• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2013

L’ère de l’espionnage généralisé

Posté par jacques LAUPIES le 1 juillet 2013

Dans mon petit coin, menacé comme la plupart des retraités qui cherchent désespérément une ultime utilité sociale en tirant la sonnette d’alarme, persuadés que le train va dérailler, tantôt un peu shchizos, tantôt un peu paranos, je ne me suis fait cependant pas fait une raison sur l’espionnage dont je pouvais être victime. Sans la moindre illusion bien sûr…

A une époque ou on ne peut aller pisser sans craindre qu’il y ait un  oeil dans la pissotière pour juger de la dimension de votre pénis, on peut évidemment se dire qu’il y a mieux à faire pour les pouvoirs en place que de s’introduire ainsi dans votre intimité !

Pouvoir économique, pouvoir politique, pouvoir judiciaire, pouvoir journalistique ont tellement à opérer pour espionner, étant donné les enjeux, qu’évidemment ils ont bien d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de l’usage que vous faites de votre pénis, et éventuellement des parties fines ou moins fines auxquels votre libido vous demande de participer, histoire de tuer les névroses que vos refoulements répétés ont fait naitre ! Quoique…

Côté fric il semblerait là, également, que les gros poissons, comme d’ailleurs les petits, sont de temps à autres suspectés à coup d’écoutes téléphoniques ou d’incursions dans leurs ordinateurs devenus dépositaires du jardin secret de toutes sortes d’opérations qui, même lorsqu’elles ne sont pas illégales, peuvent contribuer à vous  batir une réputaion de pervers ou de tricheur parmi les plus imbéciles de vos compatriotes.

De DSK à Tapie en passant par une pléaide de ministres et d’hommes d’affaires, on veut sans doute nous démontrer que les « grands » de ce monde ne sont pas épargnés. Dont acte mais le système lui demeure !

Mais diront les partisans de l’ordre il faut se prémunir des vrais délinquances, de celles qui portent atteinte à vos biens et à vos vies. Le terrorisme dixit Obama ce jour, ayant bon dos

Après tout, ajouteront-ils si vous n’avez rien à vous reprocher qu’importe que l’on écoute vos roucoulements amoureux ou vos rugissements orgasmiques, que l’on examine votre dernier jeu de loto ou le prix exhorbitant de votre dernière paire de godasses : vous êtes un citoyen protégé, et vous en payez le prix avec une inquisition éventuelle dont, parai-il, personne ne peut faire usage. Mon oeil !

Bizarre je suis citoyen et je ne me sens pas protégé du tout, si ce n’est par ma conscience !

Mais j’ai une consolation : la jeunesse, pas toute ce serait trop beau, mais probablerment une bonne quantité, se fout éperduement de ces yeux qui se collent à la serrure de la porte à peine fermée de leur intimité. Rivés à leur écran ils découvrent tant de choses, certains diront avant l’heure, qu’au bout du compte l’élève devient parfois professeur.

Avis aux retardataires, le monde bouge et évolue avec le numérique ! Il serait pour le moins étonnant qu »il n’en soit pas autant pour les esprits !

 

 

PARU DANS L‘HUMA

L'ère de l'espionnage généralisé dans POLITIQUE prism

 

Monde -           humanitefr espionnage numérique dans POLITIQUE le 30 Juin 2013

 

Prism : l’Union européenne « cible » des renseignements américains ?

Mots clés : union européenne,                           internet,                           11 septembre 2001,                           Etats-Unis,                           france,                           renseignement,                           marché transatlantique,                           edward snowden,                           système prism,

 

 

L’agence de surveillance électronique américaine NSA espionnait dans le cadre du programme de surveillance Prism plusieurs bureaux de l’Union européenne, dont ils avaient réussi à pénétrer les réseaux informatiques, montrent des documents secrets dont l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a pris connaissance.

Le magazine allemand cite dans un article publié samedi un document classé secret de la National Security Agency (NSA) daté de septembre 2010, que l’informaticien Edward Snowden a emporté dans sa fuite après avoir dévoilé l’existence de Prism et que les journalistes du Spiegel ont pu lire en partie. Selon ce document, la NSA a implanté du matériel d’écoute dans les bureaux de l’Union européenne (UE) à Washington et aux Nations unies et était en mesure non seulement d’écouter les conversations téléphoniques, mais aussi d’accéder aux documents et aux courriels des diplomates européens, qualifiés de « cible » dans le document.

