• Admin.du Site

  • Archives

Dans l’Humanité mercredi, traité transatlantique: les Français méfiants

Posté par jacques LAUPIES le 21 mai 2014

 

Mardi, 20 Mai, 2014
Dans l’Humanité mercredi, traité transatlantique: les Français méfiants dans POLITIQUE
La négociation sur le traité de libre-échange, malgré le secret qui l’entoure, est un enjeu fort de la campagne des élections européennes. L’Humanité publie ce mercredi un sondage mesurant la connaissance que les Français en ont, et leur grande méfiance à l’égard de ses conséquences possibles.

L’opacité qui entoure les négociations entre les Etats-Unis et l’Europe, fait que moins d’un Français sur deux a entendu parler du traité transatlantique sur le commerce et l’investissement (Tafta). Une proportion qui varie franchement selon les bords politiques, puisque les trois-quarts des sympathisants Front de gauche en ont eu connaissance. La mobilisation de leurs élus contre Tafta y est vraisemblablement pour beaucoup.

Le sondage réalisé par l’institut CSA pour l’Humanité montre également beaucoup de méfiance envers son contenu. La majorité des personnes interrogées estime que ce traité représente une menace pour la France… Mais sera à l’inverse au profit des Etats-Unis. Seuls les sympathisants UMP semblent confiants envers les bénéfices d’un tel traité.

Une écrasante majorité des sondés estime également que le secret qui entoure ces négociations n’est pas acceptable. De même, certaines mesures prévues dans ce texte recueillent une quasi-unanimité contre elles : la vente de produits alimentaires américains, tels les fameux poulets au chlore ou bœuf aux hormones, dans les supermarchés français recueille 84% d’opposition. La possibilité pour une entreprise d’attaquer un Etat devant un tribunal arbitral, si elle estime qu’une loi risque de limiter ses profits, ne recueille pas beaucoup plus d’approbation…

- See more at: http://humanite.fr/dans-lhumanite-mercredi-traite-transatlantique-les-francais-mefiants-532318#sthash.pYXGeNOK.dpuf

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Soirée avec des médias manipulés…

Posté par jacques LAUPIES le 21 mai 2014

DSC_0156

Que reste-t-il contre la manipulation médiatique ?

Le tractage ? Faible moyen ?  Pas si sûr…

 

Les mots me manquent pour qualifier le commentaire des élections européennes fait sur la deuxième chaine (publique). Orientés, mensongers, trompeurs pour être gentil car bien d’autres me viennent à l’esprit pas très élégants dans le langage politique responsable.

De quoi s’agissait-il ? De faire un panorama des enjeux de ces élections, des propositions qui émergent parmi les candidature à la présidence de la commission et là, malgré une élection à la proportionnelle à l’issue de laquelle se dégageront des forces qui pourront réaliser des alliances, voilà que les médias nous font le coup du bipartisme genre UMPS comme dirait Le Pen.

Les frères « ennemis » le social démocrate Martin Shultz (allemand) d’une part et le chrétien démocrate Jean Claude Juncker (luxembourgeois) d’autre part bénéficient sur les chaînes publiques (la 2, la 5 et Arte notamment) d’un appui médiatique quasi exclusif et sont oubliés tous les autres candidats : le libéral belge, la verte allemande et le rouge Alexis Tsipras.

Quand il s’agit de l’intérêt des marchés financiers et des transnationales, des banques et que la peur s’installe dans ces milieux, on ne recule devant rien. « Quand les choses deviennent sérieuse il faut savoir mentir » c’est Juncker qui le dit ! Déclaration qui nous rappelle ainsi que les dirigeants français ne sont pas seuls au monde ! Mais son adversaire Schultz a de la considération pour lui et contestant verbalement la politique d’austérité, avec entre autre pour nous le faire croire une proposition de smic européen (selon les possibilités de chaque nation bien entendu)

Le contrôle de la BCE et sa substitution aux banques dans les politiques d’aides et de prêts aux états n’est pas évoquée, la mise au pas de la commission européenne en la plaçant également  sous le contrôle des élus, les politiques d’investissement dans l’économique et le social , de cela on ne parle peu.  L’échec de ces dirigeants dans la relance que l’on ne voit pas venir, la manière dont sont traités les conflits aux frontières de l’Europe, on n’en parle pas mieux.(*)

DSC_0168

?

