• Admin.du Site

  • Archives

Les cheminots en appellent à la reconquête du fret (paru dans l’HUMANITE)

Posté par jacques LAUPIES le 4 avril 2012

 

 Ce mercredi, 10 000 agents sont attendus à midi près de la gare de Lyon, à Paris, à l’appel de la fédération CGT des cheminots. Un meeting national pour défendre le service public SNCF, en particulier pour le transport des marchandises.

Si on parlait enfin politique des transports en ce printemps électoral et tandis que les alertes à la pollution se multiplient ? La CGT cheminots répond oui, en organisant un meeting national ce mercredi 4 avril, place Henri-Frenay, près de la gare de Lyon, à Paris. Quelque 10 000 cheminots, actifs et retraités, sont attendus pour appeler au développement du service public SNCF et en particulier dans le domaine du transport des marchandises.

Entre 2000 et 2011, on est passé de 55 milliards de tonnes de marchandises transportées au kilomètre par la SNCF à seulement 20 milliards. Économie d’énergies fossiles, lutte contre le rejet de produits polluants dans l’atmosphère : en 2007, le grenelle de l’environnement fixait un objectif de 25 % pour le rail à l’horizon 2022. En réalité, la part du ferroviaire dans le transport de marchandises, qui était de 30 % en 1984, et encore de 16,6 % en 2000, est tombée à 8,3 % en 2010. « En trois ans, ce sont plus de 2,5 millions de camions en plus sur les routes », affirme la CGT. En France, 84,6 % des marchandises circulent aujourd’hui par la route, y compris via la filiale routière de la SNCF !

En ayant officiellement abandonné en 2010 l’activité de « wagon isolé », jugée non compétitive par rapport à la route, qui permettait aux PMI-PME de choisir le train, y compris pour de faibles volumes, la SNCF porte sa part de responsabilité.

19 % du marché français détenus par les privés

Les syndicats cheminots s’étaient alors insurgés, mais aussi des élus locaux, des populations et une partie du patronat. Ainsi, dès 2009, l’Union des industries chimiques (UIC) était montée au créneau. Misant « avant tout sur le rail pour des raisons évidentes de sécurité », le secteur de la chimie mettait 20 % de sa production sur les rails, dont 80 % de matières dangereuses. « Certains sites étant soumis à une réglementation imposant le transport de leurs produits par rail », arguait notamment l’UIC, qui appelait à une politique d’« accompagnement par les pouvoirs publics », évoquant des enjeux environnementaux, sociétaux et de développement économique régional.L’ouverture à la concurrence du privé, en 2006, devait « faire augmenter la part modale du transport de marchandises par le rail ». Les opérateurs privés comme Euro Cargo Rail, Europorte France ou Colas détiennent, aujourd’hui, environ 19 % du marché français. Ils ont certes tiré sur les prix, en abaissant notamment salaires et conditions de travail et de sécurité sur les rails, mais les « clients » ne se précipitent pas. À l’occasion de la Semaine internationale du transport et de la logistique (SITL), Anne-Laure Noat, du cabinet Eurogroup Consulting, expliquait que si les entreprises dédaignent le rail, c’est d’abord parce que le réseau n’est pas développé là où il devrait l’être, mais aussi parce qu’« il règne une certaine confusion due à l’ouverture du marché à la concurrence. (…) Les acteurs se sont multipliés et les chargeurs se demandent qui est leur interlocuteur. (…) ».

Si la politique libérale portée par Nicolas Sarkozy a encouragé le retour du fret sur la route, à gauche aussi ça déraille. « Dans les régions, le PS et les Verts disent qu’ils sont hostiles à la libéralisation, mais au Parlement européen, ils votent pour les directives ou, au mieux, s’abstiennent », dénonçait un porte-parole de la CGT cheminots, dans le dernier numéro de l’Humanité Dimanche, tout en remarquant que « seul le Front de gauche est cohérent ». Concernant le fret, le message de Jean-Luc Mélenchon est effectivement on ne peut plus clair : « Il faut faire remonter les camions sur les rails ! »

Laurence Mauriaucourt

COMMENTAIRE

Jacques Laupies

Cheminot en retraite, Délégué du Personnel pendant de nombreuses années, je me souviens des avertissements que la CGT prononçait sur les dangers que représentait l’éclatement de la SNCF en divers secteurs, d’une pârt pour l’avenir de l’entreprise, d’autre part pour le statut du personnel et sans doute d’une manière générale pour l’avenir des transports dans le pays et des riques qu’encourrait l’environnement par le transfert inconsidéré vers le transport routier.

