• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2012

Un rêve pour ma ville et ma région…c’est à Lens qu’il est réalité !

Posté par jacques LAUPIES le 4 décembre 2012

Un rêve pour ma ville et ma région...c'est à Lens qu'il est réalité ! dans POLITIQUE 2012-12-04louvre-lens-ouv_0

 

Louvre Lens: visite guidée du musée, son bâtiment, ses œuvres et son parc

Mots clés : decentralisation,           musée,           le louvre,           louvre lens,

Le Louvre Lens est inauguré ce mardi par François Hollande. Visite guidée de ce nouveau joyau culturel. Pour concevoir l’ensemble muséal, les architectes ont travaillé à partir 
du matériau existant : le bâti de la mine, ses anciennes galeries, le puits…

  • Les architectes

Le projet des architectes japonais Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa a été choisi en septembre 2005, parmi les six projets en concours : ils avaient, en 2000, remporté le concours du musée d’Art contemporain du XXIe siècle de Kanazawa. Un bâtiment ouvert en 2004, salué pour ses qualités 
esthétiques et fonctionnelles, et qui leur a apporté la reconnaissance 
internationale. En 2006, ils achèvent le Glass Pavillon, une extension du musée d’art de Toledo, aux États-Unis, également salué par la critique. Leur agence, Sanaa, travaille actuellement à la rénovation de la Samaritaine à Paris. En 2010, Kazuyo Sejima a été désignée commissaire de la Biennale d’architecture de Venise. La même année, l’agence a reçu le prix Pritzker couronnant l’ensemble de son œuvre.

2012-12-04louvre-lens-ciel_0 dans POLITIQUE

  • Le bâtiment

Les architectes ont opté pour une structure basse avec cinq corps de bâtiments de verre et de métal. Le paysage du parc se reflète dans les façades en aluminium poli. D’une surface de 28 000 m², l’ensemble s’étend sur 
360 mètres de long de part et d’autre d’un foyer central aux murs de verre transparent. Les bâtiments situés à l’est du hall d’entrée – la grande galerie et le pavillon de verre – abritent principalement les collections du Louvre. À l’ouest du hall d’accueil, se trouvent la galerie d’exposition temporaire et la scène, un vaste auditorium de nouvelle génération dont la programmation sera en lien direct avec les expositions.

  • Le parc

Conçu par Catherine Mosbach, diplômée de l’École nationale supérieure du paysage de Versailles, le parc comprend onze entrées dirigeant les visiteurs vers le musée. Lieu de détente et de loisirs en accès libre, il devrait également accueillir des manifestations culturelles ou événementielles hors les murs. Sa réalisation a voulu mettre en valeur la mémoire et l’histoire minières du site en s’inspirant des empreintes laissées par l’exploitation charbonnière des lieux, appelés « le carreau de la mine du 9 ». Ainsi, les cheminements empruntent le tracé des anciens cavaliers, ces voies ferrées qui reliaient les fosses à la gare pour acheminer le charbon extrait. L’entrée historique du site et le puits de mine ont été préservés.

  • Les œuvres

Le parti pris d’un espace unique d’exposition permettra de faire voisiner des œuvres produites par des civilisations et des cultures différentes mais conçues à un même moment historique. Le public pourra, par exemple, apprécier, pour le Ve siècle avant J.-C., les chefs-d’œuvre de la Grèce classique côtoyant ceux de l’Empire perse ou 
encore ceux de l’Égypte pharaonique. En complément de cette approche chronologique, des parcours thématiques permettront de voir, à travers le temps, l’évolution de la représentation de certains grands thèmes tels que l’art du portrait, le paysage, la représentation du pouvoir, ou encore le fait religieux.