Au bout du compte tout est fait pour que les peuples soient tenus à l’écart. Au moment où j’allais évoquer la situation présente en Europe à celle qui pouvait exister en 1914, comparaison qui ne semble pas  dénuée d’intérêt, un reportage relève la question et ne cache pas que seule la réponse démocratique peut dénouer la crise politique européenne actuelle (**).

Cette suggestion venant des différents candidats ou personnalités européennes marquantes n’est pas à prendre à la légère mais attention beaucoup évoquent une présidentialisation qui pourrait constituer plus un recul qu’un progrès.

Affaire à suivre, n’est-ce pas, les jeunes qui me font l’honneur de lire ce blog ? Sinon gare, le réveil sera douloureux.

DSC_0176

Hoang Ngoc

(*) Un affrontement en commission parlementaire européenne entre Hoang Ngoc (PS, un peu différent de la « moyenne » semble-t-il)  et Trichet (Directeur de la BCE) est révélateur des risques que fait courir cette indépendance de la BCE. Mais ce débat bien entendu ne laisse entrevoir aucune solution à cette question.

(**) Mais comme une petite dose d’anti communisme est indispensable on nous projette en début de nuit sur Arte un documentaire relatant les ventes d’armes de la RDA. Intéressant sur certains aspects mais vraiment anti communiste !

 

 

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

L’exemple grec et le débat sur l’Europe

Posté par jacques LAUPIES le 20 mai 2014

 

 

On peut toujours considérer que la progression de l’influence de la gauche radicale Syriza en Grèce (équivalent du Front de Gauche en France) s’explique par une aggravation sans précédent des revenus du travail dans ce pays, laquelle favorise une prise de conscience éclairée de l’échec de la droite et du parti socialiste grec.

Je dis éclairée car si cela se produisait dans notre pays, la grande question qui nous est posée est précisément de savoir pourquoi le Front National est susceptible de capter un mécontentement en  grande partie de même origine sociale et d’une ampleur préoccupante.

Ce qui pose une autre question, sans doute aux élus politiques de la « vraie gauche », mais également et surtout aux électeurs en général : doit-on attendre une catastrophe de retour à une droite encore plus à droite avec le concours du Front National pour réagir ?

Une telle attente, une telle passivité serait mortifère. D’autant que le scrutin du 25 mai offre la possibilité d’une nouvelle orientation européenne pour refonder l’Europe et ses institutions.

Ceux qui ont écouté l’émission « Mots croisés » sur la 2, hier soir, ont pu déceler que l’Europe peut faire un bond en avant vers plus de démocratie. Encore faut-il donner plus de force aux Partis de la Gauche Européenne et donc à ses candidats dans notre région électorale, représentée par la liste conduite par Marie Christine Vergiat.

En rejetant l’Europe sans poser la question d’une autre Europe possible, et sans y croire, le risque est grand de voir les nationalismes renaître ou une prépondérance étatsunienne, à laquelle nous n’avons rien à gagner, se renforcer s’imposer.

 

 

Grèce: percée de Syriza aux élections locales

Lundi, 19 Mai, 2014
L'exemple grec et le débat sur l'Europe dans POLITIQUE
Ce dimanche, de nombreux Grecs étaient appelés à voter dans 325 municipalités et 13 régions. Le parti de gauche Syriza s’est affirmé comme la première force politique dans la région d’Athènes, qui compte un tiers des électeurs grecs.

