

 Départementales. Un scrutin où va se jouer notre quotidien

Cédric Clérin
Jeudi, 19 Mars, 2015
Humanité Dimanche

 

Photo : Pierre Gleizes/Rea

Le département qui assure la gestion des collèges a son rôle à jouer dans l’accès à l’éducation pour tous.
Photo : Pierre Gleizes/Rea
Les Français ont un pouvoir considérable que beaucoup d’entre eux comptent pourtant ne pas exercer. C’est en partie du niveau de participation que dépendent l’issue des élections départementales, les rapports de forces politiques et les politiques concrètes (politiques sociales, transport, collèges …) qui seront menées dans des départements menacés de disparaître.

« Qu’est-ce que ça va changer ? » Cette question, tous les militants de France actuellement en campagne pour les élections départementales l’ont entendue. À une semaine du vote, seul un Français sur deux (49 %) déclarait un intérêt pour ce scrutin (1). Le taux d’abstention pourrait flirter avec les 60 % au soir du premier tour. 45 % des abstentionnistes n’iraient pas voter car ils n’ont « pas confiance dans les responsables politiques » et 29 % parce que « cela ne changera pas grand-chose à (leur) vie quotidienne».

 

Ventre creux n'a point d'oreilles... dans POLITIQUE les_departements_qui_pourraient

 
 

Pour beaucoup d’électeurs qui ont choisi le candidat de gauche au second tour de l’élection présidentielle de 2012, « le changement c’est maintenant » résonne encore. Depuis, rien n’a changé et le crédit des paroles politiques, déjà bien entamé, en a pris un sérieux coup. La politique menée par le président socialiste et le fatalisme qu’il distille entraînent toute la gauche dans sa chute. Alors que 43,7 % des électeurs avaient choisi un candidat de gauche à l’élection présidentielle en 2012, ils n’étaient plus que 34 % aux élections européennes deux ans plus tard, et 9 millions de voix en moins.

Pendant ce temps, le Front national retrouvait aux européennes 73 % des électeurs de M me Le Pen à l’élection présidentielle, lui permettant d’arriver en tête et de s’autoproclamer « premier parti de France » avec moins de 10 % des suffrages des inscrits. Le scénario pourrait se répéter lors de ces élections départementales. Seuls 44 % des sympathisants de gauche déclaraient vouloir aller voter à une semaine du scrutin contre 55 % à droite.

LES POLITIQUES SOCIALES CONSTITUENT LA MOITIÉ DES DÉPENSES DES DÉPARTEMENTS: 33,9 MILLIARDS D’EUROS.

Le retrait électoral d’une grande partie de la population risque donc de dessiner le scrutin et aura un impact concret réel. Ceux qui ont le plus intérêt au vote sont également ceux qui s’apprêtent à ne pas en user. Les classes populaires sont ainsi à la fois les plus abstentionnistes et les plus opposées à la disparition des départements (58 %), alors que les classes supérieures y sont favorables (62 %) (2). Or la couleur politique des élus amenés à siéger déterminera le maintien ou non de l’échelon départemental. La droite est favorable à sa suppression de longue date, quand l’alliance du Front de gauche et d’élus locaux de diverses sensibilités de gauche a permis de repousser la disparition immédiate des départements voulue par le premier ministre. De plus, les politiques sociales constituent de loin le plus gros poste (49 %) des dépenses des départements soumis par ailleurs à la pression de l’austérité budgétaire obligeant les exécutifs à faire des choix. Les dépenses sociales seront dans le collimateur de la droite et du FN, mais également d’élus socialistes acceptant la logique austéritaire. Ceux qui en ont le plus besoin risquent donc de subir la baisse des dépenses sociales sans s’être exprimés à ce sujet. Au total, ce sont en moyenne 1 000 euros par habitant et par an que les conseils départementaux auront à répartir, une somme loin d’être négligeable en période de crise.

L’IMPACT POLITIQUE

Le résultat des élections départementales aura également un impact politique important. Si la défaite est prévisible pour le Parti socialiste qui dirige 50 départements, son ampleur est inconnue. Dans ce contexte, les résultats des autres forces de gauche seront scrutés par le pouvoir. Après les élections européennes, le premier ministre, Manuel Valls, avait beau jeu de déclarer: « Il n’y a pas d’alternative à gauche », en pointant le score du FG (6,5%). Cette faiblesse de « l’alternative » justifiait ainsi un resserrement du gouvernement autour de son orientation la plus libérale. L’enjeu est donc de taille pour le FG, dont l’électorat est pourtant, selon certains sondages, pour l’heure, le moins mobilisé (39 %) (3). Si, au contraire, les élections départementales laissent apparaître l’émergence d’une « nouvelle gauche », comme l’espèrent les dirigeants du FG, des écologistes et des socialistes qui ont fait candidatures communes, le gouvernement n’aura plus les mains libres pour sa fuite en avant libérale. Le pire n’est jamais sûr et 70 % des abstentionnistes déclarent qu’ils peuvent changer d’avis …

(1) Harris Interactive pour M6.