2012-12-04louvre-lens-statue_0

2012-12-04louvre-lens-statue-2

louvre_l_sanaa_12-12_2499_0

Dès l’ouverture publique, le 
12 décembre, les visiteurs pourront découvrir ou redécouvrir certains des plus grands chefs-d’œuvre du Louvre dont ceux déjà cités ci-contre d’Ingres et Delacroix. Mais aussi une Vierge à l’Enfant, de Botticelli, le Saint Sébastien du Pérugin, le Portrait de Baldassare Castiglione – l’auteur du célèbre Livre du courtisan, qui est en réalité un traité d’humanisme –, diplomate et ami de Raphaël, la Dalle funéraire d’André Blondel de Rocquencourt, de Jean Goujon, Ixion, roi des 
Lapithes, trompé par Junon qu’il voulait séduire, de Rubens, Paysage avec Orphée et Eurydice, de Poussin, Saint Matthieu et l’Ange, de Rembrandt, la Madeleine à la veilleuse, de La Tour, Paysage avec Pâris et Oenone, de Claude Lorrain, Mariana Waldstein, de Goya… Le parcours commence avec une figure féminine des Cyclades, entre 2 300 et 2 700 av. J.-C.

2012-12-04louvre-lens-reserve_0

Le musée, quelques renseignements pratiques

Horaires d’ouverture: tous les jours 
de 10 heures à 
18 heures (accueil des groupes dès 9 heures). Fermeture hebdomadaire 
le mardi et 
le 1er mai (Fête 
du travail). Nocturnes jusque 
22 heures le premier vendredi du mois, 
de septembre à juin.

Tarifs: Grande galerie et pavillon de verre, entrée gratuite 
jusqu’à fin 2013. Galerie D’exposition temporaire, Tarif plein : 9 euros. Tarif réduit : 8 euros 
(à partir de 10 billets pour les CE, 
les associations, 
les entreprises). L’entrée est gratuite, sur présentation d’un 
justificatif en cours  de validité, pour les moins 
de dix-huit ans, les 
groupes scolaires et  
leurs accompagnateurs (1 adulte pour 4 élèves au maximum), les bénéficiaires du RSA ou de  l’aide sociale, 
les demandeurs d’emploi, les adhérents (carte Louvre  Lens, carte Louvre Lens jeunes).

COMMENTAIRE

Veinards les gens du Nord d’avoir ce musée à portée d’eux !

Sans qu’il soit nécessaire de décentraliser le Louvre, un musée dans nôtre ville pourrait lui donner une autre envergure culturelle, et bien entendu, y retenir les éphémères touristes. Musée de quoi, musée pour qui ? Les idées ne manquent pas pour répondre à ce triple besoin : offrir un lieu de connaissance et de culture, améliorer l’attrait touristique, et offrir des emplois.

On me rétorquera que le tourisme culturel n’est pas l’activité la plus esentielle pour répondre au développement économique et social. Nul n’en doute mais lorsqu’il est bien conçu, il a l’avantage d’enrichir les esprits, et les corps ne s’en portent que mieux.

Je n’oppposerai pas les deux dimensions des offres culturelles, d’expressions régionales ou de portée universelle car le lien existe souvent entre les deux (un journaliste russe m’a dit un jour que Tartarin de Tarascon faisait l’objet d’une vénération dans une école de Sibérie où il s’était rendu) mais tout de même il est des domaines où l’art, l’histoire, la littérature et bien d’autres disciplines pourraient avantageusement compléter nos nombriliques et respectables manifestations folkloriques.

p1000629-300x225

Dans le Cloître des Cordeliers, une expo sur l'histoire de la caserne. Intéressante...

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ecosocialisme

Posté par jacques LAUPIES le 3 décembre 2012

http://www.dailymotion.com/video/xvjttl

j’ai trouvé particulièrement intéressante cette intervention de Jean Luc Mélenchon :

Sur la forme car  l’ex-candidat du Front de Gauche fait comme à l’habitude un exercice quasi parfait de pédagogie.

Sur le fond car il soulève de nombreuses questions sur le rapport du politique à l’écologie. Il établit cette convergence entre la nécessité de mettre en cause le capitalisme, sous sa forme actuelle et d’une manière générale, et la nécessité d’intégrer la question écologique dans la visée politique nouvelle de transformation.

Il évoque tout autant les méfaits de ceux qui véhiculent l’idéologie dominante et s’y soumettent que les bienfaits du projet que nous avons et notre responsabilité dans la manière dont nous voulons le mettre en oeuvre.

