• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > « on ne nous dit pas tout » et bien ce que l’on veut !

« on ne nous dit pas tout » et bien ce que l’on veut !

Posté par jacques LAUPIES le 13 juillet 2014

 

On a parfois envie de ne plus s’informer de rien dans ce monde ou guerres et violences de toutes sortes deviennent le lot quotidien des médias.

Et comme dirait la célèbre humoriste « on ne nous dit pas tout » Il n’y aurait pas à s’en plaindre compte tenu que nos cervelles ont une capacité limitée d’enregistrement. Seulement voilà il n’est pas sur que la sélection soit équilibrée et objective.

Dès lors que certains conflits divers mettent en cause les maîtres du jeu économique et politique on peut s’attendre à la manipulation, à la déformation, au silence ou au contraire au matraquage massif  des évènements qui les concernent.

L’usage du fait divers s’inscrit dans cette logique.

Pauvre de nous !

 

 

Sur les mains  de Ponce Pilate

Éditorial Par Patrick Apel-Muller
Vendredi, 11 Juillet, 2014
Reuters

Crédit:
Reuters
Benyamin Netanyahou traite en otage la population palestinienne comme partout les occupants l’ont fait, avec l’espoir de briser l’évolution du Hamas qui renoue enfin avec le Fatah et ainsi d’édifier de nouveaux obstacles à une solution politique assurant l’existence de deux États souverains dans les frontières de 1967.

Le crime se poursuit. Les avions israéliens pilonnent sans trêve Gaza, tuant des dizaines de civils. Des corps d’enfants ensanglantés sont arrachés aux ruines de leurs maisons. Benyamin Netanyahou a décidé d’embraser le Proche-Orient par des représailles massives après l’assassinat de trois adolescents israéliens par on ne sait quels extrémistes. Le premier ministre israélien traite en otage la population palestinienne comme partout les occupants l’ont fait, avec l’espoir de briser l’évolution du Hamas qui renoue enfin avec le Fatah et ainsi d’édifier de nouveaux obstacles à une solution politique assurant l’existence de deux États souverains dans les frontières de 1967. La droite israélienne alliée à une extrême droite fanatique parie sur l’enchaînement des violences pour maintenir sous son joug la prison à ciel ouvert qu’est Gaza, pour étouffer les confettis administrés par l’Autorité palestinienne et les emmurer, pour amplifier la colonisation des territoires occupés et de Jérusalem-Est. C’est une voie sans autre issue que la souffrance et la haine à perpétuité. Condamnée à de multiples reprises par les Nations unies, cette politique trouve de sinistres complaisances. Les salves de roquettes tirées par le Hamas, qui compte ainsi capter la colère populaire, ne sont rien face à la force brute et électronique des missiles tirés depuis les avions et les drones. Mais les voilà mis sur le même rang par des responsables occidentaux ! Sans crainte d’indécence, François Hollande a «condamné fermement les agressions» contre Israël, a exprimé sa «solidarité» envers Benyamin Netanyahou et jugé qu’il «appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces». À cette heure, on comptait déjà 64 morts à Gaza et aucun en Israël… À Paris, ce n’était pas la France qui s’exprimait, tout juste un président qui en usurpe le prestige pour couvrir une tuerie. Ainsi parlait Ponce Pilate, sachant où était l’innocence et où gisait le crime. Il ne suffira pas de s’en laver les mains pour en effacer les taches de sang.

- See more at: http://www.humanite.fr/sur-les-mains-de-ponce-pilate-547179#sthash.pbxKyrfM.dpuf

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...