• Admin.du Site

  • Archives

Abstention n’est pas abandon !

Posté par jacques LAUPIES le 22 mars 2014

Au risque de me répéter je dirai une fois de plus que je ne vois pas d’autre solution que de m’abstenir de voter dimanche prochain et je m’en explique.

Nous vivons une situation politique locale qui ne peut échapper à un contexte général dont on ne peut nier qu’il est préoccupant. Cela ne veut pas dire qu’il en découle partout ailleurs les mêmes résultantes.

Au plan national d’une manière globale il importe que nous puissions évaluer ce que représente le Parti Communiste en tant que force porteuse de propositions économiques, sociales. Je ne suis pas sûr que cela puisse se faire dans la mesure où, dès le premier tour des élections, nous devons nous confondre dans des alliances pour le moins diverses et qu’en pareille circonstance notre identité s’efface.

Mais ce phénomène ne concerne pas nous seulement. Tous les autres partis, notamment à gauche, y sont confrontés. Et donc cela conduit selon moi à un recul de la transparence politique et accentue une confusion regrettable au sein de la population qui ne peut plus discerner qui fait quoi, qui élabore, qui est constructif, qui ne l’est pas. Cela laisse la place aux récupérations.

Dans une élection à la proportionnelle chaque parti peut prendre le risque de mettre en avant ses objectifs son programme et l’électeur peut y trouver un minimum de ce qu’il recherche et sera donc enclin à participer.

Dans un système à deux tours cela est aussi possible dès le premier tour, sauf que des pourcentages minima de suffrage sont parfois exigés pour participer au deuxième tour et risquent d’être éliminatoires pour les petites formations. Ils le sont systématiquement dans une élection présidentielles puisque seuls les deux candidats arrivés en tête peuvent être présents au deuxième tour.

Bref l’électeur est, dans les scrutions majoritaires à deux tours, d’avance conduit au renoncement de ses opinions et parfois même de toute possibilité de représentation.

C’est ce qui va se produire pour l’électeur communiste à cette élection municipale de Tarascon. Mais pas seulement lui. Bien qu’imparfaite la solution du rassemblement de toute la gauche donnait aux électeurs communistes mais également, socialistes, des verts, du NPA de trouver dans un compromis la réponse à leurs aspirations concernant la gestion de la cité.

Ce rassemblement n’ayant pu se réaliser l’offre qui leur est faite malgré les camouflages existants peut se résumer ainsi :

- Une liste Front National qui quel que soit son programme, vit non seulement des rejets que provoque une immigration assez forte dans la région, mais surtout des effets des politiques d’austérités successives qui frappent la société tout entière, et récupérera une bonne part du mécontentement que cela suscite

- Une liste UMP-UDI qui bien entendu est le reflet des politiques antérieures de la droite et ne manquera pas de s’inscrire dans une politique qui de Chirac à Sarkozy, se positionnant dans la gestion « notariale » de ses prédécesseurs au gré du bon vouloir des maitres du jeu que sont la Finance.

- une liste décrétée sans étiquette mais qui est issue du même contexte auquel en un temps se ralliait son chef de file. Nombre « d’observateurs » locaux considèrent qu’il s’agirait avec cette candidature de maintenir dans le giron de la droite  dite libérale les électeurs tentés de placer la candidate d’extrême droite en tête. Thèse plausible ?

- Une liste dont la plupart des animateurs et n’ont d’autre souci que de sombrer dans un Front Républicain ou se mêleront des pseudos socialistes, attachés à la désastreuse politique nationale et désormais internationale du Président Hollande, avec des pseudos républicains qui en un temps ne se sont pas gênés pour frayer avec des personnages issus de la droite et parfois de l’extrême droite qu’ils prétendent combattre.

- Une liste dont le leader ne sachant plus à quel saint se vouer réussit malgré tout à rassembler 32 personnes (avec qui  ?) et a frayé avec toutes les organisations locales de gauche  (de l’extrême au PS en passant par le PCF et le PG) dont l’action et l’énergie aboutissent à une désastreuse diversion qui éloigne les plus en difficultés de tout réalisme politique.

Il est impossible de trouver, avec ces candidats qu’il n’est évidemment pas question d’amalgamer et de stigmatiser, les réponses que nous attendons et, dans ces conditions, nous avons décidé de ne cautionner aucune liste ce qui se traduira par notre abstention ou un vote nul.