(2) Ifop pour « Ouest France».

(3) Ifop pour Europe 1.

LA « VALLS » DES ÉTIQUETTES

Au soir du premier tour, les radios et les télévisions annonceront des résultats nationaux qui auront peu à voir avec la réalité. Le ministère de l’Intérieur a en effet choisi d’étiqueter les binômes candidats de manière à masquer les différentes configurations à gauche. Ainsi un binôme composé d’un candidat socialiste et d’un partenaire sera étiqueté « union de la gauche » alors qu’un binôme Front de gauche-EELV est étiqueté « divers gauche». Même procédure à droite avec l’UMP. Le FN, pour sa part, bénéficiera de sa couverture maximale du territoire grâce à sa stratégie de parachutage de candidats tous azimuts. Ainsi PS, UMP et FN pourront bénéficier d’un score aggloméré flatteur, quand il faudra faire le tri pour avoir le score du FG, d’EELV ou de leurs alliances.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

NOVES hier soir : projection d’un film sur la situation en Grèce

Posté par jacques LAUPIES le 21 mars 2015

 

Ce vendredi soir 20 mars 2015 était organisée une soirée au cinéma de Noves au cours de laquelle fut projeté un film relatant les origines de la situation en Grèce, la Grèce qui vient de voir la victoire de la coalition Syriza lors des dernières élections législatives.

Un film qui nous explique comment le peuple grec a progressivement réagi face à l’instrumentalisation  dont il a été victime depuis une intégration dans l’Europe censée lui apporter aide et soutien et qui finalement a été victime des politiques libérales favorisant les marchés financiers.

S’en est suivie une discussion au cours de laquelle fut posée la question de la difficulté de trouver en France une opposition à une politique qui fait, toutes proportions gardées, des dégâts sur le plan économique et social.

Certains, dont le réalisateur on avancée l’idée qu’en Grèce comme en Espagne la population a été plus durement frappée par la politique libérale qui prévaut en Europe mais que de surcroit un passé totalitaire récent dans ces pays a pu freiner la perspective d’un recours à l’extrême droite, bien plus déconsidérée qu’en France dans ces deux pays !

La question mérite débat.

Une évidence cependant : la progression de l’extrême droite dans notre pays répond bien à un mécontentement des milieux populaires et sauf à en revenir aux causes, les expliquer de manière claire en se fondant sur le système d’exploitation capitaliste, il y aura toujours des récupérations possible à droite au centre et même à gauche avec la Social Démocratie. D’où la nécessité de valoriser le combat de classe, d’en faire apparaître la complexité.

Mais qui d’autres que les communistes, et ses alliés du Front de gauche, peuvent le faire mieux que quiconque, car ils ont non seulement les éléments théoriques pour cela, mais leur propre expérience historique ?

Il n’est pas question pour eux de se replier sur eux-mêmes mais à l’inverse il y a danger à se diluer dans des objectifs et des stratégies inadaptés. Par exemple oublier que les objectifs à proposer doivent prendre en compte en toute priorité les revendications telles que l’augmentation les revenus salariaux et des prestations sociales ainsi que la réduction de la durée du travail et des réformes fiscales permettant de dégager les moyens nécessaires

 

DSC_0258-1

En préalable au débat avait lieu une réunion en Mairie

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Patrick Pelloux :  » Le Front de gauche lutte contre la crise sociale »

Posté par jacques LAUPIES le 20 mars 2015

 

Je me demandais pourquoi cet homme qui me parait si généreux puisse ne pas nous soutenir.

Eh bien c’est chose faite ! Merci à lui.

Entretien réalisé par 
Clotilde Mathieu
Vendredi, 20 Mars, 2015
L’Humanité

 

Photo : Stéphane de Sakutin/AFP

photo : Stéphane de Sakutin/AFP
L’urgentiste et chroniqueur à Charlie Hebdo, explique son soutien aux candidats du Front de gauche.

Pourquoi soutenez-vous les candidats du Front de gauche aux départementales à Lille ?

