• Admin.du Site

  • Archives

Quand la majorité du Conseil Municipal de Tarascon fait la main au FN

Posté par jacques LAUPIES le 17 mai 2014

 

Il fallait s’y attendre !

A la suite de l’augmentation plus que substantielle des indemnités  de Maire (3266,96 € soit + 32 %) et des  adjoints (1140 € soit + 9 ) le FN bien évidemment enfonce le clou sur une décision qui risque bien de « heurter » la population et de discréditer des Conseillers de la majorité qui, dès la première séance de Conseil décident de s’octroyer également une indemnité de 228 €.

Il est fort possible que ce genre de décision puisse concerner d’autres villes et cela, nous ne sommes pas allés le vérifier. Mais il est vrai que dans la situation que connaissent la plupart des ménages, actifs ou retraités, des jeunes sans ressource, une telle initiative est de nature à « donner » quelques voix de plus au FN qui cependant n’a pas été dans le passé, au niveau national et parfois au sein même de certaines municipalités, très exemplaire sur ce sujet.

Généralement les élus ont des charges qu’ils n’ont pas à supporter au détriment de leurs propres budget personnel. Beaucoup d’élus (notamment les élus communistes) reversent une part de leurs émoluments à leur parti. Ces sommes sont consacrées à couvrir les frais divers de fonctionnement ou de perte de salaire.

Cela est souvent mal connu et toutes les interprétations sont possibles et accréditent souvent l’idée que les élus globalement « trouvent la place bonne ». Que de fois n’entend on cette expression de gens qui, cela arrive parfois, ne sont pas très clairs sur la question. De là à les classer dans le « tous pourris » il y a un pas que franchissent allégrement nombre de nos concitoyens.

Raison de plus pour appliquer la transparence dans ce domaine.

Il n’empêche qu’en l’absence de cette transparence les partis populistes (qui prennent en compte les réactions d’une population excédée par les conséquences des politiques d’austérité) ont la possibilité de les exploiter électoralement. D’autant que s’y ajoute parfois le clientélisme qui aggrave le phénomène parce que généralement il se traduit par des promesses de faveurs non tenues !

Pour cette raison il faut expliquer et dénoncer ces phénomènes et surtout expliquer que les causes des difficultés dues aux salaires insuffisants, aux retraites amputées par des retenues de plus en plus pesantes, sont à rechercher ailleurs que chez un cadre bien payé, un titulaire de profession libérale bien rémunéré ou un élu du peuple d’une instance départementale, régionale, nationale, bénéficiant d’indemnités confortables.

L’affaire Kerviel est révélatrice de cette réalité, simplement parce qu’elle démontre que les tricheurs sont ailleurs que dans les milieux populaires et, à un tel niveau que toute spéculation sur la question du trader déclaré seul coupable est un raccourci à éviter.

Cela dit nos élus locaux majoritaires auraient été mieux inspirés de ne pas se livrer à cette revalorisation de leurs indemnités.

Mais après tout cela ne fait que confirmer qu’ils ont là, comme dans le soutien à la politique de leurs mentors de droite (et parfois de gauche), quelque responsabilité dans la progression d’un FN qui sait fort bien utiliser leurs médiocres défaillances. Comme il utilise la tricherie des multinationales et des banques et la politique de rigueur qui en résulte.

 

 

 

 

Affaire Kerviel : « N’ayez pas peur M. le Président ! »

Lettre ouverte au Président de la République
Lettre ouverte de David Koubbi, avocat de Jérôme Kerviel
Jeudi, 15 Mai, 2014
Quand la majorité du Conseil Municipal de Tarascon fait la main au FN  dans POLITIQUE
Alors que Jérôme Kerviel, l’ex-trader, risque d’être incarcéré dès son passage à la frontière samedi, son avocat, David Koubbi, interpelle François Hollande sur la responsabilité de la Société générale et lui demande d’intervenir pour « qu’éclate enfin la vérité »… Lire le texte intégral de la lettre de Maître David Koubbi.

Monsieur le Président,

En janvier 2012, alors que vous vous présentiez au suffrage des Français, vous déclariez : «Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance ». C’est ce même adversaire que j’ai croisé devant les juges qui ont condamné Jérôme Kerviel.

