• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2014

Tirons la sonnette d’alarme

Posté par jacques LAUPIES le 4 décembre 2014

 

DSC_0514

Pensons à leur avenir en France et dans le monde

Je ne sais pas ce qui va se dire à cette rencontre débat à Marseille, lundi prochain 8 décembre à 18 h 30. Mais comme tout un chacun j’en devine quel sera le contenu qui comme l’indique le thème proposé doit porter sur l’élaboration d’un perspective politique unitaire afin de sortir de l’impasse dans laquelle se trouve le gouvernement.

Il  n’est pas besoin de prendre de détours : il faut d’urgence que la gauche retrouve ses couleurs et il parait impératifs de changer de politique et d’aller vers une autre équipe gouvernementale à laquelle devront participer tous ceux (communistes compris) qui sont en capacité de prendre les mesures susceptibles de donner confiance aux français et de leur faire découvrir que l’austérité n’est pas la seule réponse à la crise.

Il ne parait pas croyable que Hollande, en sa qualité de Président de la République, et le PS ne puissent s’orienter vers cette  voie qui est celle de la raison, car il faut être clair, l’échéance présidentielle de 2017 ne peut avoir d’issue favorable pour la gauche qu’un ancrage à gauche basé sur des réformes économiques et sociales se complétant, s’alimentant l’une et l’autre.

Et que l’on ne nous dise pas que ce faisant nous allons nous compromettre une fois de plus. Bien entendu nous devons garantir des contenus de véritables transformations mais si nous ne nous engageons pas dans cette voie le risque est grand de voir une recomposition à  droite qui achèvera le massacre engagé par Sarkozy et que n’ont pas mis fondamentalement en cause les gouvernements socialiste qui se sont succédés.

Une recomposition qui peut être dépassée par une extrême droite à l’affut des échecs, ce qui aurait pour conséquence de  développer un nationalisme que peu à peu elle tente de d’ancrer dans une partie des esprits d’un pays qui jusqu’ici n’en veut surement pas !

Mais le temps presse et nous devons nous-mêmes tirer la sonnette d’alarme. Tant mieux si d’autres le font !

 

PS Cambadélis critique à propos  de la loi Macron

Mercredi, 3 Décembre, 2014

 

Jean-Christophe Cambadélis aurait-il tiré la leçon du fiasco qu’a été le passage de son prédécesseur Harlem Désir dans le bureau du premier secrétaire du PS ? À force de n’être que porte-voix et porte-flingue du gouvernement en interne, ce dernier avait fini par démobiliser les militants

Jean-Christophe Cambadélis aurait-il tiré la leçon du fiasco qu’a été le passage de son prédécesseur Harlem Désir dans le bureau du premier secrétaire du PS ? À force de n’être que porte-voix et porte-flingue du gouvernement en interne, ce dernier avait fini par démobiliser les militants, si ce n’est à en fâcher sérieusement certains. Hier, dans les Échos, Cambadélis s’est montré très critique à propos du projet de loi Macron. « Ce devait être un moyen de lutter contre la rente et nous nous retrouvons avec une loi fourre-tout sur le travail du dimanche, le travail de nuit et la relecture de l’accord national interprofessionnel qui risque de polluer le sens de ce texte », a déclaré le patron de la rue de Solferino. « Le temps de travail et les seuils sociaux ne devraient pas faire partie de ce projet de loi, a-t-il aussi ajouté, quant à la réforme du travail du dimanche, elle devrait être plus encadrée : il faudrait (les) limiter à 5 à 7 dimanches (par an). » Adrien

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Débat à Marseille, « Pour un nouveau pacte majoritaire à gauche »

Posté par jacques LAUPIES le 3 décembre 2014

 

 

Débat à Marseille,
Lundi 8 décembre à 18h30 à Marseille au World Trade Center

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’EELV, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, Marie-Noëlle Lienemann, membre du bureau national du PS débattront ensemble sur le thème : Pour un nouveau pacte majoritaire à gauche.

Lundi 8 décembre à 18h30 à Marseille au World Trade Center, 2, rue Henri-Barbusse, face à l’ancienne Poste Colbert dans le 1er arrondissement Cette rencontre publique et gratuite est organisée par le club Gauche Avenir, rassemblant des personnalités et militants de différentes organisations politiques et syndicats.

Départ voiture de Tarascon : 14 h 30 pour train à Arles à 15 h30

Retour de Marseille St Charles : 22 h 02

Arrivée à Arles prévue vers 22 h 45 et (voiture) 23 h 15 à Tarascon

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Opposition politicienne ou fondée sur des convictions ?