Patrick Pelloux Ce sont des amis qui se battent sur le terrain depuis longtemps. Même s’ils ne changeront pas le monde, dimanche, le changement commence aussi en partant de l’échelon local. Les événements terroristes qui ont touché la France, puis le Danemark et maintenant la Tunisie nous poussent à faire bouger les choses, à nous battre et à soutenir ceux qui défendent les valeurs de gauche, la culture et donc la laïcité. Ceux qui luttent contre la crise sociale. Depuis combien d’années nous parle-t-on de la crise ? Les économistes nous servent à chaque fois les mêmes recettes avec toujours les mêmes conséquences, en mettant en accusation le monde du travail, les salariés. À l’image d’un médecin qui reprocherait à son patient d’être responsable de sa maladie.

Une abstention annoncée record, un FN mis en avant qui se sent pousser des ailes, deux mois après les attentats et la mobilisation républicaine du 11 janvier, comment vivez-vous cette situation ?

Patrick Pelloux Il faut arrêter de se leurrer sur le FN. Le dernier scandale au Parlement européen (où vingt assistants parlementaires sont accusés de travailler principalement pour le parti de Marine Le Pen aux frais du Parlement, sans traiter de problématiques européennes – NDLR) montre à quel point il fait partie du système. Le FN est une imposture : partout où il a des élus, il déverse une vision étriquée et punitive de la société, surtout vis-à-vis des classes populaires qu’il promet de défendre. Une vision éloignée de l’égalité de la République. L’abstention est un danger pour la démocratie et la République. Il y a une forme de prétention de la part de ceux qui ne votent pas ; sans doute pensent-ils que le droit de vote est inéluctable, garanti ? Sans doute ont-ils le sentiment que la société n’est jamais menacée ? Or, cette vague terroriste mondiale est une attaque contre les démocraties. Je suis pour le vote obligatoire, mais il faut prendre en compte le vote blanc.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Vivre en monstre ou mourir en homme de bien ?

Posté par jacques LAUPIES le 20 mars 2015

Dernière phrase de Shutter Island le film de Martin Scorcèse que l’on a toujours plaisir à revoir tant il nous rappelle à quoi sont exposés les humains dans cette société.

Le « héros » de ce polar nous est présenté en dernier ressort comme étant déséquilibré par un drame qui a marqué sa vie : il a tué sa femme elle même meurtrière de ses trois enfants. Mais nous ne découvrirons cela qu’à la fin du film, ce qui change la perception si on l’a déjà vu.

Mais l’intérêt de ce film, contrairement à une critique lue sur le net, n’est à mon sens pas seulement dans la manière dont est traitée la question d’ordre psychanalytique qu’il soulève. J’y ai vu personnellement, même si cette question semble centrale, une réflexion sur l’homme dans la société et les souffrances auxquelles cette dernière l’expose, notamment par une violence à laquelle il est confronté.

L’évocation des camps de la mort et le parallèle fait avec l’univers psychiatrique et carcéral (nous sommes en 1954) porte de claires significations au delà de l’état de folie même du personnage principal incarné magistralement par Léonardo DiCaprio. Il est vrai que l’on se laisse prendre au piège de l’amalgame mais l’auteur a-t-il vraiment voulu nous piéger où nous ouvrir les yeux. De même cette autre évocation des méthodes employées pour combattre le communisme dans une période de guerre froide.

D’autres aspects du film cultivent une véritable ambiguïté entre l’homme conscient, hors de ses « cauchemars » révélateurs du drame qu’il a vécu, donc d’un inconscient qui le taraude, et l’homme conscient des réalités sociales et des troubles d’un monde qui prétend le soigner et en fait est en échec. Tout n’est donc pas dit mais comme en poésie on n’est pas nécessairement apte à comprendre les véritables intentions de l’auteur du poème ! 

Une chose est certaine si là, apparaît l’échec de la cure psychanalytique d’un vrai malade, subsiste le doute malgré tout de sa vraie folie surtout après des scènes rendant plausible qu’il fut l’objet d’un véritable complot.

Mais qu’importe, ce film nous rappelle que celui qui est dans la norme sociale agit dans un espace entre le soin et la répression à partir précisément de SA norme ou de celle qui domine. Et donc la vérité peut lui échapper faisant de lui un thérapeute médiocre ou un accusateur inconscient.

Et dire qu’il faut supporter ça ! Mais fort heureusement rien ne nous oblige à vivre en monstre, ni à mourir en homme de bien ? Il suffit peut-être de comprendre et d’expliquer ce monde, du moins pour l’essentiel en faisant abstraction des détails ! Et de lutter un tantinet pour qu’il soit meilleur.

