• Admin.du Site

  • Archives

Le rouge et le vert

Posté par jacques LAUPIES le 1 février 2013

Disons plutôt un morceau de rouge et de vert.

Je vais peut-être heurter mais je trouve que l’écologie a bon dos. Non pas que  la question écologique doivent-être négligée. Depuis fort loingtemps l’usage abusif des ressources de la planète m’interpelle comme ce qui en est à l’origine :  la consommation de l’inutile et du superflu. Je ne connaissais même pas le mot « écolologie », comme la plupart des gens de ma génération, que je trouvais révoltant que soit polluée « ma » rivière par les rejets de déchets provenant de l’exploitation minière et les « crassiers » envahissant la campagne cévenole.

Rien à voir évidemment avec l’ampleur des pollutions et déséquilibres provoqués par les déforestations  massives en Amazonie, en Afrique ou en en Asie, la pêche et l’agriculture extensives un peu partout dans le monde. L’humanité s’est élaborée dans une lutte permanente contre la nature, souvent marquée par des excès dus à l’ignorance du respect que nous lui devons, mais aussi par l’incapacité de maitriser nos besoins.

Sauf que tout cela relève  de la même cause essentielle qu’est la course au profit, elle-même résultant du système d’exploitation capitaliste. Un système qui met l’homme en position de dépendance, on  pourrait dire d’addiction, à l’égard de besoins suggérés, puis proposés et créés à son insu.

La traduction politique de cette résistance, au conditionnement des populations et aux dégats occasionnés à la nature, s’est donc affirmée par une prise de conscience des catégories les mieux armées, me semble-t-il, d’une capacité de réflexion liée à certaines positions et fonctions sociales. Il serait intéressant de faire une étude de quelles catégories il s’agit. Du paysan parfois propriétaire des sols que  la pratique quotidienne responsabilise à leur gestion, au prolétaire (notamment intellectualisé) accédant à la « culture écologique », a sans doute pu naitre un mouvement  écologiste  que rejoignent de plus en plus les acteurs de la lutte des classes  d’ou émerge un dépassement  d’une attitude consumériste et productiviste bornée.

Pour ces derniers difficile de mener efficacement le combat pour l’écologie sans se remettre en cause . L’apparition du terme « écosocialisme » recouvre une démarche qui ne peut avoir de sens que si l’ensemble du mouvement progressiste assimile cette nécessité d’en finir avec le capitalisme et de mettre à l’ordre du jour la préservation écologique.

 

Le rouge et le vert dans POLITIQUE 2013-01-30eelv-pascal-durand

Pascal Durand, secrétaire national d’EELV

-   humanite dans POLITIQUE le 30 Janvier 2013

Gauche

Le Parti de gauche et EELV tissent des liens

Mots clés : europe écologie les verts,           eelv,           parti de gauche,           les verts,           eric coquerel,           élections,           jean luc mélenchon,           pascal durand,           gauche,           pg,      

 

 

Alors que le PS a multiplié les salves la semaine dernière contre Jean-Luc Mélenchon, celui-ci a rencontré mardi la direction d’Europe écologie les Verts (EELV). Les deux formations souhaitent travailler ensemble.

«Je souhaite que la majorité soit la plus large possible et surtout qu’elle soit destinée à changer les choses.» Le message, formulé hier par le secrétaire national d’EELV, Pascal Durand, à l’issue d’une rencontre avec la direction du Parti de gauche (PG), est clair: il n’entend pas exclure celui-ci des débats de la gauche, comme tente de le faire le PS qui a mené une charge particulièrement virulente, la semaine dernière, à l’égard de Jean-Luc Mélenchon.

Besoin de toutes les forces

«Nous avons besoin de toutes les forces de transformations sociales pour faire bouger les lignes», a déclaré Pascal Durand, estimant que «la pire des choses serait de continuer sur un modèle qui va très clairement dans le mur ». Un constat partagé malgré « deux choix stratégiques différents », ont affirmé d’une même voix le dirigeant écologiste et Éric Coquerel, secrétaire national du PG.

Les deux partis ont donc décidé « d’établir des passerelles » sous forme « d’ateliers d’écologie politique concrète » qui devraient vite voir le jour et porter, entre autres, sur la transition énergétique, la fiscalité, la mer, le logement. Une perspective commune, « pas antinomique mais complémentaire », de la démarche du Front de gauche, assure Éric Coquerel, rappelant que son parti partage avec EELV la « particularité de se réclamer de l’écologie politique ».

Cadres unitaires

Au-delà, les deux formations pourraient être amenées à agir ensemble dans des « cadres unitaires » sur l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, la loi bancaire ou encore l’accord pro-patronal sur l’emploi, suggère le dirigeant du PG. Si Pascal Durand refuse de prendre position sur ce dernier point avant que le débat n’ait lieu dans son parti, il concède néanmoins « une attitude critique » à son endroit.

Quant aux échéances électorales de 2014, elles n’auraient pas fait l’objet de discussion ce matin-là. « Pour nous, c’est beaucoup trop tôt, mais c’est un débat qui existera », a seulement admis Pascal Durand.

  • A lire aussi:

Le Front de gauche vers une structuration pérenne

Julia Hamlaoui

Une Réponse à “Le rouge et le vert”

  1. fred dit :

    j’aime bien votre objectivité. Le PS a mené une charge virulente à l’encontre du camarade Jean Luc. Certes! Mais camarade Jean Luc ne se prive pas, depuis l’élection de mener des charges virulentes contre Hollande…..

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...