Vous souvenez-vous des faits. Seul coupable parce que seul poursuivi, en première instance comme en appel, Jérôme Kerviel a été condamné à payer 4,9 milliards d’euros à la Société générale, somme correspondante à la perte supposée de cette banque. Sans aucune expertise indépendante démontrant la réalité de cette perte, ce montant a été justifié par une simple feuille de papier, comme l’a récemment dénoncé Madame Éva Joly, ancienne magistrate qui s’est intéressée aux comptes de la banque.

Alors que ce dossier ne peut exister, en droit et en fait, qu’à l’unique condition que la Société Générale ait tout ignoré des activités de son trader junior, ce dernier a été condamné sans aucune expertise indépendante relative au degré de connaissance de la banque, pas plus qu’à la réalité même de la perte qu’elle a agitée comme un leurre devant les médias du monde entier.

Dans son arrêt du 19 mars 2014, la Cour de cassation a reconnu les défaillances de la Société générale, faisant éclater le volet civil du dossier qui condamnait Jérôme Kerviel à payer 4,9 milliards de dommages, et ordonnant le renvoi devant la Cour d’appel pour statuer sur les responsabilités de la Société Générale. A date donc, les 4,9 milliards d’euros de « perte » n’existent plus. Pourtant Jérôme Kerviel demeure condamné à 5 ans de prison dont 3 années fermes. Car si la Cour reconnaît les défauts de contrôle hiérarchiques de la Société générale dans le volet civil (perte financière), elle ne les apprécie pas de la même manière dans le volet pénal (responsabilité de Jérôme Kerviel) créant ainsi une contradiction de fait. D’une erreur initiale de jugement point le risque d’erreur judiciaire. C’est ce que nous voulons éviter.

Alors qu’il chemine de Rome à Paris, Jérôme Kerviel sera incarcéré dès le passage de la frontière. En dépit de ce qui précède et qui est exact dans les faits, la peine serait inique.

Le combat que nous menons est double. Tout d’abord, nous dénonçons l’exposition de Jérôme Kerviel comme responsable de l’affaire Société générale, et nous entendons lutter contre les dysfonctionnements du système financier et de ses acteurs, ce qui est le sens de la marche entreprise par Jérôme Kerviel, à la suite de notre rencontre avec Sa Sainteté le Pape François.

Dans le même temps, nous avons déposé trois plaintes pénales contre la Société Générale pour :

  • « Faux et usage de faux » : la Société Générale a grossièrement trafiqué ce qu’elle a présenté comme étant les aveux de Jérôme Kerviel.

  • « Escroquerie au jugement » : Elle a volontairement aggravé les pertes qu’elle attribue à Jérôme Kerviel en vendant les portefeuilles de trois autres traders pour parvenir au résultat construit de 4,9 milliards d’euros. Elle A réalisé des opérations fictives de même nature que celles reprochées à son ancien trader, alors qu’elle mentait éhontément à la Brigade financière, déclarant que de telles opérations n’avaient pas cours en ses murs. Pourtant la même « fraude » a eu lieu en 1997, impliquant les mêmes intervenants, et agitant les mêmes signaux d’alertes. Cette banque sans mémoire a oublié le suicide, dix ans plus tard, du trader Luigi Casu, qui s’est fait « prendre » en train de procéder aux mêmes opérations fictives… S’y ajoute que la Société Générale a perçu plus de 2 milliards d’euros d’argent public, directement en lien avec cette affaire et en violation de la Jurisprudence du Conseil d’état en la matière, sous le Ministère de Madame Christine Lagarde.

  • « Subornation de témoin » : Elle a payé, parmi la hiérarchie de son salarié et ses collègues de travail, des témoins ou acteurs majeurs du dossier dit « Kerviel » sept (7) années de salaire fixe. Tous ayant témoigné dans le sens de la Banque.

Ces plaintes sont en cours de « traitement » par la Justice, et leur issue est évidemment susceptible de montrer que la banque n’ignorait rien des agissements de son trader junior.

