• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour février 2014

Inauguration

Posté par jacques LAUPIES le 3 février 2014

 Information locale

L’Union locale CGT de Tarascon et sa région organise l’inauguration de ses nouveaux locaux

qui se déroulera le :    Mardi 18 Février 2014       à partir de 17h30

A la Maison des Syndicats (ancien Tribunal d’Instance)  34, rue Blanqui 13150 TARASCON

 

Transmettez nous vos communiqués nous les insèrerons ici

 

 

PRECISION ; Cette information a été recueillie par nous même à la suite d’une invitation personnelle qui nous a été remise par les responsables locaux de la CGT. Elle n’a pas été faite à leur demande. Donc au même titre que nous pourrions le faire pour une autre association, syndicat ou parti politique, parce que nous avons estimé que cela pouvait concerner ou intéresser nos lecteurs, nous l’avons publiée. Il est de notre liberté de publier ce que bon nous semble dans le respect des lois. Nous aurons l’occasion de donner sur ce blog notre conception de l’usage d’internet formidable moyen de communication et d’expression que certains voudraient bien pouvoir restreindre. Parce qu’évidemment cela les dérange…On peut d’ailleurs se demander pourquoi ?

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Paranoia numérisée

Posté par jacques LAUPIES le 3 février 2014

 

Depuis quelques temps j’ai des problèmes avec ma ligne téléphonique, dont la déconnexion épisodique perturbe ma connexion à internet !

Dans ces conditions je diffuse parfois avec du retard dans mon blog.

Cela aurait il à voir avec un piratage ? A l’heure ou Orange, auquel je suis abonné en subit un de grande ampleur, tout est possible mais comme je suis d’une nature curieuse sur les causes des pannes qui peuvent affecter les télécoms, je pense évidemment que cela n’a rien à voir ! A moins qu’il n’y ait des petits amateurs qui bricolent dans les répartiteurs ! Auquel cas il faudrait leur proposer des cours de recyclage.

Comme me le disait ce matin un technicien : « les intempéries ne sont pas toujours responsables et, on a le droit d’être un peu parano »

 

Paranoia numérisée dans POLITIQUE hq_11

 

Société -            humanitefr dans POLITIQUE            le 2 Février 2014

 

Ce lundi dans l’Humanité: riposte à l’obscurantisme

Mots clés :                           l’humanité,

 

 

Pour la défense de l’IVG et des droits des femmes, des dizaines de miliers de personnes ont défilé samedi à Paris, Madrid et un peu partout en France et en Europe. Une première réplique d’ampleur aux ultraréactionnaires.

  • La foule, déterminée mais inquiète, a battu le pavé. Toutes générations confondues, les manifestants ont haussé le ton contre le retour d’un ordre moral et réactionnaire.
  • Reportage à la manifestation parisienne
  • Les points de vue de Maya Surduts, fondatrice de la coordination des associations pour le droit à l’avortement, de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, de MArtine Billard, co-présidente du PG, et d’Olivier Besancenot, porte-parole du NPA
  • Entretien avec Annie Ernaux. Elle revient sur l’avortement clandestin qu’elle avait subi en 1964 et raconté dans son livre « l’Evénement ». L’écrivaine alerte sur ce que veut dire absence de loi et ce que signifie être totalement dans l’illégalité.
  • Reportage à Madrid: « En Espagne aussi, les femmes ne sont pas qu’un utérus »
  • Egalement dans l’Humanité
  • La droite réactionnaire rebat le pavé. Plusieurs mois après l’adoption du mariage pour tous, ses opposants manifestaient à nouveau à Paris et à Lyon; La droite, en embuscade, espère en profiter électoralement. 
  • La bourgeoisie lyonnaise en rose et bleu. Les organisateurs de la Manif pour tous ont tenté de renouer avec l’image bon chic bon genre des débuts, après les dérapages du jour de colère de dimanche dernier.  
  • Reportage: Municipales à Calais, ville à conquérir. Face à la municuipalité UMP sortante, le Front de gauche rassemble
  • Travail: Chez Renault, salariés et sous-traitants unis dans le syndicalisme
  • Rencontre. Avec Jaurès, les Amis de l’Humanité imaginent leur nouvel horizon
  • Reportage. En route pour Sotchi. Saint Petersbourg, une fenêtre ouverte sur l’Europe

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Se doter d’une armée populaire avec une arme efficace : le cerveau de chaque soldat !

