• Admin.du Site

  • Archives

Camarade : écoute un peu les anciens !

Posté par jacques LAUPIES le 27 mars 2015

Un ami s’est plaint dans un commentaire sur celui que j’avais présenté hier, concernant les élections départementales en Arles, du fait que j’ai évoqué la présence du Député et du Maire d’Arles, côte à côte pour soutenir les candidats du Front de Gauche, de soutien de poids.

Cet ami qui trouve le PS particulièrement indigeste et infréquentable à toute élection est à juste titre préoccupé par la politique du gouvernement Valls en matière économique et sociale.

Il n’est pas le seul ! Mais à quoi conduirait  une attitude tendant à minimiser, dans une ville où le Front National menace où certains dirigeants de l’UMP jouent avec le « ni, ni » de Sarkosy, un soutien du député Michel Vauzelle ? Probablement à des conditions plus difficile de lutte dans sa ville d’Arles dont cet ami, syndicaliste lui-même, aurait à souffrir.

Je l’ai mille fois répété ici je ne ferai jamais l’amalgame entre le PS et l’UMP, pas plus que je ne fais l’amalgame entre notre démarche et celle de ces nombreux égarés gauchisants qui lorsqu’il s’agit de combattre la droite, commencent par s’en prendre à la gauche et souvent au PCF. Surtout dans des périodes électorales aigües ou il faut avoir le courage d’aller à l’essentiel.

On en a des exemples qu’il n’est pas nécessaire de dénoncer ! Il y a mieux à faire pour que l’électorat populaire déjà fortement déboussolé par les jeux politiciens ne tombent pas dans leurs panneaux.

Il n’est tout de même pas difficile d’être attaché à ses convictions, souvent liées à sa condition sociale, de les défendre bec et ongles et de savoir, quand existe un réel danger de les voir mises en cause, d’aller à l’essentiel !

Autre chose :

la politique est certes un domaine ou chaque citoyen à le droit, et se doit d’intervenir. Mais cela suppose de sa part un effort constant de réflexions et d’échanges, en se débarrassant autant que faire se peut des clichés produits par la pensée unique, de l’énorme pression médiatique manipulée par la classe dominante.

J’ai le plus grand respect pour les syndicalistes dont la tâche n’est pas aisée, je peux comprendre ces travailleurs qui ne peuvent s’engager dans les luttes, notamment dans l’entreprise ou la répression existe de fait, je peux compatir  avec ces précaires, chômeurs, jeunes inquiets pour leur avenir SOUMIS à l’assistanat (1) mais je ne me priverai pas de leur dire qu’il faut « entrer en politique » car, sans une grande influence politique et même sans le pouvoir politique à tous les niveaux, rien ne sera possible.

Je dirai même qu’un mouvement social dans l’état actuel des forces politiques organisées (à gauche)   et sans de claires perspectives politiques serait condamné à un magnifique pschitt. S’agissant de ceux qui sont impliqués dans des responsabilités syndicales, au risque de déplaire, je leur dirai que leur distance avec la politique que nous défendons, le repli sur la question revendicative exclusif, devrait les interpeller…

(1) un assistanat qui encourage le clientélisme débouchant sur la soumission à des édiles peu scrupuleux ou à des révoltes incontrôlées qui alimentent le vote d’extrême droite ou l’abstention. Vraiment, y a t il autre chose de possible que la lutte organisée, pied à pied, pour défendre des droits acquis et en exiger d’autres ?

 

 

 

 

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...