Côté transport de voyageurs nous luttions contre les fermetures de lignes ou la réduction des dessertes. Depuis l’intervention des régions a souvent permis de limiter ces atteintes au service public mais il existe bien des améliorations à réaliser pour corriger les insuffisances. Il serait temps d’entreprendre des travaux de grande envergure pour que le réseau ferré permette des échanges rapides entre métropoles régionales dans des conditions telles que le recours à la voiture individuelle, facteur lui aussi de pollution et d’insécurité, diminue.

Ne faudrait-il pas pour cela réduire les tarifs du train, voire dans certaines relations aller vers la gratuité. Le transport des personnes, comme la consommation de l’eau et de l’énergie, constituent des besoins qui comme la sécurité sociale, la distribution de soins n’ont, pour l’intérêt général, pas à etre marchandisés. Ce qui est source d’injustice sociale et disons-le, pour les plus démunis, insupportable. 

Cela n’est pas de l’utopie, certaines collectivités locales donnent l’exemple de la possibilité d’accès au transport par tous.

Cette démarche a à voir avec quelque chose qui s’appelle le communisme. Certains dirons, le socialisme vrai. En attendant on pourrait dire la république sociale…C’est ce que nous indique Mélenchon qui a le mérite de mettre son talent au service d’une meilleure lecture de la révolution française et des luttes sociales qui ont suivi…

Il est grand temps que la jeunesse banisse le concept économique libéral basé  sur la recherche des profits du particulier pour en venir à la notion d’intérêt général.

Qu’elle réagisse contre tous ces économistes qui viennent à longueur de télé nous  rabattre les oreilles avec la soi-disant efficacité d’une liberté d’entreprendre  qui n’est autre, au dela des tpme ou des pme, qu’une liberté d’exploiter à grande échelle.

Et qu’elle se méfie aussi des dénigrements permanents de la SNCF dans lequel se complaisent les médias, dénigrements qui n’ont d’autre but que de lui assigner la rage comme on le fait au chien que l’on veut abattre.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Patrick Besson (article paru dans le point)

Posté par jacques LAUPIES le 2 avril 2012

Je suis allé à Lille écouter Jean-Luc Mélenchon. Il n’est pas de mes idées. Mais que sont nos idées ? Un peu de bruit entre les repas.

De Boulogne-sur-Mer, où j’étais venu pour nager, mêler mon corps à l’éternité des vagues, j’ai pris un car. Un car de militants.

Certains m’ont reconnu. L’un d’eux s’est approché de moi. C’était un ouvrier. J’ai regardé ses mains. Les mains des ouvriers sont belles. Soudain, j’ai eu honte des miennes. Elles sont blanches comme des mains de femme. Les intellectuels sont des femmes. J’ai souri pour m’excuser d’être une femme.

- T’es gonflé, toi, dis donc ! a dit l’ouvrier.

J’ai répliqué, heureux de ce tutoiement :

- Si tu veux, je descends.

- Bah, non, pourquoi ? Y’a qu’les cons qui changent jamais d’avis, pas vrai ?

J’ai aimé ce langage dru de l’homme du travail et du terroir. Pour la première fois, depuis ma rupture avec Dora, je me suis senti chez moi. Penser à lui rendre les clés de l’appartement de la rue de Passy. À Lille, il y avait eu une journée de grand soleil. Le peuple s’est agglutiné autour de l’estrade. Il y avait des chants internationalistes où, bizarrement, j’entendais battre le coeur de la France. Ma France. Muet depuis trop longtemps.

Je suis resté avec l’ouvrier. Peut-être était-ce, depuis les tranchées, mon premier camarade. Il dit qu’il avait trouvé un de mes livres dans la bibliothèque du comité d’entreprise. Il l’avait lu. Ça lui avait plu.

- Une histoire de cheval. Tu vois ce que c’est ?

J’ai dit que oui, sans commentaire superflu.

Une clameur s’est élevée : c’était lui. Lui, Mélenchon. Mon ennemi. Allait-il, ce soir, devenir mon ami ? Parler enfin de ce qu’il faut faire pour enrayer la décadence de la France, sauver la France.

