• Admin.du Site

  • Archives

Abstention n’est pas abandon !

Posté par jacques LAUPIES le 22 mars 2014

Au risque de me répéter je dirai une fois de plus que je ne vois pas d’autre solution que de m’abstenir de voter dimanche prochain et je m’en explique.

Nous vivons une situation politique locale qui ne peut échapper à un contexte général dont on ne peut nier qu’il est préoccupant. Cela ne veut pas dire qu’il en découle partout ailleurs les mêmes résultantes.

Au plan national d’une manière globale il importe que nous puissions évaluer ce que représente le Parti Communiste en tant que force porteuse de propositions économiques, sociales. Je ne suis pas sûr que cela puisse se faire dans la mesure où, dès le premier tour des élections, nous devons nous confondre dans des alliances pour le moins diverses et qu’en pareille circonstance notre identité s’efface.

Mais ce phénomène ne concerne pas nous seulement. Tous les autres partis, notamment à gauche, y sont confrontés. Et donc cela conduit selon moi à un recul de la transparence politique et accentue une confusion regrettable au sein de la population qui ne peut plus discerner qui fait quoi, qui élabore, qui est constructif, qui ne l’est pas. Cela laisse la place aux récupérations.

Dans une élection à la proportionnelle chaque parti peut prendre le risque de mettre en avant ses objectifs son programme et l’électeur peut y trouver un minimum de ce qu’il recherche et sera donc enclin à participer.

Dans un système à deux tours cela est aussi possible dès le premier tour, sauf que des pourcentages minima de suffrage sont parfois exigés pour participer au deuxième tour et risquent d’être éliminatoires pour les petites formations. Ils le sont systématiquement dans une élection présidentielles puisque seuls les deux candidats arrivés en tête peuvent être présents au deuxième tour.

Bref l’électeur est, dans les scrutions majoritaires à deux tours, d’avance conduit au renoncement de ses opinions et parfois même de toute possibilité de représentation.

C’est ce qui va se produire pour l’électeur communiste à cette élection municipale de Tarascon. Mais pas seulement lui. Bien qu’imparfaite la solution du rassemblement de toute la gauche donnait aux électeurs communistes mais également, socialistes, des verts, du NPA de trouver dans un compromis la réponse à leurs aspirations concernant la gestion de la cité.

Ce rassemblement n’ayant pu se réaliser l’offre qui leur est faite malgré les camouflages existants peut se résumer ainsi :

- Une liste Front National qui quel que soit son programme, vit non seulement des rejets que provoque une immigration assez forte dans la région, mais surtout des effets des politiques d’austérités successives qui frappent la société tout entière, et récupérera une bonne part du mécontentement que cela suscite

- Une liste UMP-UDI qui bien entendu est le reflet des politiques antérieures de la droite et ne manquera pas de s’inscrire dans une politique qui de Chirac à Sarkozy, se positionnant dans la gestion « notariale » de ses prédécesseurs au gré du bon vouloir des maitres du jeu que sont la Finance.

- une liste décrétée sans étiquette mais qui est issue du même contexte auquel en un temps se ralliait son chef de file. Nombre « d’observateurs » locaux considèrent qu’il s’agirait avec cette candidature de maintenir dans le giron de la droite  dite libérale les électeurs tentés de placer la candidate d’extrême droite en tête. Thèse plausible ?

- Une liste dont la plupart des animateurs et n’ont d’autre souci que de sombrer dans un Front Républicain ou se mêleront des pseudos socialistes, attachés à la désastreuse politique nationale et désormais internationale du Président Hollande, avec des pseudos républicains qui en un temps ne se sont pas gênés pour frayer avec des personnages issus de la droite et parfois de l’extrême droite qu’ils prétendent combattre.

- Une liste dont le leader ne sachant plus à quel saint se vouer réussit malgré tout à rassembler 32 personnes (avec qui  ?) et a frayé avec toutes les organisations locales de gauche  (de l’extrême au PS en passant par le PCF et le PG) dont l’action et l’énergie aboutissent à une désastreuse diversion qui éloigne les plus en difficultés de tout réalisme politique.

Il est impossible de trouver, avec ces candidats qu’il n’est évidemment pas question d’amalgamer et de stigmatiser, les réponses que nous attendons et, dans ces conditions, nous avons décidé de ne cautionner aucune liste ce qui se traduira par notre abstention ou un vote nul.

Position qui n’est pas coûtumière de la part de communistes qui auront à se lancer dès après cette élection dans le combat pour les élections européennes. Mais aussi à renforcer leur organisation pour faire en sorte que soient prises en compte leurs propositions y compris par les élus locaux de demain.

 

DSC_0854

Jérôme Grangier

DSC_0747

Valérie Laupies

Lucien Limousin

Lucien Limousin

DSC_0641

Marie  Chantal Bernard

DSC_0627

Jean René Soler

 

 

 

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...