• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

Claude Bartolone met la pression sur les communistes

Posté par jacques LAUPIES le 2 juillet 2012

Mots clés : pcf,           front de gauche,           assemblée nationale,           jean-luc mélenchon,           claude bartolone,           andré chassaigne,           gauche démocrate et républicaine,           groupe parlementaire,

 

 

Le nouveau président de l’Assemblée nationale a jugé « toujours grave » que le groupe Gauche démocrate et républicaine s’abstienne lors du vote de confiance au gouvernement de mardi.

« Il faut discuter », a dit sur RTL l’élu de Seine-Saint-Denis, « c’est toujours grave » s’ils ne votaient pas, « car quand un pays est dans la situation qui est celle de la France actuellement, plus nous serons rassemblés et mieux ce serait ».

Claude Bartolone a cependant relevé qu’il y avait « énormément de différences » pendant la campagne présidentielle entre les discours de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche dont le PCF est partie prenante et celui de François Hollande. « Il faut essayer de donner ce sens à la fois économique, social et environnemental pour que l’ensemble des composantes de la majorité puissent s’y retrouver », a-t-il recommandé.

C’est bien mal partie à l’Assemblée. Claude Bartolone omet d’expliquer que le groupe composé des élus Front de gauche et ultramarins s’est vu refuser une présidence et  une vice-présidence de commissions, à la hauteur des quatre millions d’électeurs du Front de gauche soit représentés au Palais-Bourbon. Mais face au refus des socialistes, André Chassaigne a indiqué que le groupe GDR qu’il préside ne voterait pas la confiance au gouvernement.

COMMENTAIRE

Jacques Laupies

Des sacrifices, oui ! Des compromis oui ! Mais pas pour laisser des millions de jeunes sans avenir et sans travail et des vieux comdamnés à moins bien se soigner et à vivre dans la difficulté et des millions de salariés dans l’incertitude du lendemain quand, dans notre société règne l’égoïsme de quelques uns qui engendre l’égoïsme de  beaucoup trop encore.

Des sacrifices, oui ! Des compromis oui ? Mais pas pour voir s’installer la plaie d’un individualisme stupide, dans une société sous le poids d’une pensée unique, élément de formatage qui fait perdre à l’éducation et à la culture tout leur sens.

Est-ce cela que nous préparent ceux qu’une fiction diffusée sur Arte ce dimanche soir  représentait confrontés aux contradictions du pouvoir et aux difficultés pour l’exercer, pliant déjà sous la pression financière nationale et internationale que subissait l’avènement du Mitterrandisme ?

Je ne suis pas si sûr qu’ils fussent autant « sympathiques » et « idéalistes » que le montre ce film.

Le sujet en tous cas était traité de telle sorte que l’on se rendait compte que le pouvoir après lequel tous courraient, de droite ou de gauche, n’était qu’un leurre.

De compromis en compromis ces élites ont conduit le peuple a qui l’on a demandé des sacrifices de supporter une souffrance plus grande et le mérite de celui qui a fait ce film est de le montrer. Le drame est qu’ils réapparaissent 30 ans après et qu’ils recommencent, avec un troupeau bien rodé…

Alors oui préférons carrément au compromis la révolution. Elle demandera sans doute des sacrifices dans nos habitudes de vie, mais elle sera, comme toute révolution, salvatrice à condition que le peuple en soit le maitre une bonne fois pour toutes.

A l’heure ou l’on célèbre Rousseau (si peu d’ailleurs) il est grand temps de rappeler que le peuple est souverain…Mieux vaut user son temps à cela que continuer à becqueter les miettes du festin.

Organisons-nous et n’attendons pas que la révolte nous déborde !

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...