Il s’est approché du micro. Son regard. Il y avait une flamme. C’était bon signe. Je crois au feu. Celui des armes, mais aussi celui de la pensée.

Il a parlé droit. Il a parlé fort. Il a parlé vrai.

Je l’ai écouté. Nous l’avons écouté. Quand Mélenchon s’exprime, il ne s’adresse pas à une personne, il s’adresse à une foule.

La vérité est dans la foule.

La puissance est dans la foule.

L’homme seul est une valise vide.

Enfin, j’ai cessé d’être moi. J’attendais ce moment depuis la fin de la guerre : me perdre dans l’autre, dans les autres. Je participais à un fleuve. J’étais pris dans un mouvement vrai. J’avais trouvé mon chef et son armée. Le combat coulait de nouveau dans mes veines bleues. Pourquoi le sang est-il rouge et les veines bleues ?

Mélenchon, je te suis, car je suis toi.

Les riches, les profiteurs, les fraudeuses, les démissionnaires : en finir avec eux.

Par la loi et, si ça ne suffit pas, par la violence.

Je me suis tourné, à la fin du meeting, vers l’ouvrier, et je lui ai dit, en le regardant dans les yeux, ses yeux clairs d’homme franc, d’homme de France :

- J’ai compris.

- Qu’est-ce que t’as compris, mon copain ?

J’ai souri, lui aussi. J’ai su qu’un jour je nagerais avec lui dans l’eau d’une piscine française. Les gens autour de nous affluaient, comme s’ils voulaient célébrer notre union nouvelle. Celle de l’homme de la plume et de l’homme de l’outil.

La plume est un outil, aussi.

 

Click here to find out more!

COMMENTAIRE

 Jacques Laupies

 

Patrick Besson est un écrivain que j’aime bien ! Je l’ai peu lu. Juste cette histoire de deux amis « Julius et Isaac ». C’est le titre du roman. J’ai bien aimé ! Je n’ai pas aimé la manière dont il s’en était pris à des dirigeants communistes. Mais après tout c’était sa liberté comme était celle du rédacteur de l’humanité qui lui avait vertement répondu. Excessif cet échange voulait cependant dire quelque chose.

Je disais à un ami ce matin que, convaincu de la manipulation à laquelle peuvent préter les sondages, il est des signes tout de même significatifs sur le terrain. Je crois effectivement comme je l’ai déja rapporté ici que les rencontres au porte à porte, dans la rue en distribuant des tracts, en manifestant, témoignent bien de la progression de Jean Luc Mélenchon.

A la Bastille il y avait le peuple des ouvriers et salariés modestes en général mais aussi probablement des manifestants issus de couches sociales diverses parmi lesquels les intellectuels.

Dans les rue de Tarascon je rencontré beaucoup de français d’origine immigrée qui, pour le première fois, viennent me dire leur sympathie pour le Front de Gauche. Les plus pauvres et ils ne sont pas que parmi les travailleurs venus d’ailleurs, se sentent concernés. par la démarche du Front de Gauche et les propositions que défend son candidat.

Reste les plus coriaces, ceux qui croient au discours de Marine Le Pen, parfois retraités oublieux du passé et souvent collés à leur télé sans trop d’esprit critique, des petits commerçants  désespérés par leurs difficultés, des familles de condition sociale aisée traditionnellement influencées par une droite nostalgique qui n’hésite pas à cultiver encore xenophobie et même racisme, quelques rares déçus de la gauche qui n’en saisissent pas encore l’évolution.

Je ne parlerai pas des électeurs de cette droite traditionnelle, empêtrée dans sa gestion selon la pensée unique souhaitée par le grand capital : elle s’interroge sur le récession économique dans laquelle a sombré la France. Incapable de mesurer qu’il ne s’agit au fond que d’un probleme de meilleure réparttion des richesses dans un pays riche. Mais qu’il faut aussi essayer de convaincre. D’autant qu’elle a de fidèles relais locaux qui pratiquent le clientélisme.

Nul doute que Mélenchon et, il faut bien le dire tout de même la mobilisation militante, avec les effets interactifs de l’un sur l’autre, sont en train de changer la donne. Il y a pour ceux qui depuis des décades intoxiquent avec leur arsenal de politiciens opportunistes, de médias sous tutelle, une inquiétude d’autant plus forte qu’ils constatent que leur déploiement d’énergie communicative est battu en brêche.