Position qui n’est pas coûtumière de la part de communistes qui auront à se lancer dès après cette élection dans le combat pour les élections européennes. Mais aussi à renforcer leur organisation pour faire en sorte que soient prises en compte leurs propositions y compris par les élus locaux de demain.

 

DSC_0854

Jérôme Grangier

DSC_0747

Valérie Laupies

Lucien Limousin

Lucien Limousin

DSC_0641

Marie  Chantal Bernard

DSC_0627

Jean René Soler

 

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Voter nul est une marque de protestation contre l’incurie politique locale

Posté par jacques LAUPIES le 21 mars 2014

 

Dernier jour de campagne pour les candidats.

Malgré notre travail et avoir tenté de contribuer à une tournure différente des affrontements en tentant de rassembler la gauche, l’heure du bilan cependant arrive. Avant même que les électeurs ne se soient prononcés nous l’évoquerons  !

Car pour nous il est clair que ces électeurs vont à l’issu du scrutin, se retrouver dans l’impasse et une fois de plus privés d’une possibilité d’être défendus face à des politiques d’austérités qui ne vont pas manquer de frapper les communes.

ll aurait été intéressant dans notre ville, comme cela pourra se faire dans d’autres, où nous serons plus ou moins présents, de sensibiliser  nos concitoyens à l’entreprise de réalisations pouvant alléger leurs difficultés réelles et si besoin à les mobiliser pour cela !

Bien que  l’essentiel de nos propositions ne constituent pas une charge excessive pour leur cité et soient du domaine du réalisable,  sans que nous eussions eu à rencontrer des problèmes majeurs pour les concrétiser, elles ne sont prises en compte par aucun candidat, si ce n’est de manière très superficielles avec un opportunisme évident !

Le cœur, donc la volonté politique ne sont pas à l’audace chez eux et ce mégotage pour ne pas aller vers ce que nous avons appelé « l’humain d’abord » est nettement apparent.

Tous ces candidats ont pratiqué un populisme sans vergogne, allant dans le sens des demandes  les plus mesquines plutôt que de prendre en compte la profondeurs des besoins que parfois les intéressés eux-mêmes ne savent pas traduire.

- Comment répondre à la demande de logement : tout à fait réalisable mais personne n’en parle, excepté une liste dont il aurait été surprenant que la plupart de ceux qui la constituent sachant ce qu’il en est, n’évoquent pas la question !

- Comment développer l’offre de soins : provoquer la venue de généralistes, de spécialistes en créant un centre de santé en utilisant les structures hospitalières existante. Sans doute la question du manque de médecins est évoquée mais les conditions de leur accueil et de l’implantation d’une structure de soins ne sont pas avancées

- Comment répondre aux besoins de formation et de culture des jeunes. Là silence radio de toutes les listes ?

- Comment faire en sorte que les touristes séjournent et soient accueillis à Tarascon. tout le monde en parle mais ne dit pas comment le faire.

- Comment apporter une réponse aux problèmes de sécurité autrement que par le bidonnage des caméras et de quelques policiers supplémentaires qui ne règleront rien quant aux raisons profondes de la croissance de la petite délinquance. Rien !

ll n’empêche que le Front national qui excelle dans une forme populisme particulièrement diviseur se voit crédité d’un pourcentage d’électeur au niveau de ses concurrents et ne dispose d’aucun programme !

Mettez en le moins possible et vous aurez des voix semble être la devise des candidats !

Comment expliquer ce climat délétère ? Non pas par le désintéressement de la politique mais par la difficulté à s’extirper d’un système médiatique favorisant une forme de pensée unique

A tel point que celui qui s’abstient, qui vote nul, me devient finalement sympathique face à ce champ politique ou plus grand chose ne pousse !

 

e.DSC_0781

Cet homme venu soutenir la candidate du FN a tenu des propos qui sont la négation même  de la réalité historique et des aspirations du monde du travail. Il a été applaudi par un auditoire  préparé et conditionné par l’état de notre société et sans doute notre incapacité à porter assez fort la contradiction.

Mais que dire de ceux qui ont eu les moyens de le faire et surtout d’éviter que ne s’aggrave les atteintes aux droit sociaux et à l’emploi ? Ne sont ils pas tout aussi coupables que lui, qui reste dans sa logique réactionnaire et passéiste.