Dans la région de l’Attique qui compte trois des dix millions d’électeurs du pays, la candidate de Syriza Rena Dourou arrive en tête pour le poste de préfet avec près de 24% des suffrages. Le candidat de la gauche anti-austérité Gabriel Sakellaridis à la mairie d’Athènes, est lui en position de se maintenir au second tour avec 20%, soit un point de retard sur le maire sortant soutenu par le Pasok, Georges Kaminis. Pour la première fois dans la capitale, la droite de Nouvelle Démocratie ne sera pas au second tour. En revanche, le candidat et porte-parole du parti néonazi Aube dorée, Ilias Kassidiaris, arrive en quatrième position avec un score inquiétant de 16% malgré son inculpation, comme la plupart des parlementaires du parti, pour participation à « une organisation criminelle ».

Le succès de Syriza s’amplifierait encore pour les Européennes, selon un sondage à la sortie des bureaux de vote pour l’hebdomadaire Vima. La gauche anti-austérité réaliserait dimanche prochain aux européennes 27,4% contre 22,7% pour la droite qui arriverait en deuxième position. Le scrutin des Européennes coïncide avec le second tour des élections locales, ce qui offre de beaux espoirs pour Syriza qui se maintient dans cinq régions. Huit provinces sont actuellement détenues par le Pasok qui limite la casse au niveau local, alors que les intentions de vote au niveau national et pour les européennes le font apparaître en chute libre.

Avec jusqu’à 9 % des voix au niveau national, et 10,6% dans l’Attique, le KKE se dit satisfait et double son score depuis les législatives de 2012. Il devrait être en mesure de se maintenir au second tour dans plusieurs municipalités.

Un espoir pour les Européennes

Pour Syriza, un tel succès est un signal fort. « Les gens ont, avec leur vote, ouvert une nouvelle voie pour le gouvernement local » s’est réjouit Alexis Tsipras, président de Syriza. « Les élections du 25 mai seront le référendum qui n’a jamais eu lieu sur la politique d’austérité. Ce sera le votre grâce auquel notre pays va retrouver la dignité et une voix en Europe « . Notre pays va envoyer un signal fort à l’Europe et au monde, et la participation sera élevée, plus fort sera le message. Et ce message est: la Grèce n’appartient à personne sauf à ses citoyens. Ils ont le droit de définir leur politique avec comme premier critère le bien communs et les intérêts et les besoins de sa propre population. »

Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent s’est réjoui des résultats de Syriza. « C’est un premier pas vers une bonne implantation locale qui sera déterminante pour protéger les populations de l’austérité et renforcer la solidarité de proximité. C’est également un bon signe pour les échéances politiques du week-end prochain. Tout indique que Syriza peut remporter les élections européennes dimanche. C’est un formidable encouragement pour toutes les listes qui, en Europe sont rassemblées derrière la candidature d’Alexis Tsipras à la Présidence de la Commission européenne. Nous pouvons être la bonne surprise du 25 mai! ».  Jean-Luc Mélenchon a également promptement salué le succès de Syriza. « Pour la première fois en Europe a craqué la chaîne libérale qui étouffe les peuples, celle de la complicité de la droite et du PS pour appliquer ensemble les politiques d’austérité. A Athènes et sa région, notre Front de Gauche grec passe en tête ! Jour historique. L’effet domino peut commencer en Europe. Enfin du neuf, enfin autre chose que l’alternative entre le soi-disant « vote utile » et l’extrême droite. Les élections européennes peuvent tout accélérer sur le continent. Nous travaillons à en faire l’évènement français de l’autre gauche européenne. »

- See more at: http://humanite.fr/grece-perce-de-syriza-aux-elections-locales-531605#sthash.h6aolHlL.dpuf

Publié dans POLITIQUE | 1 Commentaire »

Harvey Milk

Posté par jacques LAUPIES le 19 mai 2014

Je n’avais pas vu ce film sorti pourtant en 2008 et qui n’aurait pas dû m’échapper. D’autant que le sujet traité ne m’était pas totalement étranger !

