• Admin.du Site

  • Archives

Union de la gauche à Tarascon : la rendre totale

Posté par jacques LAUPIES le 26 septembre 2013

 

Union de la gauche à Tarascon : la rendre totale dans POLITIQUE dsc_0152-300x199

Dans un bus gratuit à Aubagne : moins d'incidents, un personnel sécurisé et une population satisfaite. Mais voila Aubagne est une municipalité de gauche et républicaine animée par un Maire communiste, de surcroit !

Les lecteurs toujours plus nombreux et réguliers de ce blog peuvent parfois être lassés d’y retrouver des sujets abordés de façon très répétitive comme c’est actuellement le cas avec la question que pose la stratégie à adopter aux municipales.

Cependant il faut aussi comprendre que cette question est importante car elle rejoint notre stratégie nationale à ceci près c’est que les enjeux de la gestion d’une ville  ne peuvent-être plaqués systématiquement sur les enjeux nationaux ou européens. D’abord parce que les contraintes du sytème électoral ne sont pas les mêmes d’une élection à l’autre : qu’il s’agisse des élections présidentielles, législatives, régionales ou cantonales, et à fortiori européennes où demeure un système proportionnel. Mais cependant sur le fond il s’agit toujours de la même question : comment répondre aux aspirations des classes « laborieuses » face à la classe « exploiteuse » (oligarchie financière et industrielle, nationale ou internationale).

Dans une élection européenne, nationale, il est facile d’identifier (pour ce qui nous concerne) l’adversaire de classe bien que, ne nous y trompons pas, la grande bourgeoisie n’est pas toujours aussi homogène qu’on le croit.

Quand on constate, chiffres à l’appui, comme ceux qui hier étaient publiés dans l’humanité où l’on voit le coût du capital doubler en 10 ans, pendant que la masse salariale est quasiment réduite de 10 %, point n’est besoin d’être énarque pour se dire que les actionnaires s’engraissent sur le dos des salariés !

Il est bien évident que cet argent distribué en dividendes et en intérêts aux banques manque pour les investissements productifs et tout particulièrement pour les investissement sociaux et ceux des collectivités publiques du pays que ce soit nationalement ou localement. D’ou l’intérêt de présenter aux électeurs des projets allant à contre sens des politiques actuelles et « d’autonomiser » nos candidatures. Sachant bien que nos candidats vont pouvoir agir les mains libres et juger de l’opportunité de soutenir ou de s’opposer à telle ou telle mesure.

Si sur le plan européen nous pouvons espérer une représentation conforme à notre influence, sur le plan national (présidentielles et législatives) nous sommes soumis à un mode de scrutin qui réduit considérablement cette représentation et passer ainsi d’une cinquantaine de députés à une dizaine pour ce qui concerne le Front de Gauche. Ce qui laisse peu de place évidemment aux petites formations de ce Front. La discipline républicaine : désistement en faveur du candidat le mieux placé à gauche, profitant au PS.

On pourrait à la rigueur accepter cette formule aux élections municipales et fusionner les listes au second tour sauf que le risque existe de ne pas atteindre les pourcentages requis au premier tour qui peuvent provoquer l’élimination et priver de possibilité d’une présence de gauche au second tour.

Est ce seulement pour cette raison que la gauche doit se rassembler à Tarascon ? Bien sûr que non !

Elle a vocation à défendre les intérêts de la population et elle est porteuse des valeurs républicaines permettant d’atteindre cet objectif. C’est cela le plus important !

De plus une lourde menace pèse : celle de voir une droite plus dure, spéculant sur la pauvreté et la stigmatisation d’une frange de la population, d’entraîner, s’il n’a pas la possibilité de s’exprimer au deuxième tour, un électorat excédé par une politique nationale décevante et une gestion municipale actuelle contestée, vers un projet politique ultra droitier, à l’opposé de nos projets de solidarité avec les plus démunis.

Quoiqu’elles puissent en penser, des catégories sociales de plus en plus menacées, elles-mêmes, leur famille, anciens et jeunes (salariés moyens, agriculteurs, commerçants et artisans) sous l’emprise d’une certaine xénophobie, ont tout intérêt à bien réfléchir et à porter leurs suffrages sur la gauche. Dès à présent il nous faut transmettre ce message dans leur direction.

 

dsc_0159-300x199 Municipales dans POLITIQUE

Bien vivre sa retraite, c'est aussi se déplacer gratuitement. Dans ce bus à aubagne c'est possible !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

François Delapierre: « Le Front de gauche est dans un entre-deux »

Mots clés : front de gauche,                           parti de gauche,                           les vidéos de l’humanité,                           françois delapierre,                           fête de l’Humanité 2013,

 

 

Fête de l’Humanité. Le secrétaire national du Parti de gauche décline sa vision de l’avenir du Front de gauche à la Fête de l’Humanité 2013.

(voir la vidéo)

Le conseiller régional d’Ile-de-France estime que 2012 a prouvé que le Front de gauche n’était pas un champignon électoral, une parenthèse, mais qu’il fallait compter sur lui. (…) Là nous rentrons dans une nouvelle année électorale où il nous faut démontrer notre capacité à élargir pour constituer une majorité alternative. »

  • A voir aussi:

Clémentine Autain: « Le Front de gauche est un bien commun qui dépasse le PCF et le PG »

Marie-George Buffet: « Continuer d’élargir le Front de gauche »

Pierre Laurent: une nouvelle phase de l’action du Front de gauche

Vidéo Stéphane Guérard

Politique -           humanitefr Tarasconle 24 Septembre 2013

 

Jean-Luc Mélenchon tacle les députés Front de gauche

Mots clés : budget,                           front de gauche,                           parti de gauche,                           jean-luc mélenchon,                           politique budgétaire,

 

 

Le coprésident du Parti de gauche a appelé ce mardi les parlementaires du Front de gauche à ne pas voter le budget 2014 et à travailler « en collectif ».

« Sur le plan économique François Hollande mène une politique de droite, c’est évident » a affirmé ce mardi le coprésident du Parti de gauche pour justifier son appel à ne pas voter le budget 2014. Précisant qu’il ne s’agissait que de « son avis », le candidat à la présidentielle 2012 a appelé, sur France 2 ce mardi matin les députés à aller plus loin que pour le précédent exercice.

Opposition

« Il ne faut pas voter le budget cette année, c’est déjà une erreur de  s’être abstenus l’année dernière. » Très critique vis-à-vis de ces parlementaires, il a aussi asséné: « Nous avons réussi un  exploit, nous avons un groupe qui ne prend aucune consigne auprès du  Front qui l’a élu, qui n’en fait qu’à sa tête ». « En plus, chaque député  vote comme il veut. C’est une nouveauté que je désapprouve. Je crois  qu’il faut travailler en collectif ».

Ce refus de vote place-t-il le Front de Gauche dans l’opposition? « Par la force des choses, c’est bien là que nous nous trouvons, dans une sorte d’opposition à la politique de droite ». Il avait auparavant raillé un Premier ministre « qui n’a aucune imagination, aucune idée et qui se croit très intelligent en coupant des dépenses qui vont, petit à petit, vider de son sang l’économie française ».

  • A lire aussi:

Le Front de gauche plus que jamais utile pour les militants

François Delapierre (PG): « Le Front de gauche est dans un entre-deux »

S.G.

 

 

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...