A la condition que la Justice mette enfin un terme à ses égarements à l’invitation de cette banque multirécidiviste.

Quelques questions se posent au Premier magistrat de France que vous êtes, Monsieur le Président :

  • Si la banque est bien la victime de Jérôme Kerviel, en quoi était-il nécessaire d’effacer des pièces dédouanant le coupable de ce dont il est accusé, et qui montrait que son employeur non seulement savait, mais qui plus est, l’encourageait dans ses opérations ?

  • Pourquoi payer des témoins au-delà du risque judiciaire sinon pour acheter le silence ?

  • Pourquoi avoir fait croire que Jérôme Kerviel était « membre des services de contrôle » sinon pour fabriquer une thèse à laquelle le marché n’adhère pas un instant ?

  • Pourquoi mentir devant la Brigade financière, les juges d’instruction et les juridictions de jugement saisies ?

  • Pourquoi avoir fait courir le bruit disant que Jérôme Kerviel était en fuite, ce qui n’a jamais été le cas ?

  • Pourquoi avoir prétendu que Jérôme Kerviel avait usurpé des identifiants et des mots de passe informatiques ?

  • Pourquoi ne pas avoir demandé, par commission rogatoire internationale, un état des pièces sauvegardées tant par l’EUREX ; chambre de compensation allemande permettant de savoir qui avait gagné ce que la Société Générale prétend avoir perdu (il est vrai que le sujet des chambres de compensation est devenu judiciairement radioactif depuis l’affaire Clearstream) ; que par le système ZANTAZ à Chicago ?

  • Pourquoi avoir truqué les aveux prétendus de Jérôme Kerviel ?

  • Pourquoi n’a-t-il pas été tenu compte des témoins issus de la Société générale entendus à la demande de la défense ?

  • Est-il utile de dépenser plus de 100 millions d’euros de communication pour réhabiliter une image durement écornée ?

Toutes ces questions montrent comment les acteurs de ce système ont fabriqué un coupable idéal pour masquer leurs propres turpitudes.

Il y a bien d’autres questions…

En dépit de la communication de la banque, tendant à faire passer pour fantaisiste la réalité telle qu’elle est, de nombreuses personnalités ont pris position pour interroger tel ou tel aspect de cette affaire, ou pour dénoncer telle ou telle anomalie ayant affecté le traitement judicaire du dossier. Parmi ces personnalités se trouvent Monseigneur Jean-Michel di Falco (Président d’honneur du Comité de soutien officiel à Jérôme Kerviel), Roland Agret, Président d’Action Justice, Paul Jorion économiste, Eva Joly ancienne Juge d’instruction, le Père Patrice Gourrier ; des responsables politiques tels que Jean-Luc Mélenchon, Julien Bayou, Alexis Corbières, François Bayrou, les députés Nicolas Dupont Aignan, Thierry Solère, Benoist Apparu, Edouard Philippe, Jérôme Guedj ; les Sénateurs de la République Marie-Noëlle Liennemann, Eric Bocquet ; de nombreux élus locaux, et le maire de Segrate (Italie), Adriano Alessandrini ; les journalistes Martine Orange, Denis Robert, Nicolas Cori, Irène Inchauspé ; et plus de 15.000 anonymes qui tous les jours suivent la marche de Jérôme Kerviel sur les réseaux sociaux.

Vous même, Monsieur le Président de la République, en 2010 sembliez avoir tout compris puisque vous déclariez : «Parmi toutes les choses choquantes dans cette affaire, il y en a beaucoup, maintenant on apprend que, finalement, la Société Générale va se faire rembourser. Comment admettre que lorsqu’une banque fait une erreur, ce soit le contribuable qui paie?»

Depuis vous présidez le Pays.

Nous, citoyens de France, vous demandons, Monsieur le Président de la République (et accessoirement, Madame la Ministre de la Justice ) – quelles que soient les raisons faisant qu’il ne faille pas regarde les comptes de la Société Générale – de faire en sorte que Jérôme Kerviel ne fasse pas un jour de prison, tant que la lumière pleine et entière n’aura pas été faite sur cette affaire, dans sa globalité, impliquant en ceci la mise en place d’une expertise totalement indépendante, permettant de vérifier aussi bien les dires de Jérôme Kerviel que de battre en brèche les foutaises articulées par cette banque.

