• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Voter nul est une marque de protestation contre l’incurie politique locale

Voter nul est une marque de protestation contre l’incurie politique locale

Posté par jacques LAUPIES le 21 mars 2014

 

Dernier jour de campagne pour les candidats.

Malgré notre travail et avoir tenté de contribuer à une tournure différente des affrontements en tentant de rassembler la gauche, l’heure du bilan cependant arrive. Avant même que les électeurs ne se soient prononcés nous l’évoquerons  !

Car pour nous il est clair que ces électeurs vont à l’issu du scrutin, se retrouver dans l’impasse et une fois de plus privés d’une possibilité d’être défendus face à des politiques d’austérités qui ne vont pas manquer de frapper les communes.

ll aurait été intéressant dans notre ville, comme cela pourra se faire dans d’autres, où nous serons plus ou moins présents, de sensibiliser  nos concitoyens à l’entreprise de réalisations pouvant alléger leurs difficultés réelles et si besoin à les mobiliser pour cela !

Bien que  l’essentiel de nos propositions ne constituent pas une charge excessive pour leur cité et soient du domaine du réalisable,  sans que nous eussions eu à rencontrer des problèmes majeurs pour les concrétiser, elles ne sont prises en compte par aucun candidat, si ce n’est de manière très superficielles avec un opportunisme évident !

Le cœur, donc la volonté politique ne sont pas à l’audace chez eux et ce mégotage pour ne pas aller vers ce que nous avons appelé « l’humain d’abord » est nettement apparent.

Tous ces candidats ont pratiqué un populisme sans vergogne, allant dans le sens des demandes  les plus mesquines plutôt que de prendre en compte la profondeurs des besoins que parfois les intéressés eux-mêmes ne savent pas traduire.

- Comment répondre à la demande de logement : tout à fait réalisable mais personne n’en parle, excepté une liste dont il aurait été surprenant que la plupart de ceux qui la constituent sachant ce qu’il en est, n’évoquent pas la question !

- Comment développer l’offre de soins : provoquer la venue de généralistes, de spécialistes en créant un centre de santé en utilisant les structures hospitalières existante. Sans doute la question du manque de médecins est évoquée mais les conditions de leur accueil et de l’implantation d’une structure de soins ne sont pas avancées

- Comment répondre aux besoins de formation et de culture des jeunes. Là silence radio de toutes les listes ?

- Comment faire en sorte que les touristes séjournent et soient accueillis à Tarascon. tout le monde en parle mais ne dit pas comment le faire.

- Comment apporter une réponse aux problèmes de sécurité autrement que par le bidonnage des caméras et de quelques policiers supplémentaires qui ne règleront rien quant aux raisons profondes de la croissance de la petite délinquance. Rien !

ll n’empêche que le Front national qui excelle dans une forme populisme particulièrement diviseur se voit crédité d’un pourcentage d’électeur au niveau de ses concurrents et ne dispose d’aucun programme !

Mettez en le moins possible et vous aurez des voix semble être la devise des candidats !

Comment expliquer ce climat délétère ? Non pas par le désintéressement de la politique mais par la difficulté à s’extirper d’un système médiatique favorisant une forme de pensée unique

A tel point que celui qui s’abstient, qui vote nul, me devient finalement sympathique face à ce champ politique ou plus grand chose ne pousse !

 

e.DSC_0781

Cet homme venu soutenir la candidate du FN a tenu des propos qui sont la négation même  de la réalité historique et des aspirations du monde du travail. Il a été applaudi par un auditoire  préparé et conditionné par l’état de notre société et sans doute notre incapacité à porter assez fort la contradiction.

Mais que dire de ceux qui ont eu les moyens de le faire et surtout d’éviter que ne s’aggrave les atteintes aux droit sociaux et à l’emploi ? Ne sont ils pas tout aussi coupables que lui, qui reste dans sa logique réactionnaire et passéiste.

Que dire de ceux qui tergiversent pour la construction, non pas d’un Front Républicain de circonstance, mais d’un vrai Front Social de la Gauche et des Républicains !

 

 

 PIERRE LAURENT

Voter nul est une marque de protestation contre l'incurie politique locale dans POLITIQUE pl_15

 

Politique -            humanite dans POLITIQUE            le 19 Mars 2014

Municipales 2014

Le PCF inscrit le pacte de responsabilité au menu des municipales

Mots clés :                           pcf,                            pierre laurent,                            dépenses publiques,                            municipales 2014,                            pacte de responsabilité,

 

 

Pour Pierre Laurent, « la seule contrepartie connue » dans le pacte de responsabilité reste la baisse des dépenses publiques.

Si le pacte de responsabilité a mobilisé dans la rue ses détracteurs mardi après-midi, Pierre Laurent y a fait écho dans les médias en affichant son désaccord contre une politique qu’il juge « inefficace ». En effet, le matin même, sur France Inter, le secrétaire national du PCF appelait à « abandonner » la mesure alors qu’à l’approche du premier tour des municipales, « la seule contrepartie connue » dans le pacte de responsabilité reste « les 50 milliards d’euros de baisse des dépenses publiques ». Les élus locaux communistes gardent l’optique de « protéger les politiques publiques locales » et de les « développer » plutôt que de réduire les investissements. Et là se joue l’enjeu du scrutin pour le PCF : « Là où nous disposons d’élus, nous serons plus efficaces », remarque Pierre Laurent.

Par ailleurs, selon le dirigeant, le pacte de responsabilité résume à lui seul la « fuite en avant un peu irresponsable dans une politique qui ne marche pas ». « Cela fait plusieurs décennies qu’on accumule les dégrèvements de cotisations sociales – on dégrade au passage la Sécurité sociale – et à l’arrivée, on a chômage et précarité, observe le secrétaire national. C’est une politique dangereuse pour les finances publiques. » Il propose « par exemple de moduler l’impôt sur les sociétés au lieu de le baisser, pour taxer ceux qui font trop de croissance financière et pas assez de croissance d’emplois ».

Des idées qu’il a relayées sur plusieurs antennes depuis mardi. Situation inhabituelle : la semaine passée, une délégation du PCF intervenait auprès du CSA pour faire état de la « discrimination de médiatisation dans l’audiovisuel » dont le parti est « victime » alors que les médias sont soumis aux « exigences de pluralisme et d’équité des temps de parole » entre les partis (lire page 6). De plus, elle remarquait que « les débats de fond comme les confrontations d’opinion concernant les enjeux liés aux élections municipales et européennes sont dénaturés ou absolument pas traités ».

Audrey Loussouarn

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...