Alors enfonçons le clou. Misons sur l’intelligence. Y a que les cons qui changent pas d’avis, comme dit cet ouvrier à Patrick Besson, dans le bus de manifestants.

A propos de bus venez vous faire inscrire. Ma permanence est aussi faite pour ça !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Dessin

Posté par jacques LAUPIES le 1 avril 2012

<iframe frameborder= »0″ width= »480″ height= »270″ src= »http://www.dailymotion.com/embed/video/xpscqk »></iframe><br /><a href= »http://www.dailymotion.com/video/xpscqk_ep-7-le-mecanisme-infernal-europeen-en-2012-on-va-leur-faire-un-dessin_news » target= »_blank »>Ep. 7 – Le m&eacute;canisme infernal europ&eacute;en (&quot;En…</a> <i>par <a href= »http://www.dailymotion.com/CN-PCF » target= »_blank »>CN-PCF</a></i>

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Melenchon progresse encore dans les sondages

Posté par jacques LAUPIES le 1 avril 2012

LA CANDIDATURE MELENCHON A LA PRESIDENTIELLE PROGRESSE

L’HEBDOMADAIRE « LE POINT »  DE CE JOUR,  1ER AVRIL,  LA PLACE EN 3EME POSITION AVEC  15 % D’INTENTIONS DE VOTE. TOUTEFOIS CHACUN SAIT QUE LES SONDAGES NE SONT QU’UNE INDICATION A UN MOMENT DONNE.  

 IL FAUT ACCENTUER  ENCORE LE POIDS DU FRONT DE GAUCHE QUI EST LE SEUL A AVANCER UNE GRANDE POLITIQUE SOCIALE ET DIT CLAIREMENT COMMENT IL S’EN DONNERA LES MOYENS.

IL FAUT POURSUIVRE ET DENONCER LA DEMAGOGIE DU FN (LAQUELLE D’AILLEURS EN Y REGARDANT DE PRES EST INCOHERENTE ET CONDUIRAIT AUTANT A LA CATASTROPHE ECONOMIQUE QUE SOCIALE  DANS LE PAYS ET A UN DESASTRE DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES ET SERVIRAIT LA BOURGEOISIE DE LA FINANCE, DE LA GRANDE INSUSTRIE ET DE LA GRANDE DISTRIBUTION.

IL FAUT CLAIREMENT RAPPELER L’INSUFFISANCE DU PROGRAMME DU PS QUI S’OBSTINE A NE PAS VOULOIR NEGOCIER AVEC LE FRONT DE GAUCHE SI, CE QUI N’EST PAS ACQUIS POUR LUI,  HOLLANDE EST EN TETE DE LA GAUCHE.

MAIS,  SI TEL EST LE CAS, LES CONDITIONS D’UNE VICTOIRE A GAUCHE REPOSENT SUR L’ASSURANCE D’UNE REEVALUATION CONSEQUENTE DU SMIC, SUR LE RETOUR DE LA RETRAITE A 60 ANS, SUR LE MAINTIEN DES 35 H, SUR LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS, SUR LE DEVELOPPEMENT DE L’EMPLOI .

ET,  BIEN ENTENDU SONT NECESSAIRES, UNE NOUVELLE FISCALITE PERMETTANT DE PRENDRE L’ARGENT OU IL EST, UNE RENEGOCIATION  DE TRAITES EUROPEENS LIBERANT L’EUROPE DE LA PRESSION DU LIBERALISME MONDIAL.

POUR CHACUN DE VOUS QUI  A FAIT LE CHOIX DU VOTE MELENCHON,  IL EST POSSIBLE DE CONTRIBUER A L’AMELIORATION DE SON SCORE AUX PRESIDENTIELLES, ET ENSUITE AUX LEGISLATIVES, EN CONVAINCANT VOS FAMILLES, VOS AMIS, DE L’UTILITE DE CE VOTE ;

NOUS VOUS SUGGERONS D’ORES ET DEJA DE VOUS  INSCRIRE POUR LE MEETING DE MARSEILLE LE 14 AVRIL. DEPART DEVANT LA GARE DE TARASCON A 12 H 30 OU UN AUTOCAR EST MIS A VOTRE DISPOSITION GRATUITEMENT.

