• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > A droite on se déclare défenseur des droits sociaux mais..

A droite on se déclare défenseur des droits sociaux mais..

Posté par jacques LAUPIES le 14 octobre 2014

 

Il me semble reconnaitre Cadaques (oeuvre de JC Quilici)

Il me semble reconnaitre Cadaques (oeuvre de JC Quilici)

 

 

D’où effectivement une UMP ou un FN qui spécule sur toutes les erreurs ou fautes que commet le gouvernement actuel. Un gouvernement qui pousse le ridicule jusqu’à tenter de nous faire croire qu’en récupérant telles prestations sociales sur des couches moyennes qui vont lui rapporter quelque centaines de millions d’Euros à l’état, sur telle ou telle taxe ou impôt qui frappe parfois les plus modestes (tva, taxe sur le diesel, etc.), il va rétablir un budget déficitaire de plusieurs milliards.

Par contre pas la moindre remise en cause des patrons qui ne paient pas leurs cotisations sociales ou de ces sociétés dont la fraude fiscale coute de 50 à 80 milliards à l’état, ou encore de ces augmentations effarantes des dividendes distribuées aux actionnaires.

Alors comment se fait-il, me demande cette jeune femme qui dispose du RSA pour vivre, comment se fait-il que nos explications et cette évidente vérité ne soit pas perçue par ceux qui souffrent de cette situation ?

Bonne question à laquelle évidemment nous répondons avec nos moyens, nos tracts, le journal national l’Humanité et le journal régional La Marseillaise, avec nos mots dans les discussions et sans doute nos blogs (trop peu nombreux à mon avis) sur internet.

Car que pouvons nous espérer d’une télévision publique orientée dans la diffusion des thèses libérales en économie, polluée par une présence dominante et parfois exclusive d’intellectuels et de journalistes à sa botte ? Ne parlons pas des télévisions privées qui comme la presse est sous contrôle direct des gros possédants de notre pays !

Alors bougeons nous un peu…

 

PS – Les communistes de la Section de Tarascon tiendront leur assemblée générale ce lundi 20 octobre à 18 H 00 au Siège 35, rue Monge à Tarascon

 

 

 

 

 

 

 

 Lu dans MARIANNE

L’élu UMP fustige le logement social… et vit dedans depuis vingt ans !

Jeudi 9 Octobre 2014 à 05:00 | Lu 39725 fois I 24 commentaire(s)

 

Pascale Tournier

 

Conseiller de Paris depuis des décennies, Patrick Trémège ne perd pas une occasion de critiquer la politique de la Ville en matière de logement social. Ce qui ne l’empêche pas de profiter du système : il occupe lui-même depuis 1993 un sympathique appartement de 90 m2, dans le XIIIe arrondissement de la capitale, appartenant au bailleur social 3F. Schizophrène…


Patrick Trémège (au centre) entouré (de gauche à droite) de Claude Goasguen, Philippe Goujon et Roger Karoutchi en 2003 - WITT/SIPA

Patrick Trémège (au centre) entouré (de gauche à droite) de Claude Goasguen, Philippe Goujon et Roger Karoutchi en 2003 – WITT/SIPA
Certains élus n’ont pas peur du paradoxe. Conseiller de Paris dans le XIIIe arrondissement et vice-président du groupe UMP au Conseil de Paris, Patrick Trémège critique depuis des années la politique menée par l’exécutif socialiste en faveur du logement social.
En 2011, il interpellait Bertrand Delanoë  en ces termes : « Votre programme habitat pour mon arrondissement n’est tourné que vers le logement social, alors que c’est déjà le deuxième arrondissement de Paris [en la matière], avec 36 % de logements sociaux. Vous n’aimez pas les classes moyennes, et vous le démontrez. »
Quelques mois plus tard, il revenait à la charge, dans le Point   : « A force de construire des logements sociaux, nos quartiers se paupérisent. »
Une vieille rengaine de la droite qui prend, dans la bouche de Patrick Trémège, une saveur particulière. D’après nos informations, ce consultant en entreprise, élu au Conseil de Paris en 1983, vit depuis vingt ans (!) dans un logement social de type PLI (financé par un prêt locatif intermédiaire) appartenant au bailleur social 3F.
Un sympathique appartement de 90 m2, avec parking et balconnet, face à un joli square et à deux pas de la Bibliothèque François-Mitterrand, qu’il occupe avec son épouse, directrice de cabinet au Sips 92, le syndicat interdépartemental qui gère les parcs sportifs de Puteaux et d’Antony (Hauts-de-Seine). Montant du loyer : 1 650 € par mois, charges et chauffage compris. Un prix tout doux eu égard aux tarifs pratiqués alentour dans le parc privé.
Contacté par Marianne, ce vieux briscard de la politique, passé par toutes les étiquettes à droite (UDF, Démocratie libérale, UMP) et sous tous les ors de la République (conseiller ministériel d’André Santini, député, conseiller régional d’Ile-de-France, adjoint au maire de Paris sous Jacques Chirac…), ne voit rien de choquant à sa situation : « Mes électeurs ont toujours su où j’habitais, ils m’ont toujours fait confiance. »
Lors de la bataille pour la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, dont Patrick Trémège portait haut les couleurs, avait pourtant été claire : aucun conseiller UMP élu ne pourra bénéficier d’un logement social. « Question de décence », avait justifié NKM à nos confrères de 20 minutes,  en rappelant que 130 000 ménages parisiens étaient sur liste d’attente. Notre homme n’en a cure, il n’entend pas déménager.
Sa préoccupation est ailleurs. « C’est Péchenard qui vous a renseignée sur moi ? » s’inquiète – à tort – ce filloniste. Frédéric Péchenard, ancien patron de la police nationale et actuel directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, à qui le camp Fillon prête visiblement de noirs desseins. La campagne à l’UMP est bel et bien lancée.
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...