D’après le Spiegel, l’agence de renseignement américaine surveillait aussi les systèmes de communication de l’immeuble Justus Lipsius, qui héberge le Conseil européen à Bruxelles et où les gouvernements de l’UE disposent de bureaux à partir desquels ils peuvent passer des appels sécurisés. En 2003, l’UE avait confirmé la découverte d’un système d’écoutes  téléphoniques des bureaux de plusieurs pays, dont la France et  l’Allemagne.

La France exige des explications

« La France a demandé aujourd’hui des explications aux autorités américaines au sujet des informations dévoilées par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, selon lesquelles la National Security Agency (NSA) aurait espionné les institutions de l’Union européenne », a dit le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, dans un communiqué. « Ces faits, s’ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables », a-t-il ajouté. « Nous attendons des autorités américaines qu’elles lèvent dans les plus brefs délais les inquiétudes légitimes suscitées par les révélations de la presse. »

Le co-président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon a réclamé dimanche « l’arrêt immédiat des négociations » commerciales  entre l’UE et les Etats-Unis et a demandé que « la France accorde l’asile  politique » à Edward Snowden, « qui a permis de démasquer ce complot ».  « Les Etats-Unis d’Amérique espionnent l’Union Européenne. Or, le mandat  de négociation de la Commission européenne en vue d’un marché unique  avec les Etats-Unis est resté caché pour les citoyens et les  parlementaires, au motif du secret des pourparlers. Je demande l’arrêt  immédiat des négociations et la publication du mandat européen », écrit  le coprésident du Parti de gauche dans un communiqué.

Interrogé par Radio J, le secrétaire national du PS, Harlem Désir a tranché : « s’il était confirmé que les USA ont espionné les  institutions européennes, ce serait inacceptable ». « Ca montre que  l’Europe ne doit pas être naïve sur ses relations » avec Washington. Il a observé que la France a « déjà mis des lignes rouges » dans la négociation du traité commercial transatlantique, en saluant « la victoire de François Hollande » sur l’exclusion du domaine culture de la négociation. « Il faut exiger des garanties sur la protection des données personnelles », a insisté le numéro un du PS. « Dans ces négociations transatlantiques, l’Europe doit exiger comme préalable un accord de garantie » de « protection des données personnelles ».

Protestations européennes

Le président du parlement européen, l’Allemand Martin Schulz, a  vivement réagi aux informations du Spiegel, samedi, estimant que s’il  était confirmé que la NSA américaine avait bien espionné des bureaux de  l’Union européenne, cela aurait un « impact sérieux » sur les relations  entre l’UE et Washington. « Au nom du parlement européen, j’exige tous les éclaircissements  et demande aux autorités américaines de fournir rapidement un complément  d’informations concernant ces accusations », a-t-il dit dans un  communiqué. Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean  Asselborn, a estimé que « si ces informations sont bel et bien  authentiques, c’est écoeurant« . « Les Etats-Unis feraient mieux de surveiller leurs propres  services secrets que d’espionner leurs alliés. Nous devons avoir  maintenant la garantie au plus haut niveau que cela cesse tout de  suite », a ajouté le ministre. Mercredi, l’Union européenne avait demandé aux États-Unis de lui  fournir « aussi vite que possible » des réponses à ses questions sur le  programme de surveillance américain Prism.

La ministre allemande de la Justice a exigé dimanche des explications immédiates des autorités américaines sur ces révélations: « Il faut que du côté américain on nous explique immédiatement et en détail si ces informations de presse à propos d’écoutes clandestines totalement disproportionnées par les Etats-Unis dans l’Union européenne sont exactes ou non », a déclaré la ministre Sabine Leutheusser-Schnarrenberger dans un communiqué. « Cela dépasse notre imagination que nos amis américains considèrent les Européens comme des ennemis », a-t-elle dit. « Si les informations des médias sont exacts, ce n’est pas sans rappeler des actions entre ennemis pendant la guerre froide », a-t-elle ajouté.

Edward Snowden, qui est à l’origine des révélations montrant l’espionnage à échelle industrielle et internationale des agences de renseignements américaines sur les communications privées, se trouve depuis presque une semaine dans la zone  de transit de l’aéroport de Moscou, en attendant la réponse de  l’Equateur à sa demande s’asile politique.

  • Lire aussi :

PRISM. Snowden, le nouvel ennemi public numéro 1 des Etats-Unis

Décryptage, le renseignement américain tente de justifier Prism

PRISM : découvre-t-on vraiment la Lune ?

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1...45678
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...