Les citoyens français que nous sommes refusons radicalement l’idée de toute incarcération pour Jérôme Kerviel dans ces circonstances grossières où les petits arrangements entre amis (formés dans ces grandes écoles et ces grands corps de l’Etat) ont prévalu improprement sur les principes fondamentaux qui régissent notre République.

Il n’en va pas seulement de la vie d’un homme, il en va de la Justice en France. Celle-ci n’a pas à s’agenouiller pour se faire abuser par une finance déréglée.

N’ayez pas peur, Monsieur le Président, de respecter vos engagements de campagne, n’ayez pas peur d’être socialiste puisque vous le dites, n’ayez pas peur de prendre position, n’ayez pas peur de servir la Justice et de favoriser l’extraordinaire entreprise que nous menons au service de la Vérité et contre les abus de la finance qui asservissent nos concitoyens. Nous sommes nombreux à avoir compris que la « crise » est le petit nom donné aux débordements de quelques uns pour préserver leurs privilèges.

N’ayez pas peur du bon sens et de la beauté de la Justice qui retrouve toujours son chemin, n’ayez pas peur du bon goût et de l’intelligence de nos concitoyens qui ont tout vu et tout compris.

C’est pour cela que vous avez été élu.

Lorsque nous écrivons à vos Ministères, ils répondent par lettre type qu’ils n’entendent pas prendre part à une affaire judiciaire en cours. Or, nous dénonçons un dysfonctionnement. Je ne vous demande pas un passe-droit, nous vous demandons le droit.

Et si, contre le sens commun, Jérôme Kerviel devait être incarcéré en dépit de ce qui précède et qui est factuellement exact, nous serions nombreux à continuer à ses côtés le combat que nous avons initié.

Notre travail, au-delà de la défense des intérêts de Jérôme Kerviel est et sera de faire en sorte que la Société Générale, ses dirigeants et ceux qui l’auront servie dans cette entreprise violant tout à la fois le droit et la réalité aient l’air de ce qu’ils sont.

Si, à ma suite, d’autres personnes viennent signer cette tribune que je vous destine, j’entends ici indiquer que j’en assumerais seul les conséquences juridiques, en ma qualité d’avocat de Jérôme Kerviel, pour le cas où la banque -au-delà des effets d’annonces dont elle est coutumière- entendait poursuivre tel ou tel passage dont elle estimerait qu’il porte atteinte à son honneur et sa considération.

Pourquoi faut-il emprisonner Jérôme Kerviel, Monsieur le Président ? Pour sauvegarder des intérêts « supérieurs » ou pour masquer d’autres pertes que celles qu’on veut lui imputer ? Nous comptons sur votre engagement pour qu’éclate enfin la vérité et pour libérer cet homme de l’accablement qui l’empêche d’imaginer l’avenir.

David Koubbi, Avocat

- See more at: http://humanite.fr/affaire-kerviel-nayez-pas-peur-m-le-president-529758#sthash.fkFIXJbg.dpuf

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Suivez Pierre Laurent dans la campagne pour les européennes

Posté par jacques LAUPIES le 16 mai 2014

 

 

Ci-dessous les horaires et les médias dans lesquels    interviendra Pierre Laurent dans les prochains jours:    

  • Samedi 17 mai à 8h45 sur la Matinale de RTL
  • Dimanche 18 mai à 8h20 sur la Matinale d’Europe 1
  • Lundi 19 mai à 8h15 sur la Matinale de France info
  • Mardi 20 mai à 8h20 sur la Matinale de France inter, Pierre Laurent débattra face à Stephane Le Foll, porte parole du gouvernement.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ukraine. Rassemblement des Jeunes communistes contre la violence

Posté par jacques LAUPIES le 16 mai 2014

Devant le consulat d’Ukraine
38, rue Roux de Brignoles
13006 – Marseille

Samedi 17 mai à 14h

Chers amis et camarades,

La situation que connaît l’Ukraine depuis plusieurs mois suscite notre plus vite inquiétude. Les multiples ingérences extérieures (Union Européenne, Etats-Unis et Russie) conduisent le pays dans une situation de guerre civile alors que l’UE prétend défendre la paix sur le continent européen.