Mais à vrai dire je ne me suis jamais passionné pour la cause des gays même si je l’ai trouvé au fil du temps éminemment juste et s’intégrant plus globalement dans la lutte pour la tolérance. Encore que le mot tolérance a une signification porteuse d’une certaine condescendance qui ne me convient pas trop.

Lorsque l’on a déjà traversé un bout de vie assez conséquent on peut toujours se risquer à un bilan concernant l’évolution des mœurs, sur le plan sexuel en particulier. En se livrant à cet exercice il est vrai que l’on prend le risque inévitable de se situer soi-même dans cette évolution. Et là, bien entendu ce sont des tas de mots qui viennent à l’esprit, souvent contradictoire du genre : autosatisfaction ou regrets, franchise ou hypocrisie, réussite ou échec, vérité ou mensonge, ouverture ou blocage, etc.

Avons nous vécu dans un monde tolérant ou au contraire bourré de tabous ?

Les réponses ne peuvent-être les mêmes pour tous. Tout dépend quels pays j’ai fréquentés, quelles villes j’ai habitées,  dans quels milieux sociaux j’ai évolué et qui cela m’a permis de rencontrer de mon enfance jusqu’à ce jour. Quelles expériences, recherchées ou subies j’ai pu avoir qui ont influé mon comportement ?

Chaque parcours est tellement particulier qu’il est difficile de s’identifier à tel ou tel comportement et de ce fait il parait bien difficile d’appartenir à un groupe dans une osmose totale, comme on tend souvent à nous le suggérer.

Le film dont le propos est fort heureusement de défendre la liberté de chacun selon le sacro saint principe qu’il ne porte atteinte à celle des autres échappe à tout amalgame et parfois même les dénonce. Mai dénoncer un amalgame n’est ce pas déjà prendre parti contre quelque chose que l’on ne connaît pas ?

L’homosexualité, chacun le sait, a eu dans l’antiquité une reconnaissance, dont il ne faut pas oublier qu’elle s’exerçait dans une société de classe ou maîtres et esclaves entretenaient des rapports qui avaient un fondement économique de nature à en fausser un exercice naturel. Ce fait malgré les évolutions sociales n’est pas sans incidence sur nos vies.

Il n’empêche que la possibilité d’amour entre deux êtres de même sexe, tout comme entre des êtres de générations très éloignées, ce qui n’est pas l’apanage des gays et des lesbiennes, est bien une réalité.

Qu’une grande partie de la population ne l’accepte pas, sous la pression  des traditions qu’entretiennent essentiellement des trois religions monothéistes, mais sous leur influence sans doute d’autres courants, est aussi une autre réalité.

Alors bien entendu il aura fallu et il faudra encore que des voix s’élèvent et que des foules se mobilisent pour reconnaître à chacun de nous dans un espace le plus grand possible que soit reconnue cette liberté.

Le film dépeint ce combat qui n’était pas évident de mener dans les années soixante dix. Mais l’on aurait bien tort de croire à quarante ans d’intervalles qu’il est terminé, que ne demeure pas encore une vision caricaturale et pernicieuses de ce que l’on présente comme des « minorités sexuelles ».  A n’en pas douter l’image  que donnent parfois certains films, parfois les manifestations provocatrices militantes n’aide pas toujours à  défendre une cause de plus en plus considérée comme légitime. Mais elles ont été nécessaires. Dans ce domaine comme dans celui de l’égalité sociale, sans combat de masse, le progrès est impossible.

Le mariage homosexuel qui est le copie coller d’une certaine conception de l’institution de la vie à deux et de la famille constitue un pas en avant pour la reconnaissance de droits identiques à  des couples quelle que soit leur association sexuelle. Mais demeurent encore bien des interdits à lever pour que s’épanouissent adultes et enfants, pour une conception ouverte de la famille à la fois refuge éminemment protecteur à sauvegarder pour tous mais qui en même temps porte en elle des aliénations dont il faudra bien la débarrasser.