Posté par jacques LAUPIES le 2 février 2014

Ma journée de ce dernier vendredi m’avait inspiré quelques réflexions sur la situation dans laquelle se trouvent les communistes, dans notre ville pour le moins. Elle a commencé avec un malheureux rencontré tôt en semi état d’ébriété et qui m’a demandé une pièce que je lui ai stupidement refusée pensant qu’il allait boire (réflexe classique que je me reproche). Ensuite ce fut un retraité qui n’avait pas de quoi se payer un vrai chocolat en poudre au super marché qui lui offrait en plus des produits merdiques, que je n’ai pas osé lui offrir. Enfin je me suis vu accuser d’être responsable de la désunion de la gauche (ce qui est un comble) par un pseudo partenaire politique. Et, pour clore le tout j’ai assisté, comme je vous l’ai indiqué par ailleurs à une réunion d’où transpirait l’illusion que fait naitre parfois la misère, l’inconfort ou des pathologies psychologiques !

A voir ce qui se passe dans de nombreux endroits, je ne pense pas que notre situation soit ni meilleure, ni plus mauvaise ! Mais le problème du mouvement révolutionnaire (et citoyen) que nous incarnons (révolution comprise par la modification radicale des rapports sociaux et du contrôle vraiment populaire d’un appareil de production, dont est globalement propriétaire une classe dominante, quelle qu’en soit les nouvelles formes) ce mouvement a de la peine à s’imposer dans les esprits.

On en connait la causes essentielle :  un acharnement de cette classe dominante à combattre nos idéaux et propositions Et, sans que cela constitue vraiment une nouveauté, en les faisant porter par d’autres, dont elle connait à la fois les faiblesses théoriques et stratégiques. Ainsi surgissent fréquemment à la télévision des philosophes, des économistes, des politiques qui deviennent les porte parole de la pensée antilibérale sous couvert de leur appartenance à une opposition radicale. Du NPA à nos partenaires du Front de Gauche, en passant par quelques anarchistes ou libertaires. Mais de communistes : point !

Les plateaux de la télévision publique qui sont censés donner la parole à tous les courants de pensée excellent en impostures de ce genre. Peut-être cela m’a-t-il échappé mais je n’ai jamais vu dans un débat de grande écoute le philosophe Lucien Sève, l’économiste Paul Boccara ou d’autres intellectuels communistes assez nombreux que je sache pour faire la pige aux libéraux dont savent s’entourer les patrons et qui hantent les médias par animateurs et société de production interposées.

Vous me direz cela ne changera pas grand chose à l’état de léthargie dans lequel se trouvent une bonne quantité de « braves gens » qui ont d’autres soucis que de se creuser la cervelle pour comprendre quelles sont les causes profondes de leurs fin de mois difficiles. Mais sont tout de même formatés, selon leur niveau de perception. Il en faut pour tout le monde et les maîtres de la finance et de l’économie savent comment on s’y prend depuis des lustres.

Cela va de la structuration de la méthode de pensée (pour eux il faudrait parler les plutôt de déstructuration) jusqu’au  conditionnement des éducations, formations et informations. On pourrait presque utiliser l’expression « lavage des cerveaux »

Mais voilà il y a la réalité avec ses souffrances, ses révoltes contenues, ses dépressions, ses soumissions et comme disent certains « ça pétera un jour » sauf qu’avec les intoxications intellectuelles  aidées en cela par un individualisme de plus en plus généralisé, ça risque de mal péter et c’est ici qu’il faut tout de même se poser la question de la cohésion, de la rencontre des forces lucides, convaincues, nécessaires, pour éviter les dérapages, créant les conditions de la réaction, on pourrait dire de la contre révolution.

Un ami qui se reconnaitra me disait, il y a peu de temps, nous vivons depuis 1789 la contre révolution. Mais pourrait-on ajouter l’histoire de l’Humanité n’est faite que de révolutions et de contre révolutions qui s’enchaînent au gré des progrès scientifiques et techniques et des pensées en adéquation ou en décalage avec ces progrès.