Le gouvernement et les grands médias français attisent une simple vision binaire du conflit qui se résumerait en une opposition entre bons ukrainiens pro-UE et méchants ukrainiens pro-russes. Ce discours ne fait que jeter de l’huile sur le feu et cache les réalités plus complexes d’un conflit alimenté en sous mains par les grandes puissances impérialistes.

L’un des aspects les plus inquiétants des récents développements en Ukraine est bien la montée de forces et de milices néo-nazies armées et dont les agissements sont largement dissimulés par la plupart des médias français. D’une part le parti d’extrême-droite Svoboda a trouvé une bonne place dans le nouveau gouvernement de Kiev non élu et d’autre part des milices comme « Secteur Droit » agissent en supplétif du gouvernement pour s’en prendre aux forces politiques progressistes du pays (syndicats, militants de gauche…). Ces agissements se sont traduits depuis quelques mois par de nombreuses violences telles que l’incendie de bâtiments ou le recours aux meurtres.

Le 2 mai dernier les violences des fascistes ukrainiens ont culminé dans la tuerie d’Odessa. A l’issue de manifestations militants syndicalistes, communistes et progressistes se sont retrouvés encerclés dans la maison des syndicats d’Odessa par les milices de Secteur Droit qui ont incendié le bâtiment. Prises au piège, près de cinquante personnes y ont trouvé la mort.

Enfermés dans leur vision manichéenne du conflit, peu de grands médias français ont fait le choix de relater ces évènements. En tant que militants progressistes nous ne pouvons rester inactifs devant ces actes barbares.

C’est pourquoi les Jeunes Communistes des Bouches-du-Rhône appellent à un rassemblement samedi 17 MAI devant le consulat d’Ukraine à Marseille à 14h (38 Rue Roux de Brignoles, Marseille) afin de dénoncer la violence fasciste en Ukraine et de dénoncer toute ingérence extérieure dans les affaires de l’Ukraine afin que ce pays puisse retrouver la paix.

Nous vous y invitons à venir nombreux pour y associer le plus de monde possible.

Salutations fraternelles.

Olivier pour les Jeunes Communistes 13.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Première impression sur un débat européen retransmis par LCP

Posté par jacques LAUPIES le 16 mai 2014

Quelques « spécialistes » en direct pour présenter le débat. Comme toujours de même tendance dans leurs commentaires.

Finalement la crainte d’assister à un débat peu captivant s’est avéré injustifiée car malgré un assez grand nombre de questions qui nécessitaient des réponses courtes allant à l’essentiel, les candidats ont mis en évidence la politique qu’ils proposaient.

Rappelons que les invités à ce débat représentaient les grandes formations politiques européennes la droite avec le PPE, les socialistes avec les sociaux démocrates allemands, les libéraux, les verts et le Parti de la Gauche européenne (dont nous soulignerons qu’il est présidé par  Pierre Laurent)

Difficile de traduire toutes les interventions mais nous avons retenu quelques idées où position avancées par chacun de ces candidats. J’indiquerai que personnellement  j’ai apprécié  cette forme de confrontation entre cinq grands courants politiques européens globalement représentés dans notre pays par l’UMP (PPE), le PS (Sociaux démocrates), l’UDI et le MODEM (libéraux), EELV (Verts), le Front de Gauche (Parti de la gauche européenne) D’autant que les chaînes généralistes françaises nous en privent tant sur le fond que sur la forme, notamment en ce qui concerne la représentation des candidats.

Jean Claude Juncker (PPE), nous sert encore une fois la nécessité de tenir compte de la  dette qui serait seule responsable de nos maux, qu’il faut rembourser. Il déresponsabilise les banques, il aime la Grèce (on en pleurerait) défend l’accord de libre échange avec les Etats Unis, veut plus de sanctions contre la Russie. Il faut dire non à Poutine. Revendique une politique commune entre les pays concernant l’immigration. Ne pas réduire les budgets d’aide au développement, ce qui est un argument pour freiner l’immigration et que depuis qu’il dirige l’Europe il n’a guère fait évoluer.