Posté par jacques LAUPIES le 3 décembre 2014

Que, selon le principe politicien de n’émettre aucun vote de l’opposition qui soit favorable à une proposition de loi émanant de la majorité, l’on puisse se démarquer sur une résolution sur laquelle nombre d’opposants sont d’accord, est tout de même surprenant;

L’UMP se révèle ainsi bien détachée de l’origine gaulliste de certaines de ses composantes, orientée en cela par un Sarkozy qui rêve de se mettre à l’abri de ses emmerdements en postulant au poste de Président de la République en 2017.

Mais évidemment vous me direz il n’est pas le seul. Et nous voila entrés dans une phase de la politique nationale que l’on pourrait qualifier de rocambolesque si évidemment nous n’étions pas là pour décrypter un peu.

Et point n’est besoin d’être un politologue de haute (ou basse) volée comme nous en voyons si souvent sur les plateaux de télévision.

Il suffit de revenir à la sacro sainte (si j’ose dire) lutte des classes, pour comprendre que la bourgeoisie, surtout la grande, se creuse la tête pour savoir comment elle va maintenir son leadership à tous les niveaux de la planète, mondial, européen, national. Comme à l’habitude elle a différentes stratégies possible d’un pays ou d’un continent à l’autre ce qui n’est pas sans lui poser quelques problèmes en France en particulier.

Sachant qu’elle ne peut avoir d’existence que par le commerce de la marchandise « force de travail » et accessoirement ce qui en découle par la meilleure utilisation possible de l’accumulation du capital (dont la financiarisation de l’économie), il lui faut des relais politiques voire étatiques pour se maintenir au pouvoir.

Sachant par ailleurs que la guerre, comme l’a dit l’un de nos ancêtres, bourgeois-noble, est la continuation de la politique. elle même résultant de problèmes économiques, tous les conflits ont évidemment un sens qui ne peut être étranger à des prises de position politique !

En fonction de chaque situation particulière la classe dominante doit les prendre en usant des variantes politiques qu’elle peut utiliser. La tâche n’est pas facile car il y a des os : les peuples à qui l’on peut certes distribuer des opiums : religions, idéologies perverses avec leurs applications politiques et toutes sortes de drogues dures et moins dures mais les peuples ont aussi leurs exigences.

Le nôtre n’échappe pas à ce besoin de résistance nécessaire à ces variantes qui vont de la social démocratie parée, un peu légèrement, du qualificatif de progressiste à l’extrême droite, caméléon pour la circonstance. Multiples sont ainsi, démagogie aidant, les discours racoleurs de ces courants. Dans le domaine purement religieux il  leur faut gérer l’influence de ces trois grandes religions monothéistes et toutes leurs composantes à caractère soporifique indéniable.

Mais voilà il y a pour les pouvoirs dominants de la fragilité dans tout ça : l’idée communiste (ou l’idée tout simplement progressiste et d’émancipation des peuples) que risquent de s’approprier ces peuples qui font du communisme parfois sans le savoir.

Là l’instrumentalisation est plus difficile et l’on comprend que cette bourgeoisie ne veuille pas trop faire joujou avec ces idées en les cautionnant. Ce qui explique ce reflexe d’ultime soutien à une politique coloniale dans la sphère capitalo-politico-intellectuelle de droite, usant du silence à propos de certains conflits. Mais parfois contrainte de se dévoiler comme nos chers députés UMP viennent de le faire. Ont ils eu vraiment le choix ?

 

DSC_1258_1

 

PARU DANS L’HUMA

Les députés français votent la reconnaissance de l’Etat palestinien

Fabrice Savel avec AFP
Mardi, 2 Décembre, 2014

 