Vivre en monstre ou mourir en homme de bien ? dans POLITIQUE warning

 

Enchainement logique et de circonstance (non prémédité)

Comme je me sens le devoir de rappeler que dimanche nous allons voter je me permettrai de rappeler que le département intervient dans le domaine des soins, de la réinsertion, du handicap et que précisément nos candidats du Front de Gauche / PCF dont en particulier Jacques ROUSSET et Sabine GASULL (candidate remplaçante) ont quelques compétences en ce domaine, ce qui est non seulement un plus, mais une garantie pour que l’action dans ce domaine ait un appui de qualité !

Ce sera notre façon de vous rappeler qu’outre l’intérêt politique que représente nos candidatures, il y a des réalités professionnelles qu’il est bon de mettre en évidence. Evidemment la Culture et l’éducation avec Yvette LOUIS et la vie associative, avec Jean Pierre DAUDET, auront de dignes et efficaces représentants.

DSC_0172-1

 

PENSEZ A CE SOIR 18 H 30 A NOVES REUNION PUBLIQUE SUIVI A 20 H 00 DE LA PROJECTION D’UN FILM SUR LA GRECE

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Dernière ligne droite pour le Front de Gauche / PCF sur le canton de Chateaurenard

Posté par jacques LAUPIES le 19 mars 2015

 Dernière ligne droite pour le Front de Gauche / PCF sur le canton de Chateaurenard

Il ne reste que trois jours pour convaincre. Mais en trois jours on peut gagner un pourcentage de voix appréciable.

En combattant :

 

  • la forte tentation pour l’abstention qui risque de réduire l’électorat de gauche, déçu par le non respect des promesses faites par Hollande,
  • la tentation, pour les mêmes raisons, du vote en faveur du FRONT NATIONAL,
  • la tentation d’un vote ambigüe qui encouragerait la politique de VALLS et HOLLANDE

 Evidemment ces trois tentations rendraient encore plus hypothétique l’avenir des français.

Ces derniers n’ont de solution à leurs problèmes que par une alternative à gauche répondant à leurs souhaits,  marquée par l’exigence de mesures stoppant le chômage, orientée vers le plein emploi, l’augmentation des salaires et des revenus, le rééquilibrage de la sécurité Sociale lié à ces deux premières mesures pour assurer le financement de cette institution, le développement et la sauvegarde du service public (santé, éducation, etc.) du logement.

Mesures éminemment sociales et à forte connotation et conséquence positive sur le plan économique qui doivent être accompagnées par des investissements productifs qui nécessitent une autre utilisation de l’argent et la récupération des moyens nécessaires par :

- une fiscalité rénovée plus juste

- une lutte effective contre la spéculation et la fraude fiscale.

Sur le canton de Chateaurenard et Tarascon le PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS présente et soutient des candidatures du FRONT DE GAUCHE,  garantes d’une application au plan départemental d’une gestion prenant appui sur l’action, dès à présent, pour les choix essentiels ci-dessus exposés.

Sans ce lien entre une nouvelle politique nationale et la poursuite d’une véritable orientation de gauche au plan départemental PAS DE CHANGEMENT POSSIBLE même si la présence d’élus communistes en nombre réduit dans le Conseil Général sortant a pu permettre des améliorations qu’ils peuvent inscrire à leur bilan.

Les candidats du FRONT DE GAUCHE/ PCF sont les SEULS à défendre ces orientations face à la droite et à l’extrême droite qui abusent la population en spéculant sur la question d’une l’immigration, pourtant nécessaire à notre économie locale, en laissant entendre que la sortie de l’Europe et de l’Euro serait une solution à nos difficultés.

En  réalité il s’agirait tout simplement, pour mettre l’Europe au service des peuples, de démocratiser et de réorienter les politiques économiques et sociales de Bruxelles soumises à la pression du capitalisme français, européen et mondial, aux multinationales et aux banques.

VOTER POUR LES CANDIDATS FRONT DE GAUCHE/PCF c’est donner à l’assemblée départementale des femmes et des hommes capables de développer la solidarité pour l’école, les transports, l’action sociale, les services publics.

(communiqué de la Section PCF de Tarascon)

 

DSC_0741-1

Un binôme prometteur, porteur d’une vraie politique alternative de gauche, pour le canton, pour le département mais aussi pour le pays et l’Europe.

Yvette LOUIS, Professeure de lettres, adjointe au Maire de Noves

Jacques ROUSSET, Cadre de santé, conseiller municipal de Cabannes.

 

DSC_0747-1

 Réunion publique à Cabannes hier mercredi. Demain VENDREDI 20 MARS rendez vous à Noves à 18 h 30, suivi d’un projection de film sur la situation en Grèce

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...8
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...