Alors que faire ? Eh bien je ne vous étonnerai pas en disant qu’un combat (fut-il de classe) cela se gagne avec une armée bien orientée théoriquement, politiquement et stratégiquement , avec des soldats motivés autant que compétents, susceptibles de choisir de bons officiers.

La parabole vaut ce qu’elle vaut, elle peut choquer par sa logique d’inspiration militaire. Mais nous savons tous ici qu’il ne faut pas confondre armée populaire et armée de mercenaires ! Et que bien entendu l’armement ce sont les cerveaux et pas les fusils !

la prochaine révolution ne sera pas bourgeoise avec quelques ouvriers, elle sera ouvrière même s'il y a quelques bobos

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Plus royaliste que le roi

Posté par jacques LAUPIES le 1 février 2014

 

De Pierre Moscovici on peut tout attendre, même l’attitude la plus réactionnaire. Nous voila servis.

Je ne connais pas trop le détail des propositions de Michel Barnier mais si celui-ci propose de « réguler » le comportement des banques dans l’usage qu’elles font de nos deniers, c’est toujours bon à prendre. D’autant que cela nous a couté déjà fort cher !

Une opposition à cela venant d’un socialiste est un comble. Mais en quoi serions nous une nouvelle fois surpris. La bourgeoisie, entendez par la ceux qui exploitent et font travailler les autres, ne se contente pas d’accumuler des capitaux en spoliant les travailleurs à la source dans la production mais leur argent, leur épargne, l’intéresse.

Les banques ont donc deux moyens pour cela : tirer profit de la gestion des dépôts et elles ne s’en privent pas (il suffit de voir ce qu’elles prélèvent en services rendus) et par ailleurs mettre leur épargne dans les circuits financiers pour encore là permettre d’aller chercher les produits de la spéculation et ceux des placements pour l’exploitation du travail pas cher en utilisant les marchés financiers.

Une logique mortifère pour les peuples, fort simple dont hélas beaucoup de monde n’est guère conscient !

 

 

 

 

Plus royaliste que le roi dans POLITIQUE mosco_1

 

Social-Eco -            humanitefr dans POLITIQUE            le 30 Janvier 2014

 

Moscovici prend position contre la réforme bancaire européenne

Mots clés :                           union européenne,                            Banques,                            pierre moscovici,                            michel barnier,                            réforme bancaire,                            crise bancaire,

 

 

Les propositions présentées par la Commission européenne pour limiter les risques systémiques causées par les plus grandes banques sont jugées trop radicales par le ministre de l’Economie français. Il s’aligne ainsi sur les positions des traders et du Medef.  

Pourtant c’est un commissaire européen UMP, Michel Barnier, déjà l’auteur de la terrible union bancaire, qui porte la réforme bancaire au sein de la Commission Européenne. L’idée n’est pas neuve : il faut régler le risque causé par les banques omnipotentes, dites « to big fo fail » (trop grosses pour faire faillite), que l’Etat doit sauver de la banqueroute pour éviter un désastreux effet boule de neige sur l’économie. Le texte proposé par Barnier aurait pu aller bien plus loin dans la régulation, il propose néanmoins deux avancées par rapport à la situation française.

Les banques n’auraient pas le droit de spéculer avec leurs fonds propres, qui représentent au final l’unique garantie des clients qu’il reste un peu d’argent à la banque. Une loi qui existe déjà aux Etats-Unis par exemple.

L’autre point concerne les 30 plus grosses banques de l’UE, qui seront fortement incitées à séparer sous forme de filiales (on aurait préféré des scissions totales et obligatoires) les activités de dépôts, de la spéculation. Le but est que si le volet spéculatif de la banque s’effondre, l’Etat puisse laisser mourir la filiale de la banque et éviter que l’épargne de ses citoyens coule avec.   »Ce que nous faisons précisément c’est de donner aux superviseurs le pouvoir d’imposer la filialisation de banques trop grosses pour faire faillite, trop complexes pour être résolues sans crise systémique et trop chères à sauver avec des fonds publics, lorsque ces banques prennent des risques excessifs » explique Michel Barnier.

