• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > L’apparence, le déguisement, la nudité : une histoire de sexe.

L’apparence, le déguisement, la nudité : une histoire de sexe.

Posté par jacques LAUPIES le 29 septembre 2013

« Ce soir ou jamais » est une des émissions que je supporte. Tout simplement parce que les débats sont moins conventionnels que dans certaines autres émissions.

Ce vendredi soir il y est débattu de législation pour interdire l’exploitation des enfants et leur protection contre une  utilisation sexiste dans des concours basés essentiellement sur l’aspect physique des candidat(e)s. Ensuite on y a débattu de la prostitution, de l’extension du congé parental et enfin de l’égalité homme nu, femme nue

Qui peut en effet soutenir que des enfants puissent-être maquillés, parfois vétus de manière très suggestive, à seule fin de « distraire » des adultes, des parents dont on peut dire que leur passion d’accompagnement et d’encouragement de leur progéniture mériterait bien une analyse psychanalytique.

Par contre j’ai toujours été amusé par ces puritains législateurs qui rêvent de solutionner par des lois les pratiques sexuelles marchandisées. Quant à la foule qui emboite la pas de ces considérations baptisées de « morales » y adjoignant une espèce d’indignation mettant à l’index et généralisant les transgressions, qui n’existent pas d’aujourd’hui, qu’en penser ?

Evidemment je ne soutiendrai pas cet invité de l’émission qui sans arrêt faisait appel à la nature humaine pour dire qu’elle conduisait irrémédiablement à l’acceptation de la vente des corps, en quelque sorte un commerce soumis à  la règle de l’offre et de la demande, comme n’importe quel autre produit. Par ailleurs, je n’irai pas jusqu’à considérer qu’il y a là un comportement criminel dont la femme serait la victime éternelle. Conditionnées ou pas certaines s’accomodent fort bien du rang ou on les place, tout comme la gent masculine dont les conditions les goûts et les besoins matériels, déterminent aussi la fréquentation des trottoirs pour y exercer le soi-disant plus vieux métier du monde.

Supprimons les causes et les effets disparaîtront ! J’entends bien, mais cela prendra du temps ! Cela dit quelques salopards de tout sexe profitent bien de la misère autant sexuelle que matérielle en organisant l’exploitation de ceux qui en sont victimes (acheteurs ou vendeurs). A ceux-la pas de cadeaux !

Cela dit il y a quand même un sacrée dose d’hypocrisie dès lors qu’est abordée tout ce qui de près ou de loin  touche à la sexualité.

La sexualité nous concerne tous. La séduction, parfois transformée et considérée comme de la prédation habite chacun de nous. Le désir de plaire va à des degrés divers vers un exibitionnisme (physique ou mental) en réponse à celui de conquête amoureuse qui attise le regard lequel dans sa forme extrême aboutit au voyeurisme.

Le refoulement de ces pulsions  bien qu’encouragé par la plupart des héritages culturels, issus de la plupart des religions, conduit évidemment à des névroses et les camouflages vestimentaires qui ne les font pas disparaitre et souvent s’expriment, autant dans l’uniforme que dans le recours aux modes, et conduisent à l’hypocrisie. Quand ce n’est pas à des phobies révélatrices, comme l’homophobie qui est parfois un paravent des  tendances homosexuelles refoulées ! Attention que nos législateurs et autres spécialistes n’en fassent autant dans un usage immodéré du pouvoir politique ou médiatique.

Tout le monde veut séduire tout le monde et même les burkas ne peuvent l’empêcher. Les soins quotidiens que l’on accorde à son corps et à sa tenue, négligée ou pas, les maquillages sont révélateurs tout autant ou le refus d’y recourir. Sommes-nous aussi éloignés qu’on le dit des animaux qui en période de chaleur se livrent à des parades de toutes sortes, marquent leur territoire, chassent le concurrent ? Après tout nous n’en sommes éloignés que par notre inconscience des réalités et notre conscience d’être social nous réfugiant dans toutes sortes de discours.

Dans ce débat je me suis senti en accord avec le philosophe, tout simplement parce qu’il se gardait bien d’être catégorique dans ses propos, plus ferme à raison dans ce qui concerne la protection des enfants. Dans ce débat ne furent guère évoquées les causes profondes et séculaires des violences que chacun pudiquement  condamnait. Comme par exemple les origines de la famille (patriarcale), de la propriété privée et de l’état qu’un homme célèbre du nom de Engels a abordé voici presque 150 ans dans un ouvrage non moins célèbre. 

De quoi expliquer que le commerce des corps et leur différenciation sexiste et discriminatoire a à voir avec le travail et l’économie ! Lecture que je ne saurais trop vous conseiller ! Au diable si mon humble orthodoxie marxisante vous irrite, mais je n’ai pas mieux à vous proposer, simplement à cause de mes limites sur le sujet..

 

 

L'apparence, le déguisement, la nudité : une histoire de sexe. dans POLITIQUE dsc_0172-300x199

Ah si nous en restions à nos premiers émois...

 

 

 

 

 

 

Alors évidemment

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...