Guy Verhofstad (libéral) veut plus d’Europe. Accuse les politiques et pas les banques. Sur l’Ukraine indique : que vaut l’Europe si elle échoue en Ukraine. Il faut mettre en place des sanctions très sévères contre la Russie. L’Union Européenne doit jouer un rôle positif dans la liberté de la presse, des religions. Il ne faut pas s’immiscer dans les questions  concernant revendication d’autonomie régionaliste. Il faut lutter contre la corruption

Ska Keller(verts) Nous aurons des emploi durables  si nous investissons dans les énergies renouvelables, veut arrêter la spéculation, veut réglementer le banques et les marchés financiers, accuse Juncker de négocier avec les américains en catimini,. Sur les symboles religieux, il ne faut pas réglementer sauf dans les lieux publics, respecter la liberté d’expression. Il faut reconnaître l’immigration légale. Corruption : dénonce les groupes de pression. Les espagnols ou les écossais doivent pouvoir choisir leur autonomie ou pas !

Martin Schulz le socialiste ne remet pas en cause la  BCE, voit les choses autrement. Il évoque la lutte contre la fraude  fiscale qu’il faut renforcer, l’union bancaire pour mieux contrôler les banques, pense qu’il faut une autre Europe. L’union européenne doit appuyer les pays d’Europe centrale, rendre possible les élections. Concernant l’autonomie de l’Ecosse et de la  Catalogne, l’Union Européenne n’a pas  à se déterminer  sur le choix de ces peuples. Il faut un système d’immigration légale

Alexis Tsipras (gauche européenne radicale) : Il faut stopper l’austérité avec l’effacement de la dette et une nouvelle croissance, dénoncer la nouvelle logique des dirigeants actuels en dépassant les risques de détruire la politique européenne qui ouvre une plaie avec l’Ukraine, le peuple ukrainien  doit se déterminer, il ne faut  pas d’intervention de l’Europe et de la Russie. Il faut respecter les  règles  constitutionnelles en matière de symboles religieux. Droit d’autodétermination des peuples forme fédérale en Espagne comme en Ukraine. Il faut revoir les politiques d’immigration.

Ce sont la quelques notes que j’ai pris en écoutant le débat et elles n’ont pas la prétention, loin de là, de le traduire exactement. En espérant que nous pourrons le retrouver en vidéo

DSC_0128

Le physique est avantageux, les idées sont connues, parfois en convergence avec la gauche européenne, c’est Ska Keller la candidate des verts.

 

DSC_0129

Tout aussi avantagé physiquement Alexis Tsipras a du séduire les électeur du Front de Gauche puisqu’il a développé l’essentiel de leurs propositions. Grec il sait de quoi il parle quand  il combat le politique d’austérité des dirigeants actuels

 

DSC_0133

Certains diront qu’il a le charme des hommes murs, mais vraiment sa politique ne nous a pas charmé ces dernières années. La droite européenne n’a rien à envier à la droite française…

 

DSC_0136

Martin Schutz. Un socialiste allemand qui ressemble à certains socialistes français. Il avance quelques idées racoleuses (le SMIC pour l’Europe). Qui pourrait s’en plaindre s’il s’en donne les moyens mais côté BCE ou encore Accord de Libre Echange on ne voit poindre aucun objectif de contestation  de la soumission aux marchés financiers.

DSC_0152

 Guy Verhofstad, premier à droite sur la photo, pas très convaincant malgré une certaine force d’expression

 

 

PARU DANS L’HUMA

 

Européennes. Un débat utile snobé par les grands médias

 

Jean-Paul Piérot

 

Vendredi, 16 Mai, 2014

 

Première impression sur un débat européen retransmis par LCP dans POLITIQUE
Par Jean-Paul Piérot. Lors du débat organisé entre postulants à la présidence de la Commission européenne, Alexis Tsipras a porté le fer contre la politique d’austérité. Une rencontre importante, boudée par le service public France Télévision.