« Harvey Milk » et c’est son grand mérite, est un film qui ouvre ou poursuit une réflexion mais il reste encore beaucoup à faire.

Peut-être y reviendrons nous !

 

http://www.toutelatele.com/harvey-milk-le-film-militant-aux-critiques-dithyrambiques-59870

 

Harvey Milk : le film militant aux critiques dithyrambiques

Harvey Milk : le film militant aux critiques dithyrambiques

Real Humans retrouve son million de …

Real Humans retrouve son million de fidèles sur Arte

Real Humans : « Le …

Real Humans : « Le succès international n’a absolument rien changé »

Belle audience pour L’Apollonide, …

Belle audience pour L’Apollonide, souvenirs d’une maison close de Bertrand Bonello

Au coeur de 28 minutes, …

Au coeur de 28 minutes, l’émission d’actualité d’Arte

Mots-clés : arte |  cinema |

Militant de la cause homosexuelle et premier Américain ouvertement gay à être élu dans des fonctions officielles, Harvey Milk est une personnalité qui avait déjà fait l’objet d’un documentaire (The Times of Harvey Milk), lauréat d’un Oscar en 1985. En novembre 2008, sortait aux États-Unis le biopic Milk, à l’occasion de l’anniversaire des 30 ans de la mort de l’homme politique, mais également trois semaines après l’élection de Barack Obama.

Un contexte important puisque l’œuvre de Gus Van Sant a particulièrement  fait écho avec l’actualité. À l’écran, le héros tente ainsi de mettre en échec  une proposition de loi, la Proposition 6, pour interdire l’exercice des métiers de l’enseignement aux homosexuels. Au même moment, la gauche hollywoodienne, elle, se mobilisait contre la Proposition 8, visant à faire entrer dans la Constitution une interdiction au mariage entre personnes de même sexe.

Le long-métrage avec Sean Penn, Josh Brolin, Emile Hirsch et James Franco, diffusé ce dimanche 18 mai dès 20h45 sur Arte,  a particulièrement séduit la critique. Nommé aux Césars comme « Meilleur film étranger », il a également été récompensé par deux Oscars, ceux du « Meilleur Acteur » et du « Meilleur scénario original » pour le travail de Dustin Lance Black.

Ce dernier, connu jusqu’alors pour avoir travaillé sur la série Big Love, a également coécrit d’un autre biopic, Pedro, consacré à Pedro Zamora, ancien participant de The Real World, mort du sida à 22 ans. En août 2013, ABC a fait appel aux services de Dustin Lance Black pour développer une minisérie sur l’histoire de la lutte pour les droits des homosexuels.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

L’Impôt est une nécessité dans notre société mais il faut le rendre juste

Posté par jacques LAUPIES le 18 mai 2014

 L’article ci dessous démolit l’opération du Premier Ministre concernant ses annonces sur la réduction de l’impôt. En matière de populisme difficile de faire mieux car nombreux sont les français qui sont leurrés par le système fiscal qui est bien loin d’être juste et ne frappe pas les français en fonction de leurs revenus. Au contraire ce système pénalise les plus pauvres qui n’en décèlent pas toujours le fonctionnement. Et Valls ne peut l’ignorer.

Mais Valls est un homme de la bourgeoisie et il a beau clamer qu’il est socialiste, il ne l’est pas. En tous cas pas au sens où l’entendait Jaurès. Mais est-il seul ? Que non bien sûr !

Il arrive que sous la pression populaire, notamment à la veille des élections, ces authentiques représentants des classes privilégiés soient prisonniers de ces dernières et n’aient d’autres recours que d’user d’astuces, pour ne pas dire de tromperies pour donner l’illusion qu’ils sont proches du peuple dans le domaine économique et social. Cela vaut également en matière de liberté et de démocrate.