Un document à entendre et sur lequel nous vous inviterons à débattre. En n’omettant pas que cette question du développement écologique est une préoccupation de communistes qui sera débattue dans la préparation de leur congrès.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Bernard Thibault : « Je ne crois pas que Florange soit sauvé » (vidéo)

Posté par jacques LAUPIES le 3 décembre 2012

Bernard Thibault :

 Mots clés : arcelormittal,           cgt,           syndicats,           bernard thibault,           florange,           lakshmi mittal,      

 Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault estime, comme les syndicats locaux, que Florange n’est pas sauvée. Il a également dénoncé ce lundi matin sur France Info « un renoncement condamnable de la part du gouvernement » dans le dossier du site ArcelorMittal.

Suite à l’accord entre le gouvernement et le groupe sidérurgiste, annoncé vendredi, le site de Florange n’est pas sauvé, estime Bernard Thibault. Il se joint à la déception des syndicats locaux, pour qualifier cet accord de renoncement condamnable de la part du gouvernement. La CFDT ayant même parlé de trahison.

« Dans les jours précédents » l’annonce de l’accord, « tous les élus syndicaux, tous les élus locaux, un grand nombre de responsables politiques de tous bords ont dit : -dans cette situation il ne serait pas aberrant d’innover-, aussi au regard de l’attitude de M. Mittal sur la scène internationale », a-t-il estimé, en demandant une participation financière directe de l’Etat. Il a rappelé à ce propos que c’est un rapport commandé par le gouvernement lui-même, et remis en juillet,  qui préconisait une participation directe de l’Etat dans les activités de Florange.
Bernard Thibault a rappelé qu’après un plan quasi-identique, « en Belgique, les salariés de Liège font le constat qu’après les mêmes promesses de Mittal que celles qui ont été faites au gouvernement français, aujourd’hui les activités sont rompues, on est sur la gestion sociale des licenciements ».

En outre, a-t-il poursuivi, l’accord « pose d’énormes problèmes ». « On ne maintiendra pas des hauts fourneaux en sommeil pendant des années. La décision de ne pas redémarrer l’activité sur la filière chaude laisse entendre qu’on la condamne tout simplement« . « Techniquement, on ne peut pas laisser ce type d’installation au repos très longtemps, ou alors cela coûte énormément cher pour ne rien produire », a observé Bernard Thibault. Et c’est d’autant plus improbable vus les problèmes de trésorerie de Mittal.

COMMENTAIRE

Jacques Laupies

Il  y a quatre jours j’évoquais, avant que les médias ne s’emparent du sujet, qu’il ne restait plus à Montebourg que de démissionner devant la catastrophique décision du Président  et du Premier Ministre de laisser Mittal en position de porter de nouveaux coups aux travailleurs. D’abord il faut rappeler que toute une équipe de Ministres et de commentateurs, notamment de droite, se réjouissent sur les antennes de cette honteuse décision.

Et chacun d’en expliquer les raisons avec application et esprit moutonnier.

Quant à Montebourg, s’il reste dans ce gouvernement, on ne saura jamais si cela consiste à cautionner une difficile et factice opposition de gauche au sein du PS pour préserver ce dernier d’un discrédit grandissant de ce côté là, ou pour y mener une action positive (vouée à l’échec comme cela vient d’être démontré)

Je ne suis ni économiste, même pas un politique très informé et averti mais, comme beaucoup de militants communistes de ma génération, je sais ce que veut dire nationalisation pour les travailleurs.

Protection sociale et emploi protégés et développement dans l’intérêt des usagers. Si les nationalisations ont pu être critiquées dans leur gestion, non dégagée des critères prévalant dans la forme libérale, elles répondent sur le fond à l’intérêt général et par leur démocratisation elles peuvent trouver une efficacité bien supérieure à celle du secteur privé.

Que ce soit dans l’économie sociale qui couvre notamment le secteur de la protection sociale (les mutuelles) de la production (les coopératives) des assurances et des banques (avec la forme mutuelle) ou dans les entreprise nationales à majorité et contrôle d’état, la question du fonctionnement démocratique est toujours posée. Mais il n’empêche que l’absence de profits distribués aux actionnaires donne à ces secteurs une efficacité économique, autant qu’une « force morale » dont elles peuvent se prévaloir.

