• Admin.du Site

  • Archives

Difficile parfois de choisir

Posté par jacques LAUPIES le 10 décembre 2014

 

 

 

Difficile parfois de choisir un sujet de commentaire.

Surtout quand Lucien Sève est rédacteur et chef d’un jour à l’Huma. D’autant que par les temps qui courent nous avons besoin de théoriser plus que jamais même si cela vaut quelques sarcasmes de ceux qui nous disent que nous avons perdu pied avec la réalité.

Entendre ce reproche de la part de personnes dont nous considérons qu’elles n’appréhendent cette réalité qu’à partir des apparences pourrait nous déprimer, nous attrister, nous faire souffrir et pourquoi pas nous inciter à la colère, à la violence verbale. Alors qu’au contraire nous devons garder raison, réfléchir, trouver des arguments pour leur faire comprendre notre analyse de tous les sujets à propos desquels nous sommes en opposition et qui sont essentiels dans nos vies.

Et cela bien entendu pour dire notre vision de cette réalité si différente de celle qu’ils peuvent en avoir.

Et cela vaut pour la plupart des activités. Pas seulement en politique dont il est souvent question sur ce blog mais dans bien d’autres domaines. A tel point que l’on doit pouvoir s’initier sur ce que les sciences apportent dans chaque domaine essentiel à nos vies : se nourrir, avoir un toit, entretenir des relations amicales, sexuelles, libres et épanouissantes en même temps que trouver, dans les contraintes qu’impose la vie sociale, la solidarité nécessaire à notre espèce pour vivre et parfois même survivre.

De ce point de vue rien n’est facile car nous sommes dans une société très contrastée ou se heurtent des concepts philosophiques, des pratiques économiques, sociales et culturelles dépassées, desquelles devraient émerger  un autre monde meilleur.

Mais cela ne peut se faire si nous ne sommes pas capable de choisir, de prendre le risque de l’erreur, fort l’expérience et des résultats de la mise en pratique de nos idées pour progresser.

Il y a certes là un combat à mener mais lorsque une vie nous a appris à balayer à temps et parfois en avance tous les obscurantismes, parfois même les interdits inutiles et même nuisibles,  nous nous devons de communiquer cette expérience et ces résultats autant que les erreurs et les  reculs qu’elles ont provoqués, en notre intérieur, comme en notre extérieur.

 

 

 

Lutte des classes  et guerre des idées

Mardi, 9 Décembre, 2014

 

Difficile parfois de choisir  dans POLITIQUE lucien_seve_0

afp
L’éditorial de Lucien Sève. De tous les sujets de vive préoccupation que nous impose l’actualité, l’état des consciences n’est pas le moindre.

De tous les sujets de vive préoccupation que nous impose l’actualité, l’état des consciences n’est pas le moindre. Il y a du désarroi, voire de la désespérance dans l’air.

Rien de spontané en cette affaire : ceux dont la gestion et la politique nous enfoncent dans le désastre ne ménagent pas leurs efforts de décervelage. Depuis bien des années, ils font tous leurs mauvais coups avec intense préparation d’artillerie mentale, en raffinant sur le vocabulaire. Pourquoi cette incessante rafale de mesures antipopulaires ? Parce que « la crise », « la compétitivité », « le coût du travail », « les lois du marché »… Enfoncez-vous bien ça dans la tête. Et ça marche.

Faisons-nous assez, de façon assez poussée, assez suivie – point essentiel – pour renverser la vapeur ? Je trouve que non. Or c’est la première clef des contre-offensives efficaces. La lutte des classes passe par une guerre des idées non seulement pensée avec la plus grande exigence, mais poursuivie avec une totale persévérance.

C’est pourquoi, rédacteur en chef d’un jour, je fais une suggestion à l’Humanité – dont ont vitalement besoin au quotidien même ceux et celles qui ne le savent pas. Je suggère que la page de polémique politique Cactus fasse périodiquement place à une page de démystification idéologique qui pourrait s’intituler Cortex. Régulièrement, de façon à la fois fondamentale et populaire – oui, c’est possible –, infliger une raclée intellectuelle aux intoxiqueurs. En allant plus loin dans la mise au clair tous azimuts – sur la dette publique, le coût du travail, la réforme, le modèle allemand, la gauche archaïque… et aussi la GPA, le sexe et le genre, l’échec scolaire, le cerveau… Je paie d’exemple aujourd’hui en dernière page, sur le prétendu « coût du travail ».

Venez nous aider, intellectuels qui jamais ne serez des chiens de garde, venez nous aider dans cette bataille hautement salutaire !

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...