Que dire de ceux qui tergiversent pour la construction, non pas d’un Front Républicain de circonstance, mais d’un vrai Front Social de la Gauche et des Républicains !

 

 

 PIERRE LAURENT

Voter nul est une marque de protestation contre l'incurie politique locale dans POLITIQUE pl_15

 

Politique -            humanite dans POLITIQUE            le 19 Mars 2014

Municipales 2014

Le PCF inscrit le pacte de responsabilité au menu des municipales

Mots clés :                           pcf,                            pierre laurent,                            dépenses publiques,                            municipales 2014,                            pacte de responsabilité,

 

 

Pour Pierre Laurent, « la seule contrepartie connue » dans le pacte de responsabilité reste la baisse des dépenses publiques.

Si le pacte de responsabilité a mobilisé dans la rue ses détracteurs mardi après-midi, Pierre Laurent y a fait écho dans les médias en affichant son désaccord contre une politique qu’il juge « inefficace ». En effet, le matin même, sur France Inter, le secrétaire national du PCF appelait à « abandonner » la mesure alors qu’à l’approche du premier tour des municipales, « la seule contrepartie connue » dans le pacte de responsabilité reste « les 50 milliards d’euros de baisse des dépenses publiques ». Les élus locaux communistes gardent l’optique de « protéger les politiques publiques locales » et de les « développer » plutôt que de réduire les investissements. Et là se joue l’enjeu du scrutin pour le PCF : « Là où nous disposons d’élus, nous serons plus efficaces », remarque Pierre Laurent.

Par ailleurs, selon le dirigeant, le pacte de responsabilité résume à lui seul la « fuite en avant un peu irresponsable dans une politique qui ne marche pas ». « Cela fait plusieurs décennies qu’on accumule les dégrèvements de cotisations sociales – on dégrade au passage la Sécurité sociale – et à l’arrivée, on a chômage et précarité, observe le secrétaire national. C’est une politique dangereuse pour les finances publiques. » Il propose « par exemple de moduler l’impôt sur les sociétés au lieu de le baisser, pour taxer ceux qui font trop de croissance financière et pas assez de croissance d’emplois ».

Des idées qu’il a relayées sur plusieurs antennes depuis mardi. Situation inhabituelle : la semaine passée, une délégation du PCF intervenait auprès du CSA pour faire état de la « discrimination de médiatisation dans l’audiovisuel » dont le parti est « victime » alors que les médias sont soumis aux « exigences de pluralisme et d’équité des temps de parole » entre les partis (lire page 6). De plus, elle remarquait que « les débats de fond comme les confrontations d’opinion concernant les enjeux liés aux élections municipales et européennes sont dénaturés ou absolument pas traités ».

Audrey Loussouarn

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Reçu d’un lecteur indigné : « le flaneur des deux rives » , édifiant !

Posté par jacques LAUPIES le 20 mars 2014

Je publie ce mail que m’a adressé un lecteur et qu’il me parait intéressant de livrer au public de ma ville et d’ailleurs…

 

 

« Limousin et Bourbousson rament ensemble; rarement, le Rhône vit un deux sans barreur de cette qualité ! Ils veulent nous refaire le (mauvais) coup du Front républicain, un bateau qui, malheureusement, prend l’eau de toutes parts. Non seulement, ces deux politiciens ne cessent dans leurs déclarations et leurs programmes de donner des gages au FN et à ses « idées », sur la sécurité par exemple, mais, en plus,leur impudence dépasse toutes limites, et en la matière Limousin le « non encarté » pour rire soutenu par toute la Droite institutionnelle, UMP,UDI,MODEM, a peut-être encore des leçons à prendre auprès de son collègue de la rive droite, l’inénarrable Bourbousson pour qui le FN a appelé à voter en 2008 comme le prouve le document ci-après, avec des « anti-fascistes » de cet acabit … tous les espoirs sont permis aux Nationaux-Frontistes :

 


Reçu d'un lecteur indigné :

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Lucien Limousin mobilise, le Maire de Beaucaire est venu le soutenir

Posté par jacques LAUPIES le 20 mars 2014

Hier soir mercredi le Panoramique était comble ! Décidément la droite se mobilise et l’on constate que des publics assez semblables viennent la soutenir sous les 3 formes où elle se présente.