Opposition politicienne ou fondée sur des convictions ? dans POLITIQUE 5209489

Photo
L’Assemblée nationale a adopté mardi la résolution sur la reconnaissance de la Palestine avec 339 votes pour, et 151 contre.
Les députés français ont adopté la reconnaissance de l’Etat palestinien, aujourd’hui mardi 2 décembre, avec 339 votes pour et 151 contre. Le texte, qui sera également débattu le 11 décembre prochain au Sénat, n’est pas contraignant pour le gouvernement. La résolution invite simplement l’éxécutif à « reconnaître l’Etat de Palestine en vue d’obtenir un réglement définitif du conflit ».
C’est pourtant un acte historique que les députés français viennent d’accomplir. Le texte, adopté en dépit de l’opposition de l’UMP, de la résolution proposée par le groupe socialiste sur la reconnaissance de l’Etat palestinien, à une portée symbolique forte au moment où les Palestiniens tentent de faire avancer leur cause à l’ONU. Après les parlements britanniques, irlandais et espagnols, les députés français « invitent » à leur tour, leur gouvernement à reconnaître officiellement l’Etat palestinien « en vue d’obtenir un règlement définitif du conflit ». A ce jour, 135 pays, dont la Suède, ont reconnu la Palestine.
Lors du débat vendredi sur le texte, le chef du groupe socialiste Bruno Le Roux a insisté sur la nécessité d’agir face à « l’impasse » de la situation: poursuite de la colonisation, échec des négociations sous égide américaine et multiplication des violences meurtrières.  »Dans la période actuelle qui est une période d’échec dans les négociations et une période d’enlisement dans l’affrontement, on doit faire des gestes symboliques comme celui-là », a renchéri lundi la coprésidente du groupe écologiste Barbara Pompili. Le communiste François Asensi, pour qui cette reconnaissance est « un combat historique », a dit espérer une « large majorité au-delà de la gauche ».
De son côté, la droite qui a adopté une posture politicienne, sous prétexte qu’une reconnaissance ne peut intervenir qu’à la conclusion de négociations, s’est montrée très hostile à une démarche qu’elle estime réservée à l’exécutif. Après avoir hésité à ne pas prendre part au vote, le groupe UMP a voté contre dans sa grande majorité comme le préconisait Nicolas Sarkozy.
Lire aussi : 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Communiqué de la Section de Tarascon du PCF

Posté par jacques LAUPIES le 2 décembre 2014

 

La politique pratiquée par le gouvernement dans notre pays n’est pas sans préoccuper nos concitoyens qui, pour la plupart – une majorité selon les sondages – la rejettent. Ce qui revient à rejeter le Parti Socialiste qui l’inspire et, du coup, la gauche en général, puisque ce parti est abusivement désigné, selon les médias, comme représentant à lui seul cette gauche.

La gauche « radicale » incarnée par les communistes et l’ensemble du Front de Gauche sont victimes de cette imposture à tel point que se développe le courant abstentionniste et le vote pour le Front National (voir au verso)

Il convient donc de rappeler avec force que nous, communistes, n’avons rien à voir avec cette politique et que l’appel au vote pour François Hollande en 2012 visait avant tout à en finir avec la politique du Président de droite Nicolas Sarkozy fondée sur la réduction de nos droits sociaux et du pouvoir d’achat, sur les atteintes à la démocratie notamment en déstructurant les collectivités territoriales et les services publics, en se soumettant à l’Europe libérale et aux marchés financiers, en maintenant dangereusement la France intégrée à l’OTAN, à la remorque des Etats-Unis.

Malheureusement  nous n’avons pas été entendus, malgré un bon résultat du candidat que nous soutenions, en l’occurrence : Jean Luc Mélenchon (11%). Les élections qui ont suivi (législatives et municipales) n’ayant pas confirmé et à fortiori, dépassé ce score.

Malgré la naissance d’une forte contestation au sein de la majorité gouvernementale (retrait des verts, naissance de courants contestataires au sein du PS « affligés » et « frondeurs » grogne des radicaux, Hollande et Valls s’enferrent dans leur politique soutenant financièrement le patronat (CICE, réduction de certaines prestations sociales, réduction des dotations aux collectivités territoriales, soumission à l’Europe libérale, etc.)

Cependant une autre politique est possible à gauche, misant sur la demande  pour relancer l’économie ce qui signifie augmentation des salaires,  des pensions et des minimas sociaux,  allocation d’autonomie pour les jeunes, revalorisation des prestations sociales, le tout accompagné d’une réforme fiscale profonde et de la renégociation des traités européens pour financer ces mesures.

Pour cela il faut rassembler largement les forces populaires, exiger une autre équipe gouvernementale pour appliquer de vraies réformes et donc appuyer fortement ceux qui préconisent cette stratégie mettant en cause la toute puissance du capital, en premier lieu renforcer et appuyer le Parti Communiste.

 

DSC_1295

Retrouvons le passé prestigieux pour reconstruire le Parti nécessaire au changement !

BULLETIN D’ADHESION AU PARTI COMMUNISTE FRANCAIS

 Nom                                                  Prénom

 

Email     (ou Tél.)

 

Adresse

 

Code     postal

 

Lu sur le site : http://bezierspcf.centerblog.net/

« Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à sa querelle
Au coeur du commun combat »

(extrait de la rose et le réséda d’Aragon)

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1...34567
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...