« Je suis Alexis Tsipras, candidat de la Gauche européenne et je viens de Grèce. Mon pays a été choisi comme cobaye pour l’austérité la plus dure. Ses résultats, je ne les souhaite à personne de les vivre, je le les souhaite à aucun autre peuple ». D’emblée, jeudi soir au Parlement européen à Bruxelles, le leader de Syrisa, a porté le fer contre la politique d’austérité dès les premières minutes du débat auquel il participait avec les quatre autres postulants à la présidence de la Commission européenne  : le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker (Parti populaire Européen-droite), le libéral belge Guy Verhofstadt, le social-démocrate allemand Martin Schulz et sa compatriote écologiste Ska Keller. Cette unique confrontation à l’échelle européenne entre les chefs de file des grandes familles politiques représentées au Parlement européen avait  été boudée par le service public France Télévision, au prétexte qu’un échange à cinq voix, en traduction simultanée n’était pas un « événement télévisuel ». Ses responsables, en d’autres termes, semblent préférer les matchs de catch entre deux champions présélectionnés par leurs soins, avec si possible l’incontournable Marine Le Pen. En l’occurrence, la galaxie de l’extrême droite et du populisme ne présentant de candidat au remplacement de José Manuel Barroso, le débat aurait-il perdu tout intérêt aux yeux des responsables de France Télévision ? Toujours est-il que sa diffusion fut « reléguée » aux chaînes d’informations et parlementaires, qui ont eu l’opportunité de démontrer qu’un débat portant sur les questions de fond pouvait être intéressant.

Les échanges ont parfaitement montré les lignes de partage et les oppositions sur les politiques d’austérité. Bien sûr personne n’a défendu cette tragédie sociale, selon le terme de Tsipras, on a même entendu Jean-Claude Juncker visiblement sur la défensive s’agacer du mot « austérité » s’emporter « Nous n’avons pas aidé les banques pour les beaux yeux des banquiers » et assurer « j’ai tout fait pour la Grèce ! »  Aussi bien lui-même – « nous avons accumulé dettes et déficits, il nous faut continuer larigueur »- que Guy Verhofstadt «On ne peut s’endetter davantage »  n’ont eu de cesse que de défendre l’orthodoxie financière. De son côté, oubliant le temps d’un débat la cogestion européenne entre la droite et les sociaux-démocrates, Martin Schultz a regretté que l’on ait taillé dans les budgets publics, a critiqué les banques qui spéculent, réclamé des taux d’intérêts bonifiés pour les PME, souligné l’importance de la fraude fiscale. Ska Keller a prôné la création d’emplois dans le cadre de la transition écologique, dans les énergies renouvelables. « On ne sortira pas du chômage de masse sans remettre en cause la politique d’austérité », a démontré Alexis Tsipras, proposant l’effacement d’une partie des dettes publiques.

L’Union européenne souffre d’une grave crise de confiance. «  Nous voulons sauver l’Europe en la changeant » a lancé Alexis Tsipras, pour qui les responsables de l’euroscepticisme sont les partis au pouvoir dans les institutions de l’UE ». Ska Keller a dénoncé le secret et le huis-clos qui entourent les négociations sur le traité transtlantique. Pour Martin Schulz, il faut regagner la confiance de l’immense majorité des Européens qui gagnent entre 1000 et 2000 euros. Les élections européennes doivent déterminer le choix de qui présidera la Commission. Il serait inconcevable qu’il en soit autrement, ce qui fit dire à Martin Schulz que le futur président de la Commission se trouvait dans la salle. Une exigence justifiée, même si évidemment il pensait à lui-même. Cependant, la voix qui fit la différence, jeudi soir dans l’enceinte du parlement européen, venait de Grèce, de ce pays où socialistes, conservateurs et libéraux ont toujours  affirmé qu’il n’y avait pas d’alternative à l’austérité.

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ne manquez pas ce soir sur LCP

Posté par jacques LAUPIES le 15 mai 2014

 

 

Ce soir à partir de 20 h 30
avec la participation d’Alexis Tsipras, candidat pour la Gauche unie européenne
sur les chaînes LCP AN, Public Sénat, I>Télé et sur le site de France Télévision

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1...34567...10
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...