Le PS avec les banques contre le commissaire UMP

barnier_0 La réforme de Michel Barnier, c’est le service minimum, d’autant plus que des exceptions sont prévues qui ne rendent pas obligatoire la séparation des activités. La récente réforme de régulation bancaire anglaise est étonnamment plus contraignante. Et en France, 5 banques font courir des risques systémiques en cas de faillite. Mais elles refusent la séparation des activités, et encore plus la scission. Leur position de « trop grosse pour faire faillite » représente une vraie impunité, car garantie que l’Etat viendra à la rescousse les recapitaliser. Et si possible sans contrepartie, comme cela s’est fait en 2008. Même topo en Allemagne, où les lobbys bancaires font pression pour éviter la « ligne dure de Bruxelles ». Le patron du Medef, Pierre Gattaz se range logiquement aux côtés des anti-régulations. « Je regrette que le projet remette en cause les services complets proposés par nos banques universelles aux entreprises » dit-il.

Du coup, Pierre Moscovici aussi exprime ses « profondes réserves ». Un ministre PS qui fait front avec les patrons de banques pour empêcher un commissaire européen UMP de réguler un minimum la finance, ça met un coup. Le plus étonnant étant Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et en tant que tel le « régulateur » de la finance française et qui se serait vu renforcé par le texte de Barnier, lance : « Les idées qui ont été mises sur la table par le commissaire Barnier sont des idées, je pèse mes mots, qui sont irresponsables et contraires aux intérêts de l’économie européenne ».

Pi.M.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Municipales : mise au point à destination de la population de Tarascon

Posté par jacques LAUPIES le 1 février 2014

Nous l’avons dit et répété : à Tarascon il n’y a de possibilité pour donner à la ville une nouvelle vie que de rassembler les différentes forces de gauche et au delà des républicains de progrès, sur la base d’objectifs communs clairement énoncés.

Depuis le début de l’année 2013 nous avons inlassablement soutenu cette démarche. Il faut bien le dire cette stratégie du rassemblement a pour l’instant échoué. A cela plusieurs raisons :

- D’abord les difficultés à convaincre nos partenaires potentiels (PS et Parti de Gauche) que nous étions dans une élection municipale et qu’il fallait en premier lieu mettre autour d’une table tous les partis de gauche, en tant que partis, se mettre d’accord sur les projets communs et être respectueux des électeurs qui de manière constante apportent leur voix à gauche. Ils représentent environ un tiers de la population donc une force conséquente face à une droite divisée qui recueille les deux autres tiers. De plus et c’est évidemment essentiel, ils aspirent vivre mieux et savent qu’il faut une équipe municipale porteuse d’une politique économique et sociale cohérente.

- Dans divers contacts bilatéraux nous avions suggéré, qu’avant toute rencontre générale, ait lieu  une réunion des organisations politiques locales (PS,PG,PCF)

- Mais à l’initiative des responsables locaux du PG une première rencontre informelle s’est tenue chez l’un d’eux, où ont été convoquées des personnes représentatives de diverses tendances de la gauche tarasconnaise, dont 2 représentants du PCF, sans cependant une préparation préalable des partis concernés.

Ont été inévitablement mises en évidence, à cette réunion, des divergences profondes tant,

sur les orientations politiques : les adhérents ou proches du PS prônant de préparer une alliance avec le conseiller général de droite au deuxième tour des élections et soucieux de ne pas mettre en cause la politique nationale de François Hollande,

que sur les personnes pouvant être désignées chef de file d’une liste possible (le PS proposant Marie Chantal Bernard, le Parti de Gauche proposant André Thomaso)

Nous avons dans ces conditions indiqué que nous proposerions aussi une candidature et suggéré de réunir les trois partis pour trouver une entente et un compromis. Ce qui fut accepté !

- Cette réunion des trois partis s’est tenu à notre siège peu de temps après et a fait apparaitre une nette divergence entre le PS et le PG au point que, le PG quittant la réunion, nous avons continué avec le PS pour aboutir à une position que l’on peut ainsi résumer : une liste de large union de la gauche pourrait-être constituée, animée par une élue de l’opposition de gauche au Conseil municipal, laquelle s’engagerait :

1) à renoncer à toute alliance avec la droite, à contribuer à l’élaboration d’un programme municipal portant sur les valeurs de gauche,

2) à accepter comme second de la liste un candidat du PCF, deuxième force de gauche localement,

3) à laisser les partis soutenant cette liste, mener campagne librement notamment par rapport à la politique gouvernementale,

4) enfin à demander la participation du PG (mandat nous étant donné pour  transmettre ce message au sein du Front de Gauche)

- Nous avons donc porté ce message au sein du Front de Gauche où nos partenaires ont émis un refus, estimant que la candidate n’offrait aucune garantie et que la liste ne pouvait-être conduite par le PS. en réfutant les engagements pris devant nous par le PS.

