• Admin.du Site

  • Archives

Debat entre Pierre Laurent et Pierre Gattaz

Posté par jacques LAUPIES le 13 décembre 2014

 

Un débat dont- je n’ai pas encore pris connaissance. Donc je ne le commenterai pas ! Sans doute aurait il été intéressant que la télé le transmette D’autant que Pierre Laurent doit être en déficit d’expression sur les chaînes publiques.

Mais lui donner la parole face à un Patron ne doit pas être du goût des Directeurs de Chaîne.

On peut, en regardant les apparitions de communistes dans d’autres débats, porter un intérêt sur l’appel de ces communistes et faire des découvertes nuisibles à l’acharnement à ne pas les entendre dans lequel se cantonnent tous les partis.

Par exemple dans « ce soir ou jamais » de ce vendredi, la présence du défenseur des travailleurs dans nombre de conflit s  d’entreprise et le développement qu’il à fait  des intentions gouvernementales, notamment avec la loi Macron, nous a permis de constater  le peu de crédibilité de ces économistes libéraux qui envahissent les plateaux.

Dommage que ce soit très occasionnel et rare !

 

La Section du PCF de Tarascon considère que la première action des communistes doit-être de rétablir un dialogue avec la population. et pour se faire de s’armer idéologiquement. C’est pourquoi ce samedi 13 décembre elle organise une première journée d’étude avec des militants du secteur sur le thème essentiel : l’histoire du PCF et sa politique.

D’autres suivront et nous invitons amis et sympathisants à y participer.

 

DSC_0865

vue partielle de la conférence organisée par Gauche Avenir à Marseille ce dernier lundi : chaque ville devrait pouvoir répercuter cette démarche.

 

 

Il était une fois le capital et le travail

Par Patrick Apel-Muller
Vendredi, 12 Décembre, 2014

 

L’ éditorial de Patrick Apel-Muller. « Enfin un débat de fond. La confrontation à laquelle se livrent, dans nos colonnes, le président du Medef, Pierre Gattaz, et le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, oppose les deux logiques qui se heurtent, se contestent, parfois à l’aveugle dans la société. »
Debat entre Pierre Laurent et Pierre Gattaz dans POLITIQUE patrick-apel-muller_4_0

Foin des fleurs de rhétorique ou de roses pâlies à la boutonnière : le patron des patrons revendique la paternité du pacte de responsabilité, réclame un « coût du travail » toujours plus comprimé et la liberté du capital de se rémunérer comme bon lui semble. Le prix du risque, explique-t-il, sans doute beaucoup plus élevé que celui auquel sont exposés les salariés. À l’inverse, Pierre Laurent dénonce l’économie de la rente, le coût toujours plus exorbitant du capital, revendique l’entreprise comme un lieu social qui doit profiter à tous, envisage de changer les règles de la mondialisation en mettant fin aux concurrences dévastatrices entre les hommes.

La pensée unique, si confortablement installée sur les plateaux télévisés, vacille au fil des répliques que nous publions. Et de cet échange démocratique, dont tout citoyen devrait bénéficier, naît plus de liberté, celle de choisir entre plusieurs voies et de ne pas renoncer au libre arbitre humain. Sans lui, la démocratie part en lambeaux et la pensée est enrégimentée. La curiosité suscitée par cette rencontre inédite témoigne d’une attente d’idées neuves et d’une politique revivifiée. L’Humanité se félicite d’en être le théâtre et l’actrice. Tandis qu’Emmanuel Macron multiplie les acrobaties pour présenter la dictée patronale comme un manifeste socialiste, que le retour aux conditions sociales vieilles d’un demi-siècle est dépeint comme un summum de la modernité, de ce face-à-face émerge le cœur des tensions sociales, l’affrontement entre le capital et le travail. Le premier a-t-il pris aujourd’hui l’avantage ? Ce n’est pas la première fois. Cela n’est jamais resté éternel.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...