Il s’ensuit toute une série de falsifications que le pouvoir médiatique que globalement ils contrôlent relaient généreusement.

Et cela marche jusqu’au jour peut-être où survient un grain qui détraque le rouage.

Ce grain ce peut-être un évènement de prise de conscience sociale, voire sociétale, qui va tout bouleverser. Mais il est sûr que toujours plus de richesse d’un côté et de pauvreté de l’autre ne peut déboucher que sur des révoltes. Pour l’instant éclatées et dispersées Et que l’on se dise que la poignée de puissants de ce monde qui domine tous les aspects de nos vies, que ce ce soit dans notre comportement social ou individuel, sont attentifs à cela.

Ils mettent en place ou laissent se développer tous les dérivatifs possibles.  Tout est bon : éducation et information manipulées, instrumentalisations de la politique, des idéologies, de la  consommation, des mœurs, mise en concurrence éhontée de la force de travail, destruction des solidarités sociales transformées en pratiques de charité et d’un humanitaire souvent dérisoire et inefficace quand il ne sert pas encore le profit, etc.

 

 

 

« C’est la TVA qu’il faut réduire, pas l’impôt sur le revenu ! »

La CGT analyse la nouvelle réforme fiscale de Valls
Propos recueillis par Sarah Sudre
Vendredi, 16 Mai, 2014
L'Impôt est une nécessité dans notre société mais il faut le rendre juste dans POLITIQUE
Alexandre Derigny, secrétaire de la CGT Finances fait une analyse sévère de l’annonce faite par Manuel Valls à propos de la fiscalité des ménages.

L’Humanite.fr : En quoi consiste la mesure fiscale des « 1,8 millions de ménages qui vont sortir de l’impôt sur le revenu », lancée par Manuel Valls ? Alexandre Derigny : Manuel Valls a ciblé les personnes célibataires qui gagnent environ 14 000 euros par an, les couples qui réunissent 28 000 euros par an et les couples avec trois enfants qui gagnent 38 000 euros par an. Toutes les personnes qui sont au-dessus de ce seuil ne seront pas bénéficiaires de la réduction fiscale de l’impôt sur le revenu. Cette mesure est censée concerner plus de trois millions de ménages, dont 1,8 millions qui vont sortir de l’impôt sur le revenu, d’ici septembre 2014, date butoir pour verser ses impôts sur le revenu de l’année 2013.  Ces modifications fiscales vont poser un souci à la logistique des services fiscaux car les citoyens imposables en 2013, ont déjà commencé à payer leurs impôts sur le revenu, soit par la mensualisation soit par le tiers provisionnel. Dans les chiffres, l’impôt sur le revenu de certains va être réduit de moitié, pour d’autres, supprimé (exemple de l’AFP : un couple de retraités percevant chacun une pension de 1.200 euros verra son impôt passer d’environ 1.000 euros à environ 300 euros). Mais ne soyons pas dupes, la fiscalité en France ne s’arrête pas à l’impôt sur le revenu.  Conclusion : pour un salarié percevant 1150 € de salaire net mensuel (13 800 euros par an), il paiera, certes, 75 euros d’impôt sur le revenu mais déboursera 1 376 euros de TVA !