- Dans ces conditions nous avons repris notre dialogue avec le PS local et sa candidate laquelle, probablement sous des pressions diverses, a peu à peu remis en cause ses engagements d’origine, manifestant une volonté de leadership (refus de concéder la deuxième place sur la liste (dont nous ne faisions pas une condition essentielle), modification du nom de la liste, qu’elle avait elle- même proposé et que nous avions accepté, rejet de certaine candidature, rejet de notre participation à l’animation de la campagne et de « politiser » et donc d’afficher les soutiens des partis, position ambigüe dans ses relations avec la droite locale, et surtout refus du moindre engagement écrit de nature à rassurer l’électorat de gauche, etc.)

- Nous avons fait part de nos préoccupations au sein du FDG et indiqué que nous faudrait rapidement élaborer une liste et un programme afin de rassembler le plus largement possible. Nous avons appris par la presse la candidature d’André Thomaso alors qu’aucune concertation n’avait été réalisée à ce sujet. Ce qui, sur la forme en tous cas, nous est apparu préoccupant dans la mesure où jusqu’alors aucune déclaration commune n’avait pu se réaliser. Nous avons par écrit indiqué à ce dernier que nous soutiendrions une liste du collectif du Front de gauche sans toutefois nous y engager dans la mesure où les conditions de concertation et de travail en commun ne nous paraissaient pas remplies.

- Nous avons donc décidé unanimement d’élaborer des propositions phares qui nous semblent de nature à apporter à la vie de la cité une amorce de renouveau, qui se concrétiseront par des réalisations, effectuées en concertation permanente avec les citoyens. Ces propositions seront soumises à nos partenaires éventuels.

En l’état actuel des forces en présence, constituées par des politiques d’austérité que représente la droite traditionnelle locale divisée en deux clans (celui du Maire et du Conseiller Général) qui provoquent le rejet d’une fraction importante de la population vers le Front National, et d’une gauche constituée des électorats socialistes et du Front de Gauche (communiste notamment) une possibilité de forte représentation de cette dernière était possible.

Dans le cas précis de Tarascon toute démarche autonome des partis de gauche ne peut que favoriser l’élection d’une droite et d’une extrême droite qui partagent un certain nombre de convictions extrêmes (comme l’a démontré le soutien du candidat UMP aux dernières législatives à la candidate FN)

L’argument selon lequel toute alliance locale avec le PS serait voué à l’échec, en supposant une transposition mécanique de  la politique nationale et une impuissance affichée face aux réductions des dotations accordées aux collectivités locales,  ne tient absolument pas compte des dynamiques politiques que peut générer une équipe municipale pénétrée d’une volonté de réaliser pour le bien être d’une population dont elle serait directement issue. En un mot les motivations des énarques Hollande et Moscovici ne sont pas celles du responsable PS artisan, du socialiste dissident cheminot, et le l’employée du secteur social en situation de demandeur d’emploi intégrés dans une liste d’Union.

Nous appelons en conséquence les électeurs de gauche à manifester leur volonté unitaire. Nous les invitons à déjouer les pièges tendus par la droite et l’extrême droite. Un bon moyen pour cela est de soutenir notre action.

 

 REUNION PUBLIQUE DE « TARASCON POUR TOUS »

DSC_0627

Une image de l’inconséquence politique générée par la manipulation de travailleurs, de la population la plus pauvre par des personnes se réclamant du PS. Le candidat Soler dans une réunion publique confirme son adhésion au PS (?) avoue avoir une écologiste de service dans sa liste et affiche des objectifs à minima.

Du coup on peut comprendre que la liste « Osons Tarascon » conduite par Marie Chantal Bernard qui s’est laissée entraîner dans cette galère de soutien camouflé au Conseiller-Général ne souhaite pas imposer sa véritable étiquette de socialiste, tout en l’utilisant !

DSC_0628

L’assistance  de la réunion  « Tarascon pour tous »

 

 Amis lecteurs qui êtes nombreux faite suivre ces informations

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1...34567
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...