Bien sûr la pression et la tentation des pratiques libérales y est parfois présente. Par exemple il est aberrant de voir des cadres du secteur bancaire mutualisé (banques de dépôts), quand ce n’est pas dans le secteur de l’assurance maladie, être formés et tentés (et pour beaucoup convaincus) par l’utilisation des réserves à des fins de rentabilité financière. Bien que limitées par les textes ces pratiques devraient, sous quelque forme que ce soit, être rigoureusement interdites.

De même le recours aux banques privées à des taux prohibitifs pour assurer leur développement devrait être impossible. Un secteur bancaire public devant avoir vocation pour cela !

La France est un pays qui dispose de nombreux atouts pour une économie mixte à condition que les secteurs vitaux de l’industrie et de la finance soient contrôlés par l’état. C’est en cela que nous ne devons pas nous engager dans un libéralisme dominant au niveau de l’europe. Et pourquoi pas donner un exemple…

La bataille ne fait que commencer, et celà à tous les niveaux de nos institutions, du local à l’international.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Le refus de nationaliser laisse Florange et les salariés dans les griffes de Mittal

Posté par jacques LAUPIES le 1 décembre 2012

LU SUR LE SITE DU PCF

 On connait dorénavant le scénario de Jean Marc Ayrault. Il annonce un accord avec Mittal pour éviter un plan social et la poursuite de l’activité à Florange. Le scénario du premier ministre a déçu les 650 salariés car il peut tourner vite en mauvais film, ces prochains mois. Comment faire confiance à l’investisseur Mittal et à ses engagements, d’autant que les hauts fourneaux restent fermés et ne redémarrerons pas à court terme ? Comment croire à des investissements de Mittal de 180 millions d’euros en 5 ans bien insuffisants quand le PDG indien ferme depuis des années tous ces sites en Europe ?

Le gouvernement s’est refusé à nationaliser un secteur industriel stratégique. La solution annoncée n’est pas à la hauteur, au vu de l’enjeu industriel. La seule garantie qu’aurait dû prendre le premier ministre aurait été de prendre la main avec une majorité de blocage au sein du conseil d’administration sur la base d’investissements publics, garantissant l’avenir de Florange

COMMENTAIRE

Je viens de prendre connaissance de cette déclaration publiée sur le site du PCF.

Heureux de constater qu’elle va dans le sens de ce qui me parait nécessaire : la nationalisation de la sidérurgie dans sa globalité.

Nos industries sont en péril et les laisser entre les mains des financiers, à fortiori quand ils sont de l’étranger, présente de gros risques pour la France et donc l’Europe et les populations qui y vivent. Point n’est besoin de donner des exemples car des industries de  l’électronique jusqu’au textile en passant par la sidérurgie on voit ce que cela donne.

Que l’on aille vers des économies mixtes (capitaux privés plus capitaux publics en s’assurant des minorités de blocage dans un sens ou l’autre) est une solution que l’on peut envisager en fonction des problèmes de financement et des possibilités de l’état, peut se comprendre mais laisser dominer les banques, les groupes industriels et donc les marchés financiers sur notre économie comme sur celle de l’Europe est selon moi plus qu’une faute c’est une une trahison à l’égard des peuples.

Croire en des formules de compromis sur la seule promesse des hommes du capital, comme c’est hélas le cas de nombreux socialistes et du Président relève de l’irresponsabilité.

Il n’est plus un domaine, économique et social, ou le refus de prendre en compte les avertissements des communistes et du Front de Gauche, conduit la gauche dans le mur.

Pour tout homme soucieux de protéger l’intérêt général devrait figurer dans leur profession de foi :

- En économie : socialiser les grandes entreprises de production, de distribution et la gestion des richesses produites.

- Dans le domaine social : hierarchiser décemment salaires et revenus ramenée progressivement de 1 à 10, sécurité sociale généralisée pour tous : pour la santé, le parcours professionnel, l’éducation et la formation.