L’Humanite.fr : Peut-on parler d’un « cadeau » fait aux ménages? Alexandre Derigny : Offrir un chèque en blanc de trente milliards d’euros aux entreprises sans aucune contre partie en matière d’emploi et de salaires, c’est un vrai cadeau pour les patrons. Prétendre réduire l’impôt sur le revenu de quelques ménages pour alléger leur fiscalité, ce n’est pas un cadeau, c’est une escroquerie. Parce qu’en réalité, l’impôt sur le revenu pèse peu dans le monde de la fiscalité, puisqu’il correspond à un quart des recettes fiscales de l’Etat. Pour un ménage dont le salaire médian tourne autour de 1700 euros par mois, son impôt sur le revenu représente à peine 15% de ce qu’il doit à l’Etat. Le reste à payer ? Ce sont les impôts indirects, tels que la TVA, l’assiette de carbone etc, qui sont proportionnels, pesant plus lourds pour ceux qui ont moins de revenus. Prenons l’exemple d’un ménage, avec deux enfants, qui touche 3400 euros à deux par mois : le couple devra payer 1091 euros d’impôts sur le revenu et 3900 euros de TVA. Alors si l’Etat veut vraiment se pencher sur la question du pouvoir d’achats des plus modestes, il faut s’attaquer à la TVA, qui est passée de 19,6 % à 20% en janvier dernier, plutôt qu’à l’impôt sur le revenu. Certes, la personne qui touche le smic, ne paiera peut-être plus d’impôt sur le revenu mais cela ne va pas peser sur sa fiscalité car la TVA et les autres taxes ne cessent d’augmenter. Et ça ce n’est pas un cadeau pour les plus modestes, c’est une injustice.
L’Humanite.fr : Pourtant, Manuel Valls prétend montrer « son engagement en faveur des plus modestes » en instaurant cette mesure… Alexandre Derigny : Non, c’est un effet d’annonce politique avant les élections européennes pour essayer de se sortir d’un naufrage électorale. Dans tous les cas, ça ne répond en rien aux besoins des citoyens. Ce qui est essentiel, aujourd’hui, c’est de réformer profondément le système fiscal français. La mesure ne doit pas seulement toucher 1,8 millions de personnes mais elle doit atteindre tous les citoyens. Ce n’est absolument pas en réduisant l’impôt sur le revenu que l’on va rendre la fiscalité plus juste. Le problème, ce n’est pas cet impôt mais pour cela il faut que les citoyens se saisissent du sujet de la fiscalité. Il faut comprendre que l’impôt permet de financer des écoles, des routes, de garantir la sécurité, l’accès aux loisirs, à la culture, c’est normalement un moyen émancipateur dans la société.

L’Humanite.fr : À quoi ressemblerait un système fiscal plus juste ? Alexandre Derigny : Le système fiscal juste est inscrit dans la Déclaration du Droit de l’Homme et du Citoyen. Dans son article 13, « chacun doit contribuer à hauteur de ces moyens ». Il ne faut donc pas réduire l’impôt sur le revenu car il est juste, tandis que la proportionnalité des autres impôts et taxes ne l’est pas. Exemple des effets de la TVA : deux citoyens achètent un même téléviseur. En passant à la caisse, ils ne s’en rendent pas compte mais ils payent des impôts. Sur ces 600 euros, il y a 100 euros de TVA. Le premier a 1000 euros de salaire par mois, la TVA de cette télévision représente donc 10 %  de ses revenus. Le deuxième a 5000 euros de salaire mensuel. De fait, son effort fiscal ne va être que de 2%.  C’est une fiscalité dégressive profondément injuste. C’est tout ce mécanisme, qu’il faut revoir. Quant aux impôts locaux, ils ont augmenté car les collectivités locales ont du faire face aux restrictions budgétaires de l’Etat et à la suppression de la taxe professionnelle des entreprises. On dénonce les villes mais c’est bien l’Etat qui est à l’origine de la fiscalité des ménages. Voilà encore un levier sur lequel il faut agir. Conclusion, il faut réhabiliter l’impôt sur le revenu et baisser les impôts indirects, particulièrement injustes.

Pour connaitre le montant de votre fiscalité, la CGT Finances a créé un simulateur de calcul: c’est par ici 

- See more at: http://humanite.fr/cest-la-tva-quil-faut-reduire-pas-limpot-sur-le-revenu-530157#sthash.Rq4LgqA2.dpuf

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

123456...10
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...