• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Michel Vauzelle interpellé par la CGT de sa circonscription électorale.

Michel Vauzelle interpellé par la CGT de sa circonscription électorale.

Posté par jacques LAUPIES le 28 mai 2013

Nous reproduisons le communiqué des UL CGT de la 16ème circonscription.

Lettre ouverte à Michel Vauzelle,

député de la XVIème circonscription

Objet : loi dite de sécurisation de l’emploi

Monsieur le Député,

Les salariés, citoyens de la XVIème circonscription, vous ont choisi comme député car ils vous ont trouvé à leurs côtés lors de luttes pour l’emploi et le développement économique dans le pays d’Arles. Ils vous ont choisi comme député contre la candidate du FN.

Les salariés sont en droit de s’interroger sur votre position lors du scrutin public du 9 avril où vous avez voté pour le projet de loi dit de sécurisation de l’emploi.

Cet « accord national interprofessionnel du 11 janvier pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels des salariés » n’est pas un bon accord et c’est pour cela que la CGT ne l’a pas signé. Ce n’est pas en raccourcissant le nom et en le transformant en loi « de sécurisation de l’emploi » que le fond nocif est modifié.

Vous aviez reçu une délégation de la CGT le 21 mars dernier (Unions Locales CGT d’Arles et d’Istres, Union Départementale CGT des Bouches-du-Rhône).

Vous considériez que l’ANI ne s’impose pas aux députés car d’une part CGT (et FO) n’ont pas signé et que cela mérite d’être entendu, et d’autre part la souveraineté populaire signifie que c’est l’élu qui fait la loi.

Or le texte de loi reprend l’ANI du 11 janvier, de par la volonté du Gouvernement.

…./….

Par votre vote, vous avez permis que la mobilité interne forcée, les entraves à l’accès aux juges prudhommaux, la modification du contrat de travail en chantage à l’emploi, la sécurisation des licenciements plutôt que la sécurisation de l’emploi, les limitations des possibilités d’intervention des salariés sur la légitimité économique des licenciements, le licenciement économique individuel … restent dans le texte de loi.

L’accès à la complémentaire santé n’est pas pour tous, remise à plus tard, sans améliorer la couverture par le régime général et sans régler les problèmes de financement de la Sécurité Sociale (un sujet qui n’a rien à faire avec la sécurisation de l’emploi et dont l’organisation retenue pose problème aux mutuelles de proximité qui protègent les retraités et les privés d’emploi).

L’encadrement du temps partiel reste très flou, les droits rechargeables à la formation restent peu applicables, la prééminence du contrat sur la convention dynamite le Code du Travail au détriment des salariés

Nous attendions de votre part, Monsieur le Député, un vote plus conforme aux aspirations des salariés, des retraités et des privés d’emplois. Un vote qui porte la réponse aux besoins sociaux pour le progrès social.

Pour la CGT, le changement de cap en matière de politique d’emploi et de garanties sociales pour les salariés, est d’une absolue nécessité.

Les attentes du monde du travail sont très fortes et nécessitent une véritable rupture avec la politique antérieure.

Dans ce contexte, les organisations de la CGT réaffirment la nécessité de voir apporter des réponses aux revendications sociales dans les politiques à venir, de voir le progrès social placé au coeur des politiques européennes.

La CGT a placé au coeur de sa démarche revendicative les exigences pour sortir de la crise:

revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux (le SMIC à 1 700€ par mois); contrôler les aides publiques aux entreprises ; contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements ; suppression des exonérations de cotisations sociales ; stopper les suppressions d’emplois et rétablir la retraite à 60 ans ; développer les politiques publiques et les moyens des services publics ; réformer la fiscalité en profondeur ; créer un véritable pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits ; taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux ; mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement économique.

Veuillez agréer, Monsieur le Député, l’expression de notre sincère considération.

Arles, le 28 mai 2013,

Les Unions Locales des syndicats CGT d’Arles, Istres, Tarascon et Chateaurenard.

 

Une Réponse à “Michel Vauzelle interpellé par la CGT de sa circonscription électorale.”

  1. jeremy dit :

    Bizarrement encore un socialiste…Sa en devient lançant a la fin…

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...