- Dans le domaine institutionnel  : démocratisation généralisée dans l’économie, le social, la politique par l’élection des représentants des travailleurs et des usagers dans les circuits économiques et les institutions sociales, et plus généralement des citoyens dans la vie politique sous une forme proportionnelle.

A gauche nombreux sont ceux qui se prévalent de  ces critères. Dire qu’à droite il n’y a pas  cette prise de conscience serait injuste. S’il y a « malentendu » entre les deux cela relève bien sur les origines et des intérêts de classe mais ce ne peut-être que pour cette raison fondamentale car tous les élus et militants de droite ne sont pas des affreux exploiteurs, ni même des petits bourgeois repliés sur leur nombril.

Toutes les femmes et hommes de gauche n’en sont pas pour autant des altruistes épris d’ouverture. Interviennent aussi pour les uns et les autres les éducations reçues, les influences culturelles et  souvent religieuses, les comportements psychologiques dépendant pour une bonne part des parcours individuels, des frustrations sociales, affectives et probablement sexuelles qui ont certainement à voir avec tout cela.

On évoque peu tous ces éléments de nos vies mais ce sont des armes dont se servent les manipulateurs qui sont à l’origine de l’exploitation des différences, des conflits, des rejets, tout autant que du saccage  des solidarités, des sentiments d’amitié ou de l’amour portés par les humains envers leurs semblables plus forts qu’on ne le croit.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

De quoi vomir…

Posté par jacques LAUPIES le 1 décembre 2012

Ce vendredi a été marqué par deux évènement qui  ont retenu l’attention des médias.

La première concerne la suite de l’affaire DSK qui défraye la chronique. Il aurait négocié une transaction avec sa présumée victime dans l’affaire du Novotel de New York qui le conduirait à la dédommager à hauteur de 6 millions de Francs.

N’étant pas particulièrement informé et compétent pour juger de la véracité des faits reprochés à Strauss Kahn je n’en retiendrai que l’aspect judiciaire, sans bien entendu prendre parti comme le font la plupart des bavards qu’ils soient attablés au café du commerce,  ou dans quelque  autre lieu de  plus en plus rares pu l’on peut commenter l’actualité (au travail pendant la pause café, lors d’un casse-croute de chantier ou  dans quelque fête d’anniversaire en famille, etc.) Ces bavards n’étant que les perroquets des habitués de plateaux de télévision pour la plupart.

Parlons en de la justice, en l’occurrence de la justice américaine : capable de mettre des innocents dans le couloir de la mort, très souvent dans des affaires viol, et de laisser les parties, d’une affaire où le doute règne, arroser à coup de millions de dollars une personne dont aucun jugement n’a établi qu’elle fut victime. Ce que confirmerait le fait de l’indemniser

De quoi vomir… dans POLITIQUE 2012-11-30dsk

Parallèlement dans certains états on expose à la vindicte populaire des auteurs de petits délits pour les punir par humiliation, histoire de les conduire à des remords.

Mais c’est en Amérique et Dominique Strauss Kahn est un citoyens français  qui semble-t-il aurait les moyens de payer.  

Selon que…Vous connaissez la suite. Pour ce qui me concerne je n’en ai jamais douté ! Et pour cause…

Beurk ! L’accabler lui, est bien une utile diversion. Cela  vaut mieux que d’accabler un système et une société qui aux quatre coins du monde tue avec le maintien ou l’installation de la pauvreté. « Ennemis » et « amis » de l’intéressé se retrouvent ainsi dans le même camp. Au nom de la morale…Et des petits (ou gros) intérêts personnels ! Et puis si l’exemple n’est pas donné en haut comment couper les têtes en « bas » ?

Bien qu’en bas les viols sont monnaie courante, fruits de la misère et des obscurantismes entretenus. Sade qui était plutôt ambigüe sur la question avait cependant le mérite de dénoncer les vrais coupables dans les sphères de la haute société, violeurs souvent et profiteurs toujours !

Le deuxième évènement : Arcelor Mittal. Je ne ferai pas de commentaires ou si, peut-être un seul qui se mue en proposition : puisque Arcelor Mittal, et nos dirigeants socialistes en  semblent convaincus, menace de mettre en cause la sidérurgie française si on le chatouille trop sur la Lorraine, nationalisons tout.