INSCRIPTIONS TOUS LES JOURS DE 15 H 00 A 19 H 00 : 35 RUE MONGE A TARASCON.

POUR LES INTERNAUTES SUIVEZ NOS INFORMATIONS  SUR NOTRE BLOG :

http://atoucoeur.unblog.fr

RESEAU LOCAL DE SOUTIEN A J.L. MELENCHON ET AU FRONT DE GAUCHE

http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/sondages/melenchon-troisieme-homme-de-la-presidentielle-01-04-2012-1447206_537.php

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

SENEGAL : LE PCF SE REJOUIT D’UNE GRANDE VICTOIRE

Posté par jacques LAUPIES le 1 avril 2012

 

Le Parti communiste français se réjouit de la victoire, au Sénégal, de la coalition Benno autour du Mouvement du 23 juin, et de son candidat Macky Sall, soutenu par l’ensemble des forces politiques et sociales de cette coalition, opposées à un 3ème mandat -contraire à la Constitution- d’Abdoulaye Wade. C’est un mouvement populaire très large qui a permis cette victoire écrasante. Un mouvement porté par l’espoir de changements politiques réels et l’urgence de vraies réponses à d’immenses attentes sociales et démocratiques : pauvreté massive, chômage des jeunes, corruption, atteintes aux règles démocratiques… Il est salutaire, après des semaines de campagne électorale dans la tension et la violence, que ce scrutin ait pu se tenir dans la transparence et dans l’apaisement et dans une mobilisation citoyenne qui pèsera sur l’avenir et dont tout le monde devra tenir compte. Le Parti communiste français adresse ses félicitations au nouveau Président de la République du Sénégal et ses chaleureuses félicitations à l’ensemble des forces qui ont permis ce rassemblement et ce succès de grande ampleur et de forte signification politique.

COMMENTAIRE

J’avoue très honnêtement ne pas avoir suivi avec attention cette élection. Donc je ne peux en dire grand chose au risque de m’en tenir à des communiqués publiés par le PCF qui, bien entendu, constituent pour moi une référence.

Mais cette élection appelle, dans une campagne ou la gauche citoyenne « révolutionnaire » est en voie d’exiger de ses partenaires une nouvelle politique, à réfléchir sur notre politique étrangère. Ce point est tres important et va de pair avec la question des échanges avec des pays autrefois colonisés par la France et dont l’indépendance exige d’autres relations que celles que nous pratiquons actuellement, y compris celles  que nous avons établies depuis leur libération nationale.

Il est donc intéressant de lire ce que contient le programme du Front de gauche : 

LE CHOIX DE LA COOPÉRATION ENTRE LES PEUPLES

La France s’engagera pour de nouvelles relations internationales fondées sur le respect des souverainetés populaires, sur des coopérations mutuellement profitables entre les peuples, sur la primauté des normes sociales et environnementales sur celles de la finance et du commerce.

Nous annulerons la dette des pays pauvres et mettrons en place, comme au niveau européen, un Fonds de coopération solidaire sous l’égide de l’ONU financé par une taxe de type Tobin (ou d’autres types de taxation du capital international).

Nous mettrons un terme à une politique étrangère de la France basée sur les relations néocoloniales et la Françafrique.

Nous développerons une action de coopération avec les peuples qui cherchent à construire la démocratie et la justice sociale, notamment en Tunisie et en Égypte, et nous reconstruirons une politique de coopération véritable entre les deux rives de la Méditerranée.

La France engagera des politiques de coopération scientifique et universitaire internationales via la mise en commun et le partage en libre accès des compétences et des ressources et via des budgets soutenant les missions internationales des chercheurs et des enseignants-chercheurs.

Nous agirons pour la souveraineté monétaire et financière des peuples, pour un commerce équitable fondé sur des normes sociales et environnementales exigeantes.

Nous combattrons les principes d’austérité du FMI et de libre-échange de l’OMC pour les changer profondément ou pour créer de nouvelles institutions internationales.

Nous appuierons la création d’un Tribunal international de justice climatique sous l’égide de l’ONU. Nous appuierons les projets comme « Yasuni-ITT », fondés sur le principe de responsabilité commune pour l’intérêt général.

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1234
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...