Quant à la gauche il y a de quoi être triste qu’elle n’ait pas su se rassembler. Une fois de plus elle manque une occasion de s’affirmer en force déterminante ! Mais ici chacun sait que la responsabilité ne nous incombe pas. Lamentable sont ceux qui ont voulu jouer seuls et finalement n’ont pas accepté dans un sens ou dans l’autre le moindre compromis.

Du coup hier soir le Maire de droite de Beaucaire, en liste avec des socialistes, venu soutenir son homologue candidat de Tarascon réclamait déjà le Front républicain pour appeler à la rescousse contre un FN que leur politique propulse en avant. Les pompiers pyromanes quoi !

La réunion était consacrée au programme et bien entendu y fut évoquée la nécessité de l’aménagement et de la rénovation du centre ville qui rallie quasiment tout le monde à Tarascon, tant la population se désole à ce sujet. L’idée d’une meilleure exploitation du tourisme  fut mise en avant, avec quelques critiques au passage sur l’action du Conseil Municipal sortant.

Mais il ne suffira pas d’améliorer les relations avec les tours opérateurs pour renforcer le passage et l’arrêt dans notre ville. C’est d’ailleurs pourquoi nous suggérons d’améliorer directement la capacité hôtelière en œuvrant pour favoriser l’implantation d’une base intra muros. 

Cela aucun des candidats n’ose s’y aventurer alors que c’est un moyen essentiel pour  »capter et déverser » des centaines de touristes sur des zones du centre historique aménagées en conséquence.

D’autres suggestions ont été évoquées notamment l’utilisation de la zone de l’ancienne caserne pour réaliser des équipements sociaux.

Nul doute que les tarasconnais auront à cœur de booster les nouveaux édiles, d’où qu’ils viennent,  pour que tout cela se fasse et que s’y ajoutent l’amélioration du pourcentage de logements sociaux, l’offre de soins et la formation des jeunes.

Cela fait encore défaut dans les programmes et bien évidemment les conséquences de cet « oubli » de ces véritables besoins humains vont se manifester  dimanche prochain dans la protestation et la dispersion.

 

DSC_0003

Soutien du maire de Beaucaire

 

DSC_0004

la salle

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

La droite non déclarée s’active…

Posté par jacques LAUPIES le 19 mars 2014

Jérôme Grangier a présenté ce mardi 18 mars sa liste qui rassemble une bonne partie de l’équipe municipale sortante avec pour objectif de gérer dans la continuité des mandats précédents. Qui sera le septième nous a-t-il annoncé pour ce qui le concerne.

Pas de grande différence avec ses voisins de droite sauf qu’il joue la carte de l’apolitisme. Il conviendrait mieux de parler de non soutien par des partis à l’inverse de ses deux concurrents qui se prévalent l’une du FN, l’autre de l’UMP-UDI.

Mais l’insistance des uns et des autres à s’étendre dans leurs réunions publiques sur les problèmes de sécurité avec l’accent mis sur la surveillance et la répression en dit long sur une même vision des problèmes qui se posent à la population.

Quand évidemment vous trouvez une personne qui se plaint d’avoir été onze fois cambriolée on peut comprendre la tentation populiste qui consiste à écouter l’électeur excédé et lui proposer le flicage plutôt que de s’aventurer sur le terrain de la réponse sociale.

Surtout que les deux autres concurrents font de la surenchère sur la question.

Pour le reste du programme, et loin de nier ce qui malgré tout a été réalisé, on en reste à de la gestion courante en éludant les questions essentielles du logement, de la santé de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’action culturelle.

A quand l’amélioration de l’offre de soins (nous proposons un centre de santé), 25 % de logements sociaux, un centre de formation professionnelle intercommunal, un centre socio culturel aux ferrages, une piscine ?

Tous, y compris à gauche plient sous la pression des limites budgétaires annoncées par nos sociaux démocrates de gouvernants. Comme si la volonté politique était inexistante et le peuple soumis à jamais.

Nous ne cautionnerons ni les uns ni les autres pour que demain nos têtes restent hautes !

 

DSC_0849

 

la salle bien remplie

DSC_0851

la nouvelle équipe

 

 

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...8
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...