Quant à Montebourg, s’il est sincère (cqfd), il lui reste toujours la possibilité d’adhérer au Front de Gauche. On peut comprendre qu’il n’ait pas eu envie de faire de déclaration à la sortie de la rencontre avec Mittal à  l’Elysée.

La production d’acier c’est l’affaire des sidérurgistes de l’ouvrier à l’ingénieur pas des exploiteurs planétaires.

Cette proposition n’est ni démagogique, ni irréaliste. Elle demande du courage, beaucoup de courage, et de regarder vers l’avenir.

Avant qu’il ne soit trop tard…

La présentation des faits dans l’Huma

 

ayrault3011 dans POLITIQUE

Florange : les annonces de Jean-Marc Ayrault

Mots clés : pcf,           pierre laurent,           arcelormittal,           sidérurgie,           cgt,           cfdt,           arnaud montebourg,           gouvernement,           florange,           gandrange,           lakshmi mittal,           mittal,

 

Pas de nationalisation, pas de plan social, 180 millions d’euros d’investissement… Les principaux points de la déclaration du Premier ministre Jean-Marc  Ayrault vendredi soir concernant l’accord obtenu avec ArcelorMittal sur  l’avenir du site sidérurgique de Florange.

 

  • PLAN SOCIAL ET INVESTISSEMENT

« Il n’y aura pas de plan social à Florange. Le  groupe Mittal s’est engagé à investir au moins 180 millions dans les  cinq prochaines années à Florange. Ainsi les activités du site, liées à  la filière froide (transformation et finition de l’acier, ndlr), et  notamment l’emballage, seront pérennisées et renforcées par un programme  d’investissement industriel. Cela permettra de sécuriser les salariés  qui travaillent dans ces activités ».

 

  • LA PRESENCE DU GROUPE EN FRANCE

« ArcelorMittal a réaffirmé son ancrage industriel  sur notre territoire, notamment à travers ses sites de Dunkerque et Fos  dans leur configuration actuelle. La consolidation de l’activité sur le  site à Florange ne se fera pas au détriment d’autres activités  similaires en France »

 

  • LES HAUTS-FOURNEAUX ET ULCOS

« La faible activité actuelle en Europe ne permet  pas d’envisager un redémarrage des hauts fourneaux à court terme. Mais  le gouvernement a obtenu l’engagement du groupe de les maintenir dans un  état qui permette, le moment venu, la réalisation d’un projet  industriel d’avenir. C’est le projet Ulcos (projet de captage et de  stockage de CO2, ndlr) »

« L’Etat a déjà réservé 150 millions d’euros au sein  du programme d’investissements d’avenir. Il est prêt à augmenter sa  participation pour accompagner activement ce projet. ArcelorMittal a  accepté de poursuivre les études engagées en ce sens. »

 

  • LES ENGAGEMENTS DU GROUPE

« Ces engagements d’ArcelorMittal sont  inconditionnels. Le gouvernement veillera à ce qu’ils soient respectés  scrupuleusement. Il utilisera tous les moyens nécessaires en cas de  non-respect »

 

  • LA NATIONALISATION

« Le gouvernement n’a pas retenu l’hypothèse d’une  nationalisation transitoire, qui a pu être évoquée ces derniers jours.  Il a écarté cette solution au vu des engagements qu’il a obtenus  d’ArcelorMittal.

La nationalisation, c’est-à-dire l’expropriation  par +nécessité publique+, peut certes être nécessaire dans des  circonstances historiques particulières ou pour sauvegarder des intérêts  supérieurs de la Nation.

Mais elle n’est pas efficace face à un problème de débouchés pour une entreprise ou face à un problème de compétitivité. »

 

  • LOI SUR LES OPA HOSTILES

« Le ministre de l’économie et des finances, Pierre  Moscovici, me fera des propositions pour renforcer la législation qui  protège nos entreprises des OPA hostiles ».

Publié dans POLITIQUE | 2 Commentaires »

1...34567
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...